Ignorer la navigation

Mendiants et internautes: élaboration de politiques en matière d'externalisation ouverte en Arménie

Aram Asatryan|

Qu'est-ce que c'est que ce blog est en espagnol?

IA l'époque antique, les gens avaient plusieurs occasions de rencontrer leur roi dans les rues, habillé en mendiant pour parler à ses citoyens. «Es-tu heureux avec ton roi, mon ami? Pouvez-vous gagner votre vie avec les impôts que vous devez payer, mon ami? »Ces renseignements collectés seraient ensuite utilisés pour prendre des décisions plus intelligentes et davantage axées sur les citoyens.

Au cours des derniers siècles, alors que nous avons fait la transition entre la démocratie directe et la démocratie représentative, nous avons réussi à affiner et à institutionnaliser ces traditions en créant des agences et des rôles. Toute une caste de médiateurs, appelée société civile, est prête à traduire les messages entre gouvernants et utilisateurs. Mais avons-nous été plus proches de nos utilisateurs? Savons-nous s'ils sont contents de leur roi ou s'ils peuvent gagner leur vie avec les impôts que nous percevons?  

Les internautes

En Arménie, les technologies mobiles ont rapidement évolué au cours de la dernière décennie. La pénétration de l’Internet est passée de 29% à 75% au cours des cinq dernières années. Autant que 960 000 utilisateurs arméniens (1 / 3 de la population) sont enregistrés sur le réseau social de Facebook. L'essor des médias sociaux crée de nouvelles opportunités pour les «promesses du mendiant» en ligne et le retour immédiat des internautes, la population en ligne active du pays. Internet est devenu la nouvelle Agora de nos jours, créant un lieu de rencontre libéral pour tous.

Comment cette nouvelle situation change-t-elle le dialogue entre le gouvernement et les citoyens? Avec le lancement du Initiative OGP en Arménie, la conception centrée sur le citoyen est devenue plus institutionnalisée. L'Arménie a rejoint l'initiative à 2011. Depuis lors, plus de 27 ont pris des engagements en matière de transparence, de participation et de responsabilisation. Nous avons enregistré un succès remarquable, qui se reflète dans national et prix.

Lors de la conception de notre troisième plan d’action, nous avons commencé par une série de réflexions sur les enseignements tirés en cours de route. Alors que l’OGP a contribué à créer un forum animé entre les organisations de la société civile et le gouvernement, il est maintenant temps d’élargir le dialogue - en impliquant non seulement les institutions, mais également les citoyens. La question à se poser est la suivante: comment pouvons-nous concevoir des politiques centrées sur le citoyen si nous obtenons leurs idées par le biais de médiateurs? Ces idées ne sont-elles parfois pas perdues dans la traduction?

Crowdsourcing

L'équipe OGP, avec l'appui technique du PNUD Kolba Innovations Lab, a conçu une campagne de crowdsourcing pour pousser les idées des citoyens dans le prochain plan d'action. Les «mendiants» modernes du groupe de travail OGP surfé les régions de l'Arménie passer le mot sur un appel à idées en ligne. Plus de 130 utilisateurs ont participé à ce type de réunions de sensibilisation. Leur voix a été encore multipliée par les OGP programme télévisé. Pour la toute première fois, le gouvernement arménien a sous-traité l'élaboration de ses politiques aux citoyens, piratant les procédures de conception traditionnelles.

Dix-huit suggestions de programme ont été soumises par le biais du outil en ligne, allant des solutions environnementales aux outils de gestion municipale.               

Laboratoire de co-design      

L'appel à idées a rassemblé l'ensemble des soumissions 80 des OSC, des experts, des internautes et des agences gouvernementales. Comment presser la quintessence de ces renseignements et en faire un plan d’action concret pour le gouvernement? Nous avons utilisé une méthodologie de co-conception pour rassembler les idées de toutes les parties. Des responsables gouvernementaux de haut niveau se sont réunis avec leurs homologues des OSC, des experts et des partenaires du secteur privé atelier de deux jours discuter et élaborer les engagements proposés. La méthodologie impliquait à la fois des discussions de groupe au sein des groupes de la société civile et des organisations gouvernementales et une session commune finale pour aboutir à une décision consensuelle sur le plan d'action.

Carte routière   

Le nouveau plan d'action est aussi concis que jamais. Il n'a que des engagements 8, trois d'entre eux sont issus du crowdsourcing et des canaux d'OSC, le reste étant des suggestions du gouvernement redéfinies. Nous établirons des normes de données ouvertes, concevrons des solutions plus intelligentes en matière de protection sociale et offrirons des services plus centrés sur l'homme aux niveaux infranational et national.             

Ce nouveau partenariat entre l’État et les citoyens représente la première étape d’une nouvelle feuille de route. Est-ce que la vie sera toujours la même? Surveillez cet endroit!

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!