Ignorer la navigation

Industries extractives, transparence et approvisionnement - Alignement croissant

Extraits
Jeff Geipel|

Le mouvement pour une plus grande transparence dans la gouvernance des industries extractives continue de progresser à un rythme inspirant. L'espoir que les entreprises publient combien elles paient aux gouvernements des pays d'accueil est la nouvelle norme, et la récente décision de Shell de devenir la première multinationale la divulgation des rapports pays par pays conformément au modèle de l'OCDE n'est que la preuve la plus récente de cela.

Dans le même temps, il y a également eu une dynamique croissante et passionnante pour accroître la transparence des marchés publics. Cela est dû à l'excellent travail d'organisations comme Open Government Partnership (OGP) et Partenariat ouvert.

L’OGP et l’initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) ont récemment mis en place un rapport soulignant les synergies entre les deux initiatives, en notant comment les deux initiatives peuvent amplifier leurs efforts respectifs. Un tel rapport souligne à quel point il existe un alignement entre les différents types d'initiatives de transparence et de gouvernance, et le potentiel de collaboration entre tous.

Dans cette optique, nous souhaitons soulever la question des achats dans l'industrie extractive par des entreprises non étatiques et la manière dont ils s'intègrent dans le mix en cette période passionnante.

Transparence dans l'approvisionnement: public et privé
S'il y a une transparence croissante dans les paiements des entreprises de l'industrie extractive aux gouvernements, et aussi pour les marchés publics par les gouvernements, secteur privé les entreprises de l'industrie extractive sont une prochaine étape naturelle qui relie ces mouvements.

Compte tenu de l'importance accordée aux paiements aux gouvernements par les sociétés minières et pétrolières et gazières, il est souvent perdu que, dans la plupart des cas, l'approvisionnement soit le plus important paiement national effectué par la plupart des sites de l'industrie extractive.

Répartition des dépenses du pays hôte par les membres des sociétés minières du World Gold Council en 2013

L'OGP et l'ITIE conseillent déjà aux entreprises extractives publiques de partager des informations sur leurs processus d'approvisionnement.

Mais qu'en est-il des achats par ­des entreprises extractives non étatiques?

En avance sur le 44th Lors de la réunion du conseil d'administration de l'ITIE en novembre dernier à Addis-Abeba, Alexandra Gillies de l'Institut des ressources naturelles et de gouvernance (NRGI) a écrit un Document de discussion qui a exploré les moyens potentiels de l'initiative pour lutter contre la corruption.

Alexandra déclare:

«Si l'ITIE devait adopter une approche fondée sur les risques pour hiérarchiser les informations à divulguer, le secteur des champs pétroliers et des services miniers serait en tête de liste. Il s'agit d'une lacune flagrante dans la Norme ITIE et le secteur d'activité. »

Nous avons très bien accueilli cette observation de Gillies, mais nous soutenons qu'elle s'applique également à l'approvisionnement en biens, en raison des énormes sommes d'argent dépensées en équipement, carburant, consommables et autres biens.

Gillies a raison de dire que l'approvisionnement est en effet une lacune dans la norme ITIE actuelle, mais bon nombre de ses pays membres prennent déjà des mesures pour examiner l'approvisionnement des sociétés minières et pétrolières et gazières.

En mars 2018, 24 pays collectaient des informations sur le contenu local dans leurs rapports, bien que le niveau de détail à ce moment-là ne soit pas étendu et dans un format commun.

Cette situation est en train de changer, car l'ITIE au Sénégal a récemment lancé son Rapport de rapprochement pour 2018, et pour la première fois, il comprenait une ventilation des dépenses d'achat par les entreprises de l'industrie extractive, montrant combien a été dépensé pour les fournisseurs nationaux.

Rapport de conciliation 2018 de l'ITIE Sénégal montrant les dépenses d'achat des entreprises de l'industrie extractive auprès des fournisseurs nationaux, à la fois par nombre de fournisseurs et par montant dépensé (p. 189)

En tant que tels, les pays hôtes de l'industrie extractive commencent à voir un réel mouvement vers une plus grande transparence des processus d'approvisionnement des entreprises et des résultats d'une manière qui reflète le succès de la fourniture de plus d'informations sur les processus de marchés publics.

Prochaines étapes et nécessité d'harmoniser
Pour l'instant, notre argument est que, dans la mesure du possible, nous devons éviter les efforts redondants et contradictoires à mesure que ces agendas fusionnent de plus en plus.

  1. Pour les pays qui décident de collecter et de diffuser des informations sur les mines et les achats de pétrole et de gaz dans le cadre du processus ITIE, nous ne devrions pas demander à chaque pays de recréer la roue et de définir des exigences de déclaration contradictoires pour les entreprises. Par exemple, le Mécanisme d'établissement de rapports sur l'approvisionnement local (LPRM) est accessible au public et propose un modèle qui peut être utilisé par les entreprises publiques et privées de l'industrie extractive.
  2. Dans la mesure du possible, à mesure que les initiatives de transparence convergent vers des objectifs communs, des efforts doivent être faits pour harmoniser les systèmes existants. Des initiatives telles que le LPRM minier, l'Open Contracting Standard et, d'ailleurs, la Global Reporting Initiative (GRI) devraient faire l'objet d'un dialogue cohérent pour garantir que les demandes d'informations aux acheteurs privés et publics soient aussi harmonisées que possible, en utilisant idéalement le même langage.

Le ciel est la limite pour accroître la transparence et les avantages de la gouvernance en résultant. Alors que les initiatives de transparence se chevauchent et fusionnent de plus en plus, faisons en sorte de faire de notre mieux pour que tout reste aligné et harmonisé à l'avenir.

Commentaires (3)

Peter Eigen Répondre

C'est une excellente approche! Toutes nos félicitations

Farai Mutondoro Répondre

Très instructif - merci Jeff. Bien qu'un Zimbabwe ne soit pas membre de l'ITIE, le LPRM pourrait résoudre certains des défis auxquels le pays est confronté dans la manière dont le secteur extractif

John Brayman Répondre

Excellent article décrivant les points communs et les défis qui attendent l'OGP et l'ITIE; des organisations et des initiatives dont le Canada est fier d'être membre!

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

contenu similaire

Miniature pour Seeking Synergy: OGP & EITI

À la recherche de synergie: OGP et ITIE

Cet article explore comment les membres de l'OGP et de l'ITIE peuvent tirer parti des deux plateformes pour effectuer des réformes significatives dans l'industrie extractive, l'un des secteurs les plus sujets à la corruption.

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!