Ignorer la navigation

Rapport à mi-parcours sur l'Indonésie 2016-2017

Le quatrième plan d'action de l'Indonésie était axé sur l'amélioration de la participation du public, le traitement des plaintes, la divulgation des informations et la gouvernance des données. Alors que le plan d'action abordait les principaux thèmes de gouvernement ouvert pour l'Indonésie, de nombreux engagements impliquaient des indicateurs de performance internes. À l'avenir, l'Indonésie devrait suivre de plus près les normes de co-création d'OGP lors de l'élaboration du prochain plan d'action en accordant la priorité à moins d'engagements ayant plus d'impact et en institutionnalisant le forum multipartite. L’Indonésie devrait également élaborer une stratégie claire pour intégrer plus efficacement les unités sous-nationales dans le plan d’action national.

Engagement Vue d'ensemble Bien-Conçu? *
4. Participation accrue du public à l'amélioration de la gestion de l'information géospatiale Développer et diffuser une référence standard pour la participation du public à la collecte d'informations géospatiales dans le cadre de la «politique One Map».

Non

15. Amélioration de la qualité du traitement des plaintes du public dans les secteurs de l'environnement et de la foresterie Développer un nouveau système de traitement des réclamations pour le ministère de l'Environnement et des Forêts et l'intégrer au programme national LAPOR! système.

Non

16. Gouvernance villageoise renforcée en matière de transparence, de participation et de réactivité Mettre en œuvre des projets pilotes dans certains villages sur la planification de développement participative et transparente, et publier des plans et des budgets de développement de village dans des espaces publics.

Non

* L'engagement est évalué par l'IRM comme spécifique, pertinent et a un impact potentiel de transformation

Le Secrétariat pour un gouvernement ouvert à l'Indonésie (OGI) a déterminé les principaux thèmes du plan d'action avant le début de son développement. La création du plan impliquait des réunions en personne avec les parties prenantes invitées, des discussions de groupe et des questionnaires en ligne. Cependant, OGI a sensibilisé le public à participer à la co-création et le groupe multipartite ne s'est réuni qu'une fois à la fin de la période du plan d'action.

N'a pas agi contrairement au processus OGP

Un pays est considéré comme ayant agi de manière contraire à la procédure si un ou plusieurs des problèmes suivants se produisent:

  • Le plan d'action national a été élaboré sans engagement en ligne ni hors ligne avec les citoyens et la société civile;
  • Le gouvernement n'entre pas en contact avec les chercheurs de l'IRM responsables des rapports du pays sur l'année 1 et l'année 2; ou
  • Le rapport de l'IRM établit qu'aucun progrès n'a été réalisé dans la mise en œuvre des engagements du plan d'action du pays.
Principalement «gouvernance» de la société civile Une implication significative des ministères et des agences

Le quatrième plan d'action de l'Indonésie contenait des engagements nationaux 22 et sous-nationaux 28, axés sur divers thèmes. Bien que plusieurs engagements aient enregistré des niveaux élevés de mise en œuvre, le calendrier d'un an du plan d'action limitait leur potentiel d'ouverture des pratiques du gouvernement. Les plans d’action futurs devraient adopter une période de mise en œuvre de deux ans (comme recommandé par le PGO) et mieux intégrer les engagements sous-nationaux dans le contexte national.

(Pour un rapport complet sur ces engagements, voir https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Indonesia_Mid-Term_Report_2016-2017_EN.pdf ou https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Indonesia_Mid-Term_Report_2016-2017_IN.pdf)

Titre de l'engagement

Bien conçu *

Achevée

Vue d'ensemble
1. Formulation d'un plan stratégique et d'une feuille de route pour un gouvernement ouvert

Non

Non

Le secrétariat d'OGI a publié la première version du plan stratégique en juin 2017, mais ne l'avait pas finalisé à la fin du cycle du plan d'action. Le secrétariat d'OGI a également publié un projet de feuille de route et organisé plusieurs discussions de groupe sur le projet.
2. Lignes directrices pour mener régulièrement des consultations publiques

Non

Non

Le Ministère de l’appareil d’État et de la réforme de la fonction publique a publié une circulaire (bulletin) en avril 2017 sur les obligations des organismes publics de mener des consultations publiques et a mis au point des procédures techniques qui obligent toutes les unités de prestation de services publics à organiser un forum de consultation publique.
3. Manuel de bonne gouvernance et forum de consultation publique pour les ODD

Non

Non

Bappenas a publié un décret présidentiel sur les objectifs de développement durable (ODD) et des lignes directrices sur la participation du public en juillet et août 2017, respectivement. Cependant, le MRI n'a pas été en mesure de vérifier le niveau de participation de la société civile et du public au processus de prise de décision du gouvernement concernant les ODD.
4. Participation accrue du public à l'amélioration de la gestion de l'information géospatiale

Non

Non

L’agence d’information géospatiale s’est engagée à élaborer et à diffuser une référence normalisée pour la participation du public à la politique de la carte unique. Le large éventail de questions liées à la participation du public à la cartographie géospatiale (y compris les droits fonciers des communautés autochtones) a retardé la rédaction de cette référence.
5. Capacité accrue de l'Ombudsman de surveiller les services publics

Non

Oui

L'Ombudsman a mis au point un système de suivi des plaintes en ligne, permettant aux citoyens de suivre l'état de leurs plaintes.

6. Meilleure crédibilité de l'ombudsman pour surveiller la qualité de la fonction publique

Non

Oui

L’Ombudsman a publié une analyse de traitement des plaintes sur la page de sa bibliothèque, ainsi que des rapports trimestriels sur la satisfaction du public à l’égard des services fournis par l’Ombudsman pour 2017.
7. Conformité améliorée à la loi n ° 25 / 2009 sur les services publics au ministère de l'Éducation et de la Culture

Non

Non

Dans 2017, le Médiateur a attribué au ministère de l'Éducation et de la Culture une note de 93.10 sur 100 conformément aux services publics, ce qui le qualifie comme répondant à l'indicateur de «zone verte». Cependant, la conformité du ministère de l'Éducation et de la Culture avec les services spécifiques énumérés dans cet engagement n'est pas claire.
8. Conformité améliorée avec la loi n ° 25 / 2009 sur les services publics au ministère des Affaires religieuses

Non

Non

Dans 2017, l’Ombudsman a attribué au ministère des Affaires religieuses un score de conformité aux services publics de 72 sur 100. Cependant, le rapport du Médiateur n'analyse pas spécifiquement les neuf services faisant partie de cet engagement.
9. LAPOR en ligne! -SP4N

Non

Non

Cet engagement appelle à l'intégration de LAPOR! et SP4N des chaînes de réclamations publiques. Bien que le Ministère de l’appareil d’État et la Réforme de la fonction publique aient élaboré un plan de travail de l’équipe de transition LAPOR! -SP4N, les progrès de cette transition n’ont pas encore été rendus publics à la fin de la période du plan d’action.
10. Ministre d'Etat de la Réforme de l'appareil et de la fonction publique développé dans LAPOR-SP4N

Non

Non

À la fin du plan d’action, le processus d’intégration des institutions non structurelles a été lancé, mais n’a pas atteint les objectifs fixés par l’engagement.
11. Utiliser LAPOR! -SP4N comme plateforme de traitement des plaintes des citoyens

Non

Non

La réforme administrative et bureaucratique, le médiateur et le bureau exécutif du président ont signé un protocole d'accord stipulant que LAPOR! -SP4N est la plate-forme en ligne d'aspiration et de traitement des plaintes des citoyens de 2016.
12. Plus grande diffusion de LAPOR!

Non

Non

Le gouvernement a mené plusieurs activités sur 2016 et 2017 afin d'accroître l'utilisation de LAPOR! -SP4N dans l'ensemble du pays et dans l'ensemble des institutions gouvernementales. Le nombre de plaintes du public reçues par LAPOR! -SP4N n'a cessé d'augmenter.
13. Meilleure réactivité face aux plaintes du public et responsabilisation accrue de LAPOR!

Non

Non

Le Ministère des appareils d'État et de la réforme de la fonction publique a créé une équipe chargée de transmettre les plaintes aux ministères et organismes compétents, ainsi que de suivre et de surveiller les réponses reçues. Cependant, il y a eu des obstacles pour contrôler efficacement le règlement des plaintes.
14. Interconnectivité accrue des entreprises d'État avec LAPOR

Non

Non

D'ici septembre, 2017, le Ministère des entreprises d'État, a entièrement intégré toutes les entreprises d'État indonésiennes de 118 au système LAPOR! -SP4N et continue de suivre les plaintes reçues via LAPOR! -SP4N.
15. Amélioration de la qualité du traitement des plaintes du public dans les secteurs de l'environnement et de la foresterie

Non

Non

Le ministère de l'Environnement et des Forêts avait prévu de développer et d'administrer un nouveau système de traitement des plaintes et de l'intégrer au système LAPOR! -SP4N. En raison de la nature des plaintes reçues, le ministère a décidé de ne pas intégrer pleinement son système de plainte indépendant à LAPOR! -SP4N. Les citoyens peuvent désormais déposer des plaintes en utilisant l'un ou l'autre système.
16. Gouvernance villageoise renforcée en matière de transparence, de participation et de réactivité

Non

Non

Le ministère de l'Intérieur s'est engagé à concevoir et à mettre en œuvre des projets pilotes dans certains villages sélectionnés par 30, notamment des directives pour une planification du développement transparente et participative, ainsi que la publication des budgets dans divers établissements publics. Bien que les projets aient démarré, des obstacles techniques ont empêché la publication d'informations budgétaires dans les espaces publics de nombreux villages.
17. Améliorer la divulgation d'informations par le ministère de la Santé

Non

Non

Le ministère de la Santé visait à améliorer la divulgation d'informations au public. À la fin de la période considérée, le Ministère avait élaboré une stratégie de communication numérique et augmenté le nombre de visiteurs sur les sites Web et de suiveurs de pages sur les réseaux sociaux.
18. Améliorer la divulgation d'informations par le ministère de l'Éducation et de la Culture

Non

Non

Le ministère de l'Éducation et de la Culture s'est engagé à améliorer la divulgation d'informations au public. À la fin de la période de référence, le ministère avait pleinement mis en œuvre sa stratégie de communication numérique et surpassait ses objectifs en matière d'augmentation du nombre de visiteurs de pages Web et de suiveurs des médias sociaux.
19. Améliorer la divulgation d'informations par le biais de projets pilotes

Non

Non

Le ministère de la Recherche, de la Technologie et de l'Enseignement supérieur a élaboré des listes d'informations publiques pour les unités de diffusion 14, mais il est difficile de savoir si le nombre de visiteurs de sites Web et de suiveurs de médias sociaux a augmenté au cours de la période considérée.
20. Divulgation d'informations publiques dans les établissements d'enseignement supérieur

Non

Non

Le ministère de la Recherche, de la Technologie et de l'Enseignement supérieur a mis à l'essai le règlement ministériel sur la gestion de l'information publique dans six universités publiques. Cependant, le ministère n'a pas fourni d'informations supplémentaires sur le pourcentage d'universités publiques ayant mis en œuvre ce règlement.
21. Améliorer le système d'information sur la transparence budgétaire

Non

Non

Bien que le ministère des Finances ait lancé un portail de données budgétaires sous 2016, les données disponibles ne sont pas encore intégrées aux données d'exécution du budget de chaque ministère, agence gouvernementale et gouvernement local.
22. Renforcement de la gouvernance des données des agences intergouvernementales

Non

Non

Les sept projets pilotes envisagés pour cet engagement dans le cadre de la politique One Data ont été annulés en raison de la diversité des engagements pris par les ministères et les agences gouvernementales concernés.
Gouvernement de la ville de Banda Aceh
23. Implémentation Open Data

Non

Oui

Toutes les unités de travail 41 de Banda Aceh ont intégré leurs données dans le portail des données ouvertes de 2017.
24. Renforcement des canaux de plaintes du public

Non

Non

Toutes les unités de travail doivent maintenant avoir un administrateur responsable du suivi des plaintes reçues. Cependant, l'intégration des deux canaux de traitement des plaintes de Banda Aceh dans LAPOR! a été retardé.
25. Amélioration de la divulgation d'informations au niveau des villages (Gampong (devel))

Non

Non

Selon le gouvernement de la ville, tous les gouvernements de village ont affiché leurs budgets dans des espaces publics. De plus, 62 des gouvernements de village 90 avait développé des sites Web officiels à la fin de la période du plan d'action.
Gouvernement de la ville de Bandung
26. Augmentation du nombre de données ouvertes

Non

Non

À la fin de la période du plan d'action, le gouvernement de la ville avait téléchargé des jeux de données 1,046 sur le portail de données, mais était en deçà de ses jeux de données 1500 objectifs. De plus, les utilisateurs sont tenus de soumettre des informations personnelles détaillées pour pouvoir utiliser le portail.
27. Améliorer les services publics

Non

Non

À la fin de la période de référence, de nombreuses unités de travail n’avaient pas fourni leurs informations de norme de service et on ignore quel pourcentage d’unités de travail a reçu le statut de code de service «zone verte».
28. Transparence dans le système budgétaire des gouvernements régionaux

Non

Non

Bien que le gouvernement municipal ait publié ses budgets 2016 et 2017 en ligne, les budgets 2016 pour deux unités de travail n'étaient pas disponibles. En outre, les buts et objectifs des subventions, ainsi que les applications de budgétisation électronique, ne sont pas disponibles.
29. Transparence dans le système budgétaire des gouvernements régionaux

Non

Non

Le gouvernement de la ville a commencé à intégrer le système de gestion intégrée des ressources de Bandung (BIRMS) au système de plan de passation des marchés général du bureau national des achats et a commencé à incorporer la passation électronique de contrats dans BIRMS.
30. LAPOR amélioré! application

Non

Non

Tous les canaux de réclamations publics de Bandung ont été intégrés au réseau national LAPOR! système, y compris les canaux de plainte 151 du gouvernement rural. Alors que le LAPOR! Un tableau de bord a été mis au point, il n’était pas totalement opérationnel à la fin de la période de référence.
31. Augmentation de la satisfaction du public à l'égard des services de traitement des plaintes

Non

Oui

Le gouvernement municipal a mené une enquête pour déterminer les causes des réponses tardives dans LAPOR! traitement des réclamations, en évaluant la difficulté des réponses aux réclamations et la faible performance des unités de travail concernées.
32.

Amélioration de la divulgation des propositions de citoyens aux membres régionaux de la Chambre des représentants (DPRD)

Non

Oui

Des informations sur les propositions de citoyens présentées lors des suspensions de la Chambre des représentants régionale (DPRD) entre 2015 et 2018 sont disponibles sur le portail de données ouvertes Bandung, y compris le membre du DPRD qui a reçu la proposition, les unités de travail concernées, le lieu du programme. , le budget proposé et l’état de la proposition.
33. Participation accrue du public à la diffusion d'informations sur le développement

Non

Non

Les PPID Sub-Pembantu (bureaux d’information) sont maintenant opérationnels dans les collèges 53 de Bandung. Cependant, il n’existe aucune information sur le nombre de sous-Pembantu PPID développés dans les écoles primaires. Le gouvernement municipal a organisé plusieurs ateliers visant à améliorer la divulgation d'informations publiques dans les écoles.
Gouvernement de la ville de Semarang
34. Réglementation sur la gouvernance des données pour s'aligner sur l'agenda «One Data Indonesia»

Non

Oui

Le gouvernement municipal de Semarang a achevé son évaluation des conditions de gouvernance des données dans les cinq unités de travail pilotes de 2016 et a promulgué une réglementation du maire sur la gouvernance des données (n ° 40 / 2017) en 2017.
35. Une base de données pour le gouvernement de la ville de Semarang

Non

Non

L'administration municipale a accru la capacité de gestion des données de toutes les unités de travail et créé une «salle des situations» pour surveiller les applications gouvernementales. L'intégration des données entre Semarang et le portail national «One Data» n'a pas eu lieu, la politique nationale en matière de données n'étant pas formalisée.
36. Amélioration de la divulgation d'informations publiques

Non

Oui

Le gouvernement municipal a mené une étude visant à réviser Perwal n ° 26 / 2012 (sur les bureaux de service d’information - PPID), qui a été officiellement révisée par Perwal n ° 35 / 2017. Une liste d’information publique a été publiée sur le site Web officiel du PPID pour Semarang.
37. Promouvoir la participation du public au contrôle de la qualité des services

Non

Non

À la fin de la période de référence, l'un des deux systèmes de traitement des plaintes de Semarang (LaporHend) avait été intégré au système national LAPOR! -SP4N. Le consultant IRM n'a pas été en mesure de confirmer si les unités de travail ont donné suite à toutes les plaintes reçues.
38. Meilleur accès à l'information sur les institutions et les activités du DPRD

Non

Non

À la fin de la période considérée, la plupart des données pertinentes sur les fonctions législatives de la Chambre des représentants régionale (DPRD) n'étaient pas disponibles.
39. Amélioration de la gouvernance des données et de l'information sous l'autorité de la DPRD

Non

Non

Bien que des données institutionnelles sur le DPRD aient été publiées sur son site Web (tels que des profils des membres du DPRD et des calendriers des activités du DPRD), les résultats des activités du DPRD concernant la budgétisation, le contrôle et les législations n'ont pas été publiés.
Gouvernement provincial de la région de la capitale spéciale de Jakarta
45. Renforcer l'infrastructure de divulgation de l'information publique

Non

Oui

Le bureau du service d’information provincial (PPID) à DKI Jakarta a mis au point une procédure normalisée et un site Web officiel regroupant des informations sur les services publics.
46. Meilleure utilisation de l'information publique grâce à une stratégie de communication

Non

Non

L'élaboration du projet de stratégie de communication et de diffusion des services des unités de travail DKI Jakarta est retardée.
47. Utilisation améliorée des informations publiques via le portail Jakarta.go.id

Non

Non

Le gouvernement provincial a lié le portail de données ouvertes DKI Jakarta aux sites Web de la plupart des unités de travail, bien que certaines fonctionnalités d’information publique (telles que la budgétisation et le développement en ligne) n’aient pas été intégrées dans le portail.
48. Renforcement des canaux de plainte des services publics

Non

Non

Le gouvernement provincial a commencé à intégrer les systèmes de traitement des plaintes du public de DKI Jakarta, mais le consultant en gestion des risques relatifs à l'information n'a pas été en mesure de confirmer le pourcentage de suivi effectif des plaintes du public.
49. Renforcer la gouvernance des données

Non

Oui

Depuis juillet 2017, des jeux de données 1,573 ont été rendus publics sur le portail de données ouvert de Jakarta, et des unités de travail 114 produisent des données pour le portail.
50. Participation du public à la planification du développement

Non

Non

Les citoyens peuvent désormais soumettre et suivre des propositions de développement en ligne via le site Web e-Musrenbang lors de réunions d'associations de quartier. Cela représente une amélioration de la transparence et de la participation du public à la planification du développement.

* L'engagement est évalué par l'IRM comme spécifique, pertinent et a un impact potentiel de transformation

Tous les gouvernements participant au PGO élaborent des plans d'action du PGO qui incluent des engagements concrets sur une période de deux ans. Les gouvernements entament leurs plans d'action pour le PGO en partageant les efforts existants en matière de gouvernement ouvert, y compris des stratégies spécifiques et des programmes en cours.

Les engagements doivent être adaptés aux circonstances et aux défis uniques de chaque pays. Les engagements pris dans le cadre du PGO devraient également correspondre aux valeurs du PGO énoncées dans les statuts du PGO et la déclaration de gouvernement ouvert signés par tous les pays participant au PGO.[Note19: Open Government Partnership: Articles of Governance, juin 2012 (mises à jour, mars 2014 et avril 2015), https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/OGP_Articles-Gov_Apr-21-2015.pdf.%5D

Qu'est-ce qui fait un bon engagement?

Reconnaissant que la réalisation des engagements du gouvernement ouvert implique souvent un processus pluriannuel, les gouvernements devraient assortir leurs engagements de délais et de repères indiquant ce qu'il faut accomplir chaque année, chaque fois que possible. Ce rapport détaille chacun des engagements que le pays a inclus dans son plan d'action et analyse la première année de leur mise en œuvre.

Les indicateurs utilisés par l'IRM pour évaluer les engagements sont les suivants:

· Spécificité: Cette variable évalue le niveau de spécificité et de mesurabilité de chaque engagement. Les options sont:

o Élevé: le langage de l'engagement fournit des activités claires et vérifiables et des éléments livrables mesurables pour la réalisation de l'objectif de l'engagement.

o Moyen: Le langage d'engagement décrit l'activité qui est objectivement vérifiable et comprend les livrables, mais ces livrables ne sont pas clairement mesurables ni pertinents pour la réalisation de l'objectif de l'engagement.

o Faible: le langage d'engagement décrit une activité qui peut être interprétée comme vérifiable, mais qui nécessite une certaine interprétation de la part du lecteur pour identifier le but de l'activité et déterminer quels seraient les produits livrables.

o Aucun: le langage d'engagement ne contient aucune activité, produit livrable ou jalon mesurable.

· Pertinence: Cette variable évalue la pertinence de l'engagement par rapport aux valeurs OGP. Sur la base d'une lecture attentive du texte d'engagement tel qu'énoncé dans le plan d'action, les questions directrices pour déterminer la pertinence sont les suivantes:

o Accès à l'information: le gouvernement divulguera-t-il plus d'informations ou améliorera-t-il la qualité des informations divulguées au public?

o Participation civique: le gouvernement créera-t-il ou améliorera-t-il les opportunités ou les capacités permettant au public d'informer ou d'influencer les décisions?

o Responsabilité envers le public: le gouvernement créera-t-il ou améliorera-t-il les possibilités de tenir les fonctionnaires responsables de leurs actes?

o Technologie et innovation pour la transparence et la responsabilité: L'innovation technologique sera-t-elle utilisée en conjonction avec l'une des trois autres valeurs OGP pour promouvoir la transparence ou la responsabilité?[Note20: Manuel de procédures IRM. Disponible à: https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/IRM-Procedures-Manual-v3_July-2016.docx.%5D

· Impact potentiel: Cette variable évalue la impact potentiel de l'engagement, s'il est complété tel que rédigé. Le chercheur IRM utilise le texte du plan d’action pour:

o Identifier le problème social, économique, politique ou environnemental;

o Établir le statu quo dès le début du plan d'action; et

o Évaluer dans quelle mesure l'engagement, s'il est mis en œuvre, aurait un impact sur les performances et s'attaquer au problème.

Engagements marqués sont considérés comme des engagements OGP exemplaires. Pour recevoir une étoile, un engagement doit répondre à plusieurs critères:

· Les engagements suivis auront une spécificité «moyenne» ou «élevée». Un engagement doit définir des activités et des étapes clairement définies pour pouvoir juger de son impact potentiel.

