Ignorer la navigation

La transparence des bénéficiaires effectifs peut-elle vraiment être compatible avec la protection des données?

Zosia Sztykowskiet Tom Walker|

Au cours des dernières années, nous avons constaté des progrès importants dans la lutte contre l’abus de la propriété anonyme des sociétés par le biais de la transparence des bénéficiaires effectifs, émanant à la fois d’organismes internationaux tels que l’OCDE, G20 et de l’UE, ainsi que de gouvernements de premier plan tels que le UK, Danemark, Ukraine et Slovaquie. Les décideurs politiques reconnaissent de plus en plus qu’il est avantageux de pouvoir «suivre l’argent» d’un pays à l’autre et laissent moins de places pour les blanchisseurs d’argent à se cacher.

Mais à mesure que cet élan se renforce, les préoccupations concernant la protection des données à caractère personnel scandale sur scandale balayer le monde de la technologie. Les informations sur les bénéficiaires effectifs constituent une catégorie d'informations différente de celle décrite dans ces scandales, étant donné qu'elles sont liées à la capacité d'un bénéficiaire effectif à opérer sur un marché donné (plutôt que fournies volontairement à une entité privée). Cependant, il est important de se demander: pouvons-nous trouver un équilibre entre la transparence de la propriété effective et les principes de la protection des données, et si oui, comment?

OpenOwership est fier de s'associer à La salle des machinesUn membre de la données responsables communauté, pour rechercher cette question. Une approche de données responsables implique l’évaluation des conséquences imprévues du traitement des données en donnant la priorité aux droits des personnes en matière de consentement, de confidentialité et de sécurité, tout en respectant les valeurs de transparence et d’ouverture. Sous cet angle, la protection du droit à la vie privée n'est pas perçue comme un obstacle à la transparence, mais comme un élément fondamental susceptible de renforcer les efforts de la communauté pour lutter contre la corruption, la fraude, le crime organisé et l'évasion fiscale.

Nous avons également collaboré avec L'équipe B veiller à ce que cette recherche réponde directement aux préoccupations du secteur privé et des propriétaires d'entreprises. Dans un paysage de régimes de protection des données très différents, à quels risques les entreprises s'exposent-elles en divulguant des données personnelles sur leurs bénéficiaires effectifs (qui peuvent ou non être situées dans la même juridiction)?

Étant donné que la vie privée (et par extension la protection des données) concerne essentiellement les droits individuels, la recherche s’appuie sur les droits de l’homme et explore trois questions interdépendantes:

  • La publication des données sur les bénéficiaires effectifs dans les registres publics centraux est-elle légale?
  • La publication des données sur les bénéficiaires effectifs dans les registres publics centraux est-elle un moyen efficace de réaliser un objectif légitime?
  • Quels sont les impacts potentiels sur la confidentialité des registres publics de propriété effective, et peuvent-ils être minimisés ou atténués?

Dans le cadre de ce travail, nous examinerons la relation entre la législation sur la protection des données et la propriété effective dans un ensemble de juridictions sélectionnées, ainsi que sur l’analyse plus large des implications en matière de confidentialité et de données responsables pour les gouvernements et les entreprises lors de la publication publique de données de propriété. Nos conclusions fourniront des conseils pratiques aux deux gouvernements qui mettent en œuvre la transparence de la propriété effective, ainsi qu'aux entreprises qui se conforment aux exigences en la matière.

Nous sommes heureux de présenter les premiers résultats de cette recherche au Conférence internationale anti-corruption (IACC) à Copenhague cette semaine. Si vous êtes au sein d'un gouvernement mettant en œuvre la transparence de la propriété effective, nous organiserons une table ronde sur les implications pour les décideurs en partenariat avec OGP de 8am-10am le 23 d'octobre.

Email zosia@openownership.org de nous rejoindre ou de surveiller Twitter pour le lancement de la recherche en novembre.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!