Ignorer la navigation

Examen du plan d'action de la République de Moldavie 2023-2025

Le cinquième OGP de la République de Moldavie plan d'action couvre les domaines prioritaires pour l’adhésion du pays à l’Union européenne (UE). Il présente des engagements prometteurs sur la mise en œuvre de la nouvelle loi sur l'accès à l'information et l'amélioration participation du public dans la prise de décision. L’engagement actif des agences chefs de file et une collaboration cohérente avec la société civile seront essentiels à une mise en œuvre réussie.

Le cinquième plan d'action de la République de Moldavie (2023-2025) comporte six engagements. La plupart des engagements suivent ou élargissent les domaines politiques couverts par les plans d'action précédents, tels que l'accès à l'information, la participation du public, la lutte contre la corruption et la lutte contre la corruption. marchés publics. Renforcement des capacités et le développement des compétences sont des thèmes transversaux pour tous les engagements.

Le Conseil européen a accordé le statut de candidat à l'UE à la République de Moldavie le 23 juin 2022. En décembre 2023, le Conseil a ouvert les négociations d'adhésion avec la République de Moldavie, saluant les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs fixés par son statut de candidat. Depuis qu'il a obtenu le statut de candidat, le gouvernement a adopté de nombreux documents politiques, stratégies et plans d'action pour s'aligner sur l'acquis de l'UE. La nécessité d'équilibrer ces tâches a mis à rude épreuve les capacités des agences gouvernementales impliquées dans l'OGP, et les parties prenantes du gouvernement et de la société civile considèrent le processus OGP comme complémentaire à ces réformes. Dans le même temps, l’invasion militaire à grande échelle de l’Ukraine par la Russie a eu un impact sur les ressources de l’administration publique, le pays étant confronté à des crises économiques et humanitaires. Ces facteurs internes et externes pourraient détourner l'attention politique du processus OGP pendant la mise en œuvre.

Le processus de co-création a débuté en mai 2023 avec la création d'un nouveau Comité de coordination (le forum multipartite du pays). Le nouveau comité diffère dans sa composition des comités précédents par l'implication de hauts responsables gouvernementaux, l'augmentation du nombre de membres et la représentation équilibrée de la société civile et du gouvernement (cinq représentants du gouvernement et cinq représentants de la société civile). Les processus de co-création reflétaient les recommandations passées de l'IRM concernant l'établissement d'un calendrier de co-création, l'identification des priorités potentielles et la révision de la composition, du mandat et de la structure de gouvernance du comité. La Chancellerie d'État a collecté des propositions via un questionnaire ouvert et a organisé une consultation publique en août 2023 pour discuter du projet de plan et recueillir des idées supplémentaires. Le gouvernement et le Conseil de l'Europe ont également organisé des événements avec les autorités locales sur les possibilités de s'engager dans le plan d'action national OGP et dans le programme OGP Local.

Les parties prenantes ont salué les efforts déployés par la Chancellerie d'État pour organiser le processus de co-création, compte tenu des délais serrés, des ressources humaines limitées et du contexte politique difficile. Pour les futurs plans d'action, les parties prenantes ont recommandé d'étendre davantage la sensibilisation, par exemple via les réseaux sociaux et les médias et en organisant davantage de réunions publiques. Ces activités pourraient avoir lieu avant et pendant la processus de co-création, dans le cadre de la préparation.

La société civile a généralement évalué positivement le plan d'action, car il couvre les principales priorités pour l'adhésion du pays à l'UE. Cependant, ils pensaient que cette ambition aurait pu bénéficier d’actions globales en matière de lutte contre la corruption, d’ouverture des données et de transparence fiscale. Au cours du processus de co-création, le Comité de coordination a convenu que le plan d'action ne copierait pas les activités d'autres stratégies ou documents politiques, mais adopterait plutôt une approche de gouvernement ouvert pour mettre en œuvre ces stratégies et documents. Le gouvernement ayant adopté un grand nombre de stratégies en 2023, seuls des ensembles restreints d’activités ont été inclus dans la plupart des engagements, même si les domaines abordés par ces engagements comportent souvent des défis plus importants. Par exemple, le gouvernement a retiré un engagement en matière de démocratie électronique en raison de sa duplication avec la Stratégie de transformation numérique.

Le MII a identifié deux engagements comme prometteurs. Sous Engagement 1, la Chancellerie d'État surveillera et soutiendra la mise en œuvre de la loi sur l'accès à l'information d'intérêt public. Pour l'engagement 2, la Chancellerie d'État a fixé des objectifs ambitieux pour améliorer transparence et la participation au processus de prise de décision. Les autres engagements sont moins ambitieux. L'engagement 3 pourrait améliorer la numérisation des services pénitentiaires, mais il n'est pas clair s'il améliorera leur transparence ou leur responsabilité. L'engagement 4 se concentre sur l'amélioration des rapports de la République de Moldavie sur sa mise en œuvre de la Convention des Nations Unies contre la corruption, l'un des nombreux outils anti-corruption dont le pays dispose. L'engagement 5 vise à impliquer la société civile dans le suivi budgétaire et le processus d'adhésion à l'UE, mais n'inclut pas le soutien institutionnel du gouvernement. Enfin, l'Engagement 6 soutient de nouvelles réglementations et politiques visant à améliorer la transparence des marchés publics, complétant les étapes prévues dans le Programme national de développement des marchés publics 2023-2026.

La mise en œuvre réussie du plan d'action nécessitera un travail cohérent de la part du gouvernement, et en particulier de la Chancellerie d'État en tant qu'agence de coordination. Il sera essentiel de mobiliser les parties prenantes gouvernementales et non gouvernementales, y compris celles extérieures au Comité de coordination, pour atteindre les objectifs et garantir la rapidité et la qualité de la mise en œuvre.

Des engagements prometteurs dans le plan d’action 2023-2025 de la République de Moldavie

L'examen suivant examine les deux engagements identifiés par le MII comme ayant le potentiel de produire les résultats les plus prometteurs. Des engagements prometteurs portent sur un domaine politique important pour les parties prenantes ou le contexte national. Ils doivent être vérifiables, avoir une perspective de gouvernement ouvert pertinente et avoir un potentiel de résultats modeste ou substantiel. Cet examen fournit également une analyse des défis, des opportunités et des recommandations pour contribuer au processus d'apprentissage et de mise en œuvre de ce plan d'action.

Tableau 1. Des engagements prometteurs

Des engagements prometteurs
1. Mise en œuvre de la loi sur l’accès à l’information: Cet engagement assurera la mise en œuvre de la loi n° 148/2023 sur l'accès à l'information.
2. Améliorer les mécanismes de consultation dans la prise de décision: Cet engagement améliorera la transparence et la participation du public aux processus décisionnels aux niveaux national et local, ainsi que le fonctionnement des plateformes consultatives permanentes.

Conseil de l'Union européenne, Politique d'élargissement de l'UE, Moldavie, https://www.consilium.europa.eu/en/policies/enlargement/moldova/

Parlement de la République de Moldavie, DÉCISION n° 41 du 24.02.2022 sur la déclaration de l'état d'urgence, https://www.legis.md/cautare/getResults?doc_id=130079&lang=ro

See https://cancelaria.gov.md/ro/content/comitetul-de-coordonare-pentru-guvernare-deschisa-s-intrunit-sedinta

Gouvernement de la République de Moldavie, Note informative aux dispositions gouvernementales sur l'approbation des domaines prioritaires et des engagements en faveur d'un gouvernement ouvert pour 2023-2025, https://cancelaria.gov.md/sites/default/files/9._nota_informativa_la_pgd_2023-2025.pdf

Maria Covalciuc (Association pour une gouvernance efficace et responsable (AGER)), Diana Enachi (IDIS « Viitorul »), Nicolae Panfil (Promo-LEX), Veronica Cretu, entretiens par l'IRM, janvier 2024.

Nicolae Panfil (Promo-LEX), Ianina Spinea (TI-Moldova), Veronica Cretu (experte en gouvernance et Data4Development, envoyée auprès du Open Government Partnership, Access Info Group du Conseil de l'Europe, Groupe de travail sur la diaspora Moldavie4EU), entretiens réalisés par l'IRM, janvier 2024.

Natalia Postica (Chancellerie d'État de la République de Moldavie), entretien réalisé par le MII, 19 décembre 2023 ; Maria Covalciuc (Association pour une gouvernance efficace et responsable (AGER)), entretien par l'IRM, 25 janvier 2024, Diana Enachi (IDIS « Viitorul »), entretien par l'IRM, 29 janvier 2024.

Natalia Postica (Chancellerie d'État de la République de Moldavie), entretien réalisé par le MII, 19 décembre 2023.

Ana Calinici (Chancellerie d'État de la République de Moldavie), Anastasiya Kozlovtseva (Open Government Partnership), Veronica Cretu (Expert en gouvernance et Data4Development, Envoyée auprès du Open Government Partnership, Access Info Group du Conseil de l'Europe, Groupe de travail sur la diaspora Moldavie4EU), entretiens réalisés par l'IRM, janvier 2024.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership