Ignorer la navigation

La série Open Government Partnership et développement socio-économique: le point de vue des pays africains

Mukelani Dimba|

L'un des défis persistants auxquels le continent africain est confronté pour sortir des millions de personnes de la pauvreté est le suivant : comment s'assurer que les richesses naturelles de l'Afrique profitent directement aux Africains ? C'est l'énigme de tous les temps qu'un continent si richement doté de ressources naturelles reste le plus pauvre du monde. Il est clair qu'au fil des décennies et des siècles, les richesses de l'Afrique ont été utilisées non pas pour profiter aux Africains ordinaires mais pour enrichir quelques-uns des classes dirigeantes, des élites locales et des conglomérats commerciaux internationaux. Cela a été un exemple classique d'utilisation inefficace des ressources à grande échelle et avec des résultats désastreux.

Le Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites du Conseil économique des Nations Unies pour l'Afrique (UNECA) a signalé en 2015 que l'Afrique perdait 50 milliards de dollars par an en raison de transactions financières illégales. L'année précédente, en 2014, l'organisation non gouvernementale Health Poverty Action avait signalé que l'Afrique perdait 192 milliards de dollars par an au profit du reste du monde en raison des coûts d'adaptation au changement climatique (36.6 milliards de dollars), des prêts aux autres gouvernements (24 milliards de dollars) ), les remboursements de dettes (21 milliards de dollars), les bénéfices réalisés par les multinationales (46 milliards de dollars), l'exploitation forestière illégale (17 milliards de dollars) et impôt l'évasion (35 milliards de dollars), entre autres. L'effet net de cela est que des millions de personnes en Afrique subsaharienne restent en dessous du seuil de pauvreté. Un rapport de la Banque mondiale ("Ending Extreme Poverty and Sharing Prosperity") évalue ce chiffre à près de 350 millions d'Africains qui vivent en dessous de la mesure actualisée de l'extrême pauvreté de 1.90 dollar par jour.

Par ailleurs, le Comité d’aide au développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a indiqué dans 2015 que l’Afrique bénéficiait de l’aide publique au développement (APD) à hauteur de milliards de 36 par an. Que l'on utilise le milliard de dollars 50 de l'UNECA perdu à cause de flux financiers illicites ou le milliard de 192 de HPA perdu à la suite de multiples fuites, il est clair que l'Afrique donne au monde beaucoup plus que ce qu'il reçoit de l'APD. Cela signifie que l'Afrique ne peut compter que sur l'APD pour faire reculer le fléau de la pauvreté et du sous-développement, et que le continent doit disposer de plus de ressources que la communauté internationale pour financer ses propres initiatives de développement. Toutefois, pour que cela se produise, l’Afrique doit prendre des mesures actives pour combler les lacunes et fermer les sorties de fonds.

L'une des tâches clés dans l'effort de combler les lacunes consiste à réformer les systèmes et procédures commerciaux, financiers, commerciaux et d'infrastructure afin qu'ils intègrent les principes d'équité, de durabilité et d'inclusivité. Transparence et les mécanismes de responsabilisation sont des éléments essentiels de ce cadre. Le rapport du Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites de la CEA indique que l'une des difficultés à évaluer l'ampleur des flux financiers illicites est « le manque de transparence, le secret et la difficulté à obtenir des informations et des données systématiques ». La cause la plus évidente des flux financiers illicites est le manque de transparence du système fiscal. Ce manque de transparence est utilisé à la fois par les entreprises multinationales et les particuliers pour esquiver le paiement de l'impôt, et est également utilisé par les fonctionnaires pour esquiver la responsabilité sur l'utilisation des recettes fiscales. Le panel a également indiqué que le manque de transparence comprend des problèmes de déclaration de propriété effective dans les entreprises. Le panel a souligné que "le fonctionnement des sociétés écrans et le fait de laisser secrète l'identité des propriétaires permettent à ceux qui souhaitent dissimuler des richesses illicites ou blanchir de l'argent de le faire sans entrave". Dans cette mesure, le panel a recommandé la création de registres publics des bénéficiaires effectifs.

La transparence et la responsabilité sont des principes qui méritent d’être défendus non seulement pour leur propre intérêt, mais aussi en tant que grands facilitateurs de la prestation honnête de services publics et de la gestion de ressources publiques limitées. C’est un principe qui ancre une grande partie du travail promu par le Open Government Partnership (OGP). Dès sa création, il y a plus de cinq ans, l'OGP a reconnu que les efforts visant à promouvoir l'ouverture et la responsabilisation devraient viser à aider les pays à faire face à ce qu'il appelle «les cinq grands défis»: améliorer les services publics, renforcer l'intégrité publique, gérer efficacement le public. ressources, créer des communautés plus sûres et accroître la responsabilité des entreprises.

