Ignorer la navigation

Rapport sur les résultats de l'Équateur 2019-2022

La mise en œuvre du premier plan de l'Équateur plan d'action généré d'importants premiers résultats sur des questions clés, telles que transparence in marchés publics et la protection des femmes et de la communauté LGBTI+. La société civile et le monde universitaire ont joué un rôle important dans le processus compte tenu de la stratégie de participation en place, même si celle-ci doit atteindre le niveau territorial. Un défi pour le prochain plan est que la formulation doit se concentrer à la fois sur la création d’instruments et d’outils de politique publique et sur leur mise en œuvre.

Premiers résultats:

À la fin de la période de mise en œuvre , sur les dix engagements inclus dans le premier plan d'action de l'Équateur, quatre ont obtenu des résultats préliminaires marginaux, deux exceptionnels et un significatif.

Les principaux résultats obtenus comprennent la mise à jour du données ouvertes portail avec une augmentation significative du nombre d'ensembles de données disponibles et des institutions qui les publient. Concernant les marchés publics, la mise à jour du portail de données ouvertes a permis d'accéder en temps opportun à des informations sur la gestion des achats d'urgence pendant la pandémie de COVID-19, un point clé compte tenu des cas de corruption enregistrés dans le pays.

D'autre part, en termes de prévention et d'éradication de la violence contre les femmes et les personnes de la communauté LGBTI+, le processus a généré deux plans nationaux avec des actions concrètes en faveur de ces groupes, pour lesquels les institutions de l'État ont des responsabilités claires et un mécanisme de contrôle du respect. . En réponse à la nécessité de disposer du cadre institutionnel nécessaire pour servir ces groupes et pour compléter les efforts de ce engagement, le gouvernement a créé le Sous-secrétariat à la Diversité. La participation active des entités gouvernementales, des organisations de la société civile (OSC) et du monde universitaire, le soutien de la coopération internationale et participation citoyenne espaces, ont été des facteurs communs qui ont permis l’atteinte de ces résultats.

L’engagement à mettre en œuvre l’Accord d’Escazú, identifié comme prometteur, n’a pas donné de premiers résultats notables au cours de sa mise en œuvre. Bien qu'une analyse réglementaire et une proposition pour un mécanisme de participation interinstitutionnelle aient été élaborées, l'IRM n'a pas été en mesure de vérifier que des actions ont été mises en œuvre pour modifier la réglementation actuelle ou que la Table ronde interinstitutionnelle pour la démocratie environnementale a commencé à fonctionner. Cela aurait signifié un changement dans la pratique gouvernementale. Cependant, le MII inclut une analyse de cet engagement dans la section Mise en œuvre et premiers résultats compte tenu de la qualité du processus et de la pertinence du sujet au niveau national et international.

Aboutissement:

Ce plan d'action a organisé ses engagements autour de quatre axes : l'open data, le renforcement des capacités pour la transparence, l’autonomisation des citoyens et l’innovation publique. Sur les dix initiatives, deux seulement ont atteint un niveau de mise en œuvre limité, tandis que les autres ont été pleinement mises en œuvre ou ont atteint un niveau d'achèvement substantiel. Le financement et l’assistance technique de la coopération internationale ainsi que le soutien des organisations homologues de la société civile ont permis à la plupart des initiatives d’être mises en œuvre comme prévu.

L’engagement concernant la mise en œuvre des normes de l’industrie extractive a atteint un niveau d’achèvement limité en raison, en partie, du retard dans la gestion des ressources nécessaires pour financer la mise en œuvre de la feuille de route proposée. Alors que pour l'engagement 6, lié aux capacités à promouvoir l'accès à l'information, seule l'élaboration d'une boîte à outils et la définition méthodologique des projets pilotes ont été réalisées, mais non mises en œuvre. Au moment de la rédaction de ce rapport, le pays approuve également les réformes de la loi organique sur la transparence et l'accès à l'information publique, essentielles à cet engagement et à d'autres engagements inclus dans ce plan.

