Ignorer la navigation
Italie

TransPArenti + 1 (IT0019)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Italie, deuxième plan d'action, 2014-2016

Cycle du plan d'action : 2014

Statut : Inactif

Institutions

Institution principale : ANAC

Institution(s) de soutien : NA

Domaines politiques

Accès à l'information, Lutte contre la corruption et intégrité, Institutions anti-corruption, E-gouvernement, Participation du public, Droit à l'information

Revue IRM

Rapport IRM: Italie Rapport de fin de trimestre 2014-2016, Italie Rapport d'étape IRM 2014-2015

Suivi : Non

Premiers résultats : n'a pas changé

Efficace i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : participation civique, technologie

Impact potentiel:

Implémentation i

Achèvement:

Description

L’initiative, baptisée «trasPArenti + 1», vise à promouvoir et à favoriser la participation active des citoyens à l’activité de surveillance de l’ANAC. Cette initiative a deux objectifs principaux: elle vise à généraliser l’utilisation de l’accès à l’information (accesso civico) par les entités publiques et à intensifier les efforts pour améliorer la transparence, ainsi que l’accessibilité totale de toutes les informations sur les sites web institutionnels des administrations publiques (décret législatif no. 33 / 2013, articles 1 et 2).

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

Engagement 3. TransPArent + 1

Texte d'engagement:

L’initiative, baptisée «trasPArenti + 1», vise à promouvoir et à favoriser la participation active des citoyens à l’activité de surveillance de l’ANAC. Cette initiative a deux objectifs principaux: elle vise à généraliser l’utilisation de l’accès à l’information (accesso civico) par les entités publiques et à intensifier les efforts pour améliorer la transparence, ainsi que l’accessibilité totale de toutes les informations sur les sites web institutionnels des administrations publiques (décret législatif no. 33 / 2013, articles 1 et 2).

Objectifs spécifiques

Pour atteindre cet objectif, nous devons repenser l’interface Web de communication avec les citoyens «Communiquer avec ANAC» au moyen d’actions spécifiques visant à:

-améliorer la fonctionnalité, simplifier le front-acquisition des données d’interface finale et qualité (supervision participative);

-renforcer les outils de communication externes en ligne;

-développer la fonctionnalité back-end, en créant une plateforme pour la gestion interne et le traitement des données (base de données), qui permet:

-interpréter - à des fins de prévention de la corruption - toutes les informations obtenues également sur la base d'indicateurs de risque de corruption que l'Autorité peut éventuellement identifier en se référant à des domaines d'activité spécifiques des administrations publiques;

- rendre compte en externe (publication Web) des résultats des activités de supervision exercées par le citoyen (responsabilité);

-encourager l'utilisation par les citoyens de l'accès à l'information (accesso civico) par une sensibilisation appropriée- initiatives de sensibilisation et de suivi civique élaborées conjointement avec des organisations de la société civile.

Institution responsable: ANAC

Institution (s) de soutien: -

Date de début: janvier 2015 Date de fin: juin 2016

But de l'engagement:

Cet engagement visait à améliorer la participation des citoyens au suivi des activités de lutte contre la corruption menées par l'Autorité nationale de lutte contre la corruption mise en place par le gouvernement. Plus précisément, l'engagement pris pour

· Développer l'utilisation des dispositions d'accès à l'information appelées «accès civique»

· Augmentation de l'accessibilité des informations relatives à la transparence conformément aux dispositions de la loi sur les sites Web institutionnels de toutes les administrations publiques (décret législatif n ° 33 / 2013, articles 1 et 2).

Statut

À moyen terme: limité

Le gouvernement avait pris des mesures préliminaires en vue de la mise en œuvre de cet engagement. L'objectif des activités initiales était de poursuivre et de faire évoluer une initiative existante: l'Autorité de lutte contre la corruption (ANAC), une plate-forme web développée en 2013 pour faciliter la communication entre les autorités et les citoyens: «Comunica con l'Autorità»[Note 5: http://campagnatrasparenza.anticorruzione.it]. Dans le cadre de son examen d'auto-évaluation, le gouvernement a également entamé la rédaction du «Règlement concernant les activités de surveillance pour les obligations de transparence et les mesures de prévention de la corruption», qui vise à réorganiser et à harmoniser les activités de surveillance menées par l'ANAC dans les domaines de la transparence et de la lutte contre la corruption. .

Fin du mandat: Limité

Sur la base de l'activité de surveillance du site Web susmentionné menée par le chercheur de l'IRM, la mise en œuvre n'a pas progressé. Une publication sur le site Web publiée en octobre, 2016, a déclaré que l’utilisation de la plateforme Web avait été temporairement suspendue. Le site Web indiquait en outre que l'utilisation de la plate-forme était en suspens en raison de la nécessité de se conformer aux dispositions du décret législatif 97 / 2016 (décret dit Madia), récemment adopté, visant à simplifier les dispositions relatives à la prévention de la corruption et à la transparence.[Note 6: Le 5 du mois d'octobre, l'ANAC a publié une note officielle signée par son président, Raffaele Cantone, selon laquelle “l'utilisation de la plate-forme Web (alors appelée“ Campagna Transparenza ”) - serait temporairement suspendue en attendant les changements nécessaires pour rendre le système conforme. avec les nouvelles dispositions. " http://www.anticorruzione.it/portal/public/classic/AttivitaAutorita/AttiDellAutorita/_Atto?ca=6608

]. Il est important de noter que les mesures de lutte contre la corruption par le biais d'une transparence accrue et d'une surveillance accrue par le public ont été un élément majeur de la réforme de l'administration publique. Comme indiqué dans l'auto-évaluation du gouvernement, il était crucial de coordonner et d'aligner les activités de l'organisme anti-corruption du gouvernement (ANAC). La réforme avait été largement promue en tant que moyen de relancer l'économie, de rétablir la confiance des citoyens dans le gouvernement et de moderniser la fourniture de services publics.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: n'a pas changé

Participation civique: n'a pas changé

Afin de promouvoir une stratégie de lutte contre la corruption plus efficace, le gouvernement avait l'intention de faire participer le public et de promouvoir la divulgation proactive de toutes les informations pertinentes sur les sites Web des autorités publiques. Pour ce faire, le gouvernement prévoyait de renforcer une plate-forme existante gérée par l'autorité chargée de la lutte contre la corruption en améliorant l'interface et les outils de communication afin de mieux impliquer les utilisateurs. Cependant, en raison de la nécessité de se conformer à un nouveau changement de politique, la plate-forme a été temporairement suspendue, ce qui limite son potentiel pour accroître l'accès à l'information et la participation civique.

L'engagement visait à étendre l'accès à l'information et à améliorer la divulgation totale par les organismes publics en permettant aux citoyens d'exercer leur droit à «l'accès civique». Cependant, l'accès civique n'était pas conforme aux normes internationales de la législation FOIA car il n'autorisait l'accès qu'à des informations spécifiques sur les obligations de transparence de tout organisme public. Cela a été reconnu dans le décret législatif no. 33/2013, articles 1 et 2. En ce sens, le droit d'accès civique ne concernait que les informations sur les sites institutionnels des administrations publiques et leur obligation de divulguer certaines informations sur ces sites. La plateforme a permis aux citoyens de signaler les administrations publiques qui ne respectaient pas ces dispositions. Cela en a fait un outil mis à la disposition des citoyens pour surveiller le respect des obligations de divulgation publique.

Cependant, l'accès civique n'a pas octroyé le droit d'accès prévu dans les normes internationales de la législation FOIA. En outre, cette initiative avait un délai limité pendant lequel aucun changement significatif n’était intervenu quant à la quantité et à la qualité des informations divulguées et accessibles aux citoyens.

Reportés?

La portée de cet engagement est désormais incluse dans l'engagement 8 du troisième plan d'action qui a la même autorité responsable (ANAC) et a pour objectif général de clarifier et de simplifier les procédures de publication des données par les autorités publiques. Cet engagement vise à encourager des formes généralisées de contrôle par les citoyens, l'exercice de fonctions institutionnelles et l'utilisation de ressources publiques. Pour ce faire, il élaborerait des directives pour la publication des documents, informations et données imposés par la loi sur les sites Web des administrations et des entités soumises à la législation en matière de lutte contre la corruption et de transparence. Engagement 8 mentionne également l'activation d'initiatives de surveillance civique sur ces dispositions.


Engagements

Open Government Partnership