· Le libellé de l'engagement devrait préciser sa pertinence pour l'ouverture du gouvernement. Plus précisément, il doit être lié à au moins l’une des valeurs du PGP que sont l’accès à l’information, la participation citoyenne ou la responsabilité publique.

· L'engagement aurait un impact potentiel «transformateur» s'il était complètement mis en œuvre.[Note21: le groupe d’experts international a modifié ce critère dans 2015. Pour plus d'informations, visitez: http://www.opengovpartnership.org/node/5919. %5D

· Le gouvernement doit faire des progrès significatifs par rapport à cet engagement pendant la période de mise en œuvre du plan d'action, en recevant une évaluation de la mise en œuvre «substantielle» ou «complète».

Sur la base de ces critères, le plan d'action de l'Indonésie ne contenait aucun engagement marqué par un astérisque.

Enfin, les tableaux de cette section présentent un extrait de la richesse des données collectées par l’IRM au cours de son processus de reporting des progrès. Pour consulter l'ensemble de données complet sur l'Indonésie et tous les pays participant au programme OGP, reportez-vous à l'explorateur OGP.[Note22: Explorateur OGP: bit.ly/1KE2Wil.]

Aperçu général des engagements

Le quatrième plan d'action de l'Indonésie comprend les engagements totaux 50: engagements nationaux 22 et engagements infranationaux 28.

Les engagements sous-nationaux 28 sont répartis entre cinq gouvernements sous-nationaux:

· Le gouvernement de la ville de Banda Aceh (trois engagements);

· Le gouvernement de la ville de Bandung (huit engagements);

· Le gouvernement de la ville de Semarang (six engagements);

· Le gouvernement de régence de Bojonegoro (cinq engagements); et

· Le gouvernement provincial de la région de la capitale spéciale de Jakarta (six engagements).

Ce rapport IRM a conservé la numérotation originale de ces engagements sous-nationaux figurant dans l'annexe du plan d'action.[Note23: Pour l'annexe du plan d'action, voir: https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Indonesia_Annex-I_NAP_2016-2017_ENG_1.pdf.%5D Toutefois, il convient de noter que les cinq engagements de Bojonegoro (engagements 40 – 44) ne sont pas inclus dans le présent rapport de gestion du risque lié à la participation de Bojonegoro au programme local OGP. Les engagements de Bojonegoro seront évalués dans un rapport IRM séparé.

Thèmes

L'IRM a divisé les engagements 22 au niveau national dans le quatrième plan d'action de l'Indonésie sous les six domaines thématiques suivants sans modifier la numérotation d'origine dans le plan d'action:

1. Participation accrue du public (engagements 1 – 4);

2. Renforcement des capacités des médiateurs (engagements 5 – 8);

3. Intégration de LAPOR-SP4N (engagements 9 – 15);

4. Gouvernance villageoise (engagement 16);

5. Divulgation d'informations publiques (engagements 17 – 20); et

6. Gouvernance des données (engagements 21 et 22).

Le plan d'action répertorie les engagements sous-nationaux 28 de leur gouvernement responsable, et non par domaine thématique. Cependant, les domaines thématiques généraux des engagements sous-nationaux comprennent les données ouvertes, l'amélioration de la participation du public et l'amélioration de la prestation de services publics et des mécanismes de plainte du public.

La Open Government Partnership (OGP) est une initiative internationale multipartite qui vise à obtenir des gouvernements des engagements concrets en faveur de la transparence, de l'autonomisation des citoyens, de la lutte contre la corruption et de l'exploitation des nouvelles technologies pour renforcer la gouvernance. OGP fournit un forum international de dialogue et de partage entre les gouvernements, les organisations de la société civile et le secteur privé, qui contribuent tous à la poursuite commune d'un gouvernement ouvert.

L’Indonésie était l’un des huit États membres fondateurs d’OGP en septembre 2011, lorsque le Président Susilo Bambang Yudhoyono a officiellement lancé l’initiative avec sept autres chefs d’État et ministres à New York.[Note1: voir: https://www.opengovpartnership.org/about/about-ogp.%5D

Pour pouvoir participer au programme OGP, les gouvernements doivent faire preuve d'un engagement démontré en faveur de la transparence du gouvernement en respectant un ensemble de critères de performance (minimum). Des indicateurs tiers objectifs sont utilisés pour déterminer l’ampleur des progrès réalisés par les pays pour chacun des critères: transparence fiscale, divulgation des actifs des agents publics, engagement des citoyens et accès à l’information. Voir la section VII: Critères d'éligibilité pour plus de détails.

Tous les gouvernements participant au PGO élaborent des plans d'action du PGO qui définissent des engagements concrets dans le but de faire évoluer les pratiques au-delà du statu quo sur une période de deux ans. Les engagements peuvent s'appuyer sur les efforts existants, identifier de nouvelles étapes pour mener à bien les réformes en cours ou engager des actions dans un domaine entièrement nouveau.

L’Indonésie a élaboré son quatrième plan d’action national de novembre à octobre 2015. La période de mise en œuvre officielle du plan d'action était de 2016 d'octobre à 30 de 2016 de décembre 31. Ce rapport couvre la période allant du dernier mois du développement du plan (octobre 2017) à juillet 2016). Toute activité ou progrès intervenant entre août 2017 et la fin de la période de mise en œuvre du plan d'action (décembre 2017) sera traité dans le prochain rapport de fin de mandat du MRI. Le gouvernement a publié son auto-évaluation en août 2017. Cependant, le rapport d'auto-évaluation n'était pas disponible en anglais et n'incluait pas les activités spécifiques qu'il a menées pour mettre en œuvre les engagements individuels.

Afin de répondre aux exigences du PGO, le personnel du Mécanisme indépendant de reporting (MRI) d’OGP a procédé à cette évaluation de l’élaboration et de la mise en œuvre du quatrième plan d’action de l’Indonésie. Pour réunir les voix de multiples parties prenantes, l'IRM a consulté deux chercheurs indépendants en Indonésie, Ravio Patra et Muhammad Maulana, qui ont interviewé des membres d'Open Government Indonesia (OGI) impliqués dans l'élaboration du plan d'action, ainsi que des représentants de institutions gouvernementales responsables et organisations de la société civile concernées. Le MII vise à informer le dialogue en cours sur le développement et la mise en œuvre des engagements futurs. Les méthodes et les sources sont traitées dans la section VI du présent rapport (Méthodologie et sources).

Le quatrième plan d'action de l'Indonésie a généralement continué de s'appuyer sur les thèmes principaux des plans d'action précédents, tels que l'administration en ligne, la gouvernance de village, l'amélioration de l'accès à l'information et l'amélioration de la prestation des services publics. Alors que le plan d'action couvrait un large éventail de questions, la plupart de ses activités étaient des indicateurs internes du gouvernement pour le succès. Plusieurs priorités des parties prenantes ont été intégrées, mais la portée globale de ces engagements était généralement limitée.

2.1 Contexte

La République d'Indonésie est un archipel en Asie du Sud-Est comptant une population d'environ 260 millions et un produit intérieur brut (PIB) nominal supérieur à mille milliards de 1.[Note2: Fonds monétaire international, «5. Rapport pour certains pays et sujets »(octobre 2017), http://www.imf.org/external/pubs/ft/weo/2017/02/weodata/weorept.aspx?pr.x=34&pr.y=15&sy=2018&ey=2022&scsm=1&ssd=1&sort=country&ds=.&br=1&c=536&s=NGDPD%2CPPPGDP%2CNGDPDPC%2CPPPPC&grp=0&a.%5D L’Indonésie a rejoint OGP au sein de 2011 en tant que l’un des huit États membres fondateurs, a été coprésidente de 2012 à 2014 et a depuis élaboré quatre plans d’action nationaux dans le cadre de cette initiative.[Note3: Les sept autres membres fondateurs d'OGP sont le Brésil, le Mexique, la Norvège, les Philippines, l'Afrique du Sud, le Royaume-Uni et les États-Unis.] Les plans d'action précédents du pays étaient axés sur un éventail de problèmes liés à l'administration en ligne, aux ressources naturelles et à la prestation de services publics. Cependant, les plans d’action précédents affichaient généralement de faibles niveaux d’achèvement, en partie à cause du temps limité alloué à la mise en œuvre (d’une durée généralement d’un exercice, par opposition au cycle de plan d’action de deux ans recommandé pour les plans d’action du PGO). Le plan 2016 – 2017 représente le premier du pays sous l'administration présidentielle de Joko Widodo, qui a pris ses fonctions en octobre 2014, bien que les principaux domaines thématiques couverts dans le plan restent en grande partie les mêmes que ceux des plans précédents.

Après des décennies de régime autoritaire, l'Indonésie a commencé à passer à la démocratie et à un environnement politique plus ouvert à partir de la fin des années 1990. le La période Reformasi («réforme» en anglais) a été marquée par un transfert significatif de l’autonomie politique aux nombreux gouvernements régionaux et locaux du pays. Cette période a également vu la poursuite des conflits séparatistes dans les provinces d'Aceh et de Papouasie. Un règlement politique formel du conflit à Aceh a été conclu entre les séparatistes (mouvement Free Aceh) et le gouvernement central de 2005 à la suite du tremblement de terre et du tsunami dévastateurs qui ont frappé l'océan Indien à 2004.

L'archipel indonésien abrite une abondance de ressources naturelles et les industries extractives (notamment le pétrole et les métaux précieux) ont contribué à la récente transition de l'Indonésie d'une économie en développement à une économie à revenu intermédiaire. Cependant, des problèmes environnementaux et sociopolitiques sont également apparus. La politique de décentralisation des 2000 a donné aux régions riches en ressources un plus grand pouvoir décisionnel sur leurs ressources. Notamment, la loi sur l'exploitation minière 2009 (loi n ° 4 / 2009) permettait aux administrations de district de délivrer de manière indépendante des licences à des sociétés étrangères pour extraire des ressources de leurs juridictions respectives. Cependant, les conflits locaux sur les droits fonciers persistent.

L’agence d’information géospatiale a notamment poursuivi l’élaboration de la politique de la carte unique (commencée sous 2010) qui consolidera les données géospatiales disparates du gouvernement sur l’utilisation des terres en une seule carte nationale, avec l’espoir que cette carte permettra de réduire les chevauchements de licences et de la gouvernance globale des ressources naturelles.[Note4: Anna Wellenstein, «Une carte: accélérer l'administration unifiée des terres pour l'Indonésie» (Banque mondiale, 1, sept. 2017),

http://blogs.worldbank.org/eastasiapacific/one-map-accelerating-unified-land-administration-indonesia.] Cependant, alors que le gouvernement espère que le pays tout entier sera cartographié par 2019, le projet ambitieux a rencontré des difficultés au niveau local, notamment en ce qui concerne la cartographie des terres qui appartiennent légalement à des groupes autochtones.

L'Indonésie a continué d'appliquer la loi 2014 sur les villages (loi n ° 6 / 2014), qui oblige le gouvernement central à allouer un financement spécifique aux villages indonésiens pour aider les villages à financer le développement en fonction de leurs propres priorités.[Note5: Numéro de la loi de la République d’Indonésie 6 / 2014 About Village, disponible à l’adresse suivante:

http://www.indolaw.org/UU/Law%20No.%206%20of%202014%20on%20Villages.pdf.] Le montant du financement reçu par chaque village est déterminé par une formule tenant compte de la taille de la population, du taux de pauvreté, de la taille du village et de son degré d'isolement géographique. Alors que la loi sur les villages stipule que la planification budgétaire doit impliquer des consultations avec les représentants des villages (chefs religieux, agriculteurs, pêcheurs, groupes de femmes et personnes marginalisées), de nombreux villages ont eu du mal à intégrer correctement les préoccupations de ces groupes dans leurs plans budgétaires.[Note6: Novi Anggriani, «Le droit de village en Indonésie: un pas en avant vers une gouvernance inclusive» (The Asia Foundation, 17 février 2016), https://asiafoundation.org/2016/02/17/indonesias-village-law-a-step-toward-inclusive-governance/.%5D En outre, depuis la promulgation de la loi sur les villages, des organismes gouvernementaux nationaux ont tenté d'influencer l'allocation des fonds des villages.[Note7: Jacqueline Vel et Yando Zakaria, «Nouvelle loi, ancienne bureaucratie» (Inside Indonesia, 9 May 2017), http://www.insideindonesia.org/new-law-old-bureaucracy-2.%5D Par exemple, le ministère des Villages, des régions défavorisées et de la Transmigration a publié une politique «Un village, un produit» dans 2016, qui priorise le financement d'entreprises particulières et pourrait limiter la capacité des villageois à choisir eux-mêmes des zones prioritaires.[Note8: EduNews, «Menteri Desa: Dana Desa Mesti Lahirkan Satu Desa Satu Produk» (19 oct. 2016), https://www.edunews.id/news/nasional/menteri-desa-dana-desa-mesti-lahirkan-satu-desa-satu-produk/.%5D

L’Indonésie est également en train de mettre en œuvre des réformes majeures dans le secteur des soins de santé (lancées en janvier 2014), dans le but de parvenir à une couverture universelle par 2019.[Note9: Jack Hewson, «Le système de soins de santé innovant de l'Indonésie» (Al Jazeera, 16 Jan. 2014), https://www.aljazeera.com/indepth/features/2014/01/indonesia-innovative-healthcare-scheme-201411485331598453.html.%5D Alors que les réformes ont élargi la couverture des soins de santé, les cliniques de santé du pays ont eu du mal à faire face à la demande croissante et les revenus générés par le nouveau système ont été relativement faibles.[Note10: Jon Emont, «Un pays d’un quart de milliard de personnes tente de fournir des soins de santé à tous» (The Washington Post, 19 May 2016), https://www.washingtonpost.com/world/asia_pacific/a-country-of-a-quarter-billion-people-seeks-to-provide-free-health-care-for-all/2016/05/18/f36bf7b2-1b93-11e6-82c2-a7dcb313287d_story.html?noredirect=on&utm_term=.d0bea8c8f38e.%5D Alors que le gouvernement continue de mettre en œuvre les réformes, la transparence dans la tarification et la couverture des soins de santé reste un problème.

Plan d'action 2.2 par rapport au contexte national

Bien que le quatrième plan d'action de l'Indonésie couvre un large éventail de problèmes de gouvernement ouvert pertinents dans le pays, de nombreux engagements ont une portée relativement limitée par rapport aux problèmes qu'ils tentent de résoudre. Plusieurs priorités des parties prenantes du plan d'action précédent n'ont pas été intégrées dans le plan 2016 – 17, telles que la transparence du secteur de la pêche et du secteur maritime et la transparence du système de justice pénale (partie des recommandations clés du plan d'action précédent du MRI). Engagement 4 associe la politique nationale du One Map du pays en cherchant à fournir une référence standard pour la participation du public à la cartographie géospatiale. La politique de la carte unique est un projet majeur conçu pour résoudre les conflits locaux liés aux droits fonciers et au cumul de licences foncières. Cependant, bien que cet engagement puisse améliorer la participation du public à l’élaboration d’une carte unifiée, il ne résout en rien les difficultés rencontrées pour consulter les communautés autochtones qui sont souvent les plus touchées par le cumul de licences foncières.

