Ignorer la navigation

Géorgie Rapport de fin de trimestre 2014-2016

La Géorgie a réalisé des progrès importants dans l’accès accru à l’information grâce à l’utilisation de données ouvertes et à l’amélioration des mécanismes de participation du public à la prise de décisions. Les trois engagements les plus importants - élaboration d'une loi distincte sur la liberté d'information, d'un portail Web pour les citoyens et d'un système interactif de statistiques et de cartographie de la criminalité - n'ont pas été mis en œuvre par le gouvernement. La société civile locale a fortement sollicité ces engagements et s'est directement intéressée aux valeurs de transparence, de responsabilité publique et de participation civique du gouvernement ouvert.

Le système d'implants dentaires Open Government Partnership (OGP) est une initiative internationale volontaire qui vise à obtenir que les gouvernements s'engagent auprès de leurs citoyens à promouvoir la transparence, à autonomiser les citoyens, à lutter contre la corruption et à exploiter les nouvelles technologies pour renforcer la gouvernance. Le Mécanisme Indépendant de Rapport (IRM) effectue un examen des activités de chaque pays participant au programme OGP. Ce rapport résume les résultats de la période juillet 2014 à juin 2016 et inclut certains développements pertinents jusqu’en septembre 2016.

En Géorgie, le ministère de la Justice et son département d’analyse sont chargés de coordonner l’élaboration et la mise en œuvre du plan d’action national OGP. Cependant, cette agence n'a pas le pouvoir légal de faire appliquer les changements de politique au sein d'autres agences gouvernementales, d'autant plus que le chef du gouvernement, le Premier ministre, n'est pas directement impliqué dans l'élaboration et la mise en œuvre du plan. En raison du mandat limité du MdJ, le plan d'action est fortement axé sur les services publics, qui relèvent de la responsabilité des agences subordonnées du ministère. En outre, le gouvernement n'a pas affecté de budget ni de personnel distinct à l'OGP, qui fait partie des programmes de dépenses existants dans le budget de l'État.

Les organisations de la société civile (OSC) ont été impliquées dans les processus d'élaboration et de mise en œuvre du plan d'action en participant à un mécanisme de coordination interinstitutions multipartite appelé Forum du gouvernement ouvert de Géorgie (Forum).

Le Forum a joué un rôle clé dans l'élaboration du plan d'action national 2014-2015 de la Géorgie. Plus précisément, les membres du Forum ont participé activement à la planification et à la tenue de réunions de consultation publique sur le PGO dans tout le pays et ont incorporé les commentaires du public dans le document final. Le Forum a joué un rôle de coordination et de facilitateur dans l’élaboration du plan d’action national 2014-2015 OGP, y compris l’élaboration d’un engagement. Cependant, le Forum n'avait pas l'autorité légale pour obliger les agences gouvernementales à prendre des mesures liées au PGO, alors même que les engagements étaient approuvés par un décret gouvernemental spécial et donc juridiquement contraignants. En juillet, 2016, le MdJ a publié le premier projet de plan d’action national 2016-2017 OGP pour le troisième cycle de la Géorgie. Le mois d'octobre 24, le MdJ a partagé avec les parties prenantes, y compris le chercheur IRM, la deuxième version mise à jour. Les informations fournies ci-dessous sont basées sur ce dernier projet et précisent si les engagements restants ont été reportés dans le troisième plan d'action national.

Le gouvernement géorgien a reporté cinq engagements dans le prochain plan d'action 2016-2017 sans aucune modification significative. Il s’agit notamment de l’élaboration de la nouvelle loi sur la liberté d’information, de la mise en place d’un système de suivi des déclarations de patrimoine des agents publics, d’un nouveau canal de communication permettant de se connecter au centre d’urgence 112 et de deux engagements visant à accroître la transparence des données de surveillance et de passation des marchés. Les organisations de la société civile et le chercheur de l'IRM ont accordé la plus haute importance à trois engagements: élaborer une loi séparée sur la liberté d'information, un portail de pétitions en ligne et un système interactif de statistiques et de cartes sur la criminalité. Cependant, ceux-ci n'ont pas été mis en œuvre par le gouvernement et seul l'engagement de FoI a été reporté dans le prochain plan d'action, selon le dernier projet en date d'octobre 2016.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!