Ignorer la navigation

Renforcer la démocratie et protéger les droits civiques à l'ère numérique

Pour que le gouvernement soit réactif et inclusif, il est essentiel de mettre en place un environnement propice, qui protège les droits fondamentaux et les institutions démocratiques. Cependant, divers facteurs changent et remettent en cause les processus démocratiques. L'un d'entre eux est l'évolution du rôle des médias numériques, qui a eu de profondes répercussions sur les relations entre les gouvernements et les citoyens qu'ils servent. À bien des égards, il a donné aux citoyens plus d'informations et a permis aux gouvernements d'améliorer la transparence et la responsabilité. Cependant, des défis tels que les fausses informations, les systèmes biaisés et les atteintes croissantes à la vie privée contribuent progressivement à l'érosion des espaces démocratiques, en plus des menaces persistantes pour la démocratie telles que les attaques contre la société civile et les médias. En conséquence, les pays doivent identifier des outils politiques pouvant aider à se protéger contre ces défis complexes. Cette note identifie certaines approches que les membres d'OGP peuvent adopter pour faire face aux menaces qui pèsent sur les droits et les institutions démocratiques, y compris l'utilisation abusive des technologies numériques. Le comité directeur du PGO, présidé par les coprésidents du gouvernement du Canada et Nathaniel Heller, est déterminé à offrir et à aider les autres à mettre en œuvre ce programme collectif.

Le Sommet mondial OGP: un moment d’action décisif

OGP et le prochain sommet mondial fourniront une plate-forme pour inspirer l'action collective visant à protéger la participation démocratique et à créer un impact significatif. Le sommet réunira un groupe de gouvernements et de parties prenantes désireux de faire progresser les actions internationales et nationales visant à renforcer les institutions démocratiques et à protéger contre les menaces numériques qui pèsent sur les institutions démocratiques. Les actions pourraient inclure:

  • Prêcher par l'exemple sur l'inclusion modèles de co-création

Les membres d'OGP, en particulier ceux du comité directeur, ont la responsabilité de donner l'exemple en institutionnalisant des forums multipartites d'OGP qui protègent l'espace permettant à la société civile de participer à l'élaboration des politiques. À la fin de 2018, les membres 63 OGP avaient un forum multipartite qui ancrait leurs processus internes OGP. Les membres de l’OGP sont également encouragés à progresser sur le Normes de participation et de co-création OGP, qui fournissent un ensemble de jalons pour approfondir la participation du gouvernement et de la société civile au programme OGP.

  • Promouvoir les engagements des OGP qui protègent les institutions et les droits démocratiques

Les plans d'action OGP fournissent aux gouvernements une plate-forme unique pour travailler en étroite collaboration avec la société civile afin de traduire les idées politiques en actions concrètes renforçant les institutions démocratiques et protégeant les droits des citoyens face à la transformation numérique. OGP pourrait également compléter les efforts déployés dans d'autres forums multilatéraux tels que l'OCDE, la Communauté de démocraties, la Freedom Online Coalition, le G7, etc., en les reliant au processus de co-création national et en orientant les actions de suivi. Les engagements en matière d’espace civique dans les plans d’action peuvent faire en sorte que les discussions sur la protection de la démocratie ne se limitent pas aux tweets et aux traités, mais aussi à la réduction de l’écart entre engagement et réalisation et associent la société civile. Veuillez vous reporter au menu des engagements en annexe ci-dessous pour des idées d’engagement que vous pouvez adapter au contexte de votre pays.

En prenant ces mesures, vous pourriez faire partie d’un coalition émergente de membres de l'OGP menant une conversation mondiale promouvoir les droits démocratiques et protéger le dialogue dans cette ère numérique en évolution. Signalez une action que vous souhaitez annoncer et rejoignez un groupe de pays POG qui se réuniront au Sommet pour discuter de la manière de faire avancer ces questions par la diplomatie mondiale, l'innovation politique et le soutien financier.

