Ignorer la navigation

Projets de loi des citoyens pour le renforcement des principes de gouvernement ouvert à travers le développement collaboratif des lois

par Marco Konopacki, Debora Albu, Fabro Steibel et Victor Vicente

La Constitution démocratique du Brésil de 1988 a instauré six modes de participation à la vie politique: le suffrage direct, le référendum, le plébiscite, les poursuites pénales populaires, les conseils d'orientation et les projets de loi d'initiative citoyenne. Ce dernier mode permet à la société civile de proposer des projets de loi dans les organes législatifs nationaux, étatiques ou municipaux. Un tel mécanisme est important pour renforcer la confiance et la légitimité dans le système politique, ce qui renforce les principes de gouvernement ouvert.

Depuis l'adoption des projets de loi d'initiative citoyenne, aucun projet de loi n'a été présenté au Congrès national utilisant ce mécanisme. Nous soutenons que ce phénomène est dû aux coûts élevés de ce processus, à la fois en termes de ressources financières et de temps de mobilisation. En ce sens, le document présente un aperçu des projets de loi d'initiative citoyenne au Brésil, en soulignant les défis éventuels pour la concrétisation de ce droit. Ensuite, il présente une solution possible pour réduire ces coûts avec l'application «Mudamos», qui collecte des signatures électroniques pour ces factures. Enfin, il analyse l'utilisation préliminaire de cette proposition et les nouvelles possibilités pour la réalisation de ce droit constitutionnel grâce à l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC). Sur la base de cette analyse, nous avons l’intention de construire de brèves comparaisons entre l’opportunité d’adopter des signatures électroniques pour les projets de loi d’initiative citoyenne au Brésil et l’adoption effective de cette modalité de signature par l’Espagne, qui a approuvé une loi autorisant la procédure sous 2006. Notre analyse préliminaire indique une augmentation des «Iniciativas Legislativas Populares» (ILP - projets de loi d'initiative citoyenne), uniquement dans 2011, lorsque de nouvelles propositions 13 ont été présentées au Parlement. Cependant, ils n'ont été sanctionnés que par 2012, où une seule loi proposée à l'initiative des citoyens a été approuvée. Par conséquent, les questions qui guident notre comparaison sont les suivantes: quel impact sur la confiance de la population dans ce mécanisme de participation? Existe-t-il un problème de légitimité dans le processus de mobilisation d’un PAI?

L'objectif principal de cet article est de comprendre l'adoption des signatures électroniques à l'aide de l'application Mudamos et les différences et similitudes avec le cas espagnol, en mettant l'accent sur les leçons que le Brésil pourrait tirer de cette expérience et contribuer à la pleine jouissance de ce droit civil. . Enfin, cette comparaison pourrait également servir de référence à de nouvelles études menées en Amérique latine sur l’adoption de signatures électroniques dans les processus participatifs, renforçant ainsi les principes de gouvernement ouvert sur le continent.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!