Ignorer la navigation

Visages du gouvernement ouvert : Anooshe Mushtaq

Anooshe Mushtaq|

Rencontrez Anooshe Mushtaq, directrice des comptes nationaux de la défense et du gouvernement fédéral chez NEXTDC. Grâce à son travail en tant que membre de la société civile au Forum sur le gouvernement ouvert d'Australie, Anooshe a été une championne de la promotion d'un dialogue inclusif et de l'engagement des communautés vulnérables et historiquement exclues grâce à des approches innovantes. Dans l'édition de ce mois-ci de Faces of Open Government, explorez ses idées sur la lutte contre la désinformation et le lien unique que le gouvernement ouvert peut avoir pour propulser le plaidoyer et le développement social. justice.

 

Vous avez travaillé avec des acteurs gouvernementaux et privés pour développer les technologies de l'information et de la communication et la sécurité nationale. Comment cette expérience vous a-t-elle aidé à faire progresser la gouvernance ouverte en Australie ? 

J'ai une large expérience dans les technologies de l'information et de la communication (TIC), dans des postes de haute direction, et la sécurité nationale m'a aidé dans mon engagement en faveur d'un gouvernement ouvert.

Dans un gouvernement ouvert, il est important de comprendre les défis auxquels sont confrontées les communautés immigrantes et minoritaires. Ayant été confronté à des difficultés lors de ma migration vers l'Australie au début de mon adolescence, je suis passionné par les relations sociales. inclusion, la tolérance et le respect des communautés « culturellement et linguistiquement diverses » d’Australie.

 

Pouvez-vous nous parler de votre travail en tant que membre de la société civile au sein du Forum sur le gouvernement ouvert d'Australie ? 

J'ai eu l'honneur d'être nommé membre de la société civile pour participer à l'élaboration du troisième OGP d'Australie. plan d'action. Ma proposition engagement Il s’agissait d’une désinformation dans les communautés « culturellement et linguistiquement diverses » (CALD). J'ai également proposé « l'engagement des personnes neurodiverses dans le gouvernement » et cet engagement sera pris en compte dans le futur plan d'action national. 

Je crois qu'il est plus nécessaire d'impliquer les membres multiculturels de la société civile dans le Forum sur un gouvernement ouvert afin d'offrir une perspective différente dans la co-conception des futurs plans d'action. En tant que migrants, nous comprenons les complexités culturelles et religieuses de nos communautés. 

Nous avons été témoins de discours clivants diffusés dans les médias et les réseaux sociaux, et de la manière dont la mésinformation et la désinformation peuvent marginaliser les communautés historiquement exclues. Notre expérience quotidienne avec les médias et les réseaux sociaux a mis en évidence le fait que lorsque des informations incorrectes circulent, elles peuvent se propager rapidement, surtout s'il s'agit d'un sujet de conflit dans l'actualité.

 

Vous avez fourni des conseils au gouvernement australien en tant que consultant non officiel sur la manière de dialoguer avec les jeunes menacés par l'extrémisme. Comment les plateformes numériques peuvent-elles être utilisées pour dialoguer avec les populations vulnérables, notamment pour lutter contre la désinformation et les discours de haine en ligne ?

Il n'existe pas de « voie unique » vers la radicalisation, mais les recruteurs extrémistes ciblent en ligne les personnes vulnérables/isolées, car elles sont plus susceptibles de se forger des opinions extrêmes. Les idéologies extrémistes infiltrent les communautés en ligne jusqu'aux citoyens ordinaires via les principaux réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et Snapchat. Afin de lutter contre l’extrémisme et la désinformation en ligne, nous avons besoin d’une approche en deux phases : lutter contre les discours de haine grâce à l’utilisation de plateformes d’analyse numérique et lutter contre les discours de haine grâce à un contre-discours en ligne.

Même si le recours aux plateformes d’analyse est utile pour exploiter la désinformation, il est essentiel que le gouvernement mobilise les communautés et les organisations de la société civile qui peuvent apporter des connaissances de base pour lutter contre les discours préjudiciables en ligne. Si le gouvernement est en mesure d’obtenir des informations exploitables sur la mésinformation et la désinformation au cours de la conversation et de révéler l’impact des faux récits sur les perceptions, la confiance et le comportement du public, alors les outils d’analyse peuvent fournir une solution robuste pour identifier, regrouper et visualiser tout cela. information. 

Ni les informations ni les réseaux sociaux n’existent en vase clos. Il existe un lien étroit et de plus en plus causal entre récits négatifs sur les réseaux sociaux et des actes d’une extrême violence sur le terrain. L’approche que je propose consiste à discréditer les récits, les opinions et l’idéologie promulgués en ligne par des groupes qui cherchent à semer la peur dans les communautés.

De nombreuses initiatives gouvernementales visant à impliquer les communautés ont jusqu’à présent eu une portée limitée et ont manqué de compréhension culturelle et/ou de mécanismes de responsabilisation. Une approche consisterait à développer un groupe de travail pour impliquer des experts en migrants engagés et jeunesse qui pourrait proposer une stratégie alternative de contre-discours en ligne pour lutter contre l’extrémisme en ligne.


Vous êtes également le fondateur du groupe de travail Raqib, qui vise à impliquer les jeunes de la communauté australienne dans la justice sociale. Comment pensez-vous que le gouvernement ouvert peut contribuer à favoriser un dialogue inclusif et transparent pour résoudre ces problèmes ? 

Le groupe de travail Raqib a été structuré comme une organisation de la société civile dirigée par des experts dans les domaines de l'islam, de la déradicalisation, du monde universitaire, de la sécurité nationale et des communications et conçu pour autonomiser les jeunes et les empêcher de devenir vulnérables aux récits violents en ligne et sur le terrain. Pourtant, alors que le gouvernement maintient que ses politiques de sécurité nationale visent à protéger la société australienne de la menace de l'extrémisme en ligne et des activités criminelles, les communautés musulmanes ont le sentiment que leurs identités religieuses et culturelles sont assimilées au terrorisme et à la radicalisation. La raison en est que les médias et les réseaux sociaux se concentrent depuis longtemps sur le terrorisme islamiste. Les terroristes utilisent des contenus sensationnalistes pour renforcer leur présence sur les réseaux sociaux en promouvant la désinformation sur l’Islam.

Pour faire face à la montée de l’extrémisme, il faut un changement venant d’en haut. Le gouvernement et les autres responsables publics doivent réfléchir à la manière dont la teneur du discours public contribue au problème. 

Une approche similaire pourrait être utilisée lors de la propagation de la désinformation. Des jeunes australiens issus d’horizons divers pourraient être mobilisés pour changer le récit de la rhétorique de la division en ligne. Il existe de nombreux programmes de sensibilisation promouvant la cohésion sociale et le respect. Nous devons impliquer de jeunes champions du gouvernement ouvert et des militants de diverses sociétés multiculturelles, car ils ont un accès aux communautés plus larges. 

Commentaires (2)

Elcena Jeffers MBE Répondre

Bonne ouverture.

Simon Fenton Jones Répondre

Membres du forum OGP @ NAP 3
https://www.ag.gov.au/integrity/australias-open-government-partnership/australias-open-government-forum
Engagements du PAN 3.
https://www.ag.gov.au/integrity/australias-open-government-partnership/australias-third-national-action-plan
Bon commentaire. « Je crois qu'il est plus que nécessaire d'impliquer les membres multiculturels de la société civile dans le Forum sur un gouvernement ouvert afin d'offrir une perspective différente dans la co-conception des futurs plans d'action. »
Avec vous jusqu'au bout sur ce commentaire.
Quand on lit « multiculturel », on pense « multinational ». La voie à suivre consiste donc à rassembler les engagements nationaux OGP similaires et à réfléchir à ce qui se passerait si leurs communautés mondiales collaboraient à la construction d'infrastructures internationales et publiques plutôt que de comparer entre celles auxquelles les gouvernements nationaux se limitent.
https://discuss.opengovernment.org.uk/t/open-government-partnership-steering-group-meeting-13th-december-2023/2672/5

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership