Ignorer la navigation

Le nouveau PAN de la Roumanie: la perspective de la société civile

Ovidiu Voicu|

La Roumanie est sur le point d'adopter son troisième plan d'action national, 2016-2018. Le processus de consultation a débuté en mars. A la fin du mois de juin, le gouvernement publié la version finale du PAN, à approuver dans les prochaines semaines. Le processus et le résultat final ont connu des hauts et des bas. Bien que le plan inclue des engagements 18, beaucoup d’entre eux ont une ambition limitée. Le processus a bien commencé, mais avec le temps, il a perdu son élan et a pris fin lorsque le gouvernement a pris la plupart des décisions avec un apport limité de la société civile.

Par rapport au précédent PAN, le plan et le processus se sont améliorés. Cela montre que tous les partenaires impliqués apprennent et progressent. Cependant, le résultat final ne répond pas aux attentes pour un pays qui prépare son troisième plan d'action, occupe un poste de comité directeur et qui est souvent utilisé comme exemple de pratiques positives. Dans les paragraphes suivants, je tenterai de souligner les principaux aspects positifs et Les points négatifs non positifs du nouveau PAN de la Roumanie forment la perspective de la société civile.

Le contenu: engagements 18 dans huit domaines

Le PAN de la Roumanie propose des engagements dans huit domaines thématiques: accès à l'information (engagements 4), participation des citoyens (4), sous-national (1), lutte contre la corruption (4), culture (1), éducation (2), marchés publics (1) et données ouvertes (1).

L'absence notable est le secteur économique. Le gouvernement a rejeté ou simplement ignoré toutes les propositions de la société civile relatives à la responsabilité des entreprises publiques, à un meilleur contrôle public des autorités de régulation, à la transparence de l'exploitation des ressources naturelles et à l'ouverture des dépenses publiques. Le ministère de l'Economie a refusé de participer à l'OGP et c'était définitif. Cependant, un petit bijou est caché sous la rubrique participation citoyenne: le concept de budget citoyen. Le ministre des Finances a accepté de présenter un exposé du budget, appelé budget des citoyens, tel que décrit par Partenariat budgétaire international. Il sera introduit dans un premier temps pour le budget national, puis progressivement pour les budgets infranationaux.

La lutte contre la corruption est le domaine le plus important du PAN. Ce n'est peut-être pas si évident lors de la première lecture du NAP, il faut donc un peu de contexte. La Roumanie s'est lancée dans une campagne anti-corruption dirigée par un magistrat. Des hauts responsables de 100, dont d'anciens premiers ministres, l'ancien président et des dizaines de parlementaires, font actuellement l'objet d'enquêtes et beaucoup d'entre eux sont emprisonnés pour corruption. Le gouvernement prépare actuellement une mise à jour de la stratégie nationale anticorruption (NACS), qui doit être adoptée à l'automne. Le PAN OGP sera effectivement la fenêtre publique du NACS, et les deux instruments se complètent et se renforcent véritablement.

Entre l’absence du champ économique et la forte composante justice, le reste du plan est une belle histoire mais pas si ambitieuse. Les nombreux engagements en matière d'accès à l'information sont utiles mais n'abordent pas les problèmes plus profonds, comme le suggère la société civile; parmi eux, un engagement naïf (pour être poli) sur un Parlement ouvert qui… n'implique pas le Parlement (!). Il existe des tentatives très intéressantes sur le gouvernement et la culture sous-nationaux, mais les agences responsables manquant de courage pour faire des déclarations audacieuses, leurs jalons s'achèvent brusquement par «nous nous engageons à effectuer des analyses».

Il existe cependant quelques engagements susceptibles de devenir des stars. J'ai mentionné le budget des citoyens. En ce qui concerne les marchés publics, la Roumanie s’engage à mettre en œuvre des normes de sous-traitance ouvertes, qui constituent un engagement puissant; le problème peut être que le même engagement a été pris dans le plan précédent, mais n'a pas été mis en œuvre. Les engagements liés à la participation des citoyens peuvent créer une petite révolution sur la transparence du processus décisionnel, s'ils sont correctement mis en œuvre. Et une note finale pour mon favori personnel, l'engagement du ministère de l'Éducation à créer un référentiel national des REL, où toutes les ressources pédagogiques produites avec des fonds publics seront disponibles sous une licence ouverte: c'est ce type d'engagements qui relie OGP à les besoins concrets de la vie des gens.

Le processus: de la co-création à la décision du gouvernement

Le processus a bien commencé. Le processus conduit par la société civile a mis sur la table une liste impressionnante d’engagements potentiels de 28, proposés par les citoyens (voir mon précédent article sur ce sujet). La consultation officielle a débuté par une semaine de débats thématiques. Après cela, la société civile s'attendait à ce que les agences responsables créent des groupes de travail pour développer chaque engagement. À quelques exceptions près - l'éducation, la justice et, dans une certaine mesure, le cabinet du premier ministre - cela ne s'est jamais produit. La plupart des agences gouvernementales ont lu les propositions, certaines les ont prises en considération et d'autres les ont ignorées, mais le texte final est le produit des représentants du gouvernement. La société civile n'a pas eu la possibilité de contribuer à la partie introductive du PAN; pas même la suggestion de mentionner que c'est entièrement et uniquement le point de vue du gouvernement n'a pas été acceptée.

Les nombreux engagements proposés par une nouvelle agence, le ministère du dialogue public, sont un bon exemple de l'échec de la co-création. À la fin de la période de consultation, le nouveau ministère a lancé un appel aux personnes intéressées pour co-créer les engagements, mais les résultats de l'appel ont été annoncés… après la publication du projet final. Restons optimistes et espérons que la mise en œuvre permettra une plus grande implication des citoyens.

Les changements dans la structure du gouvernement peuvent être la source de l'incident administratif. Jusqu'à la fin de l'année dernière, le cabinet du premier ministre coordonnait le PGO. Mais la nouvelle structure, le ministère du dialogue public, veut assumer le rôle de coordination (divulgation: certaines organisations de la société civile, y compris celle que je représente, sont en désaccord avec cette approche). Pendant plusieurs mois, le gouvernement a été incohérent quant à savoir qui fait quoi, ce qui a affecté le processus. Espérons que la lutte pour le pouvoir interne a abouti à une décision de compromis, également suggérée par la société civile: créer un comité directeur national, sur le modèle de l'international. Nous verrons comment cela fonctionne.

Alors quelle est la prochaine? La mise en place, bien sûr

Nous attendons maintenant que le gouvernement approuve officiellement le plan. Le rapport de l'IRM recommandait de lui donner un pouvoir juridiquement contraignant en en faisant une décision gouvernementale, et pas seulement un mémorandum, comme c'était le cas avec les PAN précédents. Nous verrons si cette recommandation sera suivie. Quoi qu'il en soit, du point de vue de la société civile, de nombreuses organisations sont prêtes à travailler avec les ministères et les agences gouvernementales qui ont pris l'engagement d'ouvrir le gouvernement en Roumanie. En tant que tels, nous espérons pouvoir bientôt faire état des bons résultats de la mise en œuvre!

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!