Ignorer la navigation

OGP dans les actus - Semaine de janvier 26, 2017

Jacqueline McGraw|

Une série présentant une synthèse de l’attention médiatique reçue par le Open Government Partnership dans le monde entier.

Cette semaine, la couverture de l'actualité d'OGP a présenté d'importantes mises à jour de certaines des organisations partenaires d'OGP et a abordé divers thèmes, notamment la «révolution numérique» et le changement climatique.

Organisation de la société civile basée au Nigéria et partenaire clé de l'OGP BudgIT a reçu une nouvelle passionnante: l'organisme de contrôle gouvernemental chargé de la transparence a obtenu une subvention de trois millions de dollars 1.5 de la part de la société d'investissement philanthropique, Réseau Omidyar. TheStreet.com aux Etats-Unis, Bolsamania.com en Espagne et FinanzNachrichten.de En Allemagne, certains des médias 130 du monde entier ont diffusé cette bonne nouvelle. Publié à l'origine sur PR Newswire, le communiqué de presse largement diffusé cité par le co-fondateur de BudgIT Oluseun Onigbinde sur le partenariat étroit entre BudgIT et OGP, qui a contribué à faire progresser la transparence au Nigéria. «Changements systémiques à travers le Open Government Partnership mécanismes sont également essentiels à notre travail », a déclaré Onigbinde. Aussi au Nigeria, Le cable a couvert Nsima Ekere, chef de la Commission de développement du delta du Niger (NDDC), et son intention de signer un mémorandum d'accord avec plusieurs organisations, dont OGP, afin de réaliser l'objectif primordial de la commission consistant à «faire ce qui est juste».

Par ailleurs, les pays OGP ont dépassé ceux de Transparency International Indice de perception de la corruption 2016. Dix des pays 12 qui occupent le premier rang du classement 10 sont des membres d’OGP, le Danemark et la Nouvelle-Zélande partageant le titre des pays les moins corrompus! Dans le même temps, la presse sri-lankaise a fait état d'un classement moins impressionnant pour le pays de l'Asie du Sud-Est, qui a obtenu un score de 36 / 100-95, soit moins que son classement mondial en 2015. Hiru Nouvelles, Ada Derana et Dailymirror.lk, parmi d'autres sources d'informations nationales, a cité Asoka Obeyesekere, directrice de Transparency International au Sri Lanka, affirmant que «malgré l'adoption de la loi sur le droit à l'information et l'adoption du Open Government Partnership Plan d’action national, nous n’avons toujours pas vu de rhétorique anti-corruption déboucher sur une action énergique. "

Dans un MEDIUM Andrew Clarke, du réseau Omidyar, a posé une question fondamentale aux personnes en première ligne de la réforme de la transparence: «L’ouverture est-elle suffisante? Ou devons-nous démanteler nos institutions obsolètes et recommencer?» L'auteur a félicité OGP comme l’un des «jalons significatifs au niveau mondial» du mouvement pour un gouvernement ouvert, tout en examinant les limites des institutions traditionnelles, la difficulté de mettre en œuvre la participation citoyenne et les préoccupations relatives à la fermeture de l’espace civique. Alexandre Malafaye, président du groupe de réflexion français SYNOPIA, a co-écrit un article d'opinion avec Fabrice Lorvo dans France La Tribune cela a également soulevé des questions sur l'avenir du gouvernement ouvert. Tout en reconnaissant les opportunités que représente la «révolution numérique» pour élargir l’espace civique, en particulier au sein de plates-formes de gouvernement ouvert telles que OGP, elles ont néanmoins mis en garde contre les technologies qui minent l’opinion publique.

Avec l'historique Accord climatique Paris quelques mois après le début de son cycle de mise en œuvre, un éditorial en Yahoo News! Taïwan souligné le lien entre la réduction des émissions de carbone et le gouvernement ouvert. L'article rapportait que le Green Union Alliance d'action du commissaire européen à l'environnement, Green Citizens 'Action Alliance, avait assisté au sommet 2016 OGP et avait été impressionné par la nécessité d'impliquer les citoyens dans la réforme de l'énergie.

En Colombie, W Radio a rapporté que le président Juan Manuel Santos avait signé une "Déclaration d'état ouvert" lors d'une réunion à haut niveau convoquée par les partenaires OGP du pays. Engageant toutes les branches du gouvernement (et pas uniquement l'exécutif) à maintenir des normes minimales de transparence, d'accès à l'information et de données ouvertes, la déclaration a renforcé l'annonce de Santos selon laquelle la lutte contre la corruption serait une priorité essentielle.

Ailleurs en Amérique latine, Intolerancia Diario a révélé que le gouverneur élu de Puebla, au Mexique, Antonio Gali Fayad, avait présenté plusieurs initiatives qui devaient être approuvées la semaine prochaine par le Conseil de gouvernement et la coordination politique. L'une des initiatives vise à élever le niveau de transparence du bureau en créant un organisme public décentralisé sur la transparence et un gouvernement ouvert qui garantisse le respect des directives OGP.

Gulmina Bilal Ahmad, directrice exécutive du groupe de conseil et de plaidoyer, Individualland Pakistan, a rédigé un article d'opinion pour le quotidien anglophone Pakistan aujourd'hui, décrivant les mesures que le Pakistan peut prendre pour s’engager avec succès dans le cadre du programme OGP. Faisant valoir que la société civile pakistanaise est à l'origine de l'ascension du pays vers l'OGP, Bilal a souligné la valeur de ce dernier pour la société civile et le gouvernement:

Le forum OGP offre aux organisations de la société civile et à leurs gouvernements respectifs une occasion unique d'engagement pour améliorer l'image de leur pays sur la scène internationale par le biais d'une bonne gouvernance, d'une plus grande transparence, d'une plus grande responsabilisation et de mécanismes améliorés visant à réduire la corruption.

Enfin, la couverture de #OGP16 continue !. Lors du Sommet mondial, Canal France International (CFI), en France, a accueilli les journalistes 50 d'Afrique francophone pour participer à un programme de masterclass Open Data Médias. Full-News.info Tobias C. Souleyman, un participant togolais, a présenté un article décrivant les conseils pratiques donnés par le directeur de CFI, Étienne Fiatte, tandis que la participante camerounaise, Madeleine Ngeunga, a blog sur le travail important que l'Afrique subsaharienne doit encore accomplir pour mettre en œuvre des pratiques d'open data.

Enfin, OGP a organisé une série de blogs au cours des derniers mois, pleins de sagesse #opengov de la part de jeunes Canadiens à Ottawa qui étudient le lien entre la communication et le gouvernement. Découvrez les dernières idées de la prochaine génération (de Canadiens) ici!

Bien sûr, nous ne pouvons pas tout comprendre dans nos bulletins de nouvelles. Si vous voyez que nous avons oublié quelque chose ou si vous pensez qu'une histoire particulière devrait être racontée, envoyez-le à jacqueline.mcgraw@opengovpartnership.org.

Filed Under: OGP News
NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!