Ignorer la navigation
Ukraine

Méthodologie d'évaluation des risques de corruption (UA0043)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Deuxième plan d'action de l'Ukraine 2014-2015

Cycle du plan d'action : 2014

Statut : Inactif

Institutions

Institution principale : Ministère de la Justice

Institution(s) de soutien : ONG Transparency International Ukraine, International Renaissance Foundation, ONG All-Ukrainian Special College on Combating Corruption, autres ONG non spécifiées et organisations internationales

Domaines politiques

Anti-Corruption, Institutions anti-corruption, Judiciaire, Justice, Justice ouverte, Participation du public

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin d’exercice Ukraine 2014-2016, Rapport IRM de l'Ukraine 2014-2015

Suivi : Non

Premiers résultats : n'a pas changé

Design i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : participation civique, responsabilité publique

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement:

Détails

Élaborer, avec la participation du public, des recommandations méthodologiques sur l'identification des risques de corruption dans le travail des magistrats et sur les moyens de les contrer

Résumé du statut de fin de session IRM

11. Méthodologie d'évaluation des risques de corruption

Texte d'engagement: 11. Élaborer, avec la participation du public, des recommandations méthodologiques sur l'identification des risques de corruption dans le travail des fonctionnaires du ministère de la Justice et sur les moyens de les contrer.

Résultat attendu: recommandations méthodologiques sur l'identification des risques de corruption dans le travail des responsables de la justice, approuvées par le ministère de la Justice.

Institution (s) principale (s): Ministère de la justice

Institution (s) partenaire (s): ONG Transparency International Ukraine, Fondation internationale Renaissance, ONG spécialisée dans la lutte contre la corruption, autres ONG et organisations internationales non précisées.

Date de début: Non spécifié Date de fin: 31 mars 2015

Objectif de l'engagement

L'engagement visait à développer une méthodologie pour évaluer le risque de corruption au sein du ministère de la justice. Une telle méthodologie pourrait être utilisée pour identifier et gérer les risques dans les instances judiciaires, ainsi que pour préparer des actions visant à prévenir la corruption dans le secteur. L'engagement avait une portée très limitée puisqu'il ne concernait qu'un seul ministère. En outre, cela est devenu inutile après la promulgation de la nouvelle loi sur la prévention de la corruption et la création de l'Agence nationale pour la prévention de la corruption. Ce dernier a mis au point une méthodologie universelle pour évaluer le risque de corruption dans toutes les autorités publiques.

Statut

Mi-parcours: substantiel

Selon le gouvernement, la loi sur la prévention de la corruption (adoptée en octobre 2014 et promulguée en avril 2015[Note 46: http://bit.ly/1KhE3pn. ]) a chargé l'Agence nationale pour la prévention de la corruption de superviser l'élaboration de programmes de lutte contre la corruption par des organismes publics, en utilisant une méthodologie d'évaluation des risques, et d'adopter une méthodologie universelle d'évaluation des risques de corruption. Cette tâche était également mentionnée dans le programme national pour la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre la corruption approuvée par le gouvernement en avril 2015.[Note 47: http://bit.ly/1ZZEEld. ] Le Ministère de la justice a élaboré les Principes d'évaluation des risques de corruption et de préparation de mesures pour les éliminer. Ce sont des directives détaillées sur la manière d'évaluer les risques de corruption et de les gérer dans les institutions publiques.[Remarque 48: Rapport d'avancement du mécanisme de rapport indépendant (IRM) 2014-15: Ukraine, 48-49.] Une autre méthodologie - le Manuel pour l'évaluation des risques de corruption et l'élaboration de plans d'action anti-corruption - a été développée par le projet financé par l'USAID, FINREP-II. Le manuel était basé sur la nouvelle loi anti-corruption, les exigences de la norme internationale ISO / CEI 31000: 2009 de gestion des risques, ainsi que l'expérience étrangère.[Note 49: http://bit.ly/1W5Xu5r. ] Le ministère de la Justice ou le projet financé par les donateurs ne disposaient d'aucune information sur la participation de la société civile à l'élaboration de la méthodologie. On ne voyait pas clairement comment les deux méthodologies seraient en corrélation et seraient utilisées, d’autant plus qu’elles se chevauchaient.[Remarque 50: Rapport d'avancement du mécanisme de rapport indépendant (IRM) 2014-15: Ukraine, 49.]

Fin du mandat: substantiel

Au début du mois de décembre, le NACP a adopté la méthodologie d’évaluation des risques de corruption dans les activités des autorités publiques..[Note 51: http://bit.ly/2hOdtLs. ] Le développement d'une telle méthodologie est requis par la loi sur la prévention de la corruption. Le projet de méthodologie a été discuté avec le public,[Note 52: http://bit.ly/2i5QzNy, http://bit.ly/2iz59y0.  ] et examiné par les experts du Conseil de l'Europe. Il entrera en vigueur après son enregistrement et sa publication par le Ministère de la justice. L’engagement concernait l’approbation par le ministère de la Justice de la recommandations méthodologiques identifiant les risques de corruption dans le travail des responsables de la justice. L'autoévaluation du gouvernement a indiqué que de telles recommandations pourraient être élaborées sur la base de la méthodologie générale d'évaluation des risques du PNLS.

At-il ouvert le gouvernement?

Participation civique: n'a pas changé

Responsabilité publique: n'a pas changé

Cet engagement n’a pas entraîné de changement dans la pratique gouvernementale car elle ne concernait que le ministère de la Justice et est devenue sans objet après l'adoption d'une nouvelle loi sur la prévention de la corruption en avril 2015. La nouvelle loi crée une agence nationale pour la prévention de la corruption, qui élargit l'obligation d'évaluer les risques de corruption pour tous les organismes publics. Une approche des mesures de lutte contre la corruption fondée sur les risques est une bonne pratique qui n’avait pas été utilisée dans le secteur public ukrainien. La loi sur la prévention de la corruption a intégré cette approche dans la planification et les actions de lutte contre la corruption de toutes les agences. L'agence spécialisée dans la prévention de la corruption a mis au point une méthodologie et fournira des orientations sur l'utilisation de l'approche fondée sur les risques. Sur la base de la méthodologie générale, le ministère de la Justice peut élaborer des directives sur l’évaluation des risques dans les organes de justice. Dans ce cas, l’engagement n’a pas changé la pratique du gouvernement, car il est rapidement devenu inutile après l’adoption des nouvelles mesures de lutte contre la corruption, qui incluaient et surpassaient les dispositions de l’engagement.

Reportés?

L'engagement n'a pas été reporté dans le nouveau plan d'action. Le chercheur de l'IRM recommande au ministère de la Justice d'appliquer la méthode générale d'évaluation des risques aux entités placées sous son autorité afin de la tester de manière empirique.


Engagements

Open Government Partnership