Ignorer la navigation

Visages du gouvernement ouvert : le ministre Renato Brunetta

Renato Brunetta est ministre de l'administration publique du gouvernement Draghi, député, professeur d'économie du travail à l'université Tor Vergata de Rome.

Ministre Brunetta - vous avez initialement signé la lettre d'intention de l'Italie pour rejoindre le Open Government Partnership (OGP) en 2011. Selon vous, comment le gouvernement ouvert a-t-il évolué en Italie au cours des 10 dernières années ?

Tout d'abord, permettez-moi de rappeler que l'Italie a été parmi les premiers pays à approuver la Déclaration sur le gouvernement ouvert. Dans ma réforme de l'administration publique, en 2009, j'ai introduit l'application de la divulgation totale dans le cadre d'un projet plus large visant à contraster l'opacité et la transparence et à mesurer les résultats produits par l'administration publique. Déjà à cette époque, j'étais convaincu que la transparence de l'administration était un facteur clé de l'efficacité et de la compétitivité du pays. Depuis 2011, beaucoup de choses ont changé, mais les principes et les valeurs de l'OGP conservent leur pertinence, d'autant plus dans l'état actuel des affaires internationales, alors que la participation civique et l'accès aux informations gouvernementales sont constamment remis en question par les évolutions technologiques et géopolitiques. 

L'Italie a été le premier pays à accueillir Settimana dell'Amministrazione Aperta (SAA) en 2017, qui a ensuite inspiré l'Open Gov Week (OGW) d'OGP, qui en est à sa quatrième année. Pourquoi l'Italie a-t-elle d'abord décidé de créer un ASA ? Comment a-t-il aidé l'Italie à faire avancer son programme de gouvernement ouvert ?

L'Italie a accueilli la première "Settimana dell'Amministrazione Aperta" pour répondre aux appels à l'action de plusieurs organisations de la société civile, sous l'égide du ministère de l'Administration publique, qui dirige notre participation à l'OGP depuis 2011. La semaine a été conçue pour présenter les résultats d'initiatives de la société civile, dans le cadre d'un dialogue collectif fondé sur l'engagement et la responsabilité. C'est l'occasion de tester l'engagement de l'Italie à ouvrir le gouvernement et à piloter l'action publique.

L'Italie a publié son cinquième plan d'action OGP en février de cette année, qui, entre autres, se concentre sur l'ouverture des dépenses du plan national italien de relance et de résilience. Selon vous, quelles sont les opportunités les plus importantes dans l'application des approches de gouvernement ouvert à la reprise pandémique ? »

Les principes de gouvernement ouvert peuvent être une source de responsabilité pour l'élaboration des politiques, tant au niveau national qu'au niveau de l'UE. Notre cinquième plan d'action national, qui est le résultat d'un processus de co-création auquel ont participé des acteurs publics et des organisations de la société civile, vise à faire progresser les principes de gouvernement ouvert et à rapprocher la reprise et la résilience des pratiques de gouvernement ouvert. Le plan de relance et de résilience »Italie Domani» est le principal instrument pour renouveler nos politiques publiques autour de la société civile et de l'engagement des jeunes, de la transparence dans l'utilisation des fonds publics et de l'innovation numérique liée à la prestation de services publics.

L'Italie copréside l'OGP avec Aidan Eyakuze en 2022 et votre programme de coprésident a trois objectifs clés : inciter à l'action au niveau des pays ; tirer parti des forums mondiaux et régionaux ; et menant OGP dans sa deuxième décennie. Comment la réunion régionale Europe, organisée par l'Italie plus tard cette année, va-t-elle soutenir ces objectifs ?

Notre mandat en tant que coprésidents principaux de l'OGP intervient à un moment particulier pour le Partenariat et le gouvernement ouvert dans son ensemble, alors que la démocratie est remise en question dans plusieurs régions du monde. La réunion régionale Europe, organisée à Rome en octobre, sera l'occasion de faire le point sur les réalisations de l'OGP au cours de sa première décennie de fonctionnement et de réfléchir à la voie à suivre sous plusieurs angles : la transparence de la communication publique dans un écosystème de l'information en évolution ; un débat public et un engagement démocratique fondés sur des données probantes et fondés sur des données ; la prestation numérique de services publics ; l'intégrité du secteur public.

 

 

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Contenu similaire

Vignette de l'ordre du jour du coprésident du PGO 2021-2022 : gouvernement italien et Aidan Eyakuze

Ordre du jour du coprésident de l'OGP 2021-2022 : gouvernement italien et Aidan Eyakuze

Le programme 2021-2022 du gouvernement italien et d'Aidan Eyakuze se concentre sur l'incitation à l'action au niveau des pays, la mobilisation des forums mondiaux et régionaux et la conduite de l'OGP dans sa prochaine décennie.

Vignette de la réunion régionale Europe

Réunion régionale Europe

La réunion régionale OGP Europe aura lieu les 11 et 12 octobre 2022 à Rome, en Italie.

Vignette pour l'Italie

Italie

L'Italie a livré son plan d'action 2021-2023.

Open Government Partnership