Ignorer la navigation

Ouvrir nos yeux

Abriendo los Ojos

Stéphanie Rochford|

De l'égalité des sexes à la gouvernance des ressources naturelles sensible au genre

Les preuves sont claires: l’exploitation des ressources naturelles a un impact très différent sur les femmes et les hommes. Les femmes ont souvent moins accès à l’information pertinente et moins d’occasions d’influencer la prise de décision. L'extraction peut nuire à leurs moyens de subsistance, tels que l'agriculture, tout en leur offrant une indemnisation limitée, en particulier dans les zones où les pratiques coutumières empêchent systématiquement les femmes de posséder la terre. Une division inégale du travail pour les responsabilités domestiques - où les femmes portent souvent un fardeau plus lourd - réduit encore les possibilités pour les femmes de bénéficier d'un emploi dans le secteur et peut limiter leur accès aux lieux où des consultations ou des décisions concernant l'extraction des ressources naturelles sont en cours.

Pourtant, au cours des dernières années, Publiez ce que vous payez (PCQVP) a reconnu que l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) - un mécanisme essentiel pour faire progresser la bonne gouvernance des ressources naturelles dans plus de pays 50 - et notre propre mouvement PCQVP pour la transparence et la participation citoyenne et la responsabilité dans le secteur, ont été aveugles au genre.

Cette surveillance ne peut pas continuer si nous voulons que la gouvernance des ressources naturelles soit réellement responsable.

En réponse à la reconnaissance croissante par les femmes au sein du mouvement PCQVP, en particulier en Afrique de l'Ouest, du fait que nous pouvons et devrions faire davantage pour faire progresser les droits des femmes par le biais du programme de transparence et de responsabilité, PCQVP a lancé un projet pilote de deux ans sur 2018. Le projet vise à découvrir les obstacles qui empêchent les femmes de participer pleinement à la mise en œuvre de l'ITIE au niveau national et comment utiliser l'ITIE pour promouvoir l'égalité des sexes. Il a également exploré quels types de données sont les plus utiles pour développer une politique qui atténue les impacts de l'extraction liés au genre.

Les conclusions à ce jour révèlent le manque de références au genre dans les textes et les pratiques ITIE, la plupart des acteurs impliqués dans la gouvernance du secteur extractif au niveau national ne parvenant pas à soulever ou à analyser les questions de genre à travers les différents processus de mise en œuvre de l'ITIE. Il existe des opportunités pour améliorer la situation, et quelques étapes importantes ont été récemment pris avec l’inclusion de références spécifiques au genre dans la norme révisée ITIE (qui sera adoptée en juin de cette année); mais aller vers une gouvernance des ressources naturelles pouvant avoir des effets transformateurs sur les femmes est une tâche imposante.

Visualiser les réalités des femmes

Au sommet de l'OGP, PCQVP est ravi de lancer les résultats de la recherche issus du projet pilote au Burkina Faso, en Guinée et au Sénégal; et animer, avec les partenaires clés du Secrétariat de l'ITIE, Oxfam, NRGI, Affaires mondiales Canada et Development Gateway, une séance visant à explorer le rôle du PGO dans la contribution à ce programme commun visant à tirer parti de la transparence pour obtenir des résultats transformateurs pour l'égalité des sexes. La session, intitulée «Engagements du gouvernement ouvert pour une gouvernance des ressources naturelles responsable et respectueuse du genre», aura lieu jeudi, 30 May à 1: 40pm et explorera les principaux défis liés au genre dans le secteur de l'extraction, notamment à travers des expériences partagées directement par les femmes. touchés par l’extraction des ressources naturelles. Avec le lancement récent de son propre campagne de genre, OGP fournit une plate-forme dynamique pour mettre en lumière les problèmes des femmes et de l'extraction. [1]

Sur la base de ces expériences et en nous appuyant sur des recherches effectuées par des praticiens et des universitaires, nous visons à formuler des propositions concrètes d’engagement du modèle de plan d’action pour la transformation du genre dans le but de promouvoir une participation significative des femmes à la gouvernance des ressources naturelles en rapprochant les mouvements des droits des femmes et de la transparence; s'attaquer aux impacts négatifs du secteur extractif sur les femmes par le biais d'une prise de décision locale réactive; veiller à ce que les données soient accessibles et pertinentes pour un ensemble divers de parties prenantes, y compris les femmes des communautés extractives; et promouvoir des approches d'allocation des ressources qui incluent les femmes et qui en bénéficieraient. Un thème clé est de veiller à ce que les données soient à la fois accessibles, pertinentes et exploitables pour toutes les parties prenantes, y compris les femmes des communautés extractives.

Nous espérons que les discussions permettront à un éventail de parties prenantes de mieux comprendre les obstacles structurels et comportementaux à la participation inclusive aux initiatives de gouvernance et les possibilités d’améliorer la participation à ces initiatives; et une stratégie partagée par les réformateurs du gouvernement ouvert sur la manière d'utiliser le PGP et l'ITIE pour faire progresser la justice de genre par le biais de la gouvernance des ressources naturelles.

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!