L'OGP a été créé en 2011 par les gouvernements du Brésil, du Mexique, d'Afrique du Sud, d'Indonésie, des Philippines, du Royaume-Uni, de Norvège et des États-Unis, en collaboration avec des groupes de la société civile tels que Mazdoor Kisan Shakti Sangathan, International Budget Project, Twaweza, Natural Resource Governance Institute et la Transparency & Accountability Initiative, entre autres. L'OGP a été créé en tant qu'initiative multipartite, dirigée conjointement par les gouvernements et les groupes de la société civile, servant de plate-forme pour le co-apprentissage et le soutien aux efforts visant à créer des innovations durables pour promouvoir l'ouverture et la responsabilité entre les États membres. Il se veut un réseau de réformateurs au sein du gouvernement et de la société civile travaillant ensemble pour améliorer les pratiques d'ouverture et de responsabilité.

Rejoindre l'OGP n'est pas automatique. Il se fonde sur une évaluation objective du cadre juridique et politique d'un pays en matière d'accès à l'information, de transparence fiscale, déclaration de patrimoine les régimes des élus et des fonctionnaires, et participation du public systèmes. Une fois qu'un pays a rejoint l'OGP, il est tenu d'élaborer un plan national plan d'action qui contient un ensemble d'engagements que chaque pays prend pour faire progresser la transparence et la responsabilité, et pour aller au-delà des pratiques existantes. Ces engagements doivent être élaborés conjointement par le gouvernement en partenariat avec la société civile. Le mécanisme de rapport indépendant de l'OGP suit ensuite la mise en œuvre de ces engagements au fil du temps par cycles de deux ans.

Lors du lancement de l'OGP, seuls huit pays étaient membres de l'initiative, mais ce nombre est passé à 70. Sur le continent africain, les pays 2016 ont rejoint l’OGP; Afrique du Sud, Kenya, Tanzanie, Ghana, Malawi, Libéria, Sierra Leone, Tunisie, Cap Vert, Côte d'Ivoire et Nigéria.

Ces pays 11 peuvent être des pionniers dans la manière de réformer les pratiques de gouvernance en utilisant les technologies pour rendre l’État plus réactif, transparent et responsable. Ce sont ces pays 11 qui sont à l'avant-garde pour lier la transparence et la responsabilité au programme de développement.

Ces pays font partie de la communauté OGP ​​qui, ensemble, a créé plus d'engagements 2,500 pour promouvoir l'ouverture et la responsabilisation au niveau national.

L'analyse des plans d'action nationaux du PGO et des engagements qui ont été pris révèle que la majorité des engagements pris par les gouvernements concernent l'amélioration de l'efficacité des gouvernements grâce à la gouvernance électronique et le renforcement des capacités. Le deuxième plus grand groupe d'engagements pris concerne données ouvertes, participation du public, transparence budgétaire et numérisation législation et règlements. Cependant, il est noté avec préoccupation que les engagements relatifs à la réalisation des droits socio-économiques et au développement, et à la protection des droits civils et politiques constituent la plus petite catégorie d'engagements pris par les pays OGP. Pour être plus précis à ce sujet, 1,299 55 engagements ont été analysés à l'aide du propre OGP Explorer de l'OGP et il a été constaté que parmi ces engagements, seuls huit concernent le bien-être et la sécurité sociale, XNUMX concernent santé et nutrition, 27 concernent l'éducation , cinq concernent le sexe et la sexualité, 33 concernent l'eau et l'assainissement, 34 concernent le développement des infrastructures, 14 concernent droits de l'homme, et il n'y a pas d'engagements axés sur les communautés marginalisées.

Nonobstant ce qui précède, il est important de noter que les engagements pris par les pays africains ayant adopté le programme OGP ont trait spécifiquement à la question de la responsabilité en matière d'utilisation des ressources publiques afin d'optimiser les résultats en matière de développement. Dans cette analyse, nous allons ajouter le Nigéria, même s'il n'a pas encore de plan d'action national pour le PGO. Toutefois, nous utiliserons le texte de la déclaration d’engagement du Nigéria publiée lors du Forum mondial contre la corruption à Londres le 12 May 2016.