Participation et co-création :

La Direction du gouvernement ouvert du sous-secrétaire au gouvernement ouvert est responsable de la Open Government Partnership (OGP) dans le pays. Le Core Group, qui rassemble des organisations de la société civile, du monde universitaire et du gouvernement, a coordonné, accompagné et suivi la co-création et la mise en œuvre du plan d'action. .

La méthodologie de co-création a généré un dialogue itératif. A cet effet, différents espaces ont été mis en place pour présenter et valider les propositions des citoyens et de la société civile organisée. Pour le processus de mise en œuvre, les institutions responsables et les entités homologues (OSC et universités) ont signé des accords qui établissent les responsabilités de l'entité gouvernementale en charge de l'engagement et de son homologue de la société civile ou du monde universitaire, désignant des points de contact pour chaque cas. Dans le cadre de ces responsabilités, certaines organisations ont fourni une assistance technique spécifique aux institutions gouvernementales pour la mise en œuvre, y compris une formation technique et un soutien pour développer des plateformes d'information. . La plupart des fonds de coopération internationale reçus pour le processus, principalement allemands et américains, ont été acheminés par l’intermédiaire de ces organisations. La participation a toutefois été affectée par la pandémie de COVID-19 en raison de la priorité accordée aux soins d’urgence et des difficultés liées au maintien de l’intérêt en raison de la virtualité. De même, le climat de méfiance généré par les protestations citoyennes menées par les groupes indigènes a affecté le processus. .

Mise en œuvre en contexte :

La mise en œuvre du plan d'action a coïncidé avec la pandémie et la des élections, que l'actuel président, Guillermo Lasso, a remporté. Les restrictions de mobilité ont obligé à reprogrammer les activités du plan, conformément à la résolution de l'OGP, et elles ont donc dû être exécutées virtuellement. Comme indiqué ci-dessus, cela a eu un impact sur le nombre d'organisations participantes à la mise en œuvre, en particulier celles qui travaillent au niveau territorial.

D'autre part, les démarches entreprises par les organisations de la société civile et le monde universitaire, faisant partie du Core Group, avec le candidat présidentiel de l'époque, Guillermo Lasso, ont permis d'obtenir le soutien politique précoce nécessaire pour assurer la continuité du processus. Le travail des organisations et de la Direction du gouvernement ouvert a également été important pendant la transition, puisqu'il a permis aux nouvelles autorités de s'impliquer dans la mise en œuvre des engagements.

Vers la fin de la période de mise en œuvre, le pays a connu une série de conflits sociaux dus à des grèves menées par des organisations indigènes. La réponse du gouvernement à ces manifestations a suscité des réactions au niveau international. Au niveau national, cela a miné la confiance de nombreuses organisations dans leur capacité à s'impliquer dans une collaboration avec les institutions gouvernementales.

Ce rapport couvre la mise en œuvre des activités jusqu'à la fin du processus de mise en œuvre le 31 août 2022.

Le Groupe central du gouvernement ouvert de l’Équateur est composé de 12 entités publiques, universitaires et de la société civile. Les participants du secteur public sont la Présidence de la République, le Secrétariat Technique de Planification « Planifica Equateur » (STPE), le Ministère des Télécommunications et de la Société de l'Information (MINTEL), le Ministère de la Production, du Commerce extérieur, de l'Investissement et de la Pêche (MPCEIP) et le Médiateur. La société civile est représentée par la Fondation Développement et Citoyenneté (FCD), la Fundación de Ayuda por Internet (FUNDAPI), la Fondation pour l'avancement des réformes et des opportunités (Groupe FARO) et la Fondation Esquel. Enfin, le secteur académique est représenté par l'Institut d'études nationales supérieures (IAEN), l'Université des hémisphères (UHemisferios) et l'Université technique privée de Loja (UTPL).

Datalat, Fundación de Ayuda por Internet (FUNDAPI), entre autres.

BBC Mundo, Manifestations en Équateur : Trois clés pour comprendre les manifestations des groupes indigènes et l'état d'urgence décrété par le gouvernement, disponible ici : https://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-61854940

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership