Ignorer la navigation
Luxembourg

Plateforme pour la protection des défenseurs des droits de l'homme (LU0006)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action du Luxembourg 2019-2021

Cycle du plan d'action : 2019

Statut : Actif

Institutions

Institution chef de file : Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction des Affaires politiques

Institution(s) de soutien : Comité interministériel des droits de l'homme (CIDH) Ambassadeur Marc Bichler, Président du CIDH Equipe droits de l'homme, Direction des Affaires politiques, MAEE Direction de la Coopération au développement et de l'Action humanitaire, MAEE Direction de l'Immigration, MAEE Direction des affaires consulaires et des relations culturelles internationales, MAEE Réseau diplomatique Ministère de l'Egalité entre les femmes et les hommes Ministère de l'Intérieur (contact avec les communes) Plateforme nationale des ONG pour les défenseurs des droits humains Communes à identifier pour l'hébergement de DDH ProtectDefenders.eu et autres organisations et réseaux à identifier (p.ex. Shelter Cities, Human Rights Cities, Front Line Defenders, Amnesty International, Human Rights Watch, FIDH, etc.) ; Bureau du Haut-Commissaire aux droits de l'homme des Nations Unies (OHCHR) Mandataires des procédures spéciales du CDH, notamment Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits humains ;

Domaines politiques

Capacité? bâtiment, Espace civique, Défenseurs des journalistes et des activistes, E-gouvernement, Genre, Droits de l'Homme, Communautés marginalisées, Participation du public

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport Design Luxembourg 2019-2021

En vedette : en attente d'examen IRM

Premiers résultats : en attente de l'examen du MII

Design i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : participation civique

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement : en attente de l'examen IRM

Détails

Quel est le problème public en réponse à l'engagement d'engagement est pris?
-Au niveau mondial, des défenseurs · e · s des droits humains et des personnes qui contestent de manière pacifique les abus de pouvoir et la corruption, sont intimidés, attaqués et criminalisés. Cette tendance va de paire avec une montée de tendances autoritaires dans la politique de nombreux pays.
-Les instruments pour défendre les droits civils et politiques, mais également économiques, sociaux et culturels, sont nombreux, mais fragmentés et également sous pression.
-Les défenseurs des droits, de même que les femmes journalistes, sont ciblés de manière particulièrement violente, que ce soit dans la vie de tous les jours ou en ligne.
-Au niveau national, la société civile organisée affiche une sensibilité importante pour la question et est demanderesse pour les possibilités de participation plus importantes en matière de protection des DDH.

Quel est l'engagement?
-Mise en place d'une procédure d'accueil de défenseur · e · s des droits pour les périodes de repos de 6 à 12 mois, notamment via la plateforme ProtectDefenders.eu;
-Appui aux activités du Rapporteur spécial du Conseil des droits de l'homme (CDH) sur la situation des défenseurs des droits humains et aux autres activités et mandats contrôlés par la société civile du dispositif onusien et d'autres enceintes multilatérales;
-Coopération pour le renforcement des capacités des réseaux et organisations de défense des droits humains dans les pays en développement, notamment via la Coopération au développement luxembourgeoise et en accordant une attention particulière à la dimension du genre et à la protection des droits des femmes et des filles;
-Appui à et consultations avec la plateforme nationale de la société civile pour l'appui aux défenseurs · e · s des droits humains et information et sensibilisation publique sur la question.

Comment est-ce que l'engagement contribuera à résoudre le problème public?
-L'engagement mettra les ressources et l'autorité du ministère des Affaires étrangères et européennes, ainsi que de son réseau de contacts national et international, au service d'une protection active de celles et ceux qui défendent de manière pacifique les droits d ' autrui, en vertu de l'article premier de la Déclaration sur les défenseurs · e · s des droits humains des Nations Unies qui souligne que "Chacun a le droit, individuellement ou en association avec d'autres, de promouvoir la protection et la réalisation des droits de l'homme et des libertés fondamentales aux niveaux national et international. »
-En même temps, un dialogue plus structuré avec la société civile au niveau national intéressé par la question permet de répondre à une demande pour une collaboration plus actif entre acteurs étatiques et non-étatiques; l'implication à terme d'acteurs communaux permet de sensibiliser la population plus grande à la situation des DDH.

Pourquoi est-ce que cet engagement est pertinent en matière de valeurs du PGO?
-Les restrictions de l'espace civique, de tous les droits humains et des attaques contre la démocratie menacent toutes les valeurs et tous les objectifs du Partenariat pour un gouvernement ouvert.
-Une reprise en main de l'initiative pour résister aux efforts d'affaiblissement des droits humains, de la démocratie et de l'état de droit au niveau international est de ce fait indispensable pour garantir le succès du PGO à long terme.

Informations supplémentaires
Lien avec la formulation d'une stratégie générale en matière de politique étrangère.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

6. Plateforme d'appui à la société civile et aux défenseurs des droits de l'homme (DDH)

Objectif principal

  • «La mise en place d'une procédure d'admission à l'assistance juridique pour des périodes de repos de 6 mois à 12 mois, notamment via la plateforme ProtectDefenders.eu;
  • Appui aux activités du Rapporteur spécial du Conseil des droits de l'homme (CDH) sur la situation des défenseurs des droits de l'homme et autres activités et mandats d'appui à la société civile au sein du système des Nations Unies et dans d'autres forums multilatéraux;
  • Coopération pour le renforcement des capacités des organisations et réseaux de défense des droits de l'homme dans les pays en développement, notamment à travers la coopération avec le développement du Luxembourg et en accordant une attention particulière à la dimension de genre et à la protection des droits des femmes et des filles;
  • Soutien et consultations avec la plate-forme nationale de la société civile pour les droits de l’homme et l’information et sensibilisation du public sur la question. »

Milestones

  • Réunion constitutive de la plateforme nationale intégrée pour les DDH (août 2019, puis à un rythme à déterminer par les participants - août 2021)
  • Note explicative sur la plateforme et ses activités possibles (août 2019 - septembre 2019)
  • Élaboration des modalités d'accueil des DDH (automne 2019 - décembre 2019)
  • Stratégies de développement pour lutter contre la stigmatisation des DDH et parvenir à une meilleure communication sur les droits de l'homme (septembre 2019 - juin 2020)

Note éditoriale: Pour le texte complet de cet engagement, veuillez consulter le plan d'action du Luxembourg à l'adresse https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2019/08/Luxembourg_Action-Plan_2019-2021_EN.pdf.

Évaluation du rapport de conception de l'IRM

Vérifiable:

Oui

Pertinent:

Participation civique

Impact potentiel:

Mineur

Analyse des engagements

Le recul démocratique, l'abus des droits politiques et civiques et les restrictions de l'espace civique sont autant de défis auxquels sont confrontés les défenseurs des droits humains (DDH) dans le monde. (31) Le Grand-Duché de Luxembourg s'est engagé à protéger et à promouvoir les droits de l'homme, en particulier les droits des personnes handicapées; traite des êtres humains; asile et immigration; les droits des enfants; égalité des sexes; et la non-discrimination. (32) Par cet engagement, le ministère des Affaires étrangères et européennes soutiendra les activités de DRH en encourageant le renforcement des capacités et en fournissant une assistance juridique. Les activités spécifiques comprennent l'organisation de réunions et de consultations nationales, l'élaboration de dispositions d'accueil pour les DDH et l'élaboration de stratégies pour lutter contre la stigmatisation et prévenir la discrimination fondée sur le sexe.

L'engagement est pertinent par rapport à la valeur OGP de la participation civique car il comprend l'organisation de différentes consultations nationales pour faire avancer l'agenda des droits de l'homme et un dialogue plus structuré avec la société civile au niveau national en réponse à une demande de collaboration plus active entre l'État et les non -États parties prenantes.

En 2018, le Rapporteur spécial du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies (CDH) a organisé une réunion avec des représentants du gouvernement luxembourgeois et des organisations de la société civile où il a exprimé le besoin de soutenir la plateforme ProtectDefenders.eu, (33) et créer un espace pour soutenir le travail des DDH. (34) Après cette réunion, sous la houlette du ministère des Affaires étrangères et européennes, plusieurs actions ont suivi pour soutenir les DDH. Selon l'ancien point de contact, cet engagement pourrait officialiser ces actions tout en renforçant la coopération au développement (par exemple, en mettant en place des subventions de réinstallation temporaires pour les DDH de pays où l'espace civique est restreint et où les droits de l'homme sont exposés. améliorer la coopération entre le ministère des Affaires étrangères et les organisations de la société civile œuvrant pour la défense des droits de l'homme, telles qu'Amnesty Luxembourg, Front Line Defenders, Handicap, Freres des Hommes et l'UNICEF. Cependant, on ne sait toujours pas quelle sera la valeur ajoutée en ce qui concerne le respect aux actions précédentes menées par le ministère des Affaires étrangères et européennes, qui soutenaient déjà le travail des DDH. De plus, sans connaître les détails des étapes 1 et 2, il est difficile de comprendre les actions futures de cet engagement. sur les informations disponibles, l'engagement a un impact potentiel mineur. ous organisations de DRH au Luxembourg pour en savoir plus sur cet engagement mais n'ont reçu aucune réponse. (35)

Dans les prochaines étapes, le gouvernement pourrait cofinancer des subventions de l'UE accordées à des projets d'ONG soutenant les défenseurs des droits de l'homme, financer la plate-forme nationale et soutenir des réunions régulières entre les représentants gouvernementaux de haut niveau et la plate-forme, en vue de définir les priorités annuelles du gouvernement en matière de droits de l'homme. et le soutien aux DDH.

(31) CIVICUS, «CIVICUS Monitor: Tracking Civic Space» (consulté le 20 mai 2020), https://www.civicus.org/index.php/what-we-do/innovate/civicus-monitor.
(32) Commission consultative des droits de l'homme, «Quelle place pour les droits de l'homme dans l'accord de coalition 2018-2023?» [Quelle place pour les droits de l'homme dans l'accord de coalition 2018-2023?] (2019), https://bit.ly/2LSZH8s.
(33) ProtectDefenders.eu, [homepage] (consulté en octobre 2020), https://www.protectdefenders.eu/en/index.html.
(34) Luc Dockendorf, entretien virtuel par un chercheur de l'IRM, 15 mai 2020.
(35) Le chercheur de l'IRM a tenté de contacter les organisations suivantes d'avril à juin 2020: Amnesty International, Greenpeace, ECPACT (Un réseau mondial pour mettre fin à la prostitution des enfants et au trafic d'enfants), Caritas, groupe ASTM, Freres des Hommes, Front Line Defenders, Onofhängege Gewerkschaftsbond Lëtzebuerg (OGBL) et SOS-FAIM.

Engagements

Open Government Partnership