Ignorer la navigation

Renforcer le pouvoir de la société civile pour un meilleur contrôle des plateformes numériques

red-ish19
Henri Verdier|
"

Henri Verdier

Il est maintenant temps d'appliquer les principes fondamentaux du gouvernement ouvert - transparence, participation sociale et responsabilité - aux géants de la technologie.

Retour à la page d'accueil

L’émergence du World Wide Web il ya presque 30, il y a quelques années, a profondément transformé nos sociétés en permettant à des milliards de personnes dans le monde entier de se connecter et d’échanger des informations; ouvrir de nouvelles façons de penser et donner à la société civile les moyens de surveiller les gouvernements, de mettre au jour la corruption, de renverser les dictateurs et même de renforcer la démocratie.

En fait, l'accès libre et ouvert au Web est devenu si crucial aujourd'hui que le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies reconnaît l'accès à Internet comme un droit humain fondamental et affirme que «l'Internet est l'un des instruments les plus puissants du 21.st siècle pour accroître la transparence dans la conduite des puissants, l'accès à l'information et pour faciliter la participation active des citoyens à la construction de sociétés démocratiques ». Ce potentiel de transparence accrue a permis à la société civile de remodeler profondément la façon dont nous comprenons la démocratie à un moment où Près de 80% de la population mondiale sait lire et écrire. Cela a également contribué à créer la confiance sous-jacente dans nos institutions et la cohésion sociale, permettant ainsi à nos démocraties de rester fortes sous la pression.

Alors que nos institutions gouvernementales ont entamé les transformations nécessaires pour permettre une surveillance publique accrue, de nouveaux acteurs opaques, parfois des manipulateurs ou des criminels, sont apparus avec l'avènement de la révolution numérique. Aujourd'hui, des milliards de personnes ne découvrent le Web qu'à travers un nombre limité d'énormes entreprises privées, construites dans le but de maximiser leurs profits au sein de la nouvelle économie Attention.

Pour être clair, nous ne devrions pas préconiser un changement des objectifs de ces entreprises. Bien qu'il soit important de reconnaître la contribution de ces entreprises pour aider nos démocraties à s'adapter au nouveau paradigme de gouvernement ouvert, il ne leur appartient pas de remodeler les cadres sociaux de nos engagements politiques. Si nous voulons revigorer nos démocraties européennes et rétablir la confiance dans nos institutions, nous devons défier le statu quo et repolitiser - au sens le plus noble du terme - la définition collective de nos valeurs sociales. En d'autres termes, le calcul ne devrait jamais remplacer la vie politique d'une communauté en tant que base de la gouvernance.

En effet, si un accès libre et ouvert à Internet est un droit humain fondamental, nous ne pouvons permettre à une poignée de plates-formes de construire les codes et les algorithmes qui définiront quelles opinions ou quelles idées sont partagées et quelles valeurs doivent être protégées ou interdites. Ces décisions devraient être prises en toute transparence et après une participation sociale collective, au niveau institutionnel, afin de permettre aux gouvernements et à la société civile de tenir ces entreprises pour responsables de leurs actes.

La première étape pour revigorer la démocratie en Europe consiste donc à s’accorder, au niveau de l’UE, sur un nouveau cadre juridique imposant un niveau de transparence beaucoup plus élevé à ces acteurs. Cette obligation de transparence permettra à la société civile de créer, aux côtés des plus brillants esprits des milieux des affaires, des technologies, des pouvoirs publics et du monde universitaire, les outils nécessaires pour faire face aux menaces qui pèsent sur la liberté politique.

Une première mesure en faveur de la transparence a récemment été prise avec la signature d'un engagement des plateformes de médias sociaux visant à améliorer la surveillance de leurs publicités politiques en ligne. Toutefois, cela est loin d’être suffisant et certaines entreprises ont mis beaucoup de temps à mettre en œuvre les mesures convenues. Au lieu de cela, le nouveau cadre réglementaire doit imposer des exigences de transparence beaucoup plus strictes, qui devraient également être étendues à certains algorithmes utilisés par ces plates-formes. La France s'est engagée à appliquer certaines de ces mesures lors de sa présidence de G7 cet été.

Au cours des dernières décennies, nous avons collectivement compris, comme l'a déclaré Karl Popper*, qu'une société ouverte ne peut être instaurée que si le citoyen individuel est en mesure d'évaluer de manière critique les conséquences de la mise en œuvre des politiques gouvernementales, qui peuvent ensuite être abandonnées ou modifiées à la lumière de cet examen minutieux. Il est maintenant temps d'appliquer les principes fondamentaux du gouvernement ouvert - transparence, participation sociale et responsabilité - aux géants de la technologie, de responsabiliser la société civile grâce à l'utilisation de notre intelligence collective et d'évaluer de manière critique les conséquences de certains codes et algorithmes. Cela est essentiel pour atteindre un nouvel équilibre démocratique et rétablir la confiance dans nos institutions à travers l'Europe.


* Thornton, Stephen, «Karl Popper», Encyclopédie philosophique de Stanford (Édition automne 2018), Edward N. Zalta (éd.), https://plato.stanford.edu/archives/fall2018/entries/popper/

contenu similaire

Vignette pour Avons-nous confiance en la démocratie? Un futur agenda pour l'Europe

Faisons-nous confiance à la démocratie? Un futur agenda pour l'Europe

L'élection européenne de 2019 a demandé aux électeurs de choisir entre plus ou moins d'Europe, entre inclusion et diversité ou exclusion et nationalisme, et entre sociétés plus ouvertes ou…

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!