Ignorer la navigation

Protocole de réponse rapide

 

 

Approuvé par le comité directeur de l'OGP le 29 septembre 2020

REMARQUE: Le protocole de réponse rapide remplace l'ancien mécanisme de réponse rapide.

Téléchargez le document du protocole de réponse rapide

I. Préambule

L'objectif du protocole de réponse rapide (RRP) est de fournir un cadre pour la Open Government Partnership (OGP) pour répondre rapidement aux situations, dans le cadre de cette politique, où les valeurs fondamentales de l'OGP telles qu'énoncées dans la Déclaration pour un gouvernement ouvert et dans les articles de gouvernance de l'OGP ne sont pas respectées dans les pays de l'OGP.

Le RRP vise à combler le vide entre le soutien continu fourni à toutes les parties prenantes du PGO et le recours à la pleine Politique de réponse OGP, afin d'aider à rétablir un dialogue de fond entre les parties prenantes nationales qui pourrait avoir été bloqué en raison de violations des valeurs fondamentales de l'OGP.

En outre, le RRP est uniquement destiné aux cas où une intervention rapide est nécessaire et s'applique dans des circonstances exceptionnelles lorsqu'un pays participant à l'OGP semble prendre des mesures qui portent atteinte aux valeurs et aux principes de l'OGP d'une manière qui démontre un mépris flagrant et flagrant pour ces valeurs et principes.

Le RRP n'est pas destiné à remplacer la politique de réponse, ni à remplacer d'autres mécanismes existants (voir l'annexe pour une liste de ceux-ci), ou les termes ou conditions énoncés dans le PGO Articles de gouvernance. Le RRP et les actions découlant de sa mise en œuvre ne sont pas destinés à être de nature punitive. Il donne la priorité à la facilitation du dialogue visant à résoudre les problèmes tout en respectant les valeurs et les principes de l'OGP.

II. Soumettre une demande de réponse rapide

 A. Critères de soumission d'une demande de réponse rapide

Pour déclencher le protocole de réponse rapide, la situation doit remplir les critères suivants:

  1. Il y a des allégations de violations graves des valeurs fondamentales de l'OGP par un participant de l'OGP (impliquant l'exposition de la violation, l'adoption d'une règle ou d'un règlement, ou une action spécifique qui a un impact négatif immédiat dans le pays ou la juridiction locale en question), et
  2. Une réponse requise est de nature urgente, ce qui signifie que le problème ne peut pas ou ne sera pas traité à court terme (dans les trois mois) par l'IRM, l'examen procédural ou la politique de réponse, et
    1. une réponse rapide de la part de l'OGP pourrait avoir un impact significatif sur la situation en question, ou
    2. l'absence de réponse rapide de la part de l'OGP pourrait compromettre la crédibilité du Partenariat.

B. Qui peut soumettre une demande de réponse rapide?

Une demande de réponse rapide peut être soumise par:

  1. Un membre du gouvernement ou de la société civile du comité directeur de l'OGP.
  2. Toute organisation de la société civile, nationale ou internationale, (autre qu'une personne agissant en son nom propre)
    1. qui est, ou a été, impliqué dans l'OGP au niveau national ou international, et
    2. fonctionne dans le pays ou la juridiction locale faisant l'objet du problème.

C. Contenu d'une demande de réponse rapide

Toutes les demandes doivent inclure les informations suivantes:

  1. Une description des personnes ou entités déposant la demande «déposant (s)»;
  2. Des informations concernant les activités ou l'implication du déposant dans l'OGP au niveau local, national ou international;
  3. Une description ou une explication des pratiques ou de la conduite à l'origine de la demande et de la manière dont elles enfreignent les valeurs de l'OGP, en fournissant autant de détails que possible, y compris la date ou la période de la conduite, le lieu de la conduite et le les personnes ou entités impliquées;
  4. La ou les sources de toutes les informations soumises à l'appui de la demande, y compris les copies des documents pertinents, des enregistrements audio ou vidéo.

Toutes les demandes de réponse rapide doivent être envoyées à info@opengovpartnership.org.

III. Processus de réponse à une demande de réponse rapide

A. Évaluation initiale par l'Unité d'appui - dans les deux jours ouvrables suivant la réception de la demande

  1. L'unité de soutien accusera réception de la demande de réponse rapide avec le (s) déposant (s) et procédera à une évaluation initiale pour déterminer si elle représente une demande crédible et répond aux critères d'éligibilité énoncés dans la section II ci-dessus.
  2. Si les conditions ne sont pas remplies, l'unité de soutien en informera le (s) déclarant (s) et le comité directeur. La demande de réponse rapide sera alors considérée comme close.
  3. Si les conditions sont remplies,
    1. l'Unité d'appui informera le Comité directeur qu'une réponse est justifiée. Ces informations seront également rendues publiques via le site Web de l'OGP conformément aux directives décrites ci-dessous, et
    2. L'unité de soutien informera le (s) déposant (s) de la demande et invitera le sujet de la demande à fournir une réponse formelle dans les cinq jours ouvrables.
    3. Le sujet de la demande peut ou non choisir de fournir une réponse formelle. Les réponses reçues dans les cinq jours ouvrables seront prises en compte lors de l'élaboration de la stratégie de réponse (section III.B ci-dessous). Les réponses reçues après cinq jours ouvrables, mais dans un délai de 15 jours ouvrables seront les bienvenues et seront prises en compte dans l'élaboration de la stratégie, si possible. Si cette réponse modifie la situation d'une manière qui se prête à la partie requérante, l'unité de soutien en informera le comité de pilotage et le RRP sera clôturé.

B. Élaboration de la stratégie - dans les cinq jours ouvrables suivant l'évaluation initiale (section III.A)

  1. L’Unité d’appui élaborera une stratégie d’intervention pour faire face à la situation préoccupante. Cette stratégie sera composée de:
    1. un certain nombre d'actions jugées nécessaires pour répondre à la complexité et à la spécificité des questions soulevées;
    2. un délai limité jugé suffisant pour mener à bien les actions (maximum trois mois).
  2. La stratégie peut impliquer les actions suivantes, énumérées ici sans ordre ni hiérarchie particulier:
    1. Déclaration du CEO (conformément aux dispositions de l'article III.C.2 des statuts de gouvernance)
    2. Initiatives d'enquête
    3. Consultation externe et discussion pour proposer une voie à suivre
    4. Ouverture diplomatique
    5. Entretenir le dialogue entre les parties concernées
    6. Recommandation pour la nomination d'envoyés pour la sensibilisation du Comité directeur
    7. Recommandation pour une politique de réponse complète à déposer pour répondre adéquatement aux préoccupations

C. Communication de la stratégie au Comité directeur - dans les trois jours ouvrables suivant l'élaboration de la stratégie (Section III.B)

  1. L’Unité d’appui partagera la stratégie élaborée (section III.B) avec le Comité de pilotage pour information et commentaires. Le comité de pilotage disposera de cinq jours ouvrables pour proposer de nouvelles actions ou améliorations de la stratégie et du calendrier proposé. L'Unité d'appui prendra dûment en considération les suggestions du Comité directeur.
  2. Outre les actions de l'Unité de soutien menées dans le cadre de la stratégie visée à la section III.B.2, (un sous-ensemble de) le Comité de pilotage peut choisir d'élaborer une déclaration complémentaire pour soutenir et / ou renforcer la stratégie de l'Unité de soutien. La portée et le contenu d'une telle déclaration relèveraient de la compétence des signataires.

D. Clôture de la demande de réponse rapide

  1. Une fois la stratégie définie, le protocole de la demande de réponse rapide sera clôturé et la mise en œuvre de la stratégie commencera.

IV. Mettre en œuvre la stratégie de réponse

  1. L'unité de soutien et les partenaires concernés du PGO commenceront les actions définies dans la stratégie dans un délai raisonnable en fonction du plan de travail et du calendrier convenus (le cas échéant) pour faire face à la situation particulière (ne dépassant pas trois mois).
  2. L'unité de soutien informera régulièrement le sous-comité des critères et des normes et le (s) déposant (s) des progrès et tentera de solliciter les commentaires du sujet tout au long de la mise en œuvre de la stratégie.
  3. Une fois la stratégie achevée, l'unité de soutien fera rapport au sous-comité des critères et des normes sur la situation. Si l'Unité de soutien conclut, avec la contribution du (des) déclarant (s) et le sujet de l'affaire RRP en question, que le problème n'a pas été correctement traité dans le délai défini (jusqu'à trois mois), l'Unité de soutien recommandera au (x) déposant (s) d'appliquer d'autres mécanismes de réponse OGP existants (voir l'annexe pour une liste complète), car ces problèmes nécessiteraient une réponse à plus long terme pour être traités de manière adéquate.

V. Politique de divulgation

  1. Dans la mesure du possible, et conformément à la nécessité de procéder à des ajustements pour protéger toutes les parties impliquées tel que déterminé par la demande de réponse rapide, le processus sera effectué conformément à la politique de divulgation de l'OGP. Cela signifie que les demandes, les remerciements et les stratégies seront disponibles dans une section dédiée du site Web de l'OGP.

VI. Révision et apprentissage

  1. Après un an de mise en œuvre de cette politique, l'Unité de soutien fournira une évaluation et proposera des révisions du Protocole de réponse rapide comme moyen supplémentaire de réponse du PGO et de soutien à l'examen du Comité de pilotage.

Comme indiqué dans la section IV de la politique de réponse, les «types de problèmes susceptibles de constituer une préoccupation pertinente» sont les types de problèmes susceptibles de porter suffisamment atteinte aux valeurs et aux principes du PGO, notamment l'introduction de des politiques, pratiques ou actions nouvelles ou révisées qui réduisent considérablement l'un des éléments suivants: (a) l'accès à l'information pour les citoyens et la société civile; (b) l'espace permettant aux organisations non gouvernementales de travailler de manière indépendante, d'exprimer des critiques et / ou de recevoir des financements de sources nationales ou internationales (par exemple, de nouvelles lois sur les ONG); (c) la jouissance des libertés fondamentales, notamment la liberté d'expression et de réunion pacifique et d'association; et / ou (d) la liberté des médias en ligne ou hors ligne, ou la propriété et l'indépendance des médias.

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!