Ignorer la navigation

Démocraties fermées en Amérique latine? L'ouverture à la croisée des chemins

¿Democracias cerradas en América Latina? La apertura en la encrucijada

La démocratie fait face à des temps difficiles à l'échelle mondiale et en particulier en Amérique latine. Dans la région, seulement trois pays sont considérés comme des démocraties à part entière et la démocratie recule dans l’ensemble. ILDA a récemment publié baromètre des données ouvertes pour l'Amérique latine et les Caraïbes montre que les données ouvertes et transparence sont stagnants. Dans quelle mesure les démocraties latino-américaines sont-elles transparentes à l'ère numérique? Dans quelle mesure la transparence peut-elle renforcer la démocratie dans la région? 

Il y a dix ans, le mouvement des données ouvertes a avancé l'idée que l'ouverture des données par les gouvernements apporterait des avantages politiques, sociaux et économiques. Pourtant, les résultats sont loin de ce que les pays développés ou les leaders des données ouvertes ont réalisé. Les exemples incluent l'ouverture de jeux de données de l'entreprise beneficial ownership, qui a progressé très lentement dans la région bien qu'il soit discuté dans des plans d'action et inclus dans les engagements anti-corruption. La divulgation de ce type de données permettra un meilleur contrôle de pression, les conflits d'intérêts et la corruption dans la région. 

Moyenne du registre des entreprises d'Amérique latine et des Caraïbes de 2013 à 2020. Graphique réalisé par ILDA.

Dans l'ensemble, l'impact de l'utilisation des données pour l'élaboration des politiques a été limité. Bien qu'elle ait régulièrement progressé dans les pays leaders, cette croissance est loin d'être idéale. Plusieurs raisons se cachent derrière cela. Premièrement, l'utilisation des données nécessite des investissements et des compétences qui ne sont pas entièrement répartis dans la région. Deuxièmement, une plus grande disponibilité n'est pas synonyme de bonne qualité. Enfin, il existe des facteurs structurels liés à inclusion, la liberté d'expression et la responsabilité qui empêchent les données ouvertes d'avoir des impacts tangibles sur la responsabilité. La transparence est une exigence – mais ne garantit pas – les démocraties plurielles et pleines. 

La voie à suivre est incertaine et il n'y a pas de solution miracle. Cependant, nous croyons que la transparence et l'ouverture sont des éléments essentiels de démocraties solides. Les pays d'Amérique latine et des Caraïbes peuvent prendre de meilleures décisions pour améliorer les démocraties en ces temps difficiles. À cette fin, ils doivent placer la transparence et l'ouverture au centre des discussions liées à la démocratie dans la région. Il s'agit d'encourager une volonté politique de haut niveau pour renouveler les efforts du gouvernement et de la société dans cet agenda. Sans cela engagement et un leadership clair de la part des pays et des organisations, les progrès seront difficiles à réaliser. 

Moyenne de l'impact politique des ensembles de données ouverts de 2013 à 2020. Graphique créé par ILDA.

Au niveau technique, une attention doit être portée sur l'infrastructure de données pour permettre aux citoyens de contrôler ceux qui sont au pouvoir. Les marchés publics, les budgets et les données sur la propriété effective peuvent s'améliorer considérablement; ceux-ci ont déjà été utilisés par les journalistes, les organisations de la société civile - et même les gouvernements - pour contrôler et améliorer les sociétés. Enfin, nous devons encourager une nouvelle génération d'activistes, de chercheurs, d'entreprises et de gouvernements qui utilisent les données disponibles pour améliorer la vie des sociétés, marquées par les inégalités et l'exclusion. Cette année, plus de 100 membres de la Open Government Partnership (OGP) ont l'opportunité de co-créer, avec la société civile, des engagements pour améliorer l'infrastructure de données, la transparence, la qualité et la gouvernance. 

La démocratie ne peut prospérer que lorsque les gouvernements sont responsables, ce qui dépend en grande partie des informations qu'ils génèrent et divulguent. À l'ère numérique, les démocraties qui manquent de transparence ne peuvent pas être considérées comme des démocraties à part entière. Mais la divulgation de données en elle-même ne fera aucune différence à moins qu'il n'y ait un effort conjoint pour construire et renforcer les démocraties dans la région. 

Consultez les résultats du baromètre sur barometrolac.org

Pas encore de commentaires

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Contenu similaire

Vignette pour Open Government Partnership 2020 Rapport annuel

Open Government Partnership 2020 Rapport annuel

Découvrez les mesures prises par l'OGP en 2020 pour impliquer et activer la communauté du gouvernement ouvert et répondre à la pandémie et à ses multiples défis.

Open Government Partnership