Ignorer la navigation

Tirer parti de l'OGP pour les réformes clés en matière de responsabilité au Kenya

Un deuxième plan d'action national ambitieux illustre l'intention du Kenya et donne une impulsion à ses futurs progrès en matière d'ouverture du gouvernement.

La libération de Rapport d'avancement du Kenya par le mécanisme indépendant de rapport (IRM) examine la mise en œuvre de ses seconde Open Government Partnership Plan d'action national (OGP), et détaille et évalue le respect des engagements pris par le pays d’ouvrir le gouvernement. Les conclusions du rapport indiquent des développements positifs et des réalisations concrètes réalisées dans le cadre de la participation du Kenya à l'OGP.

Le Kenya a rejoint OGP dans 2012, et le processus a pris de l'ampleur, redessinant l'architecture du pays pour institutionnaliser l'engagement public et la responsabilité des gouvernements.

Le deuxième plan d'action englobait un large éventail de politiques prioritaires, notamment le changement climatique, la législation sur la propriété effective, la passation de marchés ouverte et l'application du droit à l'information. Deux engagements ont été soulignés en raison de leur potentiel d'effet transformateur: l'adoption de la loi sur l'accès à l'information et la loi sur la transparence de la propriété effective des sociétés.

La loi sur l'accès à l'information a été adoptée en août 2016, l'aboutissement de nombreuses années de plaidoyer de la société civile en faveur d'une loi visant à faire respecter les dispositions constitutionnelles garantissant le droit du public à l'information. La législation a obtenu une note élevée du Droit mondial à l'information index, classant le Kenya 17 parmi les pays 102 évalués.

Le système d'implants dentaires Loi sur les sociétés (modification), qui a introduit pour la première fois des obligations de publicité pour les propriétaires véritables de sociétés, a été adopté en juillet 2017 et est entré en vigueur en août de la même année. En vertu de la nouvelle loi, toutes les entreprises doivent divulguer les noms et adresses des bénéficiaires effectifs afin de lutter contre les activités criminelles liées au blanchiment d'argent, à l'évasion fiscale et aux flux financiers illicites. Le registre est encore en construction et les informations sont en train d'être compilées par une équipe multipartite coordonnée par le Bureau du droit de l'État et le ministère de la Justice.

Les engagements mentionnés ci-dessus sont des exemples concrets du processus de mise en œuvre du PGO qui a eu un effet positif sur le changement en vue de l’ouverture du gouvernement au Kenya. Ces engagements ambitieux, assortis de mesures concrètes pour la mise en œuvre, devraient être poursuivis et approfondis.

Le précédent créé par les plans d'action antérieurs, ainsi que les possibilités de réforme offertes par la Constitution de 2010 du Kenya, constituent une base solide pour des améliorations. Le PGO est une plate-forme à travers laquelle le Kenya peut poursuivre ses travaux sur le gouvernement ouvert:

  • L'adoption de la loi sur la propriété effective est un pas en avant important, mais il reste encore beaucoup à faire. Le champ d'application de la loi devrait être élargi pour obliger les entreprises à communiquer les informations suivantes: numéro d'identification fiscale, nationalité, pays de constitution et une description de la manière dont le contrôle est exercé. Comme note récente sur les indices internationaux, Le Kenya doit continuer à travailler pour tirer parti des avantages d’une mise en œuvre intégrale de la transparence des offres et des contrats. Selon le Indice de secret financierLe score du Kenya au secret financier est de 80, le sixième plus élevé au monde. Le secret entourant les flux financiers et la propriété effective encourage et entretient la corruption et l'évasion fiscale.
  • Maintenant que la législation sur le droit à l'information est en place, il est important que le gouvernement prenne des mesures concrètes pour une mise en œuvre complète et robuste de la loi. Des règlements supplémentaires doivent être adoptés en consultation avec les groupes de la société civile pour rendre la loi opérationnelle. Les fonctionnaires devraient être engagés tôt et formés en conséquence, car ils seront chargés de la conservation des archives publiques et du traitement des demandes d’information. UNE Guide de la Banque mondiale identifie quatre «moteurs» pour la mise en œuvre efficace des lois sur la liberté d’information: les conditions favorables, la demande d’informations, la capacité institutionnelle et le contrôle. Celles-ci pourraient éclairer la conception des engagements futurs du gouvernement kényan.
  • En dépit d’être un aspect clé de la Manifeste du jubiléPlate-forme électorale 2013 d'Uhuru Kenyatta, peu de condamnations pour corruption ont été prononcées. Le deuxième plan d'action du Kenya comprenait des mesures visant à renforcer les mécanismes préventifs et répressifs de la corruption, mais manquait de moyens spécifiques pour les mettre en œuvre. Pour réaliser de réels changements, le gouvernement doit mettre en place des mécanismes d'application des lois anti-corruption existantes. Les institutions chargées de l’application des lois anticorruption doivent être clairement définies et leur activité soumise à la divulgation publique conformément à la Loi sur l’accès à l’information.

Les plans d'action futurs pourraient aller au-delà des engagements antérieurs en utilisant les principes du gouvernement ouvert pour mettre en œuvre les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies et le Kenya Vision 2030, le programme de développement du pays. Les deux programmes soulignent la nécessité d'une bonne gouvernance centrée sur les personnes, axée sur les résultats et responsable, pouvant aller de pair avec les plans d'action du PGO pour transformer les engagements pris en objectifs en objectifs réalisables.

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!