Engagement 16 pourrait améliorer l'accès aux informations budgétaires dans certains villages. Toutefois, il est difficile de savoir comment cet engagement améliorerait la participation et la responsabilisation du public dans la définition des besoins et des priorités des villages. De plus, l'engagement 17 vise à augmenter le nombre d'abonnés aux comptes de médias sociaux du ministère de la Santé et à développer une stratégie de communication pour le ministère. Bien que l’amélioration de la communication entre le gouvernement et le public puisse sensibiliser le public aux informations relatives à un service public clé (santé), cet engagement ne concerne pas directement la qualité ou l’accessibilité des informations fournies par le ministère de la Santé.

La transparence, la participation et la responsabilisation dans la gestion des ressources naturelles sont essentielles, compte tenu de l'importance des ressources naturelles pour l'économie et les citoyens indonésiens. Le quatrième plan d'action contient un engagement d'intégrer les systèmes de plainte du ministère de l'Environnement et des Forêts dans le système national LAPOR! -SP4N, ce qui pourrait entraîner une augmentation des rapports publics et de la réponse du gouvernement aux plaintes environnementales en Indonésie. Cependant, le plan d'action n'inclut pas d'engagements qui impliquent directement la corrélation entre le gouvernement ouvert et le secteur extractif, tels que la mise en œuvre par l'Indonésie de la norme de l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE). La conformité à l'ITIE comprend plusieurs exigences techniques (telles que la création d'un groupe multipartite chargé de superviser la conformité du pays), et l'inclusion de telles initiatives dans les plans d'action OGP peut fournir un soutien précieux.

Les consultations relatives à l'élaboration du quatrième plan d'action de l'Indonésie ont été limitées à un petit nombre d'OSC impliquées dans les ONG, ainsi qu'à un nombre restreint de ministères et d'agences gouvernementales choisis à l'avance. OGI n'a pas sensibilisé le public et le groupe multipartite ne s'est réuni qu'une fois à la fin de la période du plan d'action. Bien que OGI ait soumis un rapport d'auto-évaluation, celui-ci n'était pas disponible en anglais et n'incluait pas de preuve d'activités de mise en œuvre réalisées pour les engagements.

Leadership 3.1

Cette sous-section décrit la direction et le contexte institutionnel de l’OGP en Indonésie. Le tableau 3.1 résume cette structure tandis que la section narrative (ci-dessous) fournit des détails supplémentaires.

Tableau 3.1: Leadership OGP

1. Structure

Oui

Non

Existe-t-il un point de contact clairement désigné pour OGP (individu)?

X

Owned

Unique

Existe-t-il un organisme chef de file unique pour les efforts du PGO?

X

Oui

Non

Le chef du gouvernement dirige-t-il l'initiative OGP?

X

2. Mandat Légal

Oui

Non

L'engagement du gouvernement à l'égard du PGO est-il défini dans le cadre d'un mandat officiellement publié?

X

L'engagement du gouvernement à l'égard du PGO est-il établi par un mandat juridiquement contraignant?

X

3. Continuité et instabilité

Oui

Non

Y a-t-il eu un changement dans la ou les organisation (s) dirigeant (s) ou impliquée (s) avec les initiatives OGP au cours du cycle de mise en œuvre du plan d'action?

X

Y at-il eu un changement de dirigeant au cours du cycle du plan d’action du PGO?

X

L'Indonésie est une république présidentielle dont le président est à la fois le chef de l'État et le chef du gouvernement. Le Secrétariat pour un gouvernement ouvert en Indonésie (OGI) est la principale coalition chargée de superviser les activités quotidiennes de l'OGP en Indonésie, y compris l'élaboration et la mise en œuvre du quatrième plan d'action. OGI se compose d'un comité de direction co-dirigé par l'Agence nationale de planification du développement (Bappenas), le bureau du personnel de la présidence (KSP) et le ministère des Affaires étrangères. Voir le tableau 3.1 sur le leadership et le mandat de l’OGP en Indonésie.

Au départ, le processus OGP en Indonésie était coordonné par le KSP par l'intermédiaire de l'Unité d'exécution du Président pour la supervision et le contrôle du développement (UKP4), dont le rôle a ensuite été repris par Bappenas. Au cours de la période de mise en œuvre du plan d'action précédent, OGI était dirigé par UKP4, qui coordonnait la société civile et les parties prenantes gouvernementales par le biais d'une assemblée appelée Core Team. Cependant, à la suite des élections générales 2014 (dans lesquelles Joko Widodo a assumé la présidence), la responsabilité d’OGI a été définitivement transférée de KSP à Bappenas. Ce transfert de KSP à Bappenas visait à améliorer la viabilité d’OGI de trois manières principales:

1) Contrairement à KSP, Bappenas a un mandat institutionnel lui permettant d’imposer des changements de politique à d’autres agences gouvernementales. Ce mandat améliore la capacité de OGI de coordonner ses activités en lui permettant de contraindre les ministères et les agences à mettre en œuvre ses engagements. De cette manière, OGI peut mieux rationaliser le processus OGP en Indonésie.

2) Le déménagement à Bappenas contribue à assurer la continuité institutionnelle d'OGI lors des futures transitions politiques. Ceci est important car le personnel du KSP subit généralement des changements importants au cours des transitions politiques. En devenant le domaine de Bappenas, OGI est mieux isolé pendant ces périodes de transition politique.

3) Le passage à Bappenas garantit également que l'initiative OGI et le processus OGP restent politiquement neutres. Les priorités et la composition du KSP sont largement fondées sur les préférences politiques du président, qui pourraient compromettre la neutralité politique d'OGI. En dissociant OGI du KSP, le but est d'empêcher OGI de devenir trop dépendant d'un chef politique ou d'un parti.

Au départ, KSP avait affecté quatre personnes à la gestion quotidienne du secrétariat de l'OGI. Conformément au décret présidentiel numéro 13 de 2014, le financement lié à l'OGP provenait de l'APBN (budget des revenus et des dépenses de l'État).. La dotation en personnel d’OGI est restée réduite après le transfert à Bappenas, et ceux qui travaillent aux activités d’OGP travaillent également dans d’autres domaines de la politique du gouvernement ouvert. Il est important de noter qu'en janvier 2018, peu après la fin de la période de mise en œuvre du quatrième plan d'action, tout le personnel du secrétariat d'OGI (y compris le personnel de haut niveau et le personnel administratif) a mis fin à ses contrats avec OGI. Au moment de la rédaction de ce rapport (avril 2018), le secrétariat de l'IOG restait sans personnel et aucune équipe principale n'était chargée de surveiller l'application des engagements. Toutefois, le consultant IRM a pu contacter l'ancien chef du secrétariat d'OGI et quelques anciens membres du personnel d'OGI et de Bappenas pour discuter des activités menées pendant la période de mise en œuvre. Pour plus d'informations, voir Section IV: Méthodologie et sources.

Enfin, l’Indonésie dispose d’un système gouvernemental très décentralisé, doté d’une autonomie considérable pour les provinces, les régences et les villes. Par conséquent, les engagements nationaux nécessitent une approbation importante des gouvernements infranationaux. Le quatrième plan d'action inclut les engagements 28 de cinq gouvernements sous-nationaux: les gouvernements des villes de Banda Aceh, Bandung et Semarang, le gouvernement de la régence de Bojonegoro et le gouvernement provincial de la région de la capitale spéciale de Jakarta. La régence de Bojonegoro a rejoint le programme pilote de gouvernement sous-national OGP (renommé Programme local OGP).[Note11: Pour plus d’informations sur le gouvernement ouvert en Indonésie (OGI), voir: https://www.opengovpartnership.org/local.%5D) en 2016, et ses cinq engagements seront évalués dans un rapport IRM séparé.[Note12: Pour le plan d’action de Bojonegoro, voir: https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Bojonegoro_Subnational_Action-Plan_2016-17_ENG_0.pdf.%5D

Participation intragouvernementale à 3.2

Cette sous-section décrit les institutions gouvernementales qui ont participé aux différentes étapes du programme. La section suivante décrira quelles organisations non gouvernementales ont été impliquées dans OGP.

Tableau 3.2: Participation à un PSF par les institutions fédérales

Comment les institutions ont-elles participé?

Ministères, départements et agences Législatives Judiciaire (y compris les agences quasi judiciaires) Autre (y compris les organes constitutionnels indépendants ou autonomes) Gouvernements sous-nationaux
Consulter: Ces institutions ont observé ou ont été invitées à observer le plan d'action mais peuvent ne pas être responsables des engagements pris dans le plan d'action.

Gouvernement ouvert Indonésie

0

0

0

5[Note13: Le gouvernement de la ville de Banda Aceh, le gouvernement de la ville de Bandung, le gouvernement de la ville de Semarang, le gouvernement de la régence de Bojonegoro et le gouvernement provincial de la région de la capitale spéciale de Jakarta.]

Proposer: Ces institutions ont proposé des engagements à inclure dans le plan d'action.

Gouvernement ouvert Indonésie

0

0

0

5

Mettre en place: Ces institutions sont responsables de la mise en œuvre des engagements du plan d'action, qu'ils aient ou non proposé les engagements.

13[Note14: Bappenas, l’agence d’information géospatiale, le ministère de la réforme de l’appareil d’État et de la fonction publique, le ministère de l’éducation et de la culture, le ministère des Affaires religieuses, le ministère des Communications et de l’Information, le ministère des Entreprises appartenant à l’État, le ministère de l’Environnement et des forêts, du Ministère de l'intérieur, du Ministère de la santé, du Ministère de la recherche, de la technologie et de l'enseignement supérieur, du Ministère des finances et du Médiateur.]

0

0

0

5

Le Secrétariat OGI a sélectionné les ministères et les agences gouvernementales qu’il jugerait pertinents pour les domaines prioritaires du gouvernement ouvert qui seraient couverts par le plan d’action. OGI a notifié ces institutions gouvernementales une fois que les domaines prioritaires du plan d'action ont été déterminés. Par conséquent, ces institutions n'ont pas été en mesure d'orienter l'élaboration du plan d'action. Les institutions gouvernementales ont été désignées par OGI pour coordonner la mise en œuvre des engagements en fonction de leurs compétences. Par exemple, le ministère de l'Éducation et de la Culture, le ministère des Affaires religieuses et le ministère de la Santé ont été jugés importants pour le thème de la réforme de la fonction publique. Chacun de ces ministères est donc responsable des engagements individuels pris dans le plan d'action. Le tableau 3.2 ci-dessus détaille les institutions impliquées dans OGP.

OGI a également invité les gouvernements sous-nationaux à inclure des engagements dans le plan d'action national. Cependant, le système gouvernemental profondément fédéralisé indonésien pose au gouvernement national le défi d'obliger unilatéralement les gouvernements infranationaux à adopter des politiques descendantes à l'échelle du pays.. Le gouvernement national a demandé aux cinq gouvernements infranationaux susmentionnés de fournir une liste des engagements pour leur ville ou leur régence qu’ils souhaitaient inclure dans le plan d’action national et qui étaient fondés sur les domaines prioritaires prédéterminés. Ces engagements infranationaux ont ensuite été ajoutés séparément au plan d'action national de l'Indonésie, mais sans coordination sérieuse pour les domaines d'intérêts communs partagés entre les gouvernements nationaux et infranationaux, et il n'a pas été question non plus de compétences techniques ou de connaissances pouvant être partagées entre les gouvernements. Ce manque de coordination a essentiellement abouti à la combinaison de six plans d'action distincts en un seul (à savoir cinq plans sous-nationaux et le plan national).

Si les gouvernements sous-nationaux doivent être inclus dans les futurs plans d'action nationaux, ils doivent utiliser une approche ascendante qui prend en compte la décentralisation et adhère aux normes de co-création OGP. Étant donné que les gouvernements infranationaux ont souvent un impact plus important sur la vie quotidienne de nombreux citoyens indonésiens, les engagements sous-nationaux pourraient avoir un impact positif sur le gouvernement ouvert en Indonésie. Cependant, le gouvernement national devrait mieux les intégrer dans le plan d'action, au lieu de simplement les ajouter sans contrôle approprié. Par exemple, si les engagements sous-nationaux sont fondés sur des domaines prioritaires nationaux, le gouvernement national devrait fournir aux gouvernements sous-nationaux des ressources et une expertise suffisantes pour leur mise en œuvre. Le gouvernement national devrait également veiller à ce que l'élaboration de ces engagements infranationaux soit conforme aux normes OGP en matière de co-création (c'est-à-dire lors de consultations des parties prenantes).

Engagement de la société civile 3.3

Les pays participant à l'OGP respectent un ensemble de critères de consultation lors de l'élaboration, de la mise en œuvre et de la révision de leur plan d'action OGP. Le tableau 3.3 récapitule les performances de l’Indonésie au cours du plan d’action 2016-2017.

Tableau 3.3: Processus national OGP

Principales étapes suivies: 4 of 7

Avant

1. Processus de chronologie et disponibilité

2. Préavis

Calendrier et processus disponibles en ligne avant la consultation

Oui

Non

Préavis de consultation

Oui

Non

3. Sensibilisation

4. Canaux multiples

Le gouvernement a mené des activités de sensibilisation

Oui

Non

4a. Consultations en ligne:

Oui

Non

X

4b. Consultations en personne:

Oui

Non

5. Documentation et commentaires

Résumé des commentaires fournis

Oui

Non

X

Au cours de

6. Forum multipartite régulier

6a. Un forum existait-il?

Oui

Non

6b. At-il rencontré régulièrement?

Oui

Non

X

Après

7. Rapport d'autoévaluation du gouvernement

7a. Rapport d'autoévaluation annuel publié?

Oui

Non

7b. Rapport disponible en anglais et langue administrative?

Oui

Non

X

7c. Période de consultation publique de deux semaines sur le rapport?

Oui

Non

7d. Le rapport répond-il aux principales recommandations de l'IRM?

Oui

Non

Sept organisations de la société civile (OSC) sont formellement associées à la coalition OGI, et l'engagement de la société civile s'est principalement limité à ces sept organisations lors de l'élaboration du plan d'action. Alors que la société civile était en mesure de participer, le gouvernement a fait peu d'efforts pour obtenir leurs réactions. Ainsi, alors que les aspects procéduraux de la co-création ont été réalisés en incluant un nombre choisi d'OSC, la société civile n'a pas défini le programme au cours de l'élaboration du plan.

OGI a commencé la co-création du plan en identifiant les principaux défis rencontrés par l'Indonésie dans la mise en place d'un gouvernement ouvert et responsable. Parmi une liste plus vaste de défis, OGI a identifié les trois suivants à prendre en compte dans le plan d'action:

1) Encourager l'utilisation des informations divulguées,

2) Promouvoir la participation du public dans les systèmes d'administration publique, et

3) Améliorer la capacité du gouvernement à répondre aux besoins et aspirations des citoyens.

Le gouvernement a défini ces trois domaines thématiques avant le début du processus de co-création, et la société civile n'a pas eu la possibilité d'influencer cette décision. OGI a invité les OSC à participer aux consultations de développement une semaine avant leur début, mais n'a pas autrement sensibilisé le processus. Les calendriers des réunions étaient disponibles à l’avance sur le site Web de l’OGI, de même que les procès-verbaux et les documents des réunions précédentes. Les consultations en personne comprenaient des groupes de discussion avec des parties prenantes aux niveaux national et sous-national et la diffusion de questionnaires. OGI a également posté des questionnaires sur son site Web et ses pages de médias sociaux (Facebook et Twitter). Rien n'indique que OGI ait fourni aux parties prenantes participantes des explications sur la manière dont leurs commentaires ont été incorporés (le cas échéant) dans la formulation finale des engagements.

Comme indiqué dans la section 3.2, OGI a identifié cinq gouvernements sous-nationaux à soumettre des engagements pour le plan d'action national de l'Indonésie. Le plan d'action répertorie le gouvernement provincial d'Aceh, la régence de Bojonegoro et la ville de Makasar comme les trois «régions» sélectionnées pour participer. Selon le plan d'action, ces trois gouvernements ont été choisis pour représenter les régions occidentale, centrale et orientale du pays, ainsi que les trois niveaux d'administration du gouvernement sous-national. Cependant, le processus exact pour inclure ces gouvernements infranationaux n'est pas clair et le nombre final d'administrations infranationales participantes était de cinq (voir la section 3.1). Les propositions d'engagement sont venues du gouvernement national, des gouvernements infranationaux et de la société civile. Le programme d'intégration des données ouvertes de Banda Aceh (engagement 23) et l'amélioration de la divulgation d'informations pour l'assemblée législative de la ville de Semarang (engagement 38) sont des exemples de propositions de la société civile incluses dans le plan d'action en tant qu'engagements sous-nationaux.

Le plan d’action a été finalisé le 7 de novembre 2016 par le biais d’une lettre d’adoption signée par le député de la politique, du droit, de la défense et de la sécurité de Bappenas.[Note15: La lettre a été partagée par le secrétariat d'OGI avec l'IRM à la demande du consultant en IRM.] Cette lettre stipule que la période de mise en œuvre du plan d'action correspondra à l'exercice financier du gouvernement de janvier à décembre 2017. L'alignement sur l'exercice est utile pour fournir un financement suffisant pour la mise en œuvre. Toutefois, il convient de noter que la période de mise en œuvre suivante d'un an (de décembre à décembre) est probablement insuffisante pour mettre en œuvre des réformes nationales majeures. Cela se reflète dans le contenu de l'action, qui comprend plusieurs engagements qui améliorent les indicateurs de performance (tels que l'augmentation du nombre d'ensembles de données dans les portails de données ouverts et le taux de réponse des canaux de réclamation), par opposition à la mise en œuvre de réformes plus complètes.

Tableau 3.4: Niveau d'influence du public

L'IRM a adapté le «spectre de participation» de l'Association internationale pour la participation publique (IAP2) pour qu'il puisse être appliqué à l'OGP.[Note16: Pour plus d’informations sur le spectre IAP2, voir: http://c.ymcdn.com/sites/www.iap2.org/resource/resmgr/foundations_course/IAP2_P2_Spectrum_FINAL.pdf.%5D Ce spectre montre le niveau potentiel d'influence du public sur le contenu du plan d'action. Dans l’esprit des OGP, la plupart des pays devraient aspirer à la «collaboration».

Niveau d'influence du public
Pendant le développement du plan d'action
Pendant la mise en œuvre du plan d'action
Habiliter
Le gouvernement a confié le pouvoir décisionnel au public.

Collaborer
Il y a eu un dialogue itératif ET le public a aidé à établir l'ordre du jour.

Impliquer
Le gouvernement a commenté la manière dont les contributions du public ont été prises en compte.

Consulter
Le public pourrait apporter des contributions.

X

Informer
Le gouvernement a fourni au public des informations sur le plan d'action.

X

Pas de consultation
Aucune consultation

Consultation 3.4 pendant la mise en œuvre

Dans le cadre de leur participation à l’OGP, les gouvernements s’engagent à définir un forum permettant une consultation multipartite régulière sur la mise en œuvre de l’OGP. Cela peut être une entité existante ou une nouvelle. Cette section résume ces informations.

Bien que OGI ait techniquement maintenu un forum pendant la période de mise en œuvre, il ne s'est réuni qu'une fois à la fin de l'année pour examiner les progrès du gouvernement. Semblable au développement du plan d'action, ce forum était limité aux sept OSC impliquées dans OGI. Le gouvernement n'a invité ni les autres organisations de la société civile ni le public à participer et les activités de mise en œuvre n'ont pas été ventilées par engagement. De plus, il était impossible pour la société civile ou le public de vérifier de manière indépendante les progrès du gouvernement dans la mise en œuvre, car les progrès ont été suivis en interne. Bien que OGI ait fourni au consultant en gestion de l'information liée à la gestion ses documents de suivi sur demande, la nature interne du suivi est problématique car de nombreux engagements impliquent des mesures que le gouvernement s'est fixées. À l'avenir, le gouvernement devrait créer un référentiel public de documents de suivi afin que le MRI et les autres puissent mieux suivre la mise en œuvre, conformément aux nouvelles normes de co-création OGP.

Auto-évaluation 3.5

Les articles de gouvernance du PGO exigent que les pays participants publient un rapport d'auto-évaluation trois mois après la fin de la première année de mise en œuvre. Le rapport d'autoévaluation doit être mis à la disposition du public pour commentaires pendant une période de deux semaines. Cette section évalue le respect de ces exigences et la qualité du rapport.

OGI a publié son rapport d’autoévaluation du plan d’action 2016 – 17 en août 2017.[Note17: L'évaluation est disponible à l'adresse suivante: https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Indonesia_Mid-Term_Self-Assessment_2016-2017.pdf.%5D Le projet d’auto-évaluation a été mis à la disposition du public sur le site Web d’OGI et le groupe WhatsApp de 14 August à 28 August 2017. Cependant, OGI n'a pas publié les commentaires reçus lors de la préparation de la version finale du plan d'action. Le rapport n'était disponible qu'en bahasa.

Dans l'ensemble, la soumission d'OGI ne respecte pas les normes de base d'OGP pour les rapports d'auto-évaluation. Hormis l'absence de version anglaise, le rapport d'auto-évaluation ne fournissait aucune description des activités de base réalisées pour mettre en œuvre les engagements individuels. De plus, il n'incluait aucun document d'appui à la mise en œuvre (par exemple, des listes de participants ou des liens vers des pages Web pertinentes). L'autoévaluation contient plutôt des résumés généraux des réalisations du plan d'action (par exemple, amélioration du système de réclamations LAPOR! Et mise en œuvre de la politique One Data) sans lier explicitement ces succès aux activités spécifiques répertoriées dans l'annexe du plan d'action. Le rapport d’autoévaluation indique que les engagements 35 (70%) ont été remplis; Cependant, le rapport ne contient aucune preuve à l'appui de la confirmation de la GIR, et ne précise pas non plus les prochaines étapes que le gouvernement compte prendre pour mettre en œuvre les engagements restants, ni les suivants.

À l'avenir, les futurs rapports d'auto-évaluation devraient inclure:

1) Niveaux de mise en œuvre pour chaque engagement («complet», «substantiel», «limité» ou «non commencé»), y compris ceux énoncés dans les annexes pertinentes.

2) Documentation des preuves correspondantes à l'appui de ces niveaux de mise en œuvre. La fourniture de cette documentation sera requise dans les directives de co-création mises à jour d'OGP, qui stipulent que les gouvernements doivent créer un référentiel de documents pertinents pour la mise en œuvre du plan d'action. Ceci est particulièrement important pour les engagements du quatrième plan d'action de l'Indonésie, qui comprend de nombreux «indicateurs» de succès qui sont des activités internes du gouvernement et qui ne sont pas toujours accessibles au public (comme augmenter le nombre de pages vues et le pourcentage de plaintes du public).

3) Les «prochaines étapes» spécifiques que le gouvernement prévoit de prendre pour chaque engagement, qui devraient être basées sur les niveaux de mise en œuvre du plan d'action actuel et les résultats préliminaires de la mise en œuvre.

Réponse de 3.6 aux recommandations IRM précédentes

Tableau 3.