Ignorer la navigation

Organisations multilatérales

Grâce à ses partenariats avec des institutions multilatérales de premier plan, Open Government Partnership (OGP) aide à mobiliser de nouveaux investissements et un soutien technique pour renforcer les réformes du gouvernement ouvert à travers le monde.

Entre autres, le Groupe de la Banque mondiale (GBM), la Banque interaméricaine de développement (BID), l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) se sont engagés à soutenir les pays membres du PGO pour promouvoir un gouvernement ouvert et accroître la responsabilité.

Le Comité directeur du PGO considère ces partenariats comme essentiels pour augmenter les ressources disponibles pour aider les pays participants à mettre en œuvre leurs engagements de réforme du gouvernement ouvert. Les partenaires multilatéraux s'emploient également à étendre l'OGP, en aidant les pays qui souhaitent devenir éligibles à l'adhésion.

Les coprésidents de l'OGP ont invité chacune des institutions partenaires à établir une relation avec l'OGP afin de coordonner plus étroitement les efforts. Les partenaires ont déjà apporté d'importantes contributions aux premiers succès du PGO, notamment:

  • L'équipe de Groupe de la Banque mondiale soutient activement les pays membres de l'OGP dans toutes les régions ainsi que les pays cherchant à rejoindre le partenariat. La Banque mondiale fournit une assistance financière et technique pour le développement et la mise en œuvre des plans d'action nationaux du PGO et pour faciliter les échanges de connaissances entre les pays participants afin que les expériences réussies sur les pratiques de gouvernement ouvert puissent être adoptées plus rapidement. La Banque mondiale a également créé le Groupe des solutions globales pour un gouvernement ouvert assurer une approche intégrée du gouvernement ouvert, rechercher des opportunités d'aligner les engagements et les échéanciers du PGO avec les portefeuilles et les mesures de la Banque, et démontrer la valeur tangible de l'ouverture pour le développement.

  • L'équipe de Commission économique des Nations Unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) a aidé les pays d'Amérique latine et des Caraïbes à formuler et développer leurs propres plans d'action Gouvernement ouvert soutenu par trois piliers: i) transparence et responsabilité; ii) la collaboration au sein du gouvernement à la fois des fonctionnaires et l'innovation technologique avec les citoyens pour la co-création publique et la valeur sociale; et iii) la participation au processus d'implication active des citoyens dans la conception, l'élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques.

    Dans ce contexte, la CEPALC a développé des cours de formation, des conseils techniques et des recherches à travers la publication de documents, qui combinent théorie et pratique et systématisent les expériences des pays de la région dans la mise en œuvre et le développement des principes du gouvernement ouvert. La CEPALC joue également le rôle de plate-forme régionale pour faciliter l'échange d'expériences, de bonnes pratiques et d'initiatives innovantes, ainsi que de catalyseur des réseaux émergents de parties prenantes des gouvernements, de la société civile et du secteur privé dans les domaines du gouvernement ouvert et des données ouvertes.

  • L'équipe de Organisation des États américains (OEA) contribue à la promotion des principes du gouvernement ouvert à travers différents programmes et projets qui visent à renforcer les institutions publiques afin qu'elles soient plus transparentes, efficaces et disposent de mécanismes de participation publique. Grâce à la bourse de l'OEA sur le gouvernement ouvert et au cours sur les stratégies de gouvernement ouvert, l'OEA contribue à améliorer les capacités techniques et les compétences de leadership des fonctionnaires et des dirigeants politiques des Amériques afin qu'ils soient prêts à répondre aux demandes des citoyens aujourd'hui. L'OEA fournit également des stratégies, des méthodologies, des mécanismes et des outils pour améliorer la transparence des actions publiques, renforcer la responsabilité et exercer la participation du public. Cette organisation soutient ses États membres dans la mise en œuvre d'initiatives visant à lutter contre la corruption, à améliorer l'accès à l'information publique, à promouvoir l'administration électronique et les données ouvertes, et à faciliter le dialogue et l'échange d'expériences sur les pratiques innovantes du gouvernement ouvert.

  • L'équipe de BID soutient la région Amérique latine et Caraïbes (ALC) dans la conception et la mise en œuvre de politiques de gouvernement ouvert en: (i) fournissant une aide financière et une assistance technique remboursables et non remboursables, comme une carte géoréférentielle en Colombie pour surveiller l'investissement des redevances minières ; (ii) en générant des connaissances, comme une analyse des plans d'action du PGO dans la région ALC, et (iii) en facilitant le dialogue politique pour ses 26 pays membres emprunteurs. Parmi ces pays, la Colombie, El Salvador, le Honduras, le Paraguay, le Pérou, Trinité-et-Tobago ont reçu une assistance technique pour se conformer aux différents engagements du plan d'action du PGO. En particulier avec l'Uruguay, la BID aidera le pays avec un prêt de 35 millions de dollars US pour accroître la disponibilité des procédures et des services en ligne, simplifier l'interaction des citoyens et des entreprises avec l'administration et promouvoir l'interopérabilité entre les différentes agences gouvernementales ( engagement 6.1 du plan d'action pays 2014-2016). Pour plus d'informations sur les connaissances, les vidéos et les activités de diffusion sur le gouvernement ouvert, visitez l'infoguide de la BID et le blog sur la gestion publique.

  • L'équipe de Banque asiatique de développement (BAD) facilite le partage des connaissances et l'échange entre pairs entre le gouvernement et la société civile pour identifier les pratiques efficaces de gouvernement ouvert et promouvoir le partage des leçons à travers une série d'événements et d'ateliers régionaux depuis 2014. La BAD a également soutenu des événements de sensibilisation régionaux menés par l'Indonésie au Cambodge, au Myanmar, Malaisie et Papouasie-Nouvelle-Guinée. La BAD travaille actuellement avec le gouvernement arménien et sa société civile pour soutenir la participation communautaire et le suivi afin de renforcer les projets de construction d'écoles publiques. La BAD peut soutenir les pays membres dans l'élaboration et la mise en œuvre de leur plan d'action national, à la demande du gouvernement. La BAD travaillera également avec les pays membres intéressés pour répondre aux critères d'éligibilité de l'OGP. 

  • L'équipe de OCDE a fourni un soutien technique ciblé aux pays qui aspirent à rejoindre l'OGP, en les aidant à mettre en œuvre des réformes pour répondre aux critères d'éligibilité de l'OGP. Il soutient également les pays participants à l'OGP en améliorant leurs plans d'action OGP et l'impact de leurs politiques de gouvernement ouvert. Par exemple, l'OCDE fournit des conseils techniques au ministère tunisien des Finances alors qu'il travaille avec des représentants de la société civile pour produire conjointement un budget des citoyens. Ceci, combiné à la publication pour la première fois du projet de budget de l'exécutif, permettra à la Tunisie de rejoindre l'OGP en 2014.

  • PNUD soutient la formulation et la mise en œuvre des engagements du PGO dans de nombreux pays. Comme le souligne le Administrateur du PNUD lors du Sommet OGP 2015, «le PNUD a été à l'avant-garde pour aider les pays à construire des institutions inclusives, réactives et responsables en tant qu'impératif de développement durable, y compris en tant que partenaire de l'OGP». Par exemple, le PNUD travaille avec le gouvernement mexicain pour intégrer des indicateurs d'inclusion sociale dans un plateforme de données ouvertes qui permet aux citoyens de suivre les progrès du développement du Mexique et de collaborer avec le gouvernement pour créer des solutions. En Serbie, le PNUD a aidé à créer une «commission mobile» parlementaire qui tient des sessions régulières en dehors de la capitale, permettant une plus grande participation du public. Au Chili, le PNUD a soutenu l'élaboration du premier plan d'action pour l'ouverture législative au sein de l'OGP. À partir de 2016, il concentrera une partie de son soutien sur l'alignement des engagements du PGO avec les stratégies et plans nationaux atteindre l'Agenda 2030. Il aidera également les pays à suivre la mise en œuvre de l'objectif 16 des objectifs de développement durable (ODD), l'objectif auquel les principes de l'OGP sont le plus étroitement liés, à commencer par une vingtaine de volontaires des premiers exécutants. Le PNUD considère que la plate-forme d'engagement multipartite unique de l'OGP et les principes de gouvernement ouvert sont essentiels pour réaliser la transformation envisagée dans le Agenda 2030 et, en 2016, le PNUD collaborera plus étroitement avec les pays du PGO pour favoriser des sociétés pacifiques et inclusives soutenues par des institutions efficaces, responsables et sensibles à tous.

  • L'objectif de la Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) est de consolider la démocratie et une saine gestion économique sur le continent. À travers le programme, les dirigeants africains s'engagent auprès du peuple africain et du monde à travailler ensemble à la reconstruction du continent. C'est un engagement à promouvoir la paix et la stabilité, la démocratie, une saine gestion économique et un développement centré sur les personnes, et à se responsabiliser mutuellement au regard des accords énoncés dans le programme.

Open Government Partnership