Ignorer la navigation

Vers une création de politiques plus inclusive : comment Buenos Aires a engagé la communauté LGBTQIA+

Hacia un diseño de políticas más incluyente: Cómo Buenos Aires involucró a la comunidad LGBTQIA+

Javier IrigarayetTamara Laznik|

Dans le passé, la Ville de Buenos Aires avait très peu d'occasions de travailler sur les politiques publiques concernant la LGBTQIA + communauté dans une perspective de gouvernement ouvert. Via un OGP engagement, mon équipe, le sous-secrétariat pour le gouvernement ouvert et la responsabilité, s'efforce d'accroître leur participation et d'améliorer la données ouvertes sur différents sujets qui ont un impact sur la diversité pour améliorer la conception des politiques et influencer les politiques publiques.

Le cœur de cet engagement est de parvenir à un processus participatif avec des acteurs plus diversifiés, y compris la communauté LGBTQIA+. Dans ce but, nous avons organisé des ateliers avec des organisations LGBTQIA+ et de la société civile pour améliorer notre compréhension des informations importantes à publier et des obstacles qui empêchent ces communautés de participer et de communiquer avec le gouvernement. Ensuite, dans le cadre de l'engagement, nous organiserons deux ateliers pour identifier les obstacles à l'accès aux droits pour la communauté. Enfin, nous partagerons les informations de ce processus avec la communauté et les décideurs.

Fixer nos objectifs

Lorsque nous avons commencé à penser à notre troisième gouvernement ouvert plan d'action, nous avions deux objectifs clairs en tête. Premièrement, ouvrir le processus à de nouveaux partenaires de la société civile, afin de rendre le plan plus inclusif. Ensuite de prendre des engagements avec plus d'impact sur la société et, en particulier, sur les populations vulnérables.

Au cours des dernières années, Buenos Aires a eu l'occasion d'améliorer considérablement ses programmes de gouvernement ouvert et de données ouvertes. Au cours des premières étapes, nous avons mis en œuvre des politiques de gouvernement ouvert concernant l'accès à l'information, les sites Web de données ouvertes et la création de l'Open State Forum. Cela a fourni la base et la culture institutionnelle nécessaires pour intégrer les principes de gouvernement ouvert dans différents domaines thématiques tels que le sexe, changement climatique, transport, l'éducation , et le logement.

Pour ce plan d'action, nous avons eu l'opportunité d'améliorer notre vision et de co-créer des engagements avec un impact plus direct sur la vie des gens. Nous avons également reçu des propositions d'engagements de partenaires concernant le genre et la diversité, qui ont inspiré les domaines thématiques spécifiques pour la conception de l'engagement sur les données LGBTQIA+.

Créer un environnement de co-création inclusif

La première étape sur le processus de co-création partageait un formulaire en ligne pour proposer des idées d'engagements. Grâce à elle, nous avons reçu quelques idées concernant les données ouvertes sur le genre et la diversité. Une idée était d'unifier les critères et d'incorporer de nouveaux indicateurs de diversité dans les enquêtes et les statistiques de la ville de Buenos Aires, afin qu'il y ait plus d'informations à ce sujet.

Nous avons donc eu des réunions avec la Direction générale de la coexistence dans la diversité, la Direction générale des statistiques et des recensements et le Secrétariat à l'égalité des sexes, pour discuter de la viabilité et des enjeux de cette idée. Au cours de cette étape, nous avons commencé à réfléchir à la manière d'améliorer le mécanisme de collecte d'informations et de publier toutes les informations disponibles afin qu'elles soient ouvertes au public.

Puis, avec ces idées en tête, nous avons organisé des rencontres de co-création avec des partenaires de la société civile. 

Avec une méthodologie d'innovation, nous avons discuté de la façon de définir l'engagement, et beaucoup de nouvelles idées ont émergé. Les organisations de la société civile ont souligné l'importance d'intégrer la perspective de l'accès aux droits à l'engagement. Ainsi, avec les idées des secteurs gouvernementaux et les idées de la société civile, nous avons co-conçu le Engagement « Ouverture des données sur l'accès aux droits de la communauté LGBTQ ».

Le processus de co-création était ouvert à tous. Nous avons également demandé à nos partenaires de la société civile de convoquer et d'identifier les priorités de leurs communautés, afin que nous puissions avoir un engagement plus représentatif. Grâce à cette invitation publique, heureusement, de nombreuses nouvelles organisations de la société civile et des représentants de la communauté LGBTQIA+ ont participé à la réunion de co-création.

Temps d'action

À partir de ce processus, nous avons intégré nos partenaires habituels de la société civile et de nombreux nouveaux acteurs de la communauté dans la première activité de mise en œuvre de l'engagement.

En mai, nous avons organisé, aux côtés de la Direction générale du vivre-ensemble dans la diversité, le premier atelier de lancement de l'engagement avec les partenaires de la société civile. Nous avons discuté des préoccupations concernant le besoin de plus d'informations sur l'accès à la santé, à l'éducation, à la sécurité, au logement et à des informations systématisées.

Au cours de la réunion, la Direction générale de la coexistence dans la diversité a présenté son travail sur protection des droits et promotion des droits et de la visibilité, et la Direction Générale d'Anthropologie Urbaine ont présenté le Indice de qualité urbaine, avec une perspective de genre qui vient d'être publié. Cela a inspiré une discussion sur l'importance d'inclure des perspectives différentes pour penser et concevoir l'espace public.

Leçons apprises

Ce processus nous a permis d'intégrer des apprentissages nouveaux et importants. Premièrement, nous avons confirmé l'importance de la coordination entre les différents domaines gouvernementaux impliqués dans l'agenda, en engageant la Direction générale de la coexistence dans la diversité et en impliquant des experts de différents domaines tels que les statistiques, le genre, la santé et l'éducation. C'est un aspect clé dans toutes les politiques d'open gov, mais cela s'applique particulièrement aux agendas transversaux, comme la diversité.

Deuxièmement, nous avons appris qu'il est très important d'améliorer les canaux de communication afin de former un réseau entre tous les participants. Cela nous a permis d'intégrer les acteurs auxquels la politique est destinée (en l'occurrence les LGBTQIA+) dans la conception et la mise en œuvre de l'engagement. 

Nous sommes habitués à travailler avec des partenaires de la société civile du gouvernement ouvert, transparence et communauté de qualité institutionnelle. Bien que leur point de vue soit important, il est également important d'intégrer la communauté impliquée pour s'assurer que les engagements répondent à leurs besoins et priorités dès le début.

Enfin, l'élément le plus important de notre expérience est que nous avons pu constater l'importance des connaissances générées par les organisations de la société civile, et qu'il est important de les intégrer dans notre travail. Par exemple, certaines organisations ont présenté des rapports avec de nouvelles données concernant LGTBQIA+, et nous avons généré un dossier partagé qui non seulement accorde un accès gratuit à ces informations, mais permet également à toute personne intéressée de partager toute autre information sur le sujet.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership