Ignorer la navigation

Visages du gouvernement ouvert : Sammy Obeng

Sammy Obeng|

Rencontrez Sammy Obeng, directeur exécutif du Réseau parlementaire Afrique. Ce mois-ci, Sammy met en lumière le travail collaboratif visant à mettre en œuvre le projet historique du Ghana Droit à l'information loi et souligne l’importance des parlements ouverts et l’interdépendance de la communauté du gouvernement ouvert dans la conduite de réformes efficaces.

 

L'accès à l'information est la pierre angulaire de transparence et la responsabilité. Pourriez-vous partager des exemples spécifiques tirés de votre travail de plaidoyer sur la loi ghanéenne sur le droit à l'information et comment elle a amélioré la démocratie ?

Le plaidoyer en faveur du passage du Ghana Loi sur le droit à l'information s'est étalée sur deux décennies, plusieurs versions du projet de loi étant entrées et sorties du Parlement du Ghana avec le soutien de la société civile.

J'ai rejoint le plaidoyer de la société civile sur le projet de loi en ma qualité de directeur exécutif de Réseau Parlementaire Afrique (PNAfrique). En tant qu'organisation qui surveille les débats quotidiens au Parlement du Ghana et suit l'état des législations soumises à la Chambre, l'organisation de la société civile (OSC) RTI Coalition considère PNAfrica comme un partenaire important pour garantir que les parties prenantes soient informées des progrès du projet de loi. À cette fin, j'ai dirigé le suivi quotidien du projet de loi et fourni des mises à jour régulières des « versions suivies » du projet de loi, mettant en évidence les nouveaux amendements apportés par les députés soutenant ou s'opposant au projet de loi. J'ai également créé des stratégies d'engagement avec le Parlement pour promouvoir les changements réclamés par les OSC et j'ai agi en tant que conseiller auprès de la Coalition RTI sur les pratiques et procédures parlementaires pour un plaidoyer législatif efficace. Ces efforts, ainsi que le travail d'autres OSC, ont contribué au succès de l'adoption du projet de loi en 2019. Avant de rejoindre le plaidoyer de la société civile en faveur de l'adoption de la loi RTI, l'un des plus grands défis de la Coalition était de trouver comment surveiller efficacement les travaux quotidiens du Parlement et suivre le projet de loi à chaque étape du processus législatif en temps réel. Nous avons exploité les structures de PNAfrica pour faire de ce défi une chose du passé. 

Après l'adoption de la loi, j'ai dirigé les efforts visant à documenter les leçons apprises tout au long du parcours de plaidoyer afin d'éclairer le futur plaidoyer législatif à mesure que la démocratie au Ghana se développe. À cette fin, j'ai écrit le livre Le droit à l'information : le parcours du Ghana (1992-2019) et dirigé la production d'un documentaire de la même manière, tous deux sous les auspices du Commonwealth Droits de l'homme Initiative (Bureau Afrique).

 

Votre leadership au sein de la Coalition des médias pour le droit à l’information souligne l’importance de l’engagement de la société civile pour faire progresser l’accès à l’information. Comment voyez-vous les organisations de la société civile collaborer avec les gouvernements et les secteur privé pour garantir la mise en œuvre efficace des lois RTI ?

La Coalition des médias sur le droit à l'information est née lors d'un événement marquant la Journée internationale de l'accès universel à l'information en 2018. Les parties prenantes de l'espace de défense du droit de RTI ont exprimé leur frustration qu'après deux décennies de plaidoyer, aucune loi sur le droit à l'information n'ait été adoptée. opérationnaliser les dispositions de la Constitution du Ghana qui garantissent le droit du peuple à l'information. 

Lors de cette réunion, nous avons réalisé que nos amis des médias se limitaient souvent à rendre compte des activités et des déclarations de presse émanant de la coalition de la société civile sans faire un effort particulier pour les intégrer au plaidoyer. Nous avons limité les médias au simple rôle de « vuvuzela qui claironnait nos actions » (comme j’aime le dire), et cela devait certainement changer. Nous avons donc conçu l'idée de mettre en place un véhicule dirigé par les médias qui serait à l'avant-garde du plaidoyer, et j'ai eu le privilège d'avoir l'opportunité de diriger cet effort en tant que chef du secrétariat de la Coalition des médias sur la RTI. En quelques semaines, nous avons réuni des centaines de journalistes de tout le pays dont les capacités ont été renforcées sur l’importance d’un régime RTI. Nos amis des médias ont utilisé la puissance de leurs stylos et des objectifs de leurs appareils photo pour zoomer sur le plaidoyer. Ils ont soutenu les efforts pour une publication hebdomadaire « Vendredi rouge RTI » où nous portions tous des vêtements rouges et utilisions leurs différentes plateformes médiatiques pour parler du projet de loi au Parlement et de la nécessité de l'adopter.

En 2019, juste après l'adoption du projet de loi RTI, j'ai été nommé porte-parole d'un comité de mise en œuvre du droit à l'information de la société civile qui a élaboré un plan stratégique sur la manière de surveiller, soutenir et améliorer la phase de mise en œuvre. J'ai ensuite été élu vice-président de la Coalition nationale RTI pour diriger les efforts sur les relations institutionnelles en vue de la pleine mise en œuvre de la loi. Nos initiatives comprenaient la création de versions simplifiées de la loi pour une diffusion publique, en utilisant diverses plateformes en ligne et hors ligne pour le civisme. l'éducation . Nous avons également soutenu les efforts visant à créer la Commission RTI – le médiateur créé par la loi – et avons fourni une assistance technique à la Commission, notamment en aidant à finaliser les législation rendre plus opérationnelle la mise en œuvre de la loi.

 

Pouvez-vous explorer votre travail avec le Réseau parlementaire Afrique et avec des pays spécifiques ayant remporté des victoires ?

Le Réseau parlementaire Afrique (PNAfrica) est un organisateur et un connecteur d'organisations de surveillance parlementaire de la société civile à travers l'Afrique, avec pour vision de promouvoir des parlements ouverts sur le continent. Notre initiative de lancer un Indice du Parlement Ouvert en Afrique (OPI)  en 2022 s’est révélé être un tournant décisif en amenant les législatures africaines à réfléchir plus profondément à l’ouverture. L'OPI, conçu pour être publié tous les deux ans, mesure le niveau de transparence, de responsabilité et de participation des citoyens aux travaux des parlements africains. Ce classement biennal fournit aux parlements évalués des recommandations sur la manière d'améliorer leur niveau d'ouverture et présente des exemples positifs de parlements africains pairs en matière d'apprentissage mutuel. Au-delà de l'évaluation, PNAfrica soutient les réseaux de la société civile impliqués dans le suivi parlementaire et les engagements dans chaque pays pour travailler avec les parlements nationaux pour co-créer des réformes qui rendent le corps législatif plus ouvert et contribuent à améliorer leur score dans le prochain OPI. 

Le Édition 2022 de l'Indice a évalué 13 pays d'Afrique de l'Ouest (dont 6 pays membres de l'OGP) et a contribué à certains changements transformateurs dans les parlements de ces pays. Par exemple, les OSC et les parlements de Côte d'Ivoire, du Niger et du Togo disposent désormais de plateformes régulières d'engagement, ce qui n'était pas le cas avant les processus OPI. Dans les parlements du Ghana et de la Sierra Leone, des structures internes complètes ont été mises en place pour de meilleures relations de travail entre les parlements et les OSC, grâce à la création respectivement du Bureau des citoyens et du réseau Parlement-OSC. Cette année, le dernier OPI évaluera davantage de pays d’Afrique de l’Est, de l’Ouest et australe, dans l’espoir de couvrir environ les deux tiers des parlements nationaux d’Afrique.

Pour assurer la durabilité de ces acquis, nous avons poussé le Réseau des organisations de surveillance parlementaire africaine (APMON) et le Réseau de la presse parlementaire africaine à maintenir l’élan au sein des journalistes et des organisations de surveillance parlementaire pour faire pression en faveur d’une plus grande ouverture dans les assemblées législatives africaines. Nous continuons d'explorer les opportunités de faire progresser les parlements ouverts, et avons réussi à entreprendre une sensibilisation auprès du Parlement panafricain (PAP) et à entamer des conversations avec le Parlement de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et le Forum parlementaire de la Communauté de développement de l'Afrique australe. (SADC-PF). Nous attendons avec impatience une période où le PAP, le Parlement de la CEDEAO, le PF-SADC et leurs parlements membres adopteront les principes de parlement ouvert comme partie intégrante de leur travail.

 

En tant que membre de la cohorte Afrique et Moyen-Orient de l'Open Government Leadership Collaborative (OGLC) de l'OGP, votre projet au Parlement du Ghana a contribué à faire progresser les réformes au niveau national. plan d'action. Comment pensez-vous que des initiatives comme celle-ci s'alignent sur la nouvelle stratégie de l'OGP, en particulier dans la construction d'une communauté plus interconnectée de réformateurs du gouvernement ouvert ?

