Ignorer la navigation
Nouvelle-Zélande

Action de stratégie TIC 13 - Ouverture par défaut: réutilisation active d’actifs d’information (NZ0002)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Nouvelle-Zélande, Premier plan d'action, 2014-16

Cycle du plan d'action: 2014

Statut: inactif

Institutions

Institution principale: ministère de l'Intérieur, Land Information New Zealand

Institution (s) de soutien: Tous les organismes gouvernementaux qui traitent des données

Domaines politiques

Accès à l'information, Capacité? bâtiment, Open Data, Participation du public

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin d’année néo-zélandais 2014-2016, Rapport d'étape IRM de la Nouvelle-Zélande 2014-2015

Étoilé: non

Premiers résultats: marginal

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs de l'OGP: accès à l'information, à la technologie

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

L’action 13 de la stratégie et du plan d’action en matière de TIC en faveur de 2017 est une nouvelle avancée du programme néo-zélandais d’information et de données gouvernementales sur le gouvernement visant à aider les agences à mettre en œuvre la «Déclaration sur un gouvernement ouvert et transparent» et les principes néo-zélandais de gestion des données et de l’information. approuvé par le gouvernement dans 2011 et le cadre de libre accès et de licence du gouvernement de la Nouvelle-Zélande approuvé par le gouvernement dans 2010.
Le programme est une initiative intergouvernementale dirigée par un secrétariat travaillant avec la société civile et le secteur privé.
Les objectifs de cette initiative sont:
- augmenter la valeur économique et sociale grâce à la réutilisation des données gouvernementales
- un gouvernement plus efficace grâce au partage et à l'alignement appropriés des données
- accroître la transparence au sein du gouvernement et
- accroître la participation à l'élaboration des politiques.
Suite à l'approbation par le gouvernement du cadre du gouvernement néo-zélandais sur l'accès libre et les licences (NZGOAL) et de la Déclaration sur un gouvernement ouvert et transparent, le Secrétariat a élaboré et mis en œuvre un programme d'orientation et de formation destiné à aider les organismes du secteur public à adopter NZGOAL et la Déclaration. Au cours des deux premières années, l'objectif était d'aider les ministères du gouvernement néo-zélandais à apporter les modifications de processus nécessaires pour permettre au public de recevoir régulièrement des données ouvertes dans des formats réutilisables. Cette offre de données, qui utilise la série de licences Creative Commons NZGOAL, va maintenant au-delà du gouvernement central, alors que les agences du secteur public au sens large commencent à voir l'intérêt de rendre leurs données disponibles dans des formats réutilisables en réponse à la demande de la société civile. et le secteur privé.
En collaboration avec ses parties prenantes, le secrétariat a élaboré les principes de gestion des données et de l'information de la Nouvelle-Zélande et participe activement aux conférences et aux médias sociaux afin de promouvoir et de faire progresser son programme de travail.
Le secrétariat élargit ses relations avec les organisations de la société civile et les organes représentatifs du secteur privé pour les sensibiliser à la disponibilité des données ouvertes et pour faire progresser la publication des données et informations considérées comme prioritaires par ces groupes. Une stratégie sera élaborée pour identifier les actions favorisant la connaissance des données, ressources, outils et sites Web disponibles pour aider les citoyens à identifier, accéder et utiliser les données et informations du gouvernement. Cette stratégie sera mise en œuvre d’ici juin 2015.
Le secrétariat collaborera également avec d'autres initiatives gouvernementales collaborant avec des groupes de la société civile et des entreprises afin d'aligner les activités du gouvernement et de réduire les doubles emplois pour tous les participants. Cela comprend l’alignement de la manière dont le secrétariat mesure la réalisation des avantages escomptés du programme avec nos grands défis et principes choisis du PGO.

Résumé du statut de fin de session IRM

2. Stratégie et plan d'action en matière de TIC

Texte d'engagement:

Stratégie et plan d'action du gouvernement en matière de TIC à appliquer à 2017 - Le plan d'action en matière de TIC sera actualisé d'ici la fin de 2014

Focus sur l'action 13 de la stratégie gouvernementale en matière de TIC: Ouverte par défaut - à mettre en œuvre d'ici juin 2016

Note éditoriale: Cette langue est tirée du tableau de la page 5 du plan d’action national.

La section Plan d’action sera mise à jour d’ici la fin de 2014 et la section Stratégie doit faire l’objet d’une actualisation dans 2015. Une stratégie sera élaborée pour identifier les actions favorisant la connaissance des données, ressources, outils et sites Web disponibles pour aider les citoyens à identifier, accéder et utiliser les données et informations du gouvernement.

La stratégie sera mise en œuvre d’ici juin 2015.

Le secrétariat collaborera également avec d'autres initiatives gouvernementales collaborant avec des groupes de la société civile et des entreprises afin d'aligner les activités du gouvernement et de réduire les doubles emplois pour tous les participants. Cela comprend l’alignement de la manière dont le secrétariat mesure la réalisation des avantages escomptés du programme avec nos grands défis et principes choisis du PGO.

Note de la rédaction: Ce langage est tiré de la page 9 du plan d’action national.

Institution responsable: Département de l'intérieur

Institution (s) concernée (s): Land Information NZ, Commission des services de l'Etat

Date de début: 1 juillet 2014 Date de fin: 30 juin 2016

But de l'engagement:

Cet engagement vise à rendre les données gouvernementales disponibles pour la réutilisation et à utiliser la technologie pour améliorer la prestation des services publics.

Au moment de l'adoption de l'engagement, le gouvernement disposait de la stratégie gouvernementale en matière de TIC et du plan d'action 2017 (2013 – 2017), qui prévoyaient un plan stratégique général intergouvernemental visant à transformer et à intégrer le gouvernement grâce à une utilisation plus large de la technologie. Le plan d'action en matière de TIC comprenait une proposition visant à rendre les données du gouvernement ouvertes par défaut et un plan de partage interne des données du gouvernement.[Note 13: Stratégie et plan d’action du gouvernement en matière de TIC, adressé à 2017, https://www.ict.govt.nz/assets/Uploads/Government-ICT-Strategy-and-Action-Plan-to-2017.pdf, 39.] Le plan d'action en matière de TIC devait être actualisé chaque année. Lors de la publication du plan d’action OGP du gouvernement, le gouvernement exploitait déjà un portail central (www.govt.nz) permettant d’accéder à diverses informations gouvernementales et un portail de données gouvernemental (www.data.govt.nz) permettant d’accéder à un nombre limité de données. gamme de jeux de données du gouvernement. Il avait également créé le Programme d'information et de données sur le gouvernement ouvert pour faciliter et encourager la diffusion et l'utilisation des données gouvernementales.

Cet engagement visait deux actions principales: mettre à jour le plan d'action dans le domaine des TIC par 2014 et s'attacher à rendre les informations gouvernementales «ouvertes par défaut» d'ici juin 2016. Ces mesures visaient à faire en sorte que le plan d'action en matière de TIC reste pertinent et cohérent par rapport aux autres programmes gouvernementaux et que les ensembles de données gouvernementales qui n'étaient auparavant pas accessibles au public puissent être utilisés à des fins sociales et économiques. Le gouvernement visait également à mener des activités pour aider les citoyens à comprendre et à utiliser les données gouvernementales.

Le plan d’action du PGO tel qu’il était écrit ne contenait aucun repère ni critère d’évaluation de l’achèvement, ce qui rendait difficile l’évaluation des progrès, d’autant plus que les objectifs généraux de transformation de l’infrastructure des TIC et de diffusion de toutes les données gouvernementales sont ambigus sans inclure de paramètres. Étant donné que ces engagements concernent l'ensemble du gouvernement, le chercheur de l'IRM a cherché à déterminer dans quelle mesure des données gouvernementales utiles avaient été rendues publiques au cours de la période d'engagement pour évaluer leur achèvement, en s'appuyant sur un large éventail de sources gouvernementales, d'OSC et disponibles au public. .[Note 14: Cela comprenait un examen des portails d’information et de données du gouvernement, http://www.govt.nz pour http://www.data.govt.nz; un rapport préparé par le groupe de gouvernance des chefs de gouvernement des données du gouvernement ouvert (https://www.ict.govt.nz/assets/Uploads/Documents/2015-Report-on-adoption-of-the-Declaration.pdf, para 8); informations fournies dans l’auto-évaluation de fin de mandat du gouvernement (http://www.ssc.govt.nz/sites/all/files/New%20Zealand%20OGP%20final%20self-assessment%20report.pdf) les réponses du gouvernement à une série de questions écrites du chercheur de l'IRM; et entretiens avec des responsables et des parties prenantes.] Le chercheur a également évalué si le plan d'action en matière de TIC avait été actualisé par 2014 et la stratégie en matière de TIC mise à jour par 2015.

Statut

Mi-parcours: substantiel

Comme indiqué dans le rapport d'activité de l'IRM,[Note 15: IRM: Rapport d’avancement de la Nouvelle-Zélande 2014 – 2015, http://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/IRMReport_NEWZEALAND_ONLINE%C6%92.pdf. ] le gouvernement a achevé son engagement de mettre à jour le plan d'action dans le domaine des TIC à temps en décembre 2014. Le nouveau plan d'action dans le domaine des TIC a consolidé et affiné l'éventail des actions intergouvernementales dans le domaine des TIC, mis davantage l'accent sur la collaboration interinstitutions et clarifié la relation entre le plan d'action dans le domaine des TIC et le programme de meilleurs services publics.

Notamment, la partie du plan d'action TIC initial (Action 13) qui visait à rendre les actifs d'information publics «ouverts par défaut» d'ici juin 2016 a été modifiée pour «accélérer la publication d'informations et de données publiques à des fins de réutilisation». ne change pas le contenu de l'engagement.[Remarque 16: Ibid., 27.] Comme discuté ci-dessous, le chercheur a estimé qu'il était possible que le changement affaiblisse l'engagement, mais le gouvernement a finalement mis fin au plan d'action en matière de TIC avant qu'un changement ne devienne évident.

Le rapport d'activité de l'IRM a révélé que cet engagement était d'une très grande portée. Il a noté des progrès dans un certain nombre de domaines, notamment la publication de nouveaux jeux de données, mais a conclu qu'il était impossible de dire qu'il était sur la bonne voie pour être «mis en œuvre» d'ici juin 2016. Le gouvernement a effectivement mené certaines activités pour sensibiliser le public aux données récemment publiées, bien qu'aucune stratégie formelle n'ait été mise en œuvre au cours de la première année du plan d'action OGP.

Fin du mandat: substantiel

Cet engagement a été évalué par rapport à deux étapes. Le premier, mentionné ci-dessus, était l'actualisation du plan d'action TIC par 2014, qui a été achevé à temps. Le gouvernement a mis à jour la stratégie TIC de 2015, comme indiqué dans le plan d'action OGP. [Note 17: Stratégie gouvernementale sur les TIC 2015, https://www.ict.govt.nz/strategy-and-action-plan/strategy/.]

La deuxième étape consiste à rendre les données du gouvernement ouvertes par défaut d’ici juin 2016 et comprend une promesse de mener des activités de sensibilisation à l’open data. Le rapport d'auto-évaluation de fin de mandat du gouvernement conclut que même si des progrès ont été accomplis, «un changement de culture complet visant à instaurer une approche« ouverte par défaut »dans l'ensemble du gouvernement n'a pas encore été réalisé».[Note 18: Open Government Partnership Rapport final d'auto-évaluation de la Nouvelle-Zélande Premier plan d'action national 2014 – 16, septembre 2016, 20. http://www.ssc.govt.nz/sites/all/files/New%20Zealand%20OGP%20final%20self-assessment%20report.pdf.] Des changements importants ont également été apportés à l'engagement, ce qui rend difficile l'évaluation de l'achèvement. Le plan d'action en matière de TIC a été réduit au cours de l'actualisation dans 2014, puis réduit encore davantage. En juin 2016, le plan d'action dans le domaine des TIC a été abandonné et remplacé par un «programme de travail intégré», que le gouvernement décrit comme «une approche plus souple et plus adaptative», dans le cadre duquel les plus hautes priorités en matière de TIC sont gérées par le biais d'une collaboration interinstitutions relevant du Gouvernement. Cadre de partenariat des officiers.[Note 19: Mise en œuvre de la stratégie gouvernementale en matière de TIC, https://www.ict.govt.nz/strategy-and-action-plan/government-ict-strategy-implementation/] Il comprend un groupe de travail visant à «ouvrir les données et le partage par défaut».[Note 20: Stratégie gouvernementale sur les TIC 2015, https://www.ict.govt.nz/strategy-and-action-plan/strategy/.]

Le programme d’information et de données sur le gouvernement ouvert aide les organismes gouvernementaux à rendre leurs données accessibles au public, notamment en organisant des programmes de formation sur les licences ouvertes,[Note 21: cadre de libre accès et de licence du gouvernement néo-zélandais (NZGOAL), https://www.ict.govt.nz/guidance-and-resources/open-government/new-zealand-government-open-access-and-licensing-nzgoal-framework/; Vidéos de formation en ligne NZGOAL, https://www.ict.govt.nz/guidance-and-resources/open-government/new-zealand-government-open-access-and-licensing-nzgoal-framework/nzgoal-online-training-videos/.] et les nouveaux jeux de données 1,860 ont été répertoriés sur data.govt.nz.[Note 22: Département de l’Intérieur, lettre au chercheur IRM, 29 July 2016, 8.] La plupart (y compris toutes les agences du gouvernement central 32) ont nommé des «champions des données» pour superviser la réforme. Un site beta.data.govt.nz a été lancé en juin 2016 pour tester une version améliorée du site Web à données ouvertes du gouvernement.[Note 23: http://www.beta.data.govt.nz.] Comme il en reste toujours, comme indiqué ci-dessous, des progrès réguliers ont été accomplis vers une norme «ouverte par défaut».

Le programme d’information et de données sur le gouvernement ouvert a également mené un large éventail d’activités novatrices visant à mieux faire connaître les données disponibles, notamment l’utilisation des réseaux sociaux, la publication d’études de cas et de guides, la tenue de réunions avec des défenseurs des données et la publication d’une liste de sources multiples. ensembles de données que les citoyens voulaient voir publiés.[Remarque 24: Enquête sur les principaux ensembles de données 10, https://www.ict.govt.nz/guidance-and-resources/open-government/engagement-activities/top-10-datasets-survey/.
Les activités de sensibilisation comprennent la création d'un compte Twitter et de hashtags populaires sur les données ouvertes, l'organisation d'une vitrine de données au Parlement, la publication d'études de cas sur l'utilisation des données gouvernementales, l'organisation de sessions à l'heure du déjeuner pour discuter des données ouvertes, l'organisation de réunions avec les champions des données des agences, l'organisation de présentations. par des experts, en lançant une chaîne YouTube à données ouvertes, en publiant une lettre d'information, en écrivant un blog et en fournissant des informations détaillées, des outils et des ressources sur son site Web. ]

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: marginal

L’accent mis par défaut sur l’ouverture des données gouvernementales était très utile pour accroître l’accès à l’information, même s’il manquait de points de repère ou d’indicateurs de progrès clairs. L'actualisation permettait de revitaliser l'engagement en proposant un programme détaillé visant à élargir considérablement l'accès aux ensembles de données collectés par les agences gouvernementales. À leur tour, ces nouvelles données pourraient être utilisées à diverses fins commerciales et démocratiques, notamment pour évaluer la performance du gouvernement et identifier les problèmes sociaux nécessitant une action.

Cependant, trois défis principaux ont empêché cet engagement d'ouvrir le gouvernement de manière plus significative: l'ampleur de la tâche, le manque de ressources et la mauvaise qualité des données publiées.

L'ampleur de la promesse d'ouvrir toutes les données du gouvernement au cours de la période d'engagement était un gros défi, et il est maintenant clair que le gouvernement n'a pas consacré suffisamment de ressources à la réalisation de cet objectif. L'unité au sein du Département de l'intérieur chargée de faciliter la diffusion des données était en sous-effectif, ne disposait pas d'un budget suffisant pour l'engagement pris par le PGO et n'avait reçu aucun pouvoir formel pour exiger la publication des données.

Le groupe gouvernemental sur la gouvernance des chefs de gouvernement des données et du gouvernement ouvert a identifié un certain nombre de problèmes et de frustrations pour la mise à disposition des données gouvernementales. Il a constaté que la plupart des agences gouvernementales ne respectaient pas pleinement les exigences en matière de données ouvertes énoncées dans la Déclaration 2011 sur un gouvernement ouvert et transparent, dans laquelle le gouvernement s'était engagé à diffuser activement des données publiques de grande valeur.[Remarque: 25: NZ Informations et données gouvernementales ouvertes: Rapport d’avancement de 2015, août 2015, paragraphes 1, 3, 11, 12, 16, 26, 45 et 49. https://www.ict.govt.nz/assets/Uploads/Documents/2015-Report-on-adoption-of-the-Declaration.pdf. ] Cela fait double emploi avec l'engagement de l'OGP et est mentionné dans le contexte du plan d'action de la Nouvelle-Zélande. Le groupe de la gouvernance a mesuré une série de critères conçus pour évaluer la transition des agences vers des données ouvertes. Il a noté une série de problèmes:

«… Les agences ont des processus de gestion de données immatures, des formats de données ouverts non cohérents, des processus de publication manuels et certaines données ne sont encore publiées que dans des formats propriétaires tels que Microsoft Excel. Les agences signalent des problèmes de priorité en matière de ressources internes, de compréhension des données ouvertes et partagées, d'agrégation de données restreintes pour permettre leur diffusion en tant que données ouvertes et des coûts à long terme liés au maintien de la publication des données publiques. ”[Note 26: Ibid., Paragraphe 8.]

Le groupe de la gouvernance a également constaté que le public était peu informé des données disponibles. En outre, de nombreuses agences ne travaillent pas avec les utilisateurs pour identifier des données de grande valeur, et beaucoup d’autres n’avaient pas publié de données.[Remarque: 27: Ibid., Paragraphes 11, 12, 26, 27, 45 et 51.] Il a constaté que les conseils locaux étaient particulièrement en retard.

Les parties prenantes et certains représentants officiels interrogés par le chercheur de l'IRM ont également corroboré le point de vue du groupe de la gouvernance. et a déclaré qu'il y avait peu de hiérarchisation des données de grande valeur. De plus, le bureau du gouvernement chargé de superviser la transition vers un statut ouvert par défaut ne disposait pas de suffisamment de personnel, de budget ou de pouvoirs. Les experts interrogés en matière de transparence des données interrogés ont déclaré que la sensibilisation était quelque peu prématurée: la véritable priorité devait être de diffuser des données utiles dans des formats utilisables.

En ce qui concerne les preuves concrètes de changement améliorant la transparence, la responsabilisation ou la participation du public, le tableau était contrasté. Plus de jeux de données ont été publiés via le portail de données du gouvernement (http://www.data.govt.nz), donc l'accès à l'information a été amélioré. Le site Web central fournissant des informations sur le gouvernement a été amélioré en ajoutant des informations sur les consultations en cours, ce qui constitue une autre amélioration de l'accès à l'information.[Note 28: https://www.govt.nz/browse/engaging-with-government/have-your-say/consultations/.] Le gouvernement a également étendu son système de licences afin de faciliter la diffusion et a mené diverses activités de sensibilisation à l'open data. Le gouvernement souligne que certaines des données publiées ont été utilisées de manière démocratiquement utile; par exemple, Le héraut de Nouvelle-Zélande a utilisé les données gouvernementales pour rendre compte des résultats des élections et des zones défavorisées.[Note 29: http://www.nzherald.co.nz/nz/news/article.cfm?c_id=1&objectid=11254032.]

Néanmoins, le chercheur de l'IRM a conclu que cet engagement - comparé aux critères de base de la transparence, de la responsabilité et de la participation du public 2014 - était très limité. En conséquence, alors que ce programme est louable et présente un intérêt évident pour l'accès à l'information du PGO, le chercheur en GRI conclut que les gains attribuables à la mise en œuvre du plan d'action du PGO ne sont que marginaux.

Reportés?

Il n'est pas encore clair si des aspects de cet engagement ont été repris dans le prochain plan d'action. C'était l'un des thèmes discutés avec le SAG avant sa dissolution. Le chercheur de l'IRM recommande au gouvernement de se concentrer sur des engagements offrant des avantages spécifiques et mesurables en matière de diffusion et d'utilisation de données et d'informations utiles sur le plan démocratique (par exemple, le gouvernement pourrait donner suite à sa suggestion précédente consistant à hiérarchiser les données relatives à la santé, à l'éducation et à l'environnement).[Note 30: Open Government Partnership Rapport d’autoévaluation à mi-parcours, janvier 2016, http://www.ssc.govt.nz/sites/all/files/OGP-NZ-Mid-term-Self-Assessment-Jan2016a.pdf, 42.]), plutôt que par nébuleuse volonté de rendre les données ouvertes par défaut.


Engagements

  1. Engagement avec le Parlement

    NZ0012, 2018, renforcement des capacités

  2. Parlement des jeunes

    NZ0013, 2018, renforcement des capacités

  3. Boîte à outils pour les sortants

    NZ0014, 2018, renforcement des capacités

  4. Rendre la législation secondaire de la Nouvelle-Zélande facilement accessible

    NZ0015, 2018, Gouvernement électronique

  5. Participation du public à l'élaboration de politiques

    NZ0016, 2018, renforcement des capacités

  6. Conception des services

    NZ0017, 2018, renforcement des capacités

  7. Informations officielles

    NZ0018, 2018, Accès à l'information

  8. Examen de l'utilisation des algorithmes par le gouvernement

    NZ0019, 2018, Prise de décision automatisée

  9. Transparence des pratiques de données

    NZ0020, 2018, renforcement des capacités

  10. Surveillance des pratiques de gestion de l'information

    NZ0021, 2018, Législation et réglementation

  11. Open Data Organisations gouvernementales

    NZ0022, 2018, Accès à l'information

  12. Approvisionnement ouvert

    NZ0023, 2018, Accès à l'information

  13. Budget ouvert

    NZ0005, 2016, Accès à l'information

  14. Améliorer les pratiques d'information officielles

    NZ0006, 2016, Accès à l'information

  15. Améliorer l'accès aux données ouvertes et les principes

    NZ0007, 2016, Accès à l'information

  16. Suivi des progrès et des résultats de la diffusion de données sur un gouvernement ouvert

    NZ0008, 2016, Accès à l'information

  17. Engagement continu pour OGP

    NZ0009, 2016, renforcement des capacités

  18. Engagement étoilé Améliorer l'accès à la législation

    NZ0010, 2016, renforcement des capacités

  19. Améliorer les pratiques politiques

    NZ0011, 2016, renforcement des capacités

  20. Résultat BPS 10 - Les Néo-Zélandais peuvent finaliser facilement leurs transactions avec le gouvernement dans un environnement numérique

    NZ0001, 2014, Gouvernement électronique

  21. Stratégie d'action TIC 13 - Ouverture par défaut: réutilisation active d'actifs informationnels

    NZ0002, 2014, Accès à l'information

  22. Évaluation du système national d'intégrité

    NZ0003, 2014, Anti-Corruption

  23. L'accord de relation Kia TūTahi

    NZ0004, 2014, renforcement des capacités

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!