Ignorer la navigation
Nouvelle-Zélande

Améliorer les pratiques de politique (NZ0011)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Deuxième plan d'action national de la Nouvelle-Zélande 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Chef de la profession des politiques, ministère du Premier ministre et du Cabinet

Institution (s) de soutien: NA

Domaines politiques

Capacité? bâtiment, Participation du public

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin d’année néo-zélandais 2016-2018, Rapport à mi-parcours pour la Nouvelle-Zélande 2016-2018

Étoilé: non

Premiers résultats: n'a pas changé

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent par rapport aux valeurs du PGO: la participation citoyenne

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Amélioration des pratiques en matière de politique Nous améliorerons la connaissance des outils et des techniques que les décideurs peuvent utiliser pour créer une politique plus ouverte et dirigée par les utilisateurs. Objectif: veiller à ce que les conseils stratégiques au gouvernement soient mieux éclairés par les idées des personnes les plus touchées par les politiques et les programmes du gouvernement, par la contribution de divers points de vue, ainsi que par des données et des preuves. Statu quo: les engagements de consultation des groupes d'intérêt font depuis longtemps partie des décisions politiques de la Nouvelle-Zélande - par exemple, elles sont décrites dans le guide néo-zélandais CabGuide (Guide des processus du Cabinet et de ses comités) et d'analyse de la réglementation. Nous pouvons améliorer les pratiques de consultation, par exemple, en explorant les outils numériques et en développant des pratiques de prise de décision participatives adaptées aux besoins. Il existe également un éventail de nouvelles approches, à engager directement avec les «clients», ou celles qui seront affectées par les décisions du gouvernement, qui peuvent ajouter de la valeur à la conception de la politique et, par la suite, améliorer la valeur publique. Ambition: nous allons créer des documents d'orientation accessibles et faciles à digérer sur: le fait d'être un «client / utilisateur intelligent» de données et de preuves; des méthodes pour recueillir et générer des idées de tiers, en particulier de ceux directement affectés par les politiques et les services publics; utiliser des approches collaboratives, de sorte que les politiques reposent sur un large éventail de contributions et de compétences et répondent aux besoins des utilisateurs; tester et améliorer les politiques et les services avec les citoyens en tant qu'utilisateurs.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

7. Améliorer les pratiques politiques

Jalons:

· Cartographier les preuves et connaissances de l'écosystème, des pratiques existantes, de l'expertise et des sources d'orientation

· Testez l'adhésion et le soutien aux conseils de l'ensemble du gouvernement

· Concevoir un prototype et affiner le format du guidage pour une convivialité optimale

· Coproduire des contenus avec et pour la communauté des politiques gouvernementales

· Lancer et commencer la campagne de gestion du changement et de communication.

Institution responsable: Département du Premier ministre et du Cabinet

Institution (s) de soutien: Autres départements politiques

Date de début: Octobre 2016

Date de fin: Juin 2017

Contexte et objectifs

Le directeur du département du Premier ministre et du Cabinet (DPMC) est le responsable de la profession de politique en Nouvelle-Zélande. Ce rôle est chargé d’améliorer le système de règles, c’est-à-dire les capacités, les systèmes et les méthodes. Il dirige le projet de politique mis en place dans 2014 pour améliorer la qualité des conseils en matière de politique dans l'ensemble du gouvernement et se concentre sur la création d'un système de politique hautement performant qui soutient et permet un bon processus décisionnel au gouvernement. Il existe des programmes professionnels actifs pour les responsables politiques, les responsables politiques et les praticiens politiques.[Note173: "Le monde de la politique", ministère du Premier ministre et du Cabinet, a accédé à 17 January 2018, https://www.dpmc.govt.nz/our-programmes/policy-project/policy-community. ] Trois cadres de politiques couvrant la capacité, la qualité et les compétences en matière de politique ont été co-conçus avec les communautés de décideurs du gouvernement.[Note174: "Cadres d’amélioration des politiques", ministère du Premier ministre et du Cabinet, consulté 17 January 2018, https://www.dpmc.govt.nz/our-programmes/policy-project/policy-improvement-frameworks. ] Bien que le cadre de capacité des politiques soit axé sur «l’engagement du client»,[Note175: "Capacité politique", le ministère du Premier ministre et le Cabinet, ont accédé à 17 January 2018, https://www.dpmc.govt.nz/our-programmes/policy-project/policy-improvement-frameworks/policy-capability. ] le cadre pour créer dirigé par l'utilisateur politique est généralement couvert en dehors de leurs cadres à l'aide de la boîte à outils Méthodes de stratégie.

Cet engagement, un sous-projet du projet de politique, indique qu'il améliorera la connaissance des outils et techniques que les décideurs peuvent utiliser pour créer une politique plus ouverte et dirigée par les utilisateurs. L’intention est de s’appuyer sur les engagements de consultation existants énoncés, par exemple, dans le CabGuide: Guide des processus du Cabinet et de ses comités,[Note176: 'CabGuide', le cabinet du Premier ministre et du Cabinet, a consulté 17 January 2018, https://www.dpmc.govt.nz/publications/cabguide. ] et les pratiques d'analyse de la réglementation. Ces engagements existants concernent principalement la consultation requise pour les documents du Cabinet.[Note177: 'CabGuide: Consultation de documents du Cabinet avec des groupes d’intérêts', ministère du Premier ministre et du Cabinet, consulté 17 January 2018, https://www.dpmc.govt.nz/publications/cabinet-paper-consultation-interest-groups.] Cet engagement est pertinent pour la participation civique. En créant du matériel d'orientation facilement accessible et compréhensible, l'engagement portera sur un espace opérationnel plus large qui permet la participation à un espace civique et sensibilisera les décideurs à la création de politiques dirigées par les utilisateurs. Il n’est pas destiné à contenir un élément de divulgation d’informations destiné au public, ni à tenir des fonctionnaires gouvernementaux publiquement responsable. L'ambition de l'engagement est de créer des documents d'orientation accessibles et faciles à digérer à l'intention des décideurs des gouvernements internes: sur l'utilisation de données et de données factuelles dans l'élaboration des politiques; recueillir et générer des idées d'utilisateurs pour l'élaboration de politiques; et améliorer la compréhension des méthodes permettant d'associer le public à l'élaboration des politiques.

La spécificité de l'engagement est élevée. Sur une période de neuf mois, le projet recherchera et cartographiera les approches existantes, élaborera le format du guide, le préparera et le publiera. Tous les produits livrables indiqués sont clairs et peuvent être mesurés.

Le chercheur de l'IRM considère que la réalisation de cet engagement aurait un impact potentiel mineur pour les parties prenantes. Son objectif est d’ajouter de nouvelles approches à celles énoncées dans le CabGuide en engageant, par exemple, «directement avec les« clients »ou ceux qui seront affectés par les décisions du gouvernement», constitue une étape majeure dans la création d'un cadre pour la création d'une politique dirigée par l'utilisateur. Cet engagement est également dirigé par le ministère du Premier ministre et du Cabinet (DPMC), en partenariat avec les directeurs généraux adjoints, qui assument des responsabilités stratégiques au sein du gouvernement. L'amélioration des pratiques en matière de politique et le leadership de la DPMC et de la haute direction sont des facteurs qui indiqueraient un impact potentiel plus important.

Toutefois, le gouvernement a ajouté cet engagement au plan d’action après l’atelier de co-création d’2016 tenu en août avec l’appui du PAE, mais sans autre engagement du public. Bien qu'il soit nécessaire que l'orientation des politiques gouvernementales repose sur une approche interne, les directives ne seront ni élaborées en collaboration ni testées avec ceux avec qui il souhaite s'engager. Il existe un risque important que cela ne gagne pas la confiance du public. Bien que les parties prenantes se soient réjouies de voir un engagement axé sur l'amélioration des méthodes politiques, elles ont toutes mis en doute son inclusion dans le plan d'action, en raison de son absence d'éléments destinés au public.. Une autre partie prenante a indiqué que ses actions étaient très éloignées de son énoncé d'ambition tourné vers l'extérieur. En outre, l'utilisation du terme «clients» dans un texte d'engagement du gouvernement ouvert est également un sujet de préoccupation, car il suggère une relation commerciale plutôt que citoyenne, même involontairement. Le chercheur de l'IRM a donc conclu que cet engagement n'avait qu'un impact potentiel mineur.

Aboutissement

Le rapport d'avancement de 2017 de mars-mai au Comité consultatif d'experts (EAP) signalait que des progrès avaient été accomplis dans la fourniture d'une boîte à outils de politique en ligne. Il a déclaré que la boîte à outils est conçue pour fournir un certain nombre de produits Web aux praticiens des politiques; qu'il a été conçu avec les utilisateurs pour garantir son accessibilité et sa facilité d'utilisation; qu'une méthode permettant de garantir la mise à jour des informations après le lancement a été confirmée, avec une approche wiki de style auteur.[Note178: 'Engagement 7: Améliorer les pratiques en matière de politique', 'Gouvernement ouvert: Nouvelle-Zélande, May 2017, http://www.ogp.org.nz/assets/publications/2017-reporting-progress/commitment-7-2017-March-to-May.pdf. ] Le chercheur de l'IRM note que les utilisateurs qui participent à la création de la boîte à outils sont tous des responsables des politiques gouvernementales, et non des contributeurs externes potentiels à l'élaboration des politiques.

Le rapport de fin d’évaluation évaluera la boîte à outils des politiques en ligne, son adoption et les conséquences de cet engagement.

Le greffier de la Chambre des représentants a informé l'IRM qu'il "existe un potentiel considérable pour la mise en œuvre de cet engagement, qui permettra d'améliorer l'élaboration des lois". Il rapporte que, lors de son examen du règlement de la Chambre des représentants par 2017, le Comité du Règlement (2017, I.18A at ​​25) a appuyé ma proposition de collaborer avec les organismes centraux afin d'identifier les moyens permettant aux gouvernements de mettre en place des processus de politique et de consultation préalables à l'introduction. les agences pourraient s'aligner plus étroitement sur la considération de la Chambre. L’objectif de ce travail serait d’informer l’élaboration de propositions visant à récompenser les bonnes décisions politiques prises avant la législation, ce qui pourrait inciter de manière tangible les ministères à adopter une approche globale de l’élaboration des politiques. Actuellement, la courte législature de trois ans n'encourage pas nécessairement les gouvernements à prendre le temps de consulter et de collaborer avec la société civile lors de l'élaboration de propositions législatives. Les travaux dans ce domaine pourraient bien s'aligner sur les résultats attendus du flux de travail de l'engagement 7. '[Note179: Greffier de la Chambre des représentants. Open Government Partnership - les commentaires du greffier sur le rapport 20162018 à mi-parcours; soumis au GPI IRM, 4 February 2018.]

Prochaines étapes

Le chercheur de l'IRM recommande de prolonger cet engagement jusqu'au mois de juin 2018 et d'ajouter la nouvelle activité suivante:

Testez les conseils de la boîte à outils des politiques avec les parties prenantes d’ici juin 2018 en utilisant le même processus selon lequel les instructions de l’engagement en ligne de l’engagement 5 sont testées.

S'engager avec le grand public à travers le pays et développer des éléments de prise de contact avec le public et de responsabilisation des autorités gouvernementales dans cet engagement commenceraient à répondre aux préoccupations des parties prenantes qui s'interrogent sur son admissibilité à faire partie d'un plan d'action national. Par exemple, Transparency International New Zealand 'exhorte le DPMC à s’engager auprès du grand public dans tout le pays afin de transformer cette importante initiative en un engagement susceptible de faire partie d’un plan d’action national. Il demande instamment à la DPMC d’intégrer dans cet engagement des éléments de sensibilisation du public et de responsabilité du gouvernement ».[Note180: Transparency International Nouvelle-Zélande. Soumission à l'OGP du projet de rapport d'avancement 2016-18 IRM IRM New Zealand.]

Pour le prochain plan d’action, le chercheur IRM recommande ce qui suit:

Élaborer en collaboration des normes pour la participation du public au développement futur politique et développer la capacité du public à fournir des commentaires sur la politique proposée telle qu'elle est conçue.

Ce nouveau travail pourrait utiliser la plate-forme durable d’engagement du public développée par l’engagement 5 et compléter l’objectif déclaré de cet engagement: divers points de vue, et par des données et des preuves.

Résumé du statut de fin de session IRM

7. Améliorer les pratiques politiques

 
But de l'engagement:

Le gouvernement visait à créer des documents d'orientation accessibles et faciles à assimiler pour élaborer une politique gouvernementale éclairée par des experts, y compris des "citoyens en tant qu'utilisateurs". Plus précisément, l'engagement visait à dresser la carte des preuves, des informations et des pratiques existantes. Il prévoyait de tester l'adhésion et le soutien de tous-conseils du gouvernement. Il a également cherché à coproduire des contenus avec et pour la communauté des politiques gouvernementales et à commencer à travailler avec eux pour encourager l'utilisation des directives.

Statut

Mi-parcours: substantiel

Le ministère du Premier ministre et le Cabinet (DPMC) ont réalisé les jalons 1-4. Il a cartographié le système de preuves et de connaissances, la pratique existante, l'expertise et les sources d'orientation (Milestone 1). Il a donné son accord pour concevoir et mettre en place une boîte à outils pour les méthodes de gestion de l'ensemble des pouvoirs publics avec les ministères responsables des politiques gouvernementales (Milestone 2). Il utilisait une approche de style auteur de type wiki (Milestone 3) et la boîte à outils a été produite avec et pour la communauté des politiques gouvernementales (Milestone 4). Le greffier de la Chambre des représentants a informé le chercheur de l'IRM qu'il «existait un potentiel important pour la mise en œuvre de cet engagement, qui permettrait d'améliorer l'élaboration des lois». [Note112: Greffier de la Chambre des représentants. Open Government Partnership - les commentaires du greffier sur le rapport 20162018 à mi-parcours; soumis à l'OGP IRM, 4 February 2018] Le chercheur de l'IRM a noté l'absence de participation citoyenne et a recommandé une nouvelle activité pour tester la boîte à outils avec le public. Pour plus d'informations, voir le rapport de mi-parcours IRM 2016 – 2018. [Note113: “Mécanisme indépendant de reporting: Rapport d’avancement de la Nouvelle-Zélande 2016 – 2018,” Open Government Partnership, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/New-Zealand_MidTerm_2016-2018.pdf. ]

Fin du mandat: Achevée

DPMC a terminé Milestone 5 en août 2017 avec la version 1 de la boîte à outils des méthodes de stratégie. [Note114: «Boîte à outils pour les méthodes de politiques», le projet de politique, ministère du Premier ministre et du Cabinet, https://www.dpmc.govt.nz/our-programmes/policy-project/policy-methods-toolbox-0, accédé à 9 August 2018.] Il a publié la boîte à outils en ligne après avoir reçu des informations des agences gouvernementales sur les méthodes d'élaboration de politiques sur lesquelles elles souhaitaient en savoir plus. La boîte à outils comprenait des conseils sur le lancement d'un projet de stratégie, des informations comportementales, une réflexion sur la conception et des moyens d'impliquer des individus et des groupes dans la conception et l'élaboration de stratégies. [Note115: Engagement 7, rapport trimestriel au PAE de mars à juin 2018, http://ogp.org.nz/open-government-partnership/expert-advisory-panel/ ] Une recherche documentaire réalisée par le chercheur de l'IRM a révélé que DPMC avait promu la boîte à outils et ses cadres d'amélioration des politiques. La DPMC l'a fait dans sa communauté politique, dans le monde universitaire, sur son site Web et sur les médias sociaux. Sa promotion a noté que ces outils contenaient «des thèmes communs liés à l’engagement du PGO autour d’une meilleure utilisation des preuves et de la prise en compte de divers points de vue dans les politiques». [Note116: voir la note 3.]

La DPMC a suivi la recommandation à mi-parcours du chercheur de l'IRM selon laquelle les orientations devraient être testées avec les parties prenantes de la société civile. La DPMC l'a testé sous 2018 avec le comité consultatif d'experts, le groupe multipartite de l'OGP. Ce panel a noté que «les orientations étaient adaptées à l'objectif poursuivi en termes d'amélioration de la connaissance des outils et techniques que les décideurs peuvent utiliser pour créer une politique plus ouverte et dirigée par les utilisateurs». Le panel a également déclaré qu'il soutenait la recommandation à moyen terme du chercheur en IRM. pour le développement collaboratif de normes pour la consultation publique sur les initiatives politiques. [Note117: discussion IRM avec EAP, 8 August 2018.]

At-il ouvert le gouvernement?

Participation civique: n'a pas changé

Cet engagement visait à améliorer les pratiques établies par le gouvernement en matière d'élaboration de politiques en élaborant des directives sur la manière de créer des politiques éclairées par des experts, y compris des "citoyens en tant qu'utilisateurs". La DPMC a élaboré et publié ces orientations en consultation avec ses collègues des politiques gouvernementales. Il a également consulté de manière rétrospective le petit groupe consultatif d'experts composé de plusieurs parties prenantes de l'OGP. Il n'a pas consulté de parties autres que ces groupes.

La Un chercheur d’IRM comprend que dans 2018, le ministère du Premier ministre et le Cabinet (DPMC) interrogés certains experts externes en engagement public. Cependant, à ce stade de «changement sérieux dans la pratique des politiques», cela n’a aucun sens. [Note118: Entretien avec les parties prenantes, 2 August 2018.] Le Forum EngageTech 2018, présenté conjointement par des experts du gouvernement et de la société civile à la fin du mois d’août, était un événement interactif réservé au personnel du gouvernement. [Note119: “Nouveautés et événements”, ministère du Premier ministre et du Cabinet, https://www.dpmc.govt.nz/events/engage-tech-forum. ]

Il est trop tôt pour établir publiquement l'utilisation de la boîte à outils par les agences politiques. Cependant, le DPMC leur en a largement fait la promotion. DPMC note 4,500 sur le site Web de la boîte à outils depuis août 2017, «plus que les responsables politiques de 2,800 dans le service public néo-zélandais». [Note120: voir la note 3.] Cette exposition suggère un large intérêt pour la co-création de politique au-delà du gouvernement.

Reportés?

L’engagement 5 dans le plan d’action 2018 – 2020 poursuit ce travail. Il élargit les conseils existants en matière de participation du public aux méthodes existantes. Cette extension comprend une approche d'engagement du public. Elle comprend également la réalisation d’un projet de démonstration sur la participation du public à l’élaboration des politiques, qui occupe une place plus importante sur le marché. Association internationale de la participation publique public que «informer» ou «consulter».

L'engagement 6 dans le plan d'action 2018 – 2020 vise à développer un modèle d'évaluation pour mesurer la mise en œuvre de la norme de conception de service numérique pangouvernementale par les agences du secteur public. Il propose «l’engagement du public à actualiser et réviser la norme». [Note121: http://www.ogp.org.nz/assets/Publications/91b28db98b/OGP-National-Action-Plan-2018-2020.pdf]


Engagements

  1. Engagement avec le Parlement

    NZ0012, 2018, renforcement des capacités

  2. Parlement des jeunes

    NZ0013, 2018, renforcement des capacités

  3. Boîte à outils pour les sortants

    NZ0014, 2018, renforcement des capacités

  4. Rendre la législation secondaire de la Nouvelle-Zélande facilement accessible

    NZ0015, 2018, Gouvernement électronique

  5. Participation du public à l'élaboration de politiques

    NZ0016, 2018, renforcement des capacités

  6. Conception des services

    NZ0017, 2018, renforcement des capacités

  7. Informations officielles

    NZ0018, 2018, Accès à l'information

  8. Examen de l'utilisation des algorithmes par le gouvernement

    NZ0019, 2018, Prise de décision automatisée

  9. Transparence des pratiques de données

    NZ0020, 2018, renforcement des capacités

  10. Surveillance des pratiques de gestion de l'information

    NZ0021, 2018, Législation et réglementation

  11. Open Data Organisations gouvernementales

    NZ0022, 2018, Accès à l'information

  12. Approvisionnement ouvert

    NZ0023, 2018, Accès à l'information

  13. Budget ouvert

    NZ0005, 2016, Accès à l'information

  14. Améliorer les pratiques d'information officielles

    NZ0006, 2016, Accès à l'information

  15. Améliorer l'accès aux données ouvertes et les principes

    NZ0007, 2016, Accès à l'information

  16. Suivi des progrès et des résultats de la diffusion de données sur un gouvernement ouvert

    NZ0008, 2016, Accès à l'information

  17. Engagement continu pour OGP

    NZ0009, 2016, renforcement des capacités

  18. Engagement étoilé Améliorer l'accès à la législation

    NZ0010, 2016, renforcement des capacités

  19. Améliorer les pratiques politiques

    NZ0011, 2016, renforcement des capacités

  20. Résultat BPS 10 - Les Néo-Zélandais peuvent finaliser facilement leurs transactions avec le gouvernement dans un environnement numérique

    NZ0001, 2014, Gouvernement électronique

  21. Stratégie d'action TIC 13 - Ouverture par défaut: réutilisation active d'actifs informationnels

    NZ0002, 2014, Accès à l'information

  22. Évaluation du système national d'intégrité

    NZ0003, 2014, Anti-Corruption

  23. L'accord de relation Kia TūTahi

    NZ0004, 2014, renforcement des capacités

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!