Ignorer la navigation

Données ouvertes sur le féminicide au Brésil

Bárbara Paes|

 

Le fémicide est reconnu mondialement comme l'une des manifestations les plus dures de la violence à l'égard des femmes - et le Brésil est l'un des pays où la prévalence de ce crime est la plus élevée. Selon »Mapa da Violência ', une étude publiée par FLACSO dans 2015, le taux national de meurtres de femmes au Brésil est le nombre d'homicides commis par 4,8 par 100,000, ce qui en fait le pays avec le cinquième taux de féminicide le plus élevé au monde.

DROIT FÉMICIDE BRÉSILIEN

En mars 2015, la présidente brésilienne de l'époque, Dilma Rousseff, a approuvé une nouvelle loi qui criminalise le fémicide - le meurtre de femmes motivé par le sexe - tout en fixant des peines plus sévères pour les responsables de tels crimes.

La nouvelle législation établit que le «fémicide» est tout crime qui implique la violence domestique, la discrimination ou le mépris des femmes qui entraîne leur mort. Le projet de loi impose des peines plus sévères et prévoit des peines de prison plus longues pour les crimes commis contre les femmes enceintes, les filles de moins de 14 ans, les femmes de plus de 60 ans et les femmes et filles handicapées..

MESURER FEMICIDE: DONNEES PUBLIQUES

L’invisibilité de la plupart des aspects de la violence à l’égard des femmes est l’une des principales raisons pour lesquelles le féminicide est érigé en crime. En dépit de cela et de la prévalence de la criminalité au Brésil, mesurer et quantifier ce phénomène omniprésent reste un défi de taille.  

Différentes études ont montré que le manque d'informations et de données actualisées et fiables sur la violence à l'égard des femmes constituait un obstacle essentiel à l'efficacité des mesures de prévention et de protection dans la région. C'est aussi une réalité au Brésil. Les données disponibles sont limitées et la plupart des informations disponibles ne sont pas adéquates.

Le fait que la loi sur le féminicide soit relativement récente dans le pays signifie également que les statistiques officielles traversent encore une phase d'adaptation: de la manière dont les affaires sont enregistrées par la police jusqu'à la conclusion de chaque affaire devant un tribunal.

Bien que le type d’information fourni par des rapports tels que 'Mapa da Violência' peut être extrêmement utile pour attirer l'attention du public sur le problème de la violence à l'égard des femmes et pour sensibiliser les décideurs politiques, cela reste encore insuffisant. Des organisations de la société civile, des universitaires et des mouvements sociaux ont souligné la nécessité de disposer de données officielles plus approfondies et détaillées sur le féminicide, affirmant qu'il est essentiel de créer des politiques publiques et des mécanismes de prévention efficaces.

La réalité actuelle est que malgré le nombre élevé de cas de fémicide, la plupart des données officielles disponibles sont basées sur les résultats de systèmes de collecte de données incomplets. Pour entamer un dialogue sur ce qui pourrait être fait pour améliorer la qualité des bases de données concernant le fémicide, ARTICLE 19 Brésil a lancé son dernier rapport: “Données sur le féminicide au Brésil”, qui fournissait une première analyse de la disponibilité et de la qualité des données sur le féminicide dans le pays.

ARTICLE 19 Le Brésil a pour objectif de contribuer à la collecte et à la diffusion de données de qualité pouvant être utilisées efficacement dans la lutte contre le féminicide. Étant donné que les efforts dans ce domaine sont relativement récents et en cours de consolidation, la publication n'est pas une étude exhaustive de toutes les sources possibles de données sur le sujet. La sous-déclaration des cas de fémicide est toujours une réalité, et les autorités policières ont manqué à leur obligation d'enregistrer correctement les fémicides - les deux situations peuvent générer des données non concluantes qui peuvent conduire à des interprétations erronées et des conclusions erronées.

De septembre à novembre, 2017 a évalué neuf bases de données contenant des informations sur le féminicide, en fonction de quinze critères relatifs aux normes de données ouvertes pour les politiques publiques. Le rapport fournit des recommandations sur la manière dont les données peuvent être améliorées du point de vue de l'intersectionalité, de la qualité et de la valeur de l'information.

Nos résultats montrent que la plupart des données analysées ne contextualisent pas les cas et cela compromet la compréhension de la dynamique du crime. Les licences et les formats utilisés pour publier les données sont quelque peu défectueux, car l'utilisation de logiciels propriétaires est courante et les bases de données manquent indications concernant leur protection et les questions de droits d’auteur. L'utilisation généralisée de logiciels propriétaires pour la publication de données publiques est un sujet de préoccupation, car elle peut rendre ces données inaccessibles aux personnes et aux organisations qui ne peuvent pas payer le coût d'acquisition de tels logiciels ou qui n'ont aucun intérêt à le faire.

ABSENCE DE PERSPECTIVE INTERSECTIONNELLE

Les bases de données évaluées dans notre recherche manquent d'une perspective intersectionnelle. Le Brésil est un pays profondément marqué par le racisme. En conséquence, la violence affecte les femmes de manière disproportionnée sur la base de leur sexe, leur race, leur appartenance ethnique, leur classe, leur orientation sexuelle et leur identité de genre.

Au Brésil, les femmes noires subissent à la fois des violences sexuelles et raciales et constituent la majorité des victimes selon divers indicateurs de violence. Selon Bruna Cristina Jaquetto Pereira, chercheuse invitée à l'Université de Californie à Berkeley, «la violence au Brésil n'est pas un phénomène qui touche tout le monde sur un pied d'égalité. Au contraire, la violence est le plus souvent exercée sur la base du sexe et de la race ». 'Mapa da Violência' montre que le nombre annuel de morts violentes de femmes noires a augmenté de 54% de 2003 à 2013. En revanche, au cours de cette même période, le taux de meurtre des femmes blanches a diminué de 9.8%.

Néanmoins, de nombreuses bases de données brésiliennes analysées ne permettent pas de classer les femmes victimes d'homicide sur la base de leur race ou de leur classe, ce qui pourrait entraîner la propagation de récits erronés qui ignorent l'aspect intersectionnel du féminicide. Malgré l'importance de la désagrégation raciale et ethnique dans les bases de données fournies par des sources publiques, nous avons vérifié dans notre recherche que seules trois des bases de données analysées incluaient des filtres basés sur ces critères.

Le manque d'informations sur la violence à l'encontre de la population transgenre du Brésil est une autre source de préoccupation. Bien que ces informations soient essentielles pour élaborer des politiques publiques efficaces visant à atténuer la violence sexiste, nous avons découvert lors de nos recherches qu'il était impossible d'identifier les victimes transgenres.

 

Nos recherches ont démontré que la standardisation des variables collectées sur le féminicide et la création d'une base de données nationale pour centraliser ces informations sont des actions initiales essentielles pour comprendre et combattre ce phénomène au Brésil. Affiner les processus de collecte, de systématisation et de diffusion des données est une nécessité et des stratégies doivent être développées pour accroître la coopération entre les différents niveaux et sphères du gouvernement et de la société civile.

La base de connaissances sur les cas de violence à l'égard des femmes et sur le fonctionnement des services de soutien aux victimes doit être considérablement améliorée afin que les décisions politiques aux niveaux provincial et national puissent être fondées sur des données factuelles et mieux répondre à la situation critique des femmes et des filles au Brésil. .

 

 
NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!