L'analyse montre que le Kenya, le Malawi, la Côte d'Ivoire, le Ghana et la Tanzanie ont mis l'accent sur la transparence des industries extractives en tant que domaine prioritaire. Pour commencer, le Malawi s'est engagé à rejoindre l'Initiative pour la transparence des industries extractives, tandis que le Kenya s'est engagé à publier des contrats pétroliers et gaziers, notamment des informations sur les revenus, afin de garantir la transparence et la responsabilité du secteur extractif. La Côte d'Ivoire s'est engagée à publier chaque année le nombre de cataractes de diamants exportés, ainsi que les certificats du processus de Kimberly, et à créer et à mettre en place cinq comités de développement minier locaux. Le Ghana s'est engagé à renforcer la transparence et la responsabilisation dans la gestion des revenus pétroliers et gaziers du pays par le biais d'une supervision efficace du Comité pour l'intérêt public et la responsabilité (PIAC), un organe de surveillance des citoyens créé par la loi sur la gestion des revenus pétroliers (PRMA). La Tanzanie s'est engagée à mettre en œuvre ses engagements au titre de l'ITIE en publiant des contrats miniers signés et en publiant une liste des zones minières délimitées.

La question de l'utilisation et de la gestion des terres est également apparue comme un domaine important d'application des principes de transparence et de responsabilité. Par exemple, la Tanzanie s’emploiera à rendre les plans d’utilisation des sols, la propriété et les zones délimitées pour les transactions foncières à grande échelle accessibles en ligne pour un usage public. Le Libéria s'est engagé à rendre accessible au public les informations sur les réformes proposées dans les secteurs des terres et des ressources naturelles et à veiller à ce que les informations importantes sur les droits d'utilisation des terres commerciales soient rendues publiques.

Sur la question de la transparence des marchés publics, le Kenya s'est engagé à assurer une plus grande transparence concernant les offres et les contrats des particuliers et des entreprises au Kenya, et à créer des marchés publics les processus, la surveillance publique des dépenses et la garantie de l'optimisation des ressources en fonction des priorités des citoyens. La Côte d'Ivoire s'est engagée à publier des rapports trimestriels au Conseil des ministres sur les processus de passation des marchés, tandis que le Ghana conduira contrat ouvert et la surveillance des contrats pour assurer l'optimisation des ressources sur toutes les transactions, et aussi comme moyen de fournir des informations aux citoyens sur tous les contrats conclus par le gouvernement. La Sierra Leone a l'intention d'améliorer l'accès des citoyens et des entreprises à des informations ouvertes, opportunes et crédibles sur les marchés publics, et de promouvoir leur engagement dans le suivi des processus de passation des marchés publics. Le Nigéria s'est engagé à appliquer l'Open Contracting Data Standard pour : i) le développement de raffineries dans le secteur pétrolier ; ii) construction de centres de santé et amélioration des services de santé ; iii) construction de routes et autres infrastructures ; iv) la construction d'écoles et l'amélioration de la transparence dans la gestion des fonds pour l'éducation, et ; v) investissements dans le secteur de l'électricité.

En ce qui concerne transparence de la propriété effective, le plan d'action de l'Afrique du Sud engage le pays à mettre en œuvre les principes de haut niveau du G20 sur la transparence des bénéficiaires effectifs en mettant en place un registre des personnes morales. Le Nigéria s'est engagé à établir un registre public central des informations sur les bénéficiaires effectifs des entreprises. La déclaration du pays nigérian note que : "le président du Nigeria a présenté un projet de loi sur la prévention et l'interdiction du blanchiment d'argent à l'Assemblée nationale en février 2016. Ce projet de loi a défini la propriété effective conformément aux normes du GAFI". Le Nigeria souhaite également mettre en place un registre central transparent des entreprises étrangères soumissionnant sur des marchés publics et achetant des biens. Le Nigéria s'est engagé à renforcer la législation sur le recouvrement des avoirs, notamment par le biais de pouvoirs de confiscation sans condamnation et l'introduction d'ordres de richesse inexpliqués. Le Nigéria a également rédigé le projet de loi sur les produits du crime, qui prévoit une gestion transparente des avoirs restitués et une approche sans condamnation pour le recouvrement des avoirs.

Tous ces efforts des pays africains POG sont profondément enracinés dans sa propre vision du développement durable et inclusif. L'OGP a identifié l'Agenda 2030 comme un processus important à associer pour un impact optimal. La déclaration commune du gouvernement sur la gouvernance ouverte pour la mise en œuvre de l'agenda 2030 pour le développement durable constitue sa contribution à la réalisation de l'agenda 2030. Dans la Déclaration adoptée en septembre 2015, les pays OGP se sont engagés à «promouvoir l'accès public à des informations opportunes et désagrégées et à des données ouvertes sur les activités des gouvernements liées à la mise en œuvre et au financement du Programme de développement durable 2030, conformément à la législation nationale et aux normes internationales». engagements »et« [à] utiliser [notre] Open Government Partnership Plans d’action nationaux visant à adopter des engagements qui constituent des outils efficaces pour promouvoir une mise en œuvre transparente et responsable du Programme de développement durable de 2030 ». Les pays africains participant à l’OGP sont à la pointe de ce travail et tirent des enseignements importants dont le reste du monde peut tirer des enseignements.

Open Government Partnership