Ignorer la navigation

Chaque voix compte: vers un processus de co-création OGP plus inclusif - Sekondi-Takoradi

Solliciter le point de vue des femmes lors de l'un des engagements communautaires
Solomon Kusi Ampofo|

«Des initiatives telles que la Open Government Partnership ouvrir de nouveaux canaux de communication améliorés entre le gouvernement et les citoyens, et permettre au gouvernement local d'avoir de meilleures informations et d'être plus responsable des besoins de ses citoyens », a déclaré le maire Anthony KK Sam. . Cette déclaration a donné le ton pour un voyage passionnant vers un processus de co-création inclusif et actif pour la période 2018-2020 Open Government Partnership (OGP) Plan d'action pour l'Assemblée métropolitaine de Sekondi Takoradi au Ghana. En tant que chef d'équipe travaillant sur cet exercice avec Friends of the Nation, une organisation de la société civile, j'ai été ravie par ce niveau d'engagement politique.

Mener le processus de co-création a été l'une des expériences les plus passionnantes de ma carrière. Les chiffres sont éloquents: près de 1,200 10,000 personnes ont été directement engagées par le biais de visites communautaires, d'ateliers de formation et de séances de remue-méninges. XNUMX XNUMX autres personnes ont été indirectement contactées par le biais de plusieurs émissions de radio. La diversité des parties prenantes était importante, avec des membres d'organisations de la société civile, du gouvernement et du secteur privé, ainsi que des dirigeants communautaires, des personnes handicapées, des personnes vivant avec le VIH, des pêcheurs, des agriculteurs, des commerçants et des médias. L'enthousiasme des participants, le niveau d'engagement communautaire et la participation active des dirigeants locaux m'ont donné l'espoir qu'il existe de nouvelles tendances prometteuses dans la gouvernance locale et la prestation de services au Ghana.

Jeter les bases: bilan et cartographie des parties prenantes

La ville de Sekondi-Takoradi Metropolitan Assembly (STMA) est la troisième plus grande du Ghana et est actuellement la plaque tournante d'une jeune industrie pétrolière et gazière. Il a rejoint l'OGP en 2015 et a mis en œuvre son premier plan d'action en 2016-2017. Après avoir reçu un soutien financier du Fonds fiduciaire multi-donateurs de l'OGP, les Amis de la Nation ont commencé en mai 2018 à collaborer avec d'autres partenaires de la société civile (Berea Social Foundation et le Fonds de mise à niveau des règlements à l'échelle de la ville de la STMA) et le Forum des actionnaires multi-S OGP de la STMA (MSF ). Ensemble, nous avons fixé un objectif pour le processus de co-création du deuxième plan d'action: faciliter une plus grande inclusion des voix des citoyens dans la création d'un plan d'action qui reflète leurs priorités de gouvernement ouvert et s'aligne sur les plans de développement du gouvernement local. L'engagement de haut niveau du maire et d'autres hauts fonctionnaires nous a donné le soutien et l'environnement autorisant à poursuivre. En fait, la participation des cadres supérieurs a été maintenue dans toutes les activités principales depuis le début du voyage de cocréation jusqu'aux séances de sensibilisation communautaire et jusqu'au lancement du plan.

Les attentes en matière d'amélioration de la gouvernance et de la prestation de services étaient élevées à mesure que le processus progressait. Le voyage vers leur rencontre a commencé avec la reconstitution de MSF qui a guidé la co-création du premier plan d'action. Il comptait quarante membres, dont dix-sept représentants du gouvernement, quinze représentants de la société civile et des médias et huit représentants du secteur privé.

Une étape importante pour améliorer l'efficacité de MSF a été la création d'une équipe de travail de neuf membres. L'équipe a été chargée d'examiner le plan d'action précédent, de définir les objectifs initiaux du processus de co-création 2018, de réaliser la cartographie des principales parties prenantes, d'élaborer une stratégie d'engagement communautaire et de préparer un plan de travail. Cette approche nous a permis de faire le point et de s'appuyer sur ce qui avait déjà été fait.

Renforcement des capacités, consultation des parties prenantes et remue-méninges

L'équipe de travail, MSF et moi avons travaillé sans relâche pour créer des opportunités pour que la voix des gens soit incluse dans la préparation du plan d'action. Cela consistait en (i) des réunions de sensibilisation et de consultation des parties prenantes dans dix communautés et avec des groupes de personnes handicapées et des personnes vivant avec le VIH; (ii) une formation sur les questions de gouvernement ouvert, y compris la législation des gouvernements locaux, pour plus de soixante personnes de MSF et des champions communautaires sélectionnés; (iii) l'animation de sessions de brainstorming pour l'élaboration de projets d'engagements; et (iv) une présentation sur l'utilisation des outils de responsabilité sociale pour améliorer la gouvernance locale et la prestation des services publics, qui est pour moi cruciale pour suivre la mise en œuvre du Plan d'action. Un résident d'Essipon a déclaré: «Nous sommes ravis de pouvoir contribuer au processus de consultation du PGO. Nous pensons que c'est le début d'un processus où le gouvernement communique ses activités au peuple et écoute également ce que le peuple dit. »

Le pouvoir des médias a également été utilisé pour étendre notre portée à davantage de personnes. Cinq discussions radiophoniques, deux actualités télévisées et quatre articles de presse ont aidé à sensibiliser le public aux principes du PGO et au processus de cocréation et à solliciter des contributions pour le plan d'action. Les commentaires du public étaient encourageants. Un appelant à l'une des émissions de radio a déclaré: «Si c'est ainsi que le gouvernement local de la STMA prévoit d'être plus ouvert et transparent, ce sont des moments passionnants. Ma petite suggestion est pour l'Assemblée de réduire la bureaucratie dans l'acquisition de permis de développement en utilisant la technologie. »

Bien que nous ayons été heureux de recevoir des réponses positives de la communauté, nous savions que le succès du processus de consultation reposait sur le succès de la conversion des idées en engagements concrets dans le plan d'action. Après une session de brainstorming MSF et un atelier de validation, le projet de plan d'action a été validé par MSF et soixante autres parties prenantes.

Changer les perceptions des parties prenantes

En collaborant étroitement avec l'équipe de travail pour faciliter ce processus inclusif, j'ai été touché par la passion et l'engagement des membres de MSF, et la façon dont le processus OGP a transformé leur perception du gouvernement.

Richard Adjololo est le PDG de Big RKNA Ventures, et a participé en tant que représentant des acteurs industriels à l'OGP. «L'OGP est un processus fantastique et il m'a ouvert les yeux», a déclaré Richard. «Au moment où j'ai rejoint le concept, c'était très nouveau pour moi. Et la question que je me suis posée était: «Pourquoi n'avons-nous pas fait cela il y a longtemps? Le développement est pour les gens, mais comment développez-vous pour les gens quand ils ne savent pas ce que vous faites pour eux? '', A-t-il poursuivi. affaire."

Faisant écho aux sentiments de Richard, Mildred Siabi Mensah, reporter en chef de la Ghana News Agency (GNA) dans la région occidentale, et membre de MSF et de l'équipe de travail. Selon Mildred, «L'introduction de l'OGP a été très révélatrice. J'ai beaucoup appris, en particulier sur l'engagement entre les acteurs étatiques et les citoyens. C'est l'une des choses essentielles que nous devons faire pour nous appuyer sur nos références démocratiques en tant qu'espoir de la démocratie en Afrique. Faire participer les citoyens [atténue] les tensions dans la société. Les gens apprennent à quoi leur argent sert. Ils sont mieux à même de suggérer et, finalement, d'influencer les politiques gouvernementales. »

Lors d'une consultation avec des groupes de personnes handicapées, un participant a qualifié le gouvernement ouvert de «participation opportune des citoyens ordinaires dans les domaines du budget, des infrastructures, de la responsabilité des projets et du droit à l'information». Les cinq engagements du gouvernement ouvert dans le plan d'action finalisé, qui a été soumis en septembre 2018, reflète la promotion de la transparence dans les infrastructures publiques; participation civique à la planification et à la budgétisation; accès à l'information; meilleur développement spatial; et l'amélioration des services d'eau et d'assainissement. Je suis convaincu que la mise en œuvre réussie de ces engagements aura un effet positif sur la vie quotidienne de plus de 700,000 XNUMX personnes à Sekondi-Takoradi. Et moi, avec les partenaires que nous avons amenés au dialogue, je serai là pour suivre les progrès.

-

[1] L'équipe de travail était composée de représentants des organisations de la société civile; le président du gouvernement local de Sekondi-Takoradi; le point de contact de l'OGP; un leader communautaire; un représentant du secteur privé; un représentant des groupes vulnérables (personnes vivant avec un handicap); et un journaliste.

[2] MSF et l'équipe de travail ont convenu d'engager dix communautés, contre quatre lors du processus de co-création précédent. Les communautés ont été soigneusement sélectionnées sur la base de critères objectifs des trois conseils de district sous-métropolitains en fonction de la population, de la diversité des groupes sociaux, de la situation géographique et de la réactivité de la communauté à la possibilité d'un engagement citoyen-gouvernement. En plus de cela, deux consultations ont été menées avec des personnes vivant avec un handicap et des personnes vivant avec le VIH.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!