Menu d'engagements suggérés pour votre plan d'action OGP

Plusieurs pays OGP ont dû s'attaquer aux problèmes émergents liés à l'utilisation abusive des médias numériques et aux impacts négatifs sur la participation démocratique, notamment la surveillance, la désinformation, la désinformation («informations factices»), l'invasion de la vie privée, les discours de haine et les attaques ciblées. Dans le même temps, les droits civiques et l’espace de dialogue doivent être défendus contre les menaces. Parmi les domaines qui pourraient bénéficier d'engagements, citons:

  • Droits des données et confidentialité: Des normes importantes sont en train d’émerger pour informer les politiques nationales et régionales sur les droits, l’utilisation, le stockage et les conséquences plus larges des données, sur la vie privée (par exemple, la législation de l’Union européenne). Protection générale des données Règlement ou le Conseil de l'Europe Convention 108 +, récemment mis à jour pour inclure des directives sur la protection des données). L'Australie, le Danemark et le Portugal font partie des pays qui ont pris des engagements dans ce domaine.
    • Exemple OGP: L'Australie s'est engagée à «créer et maintenir la confiance du public afin de répondre aux préoccupations relatives au partage et à la diffusion des données», notamment à «améliorer la protection de la vie privée et des informations personnelles lors de l'utilisation et du partage de données».
    • Exemple d'engagement: Harmonisez les lois sur la confidentialité des données entre les différents niveaux de gouvernement de votre pays (traités régionaux, le cas échéant, fédéraux, provinciaux et des États). Développer des cadres juridiques de protection des données qui prennent en compte des conditions spécifiques pour le traitement des données et la divulgation des données personnelles, en plus de donner à l'individu le droit de contrôler ce qui est accédé, stocké et partagé, applicable aux entreprises et aux organismes publics.
  • Accès Internet et contrôle: Rendre l'accès à Internet inclusif (supprimer les obstacles à l'abordabilité et à l'accessibilité pour les communautés défavorisées et les régions géographiquement isolées), mais également mettre en place des cadres robustes pour éviter les manipulations, la surveillance numérique du gouvernement, la préservation de la neutralité du réseau (par exemple, EU règles de neutralité du net), ainsi que la protection contre la censure d’Internet et les fermetures arbitraires. En ce qui concerne la «censure sur Internet», tout engagement doit garantir que les restrictions basées sur le contenu respectent les normes internationales en matière de liberté d'expression. Les pays qui ont des engagements OGP liés à ces sujets incluent la Côte d'Ivoire, l'Italie, la Lettonie, entre autres.
    • Exemple OGP: La Lettonie s'est engagée à poursuivre le développement des services électroniques et des points d'accès Internet publics ouverts afin de promouvoir l'utilisation des services électroniques, réduisant ainsi les coûts et les charges administratives qui en résultent pour les citoyens, les entreprises et les administrations publiques. L'Italie s'est engagée à étendre sa Charte des droits sur Internet. Ces mesures, approuvées par son parlement dans 2015, comprenaient des efforts visant à encourager le public et les responsables à reconnaître les liens entre les droits en ligne et hors ligne, y compris les libertés civiles fondamentales telles que le montage.
    • Exemple d'engagementConformément aux normes internationales relatives à la liberté d’expression, établir des cadres juridiques précisant les droits des utilisateurs d’accéder / utiliser / recevoir du contenu sur Internet, et de sauvegarder ou de spécifier les conditions dans lesquelles les fournisseurs de services Internet ou d’autres acteurs privés peuvent contrôler ou facturer l’internet contenu / applications / protocole.
  • IA responsable et éthique et algorithmes ouverts: Bien qu'il s'agisse d'un sujet émergent, de nombreux pays OGP ont commencé à engager des discussions sur les politiques, en particulier sur l'éthique de l'IA, sur la manière de rendre l'IA plus ouverte et centrée sur l'homme, sur la gestion de l'impact. Discussions entre les pays Digital 9 (l’adhésion à OGP est l’un des critères fondamentaux de la charte D9), les discussions G7 et les accords bilatéraux tels que Canada et la France fournir un bon point de départ pour cette discussion. Parmi les pays ayant des engagements similaires, mentionnons la France, les Pays-Bas et la Nouvelle-Zélande.
    • Exemple OGP: La France s'est engagée à "améliorer la transparence des algorithmes publics et des codes sources", plus précisément à "développer une méthodologie en collaboration avec les administrations pour ouvrir des algorithmes et des codes contenus dans leurs systèmes d'information". Le Canada s'est engagé à élaborer une directive gouvernementale "visant à comment les départements peuvent utiliser l'IA de manière éthique pour prendre des décisions. "
    • Exemple d'engagement: Concevoir de manière proactive des mécanismes de consultation pour que le public ait son opinion sur la conception et la mise en œuvre de stratégies d’IA La mise en œuvre de ces stratégies ne doit pas violer les principes des droits de l'homme ou les conventions internationales.
  • Relever les défis de la désinformation et des «fausses nouvelles»: Diverses juridictions ont commencé à explorer des mesures politiques qui pourraient aider à lutter contre la désinformation et l'utilisation abusive des plateformes de médias sociaux en ligne. Par exemple, la commission parlementaire britannique rapport sur la désinformation et les "fausses nouvelles" appelle à des mesures politiques telles que l'obligation pour les entreprises de médias sociaux d'éliminer les sources connues de contenu préjudiciable, y compris les sources prouvées de désinformation. Cela étant dit, les experts en matière de droits civiques, tels que ICNL, ont souligné que, si la désinformation et les fausses informations sont un problème, le cadre juridique doit garantir que le gouvernement ne soit pas l'arbitre de ce qui constitue la «vérité». Le contenu doit être examiné de manière indépendante et ne doit pas être éliminés à moins que le gouvernement ne remplisse les trois conditions imposées aux restrictions à la liberté d'expression.
    • Exemple d'engagement: Les membres de l'OGP demandent aux entreprises de médias sociaux de se conformer à des codes de conduite les obligeant à signaler les abus ou les manipulations de leurs plateformes. Ces entreprises devraient collaborer étroitement avec les universitaires, la société civile et les gouvernements pour identifier et analyser les contenus malveillants.
  • Protéger la liberté d'association: L'analyse des indicateurs internationaux et des engagements d'OGP dans le prochain rapport phare d'OGP montre que 40 pour cent des membres d'OGP ont des défis notables en matière de liberté d'association et que plus de la moitié de ces membres (56 pour cent) ont le potentiel d'adopter des engagements ambitieux en matière de liberté d'association. des plans. En réalité. Près des deux tiers des membres de l’OGP permettent aux organisations de la société civile de fonctionner sans restrictions d’enregistrement. La Bulgarie, El Salvador, le Kenya, la Lettonie, l'Ukraine, entre autres, sont résolus à améliorer l'environnement favorable de la société civile.
    • Exemple OGP: Le Canada s'est engagé à améliorer ses flux d'informations sur la réglementation des organismes de bienfaisance dans les meilleurs délais et à les inciter à faire en sorte que les règles régissant les activités liées aux impôts et autres recettes soient équitables, ouvertes et facilement accessibles.
    • Exemple d'engagement: Rationaliser le processus d'enregistrement des OSC afin de faciliter leur fonctionnement sans charge administrative et rendre l'accès au financement public équitable pour toutes les OSC. Élaborer et mettre en œuvre les engagements de l'OGP - et les réformes de la transparence de manière plus large - en utilisant le principe du «ne pas nuire», en prenant des mesures pour veiller à ce que les mesures de transparence soient conformes aux cadres internationaux et ne nuisent pas par inadvertance à la société civile.
  • Protéger la liberté de réunion: De même, l'analyse du prochain rapport phare d'OGP a révélé qu'entre un tiers et la moitié des pays d'OGP avaient une ingérence notable dans le droit de réunion pacifique.
    • Exemple OGP: L'Ukraine a élaboré un projet de loi intitulé «Procédure d'organisation et de déroulement d'événements pacifiques». Divers ministères - de la justice et de l'intérieur ainsi que le cabinet des ministres - ont participé activement au processus.
    • Exemple d'engagement: Tout engagement dans ce domaine devrait inclure une référence aux normes juridiques internationales en matière d'assemblage. Un exemple consiste à développer des processus ouverts et rationalisés pour la diffusion proactive des règles et des restrictions sur les rassemblements pacifiques, la formation du personnel des forces de l'ordre sur l'interface avec la foule et les manifestants, entre autres.
  • Protéger la liberté d'expression: De même, le rapport de Freedom House constate que la liberté d'expression, y compris la liberté de la presse, a diminué chaque année au cours des dernières années 13, avec des baisses plus marquées depuis 2012. Les journalistes ne sont pas seulement directement attaqués par des régimes autoritaires, les lois sur la diffamation sont de plus en plus utilisées de manière abusive pour les prendre pour cible.
    • Exemple OGPLa Mongolie s'est engagée à modifier la loi sur la radiodiffusion nationale afin qu'elle soit conforme aux normes internationales, afin de garantir l'indépendance politique et financière des médias. Les engagements visaient également à consulter les médias sur les limites actuelles de l’environnement juridique de la presse libre. La Croatie s'est engagée à renforcer les mécanismes de protection des journalistes qui dénoncent la censure dans leurs rédactions.
    • Exemple d'engagement: Créer des outils politiques qui protègent les chaînes d’information publiques en leur assurant une autonomie juridique, en fournissant un accès indépendant au financement par le biais de mécanismes de financement publics tels que des subventions ou des allégements fiscaux.
  • Défendre les défenseurs des droits de l'homme: Les données OGP IRM montrent que les pays 11 se sont engagés à renforcer les institutions de défense des droits de l'homme, à mettre en œuvre les conventions relatives aux droits de l'homme et à protéger les militants et les journalistes des attaques. La Colombie, la Jordanie, le Mexique et le Monténégro ont des engagements dans ce domaine.
    • Exemple OGP: L’Irlande s’est engagée à instaurer une culture de la dénonciation et à adopter une législation nationale afin de protéger les personnes qui s’expriment. L'Uruguay, dans son troisième plan d'action, s'oriente vers une approche de données ouvertes pour examiner l'accès à l'information, y compris les violations des droits de l'homme sous la dictature militaire.
    • Exemple d'engagement: Mettre en œuvre des lois, cadres ou programmes de protection des lanceurs d'alerte qui protègent les défenseurs des droits de l'homme. Les membres de l’OGP pourraient également envisager d’institutionnaliser des fonds pour soutenir les défenseurs et les militants des droits de l’homme (par exemple, le Mécanisme des défenseurs des droits de l'homme de l'UE). D'autres idées incluent la prescription obligatoire de données ouvertes officielles (par exemple, des rapports sur les meurtres, le harcèlement, d'autres formes de violence à l'encontre d'acteurs de la société civile et le nombre d'affaires instruites et poursuivies).
  • Améliorer les relations entre la société civile et l’État: Établir des stratégies de consultation impliquant les OSC pour le développement du secteur des OSC et pour les relations entre les OSC et le gouvernement.
    • Exemple OGPLa Macédoine a souscrit huit engagements dans le cadre de trois plans d'action visant à co-élaborer la stratégie devant régir la coopération avec la société civile. L'un des engagements les plus récents met en évidence le rôle des parties prenantes non gouvernementales dans le soutien des efforts du gouvernement en matière de fourniture de services publics.
    • Exemple d'engagement: Impliquer la société civile dans la co-création d'une stratégie interinstitutions; créer des processus de consultation pour différents domaines politiques afin d'impliquer des groupes de la société civile dotés d'une expertise thématique.
  • Domaines d’action transversaux:
    • Mécanismes de surveillance et de recours efficaces - créer des organes indépendants, dotés du mandat et des ressources nécessaires, capables de remédier de manière proactive aux violations, telles que les bureaux du médiateur ou le RPGD de l'UE, qui permettent aux citoyens (et aux organisations agissant au nom de ceux-ci) de porter plainte au cas où ils croient que leurs droits en vertu du RGPD ont été violés.
    • Action diplomatique interrégionale - compte tenu des flux d'informations translationnels et du fonctionnement des entités, les initiatives transnationales pourraient s'avérer plus efficaces pour lutter contre les menaces numériques à la démocratie. Par exemple, le mécanisme de réponse rapide du G7 contre l'ingérence et la désinformation électorales.
    • Test «Ne pas nuire» - Dans certains cas, les efforts en matière de transparence ont des conséquences non intentionnelles sur l’espace civique, telles que l’imposition d’une charge excessive au fonctionnement de la société civile par le biais de reportages onéreux ciblant des groupes spécifiques ou d’une réglementation du lobbying qui restreint l’espace de plaidoyer. Pour éviter cela, veillez à ce que tous les engagements liés au fonctionnement de la société civile soient analysés par des experts des lois et cadres internationaux et nationaux sur les droits de l'homme et à but non lucratif.

Ressources OGP associées

  • Le document 2018 d'OGP sur l'espace civique - Les bons outils pour le bon travail
  • Les ICNL guide sur les engagements visant à améliorer l'environnement porteur pour les organisations de la société civile
  • Prochain rapport phare d'OGP

Partenaires pouvant soutenir le développement et la mise en œuvre des engagements

Pour tout soutien à l’élaboration ou à la mise en œuvre des engagements, veuillez contacter l’unité de soutien d’OGP (veuillez écrire à Tonu Basu à tonu.basu@opengovpartnership.org). Les partenaires d'OGP et d'autres organisations expertes (parmi celles énumérées ci-dessous) peuvent également fournir des conseils et un soutien à la mise en œuvre.


Cette analyse s'appuie sur l'analyse des engagements d'OGP et des indicateurs tiers pour le prochain rapport phare d'OGP. Il inclut également les commentaires de partenaires, notamment le Natural Resource Governance Institute et le Centre international pour le droit sans but lucratif (ICNL).

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!