À l'époque, les actions devant être entreprises par le Parlement dans le cadre du 4e Plan d'action national du Ghana n'avaient pas connu beaucoup de progrès, et je me suis engagé à tirer parti de mes relations de travail et de ma compréhension du Parlement à travers mon travail en tant que directeur exécutif de PNAfrica pour aider à éliminer les goulots d'étranglement. Mon projet OGLC était donc de « appui au déblocage des contraintes dans la mise en œuvre du engagement en tirant parti de mes relations de travail avec le parlement du Ghana pour améliorer les engagements entre les acteurs de la société civile dans le processus OGP et les acteurs parlementaires.

Appréciant que la législature du Ghana ait un président du Parlement favorable à la société civile, nous nous sommes lancés dans une mission de sensibilisation à l'OGP et à sa proposition de valeur au Parlement afin que la Chambre puisse apprécier les avantages d'une réflexion dans le sens d'un gouvernement ouvert et d'un parlement ouvert. Cela a été bien accueilli et notre assistance technique a contribué à la création d'un bureau au parlement pour coordonner le travail de l'OGP. Cela a ouvert la voie à une équipe d'action pour un parlement ouvert déjà mise en place au Parlement, qui est devenue plus active, conduisant à des activités telles que l'envoi d'une délégation de haut niveau au sommet de l'OGP à Tallinn, dirigée par un vice-président du Parlement. Nous avons également travaillé avec le Parlement pour élaborer un plan d'action pour un parlement ouvert, établir un caucus OGP au Parlement et travaillé à la réalisation de tous les autres engagements du 4e PAN, conduisant à l'élaboration de nouveaux engagements parlementaires pour le 5e PAN.

En vérité, l'approche de l'OGLC consistant à développer délibérément des réformateurs en nous fournissant des connaissances, des outils et des idées du monde entier contribue à libérer le pouvoir et l'urgence de prendre des mesures vers une meilleure gouvernance ouverte. Ce sera certainement un élément important de la nouvelle stratégie d'OGP s'il est maintenu et étendu. À mon avis, OGP et sa vision restent vivantes lorsque les champions individuels voient des raisons de faire tout leur possible pour diriger et soutenir des actions transformatrices. 

 

Le thème de l'Open Gov Week de cette année est l'Open Gov Challenge, qui met l'accent sur la nécessité de réformes ambitieuses dans des domaines clés tels que l'accès à l'information et l'espace civique. Selon vous, quelles approches innovantes doivent être adoptées par les gouvernements et les parlements pour relever les défis et comment peuvent-elles être utilisées au sein de la communauté OGP ​​pour inspirer les autres ?

Je crois que les contextes nationaux sont importants dans ce voyage vers un gouvernement ouvert, et que les gouvernements (y compris les parlements) devraient être encouragés à mieux apprécier l'importance de l'approche de co-création avec la société civile comme étant importante pour relever les défis. De par la nature de notre travail en tant que société civile, nous sommes souvent plus proches des populations de tous les pays et avons une bonne appréciation des défis auxquels ils sont confrontés. Lorsque les gouvernements et les parlements co-créent et mettent en œuvre mieux avec les membres de la société civile, de nombreuses réussites peuvent être glanées, qui peuvent toujours servir de sources d'inspiration pour d'autres membres de la communauté OGP.

Cette édition de Faces of Open Government a été soutenue par l’Union européenne.

Commentaires (1)

Gladys Estela Riveros Rojas Répondre

« Pour la nature de notre travail comme société civile, nous sommes plus proches des personnes dans le sens large et même dans les pays ». (Sic)
La base est la nature de la cuisine et la porte-à-porte pour pouvoir obtenir un bien-être pour tous, afin d'obtenir un développement économique et un développement social.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Contenu similaire

Vignette pour Open Gov Week 2024

Semaine Open Gov 2024

Alors que le monde est confronté à une multitude de crises, rejoignez des centaines de réformateurs du monde entier - au sein des gouvernements et de la société civile - qui s'efforcent de rendre leurs communautés plus fortes,…

Vignette de l'annonce de la collaboration sur le leadership pour un gouvernement ouvert Défis et solutions

Annonce de la Collaboration pour le leadership du gouvernement ouvert

Le programme pilote Open Government Leadership Collaborative (OGLC) visait à renforcer la capacité de leadership des réformateurs dans le cadre de leur travail. Au fur et à mesure que le programme s'étoffe...

Vignette pour Ghana

Ghana

Le Ghana a livré son plan d'action 2024-2028.

Open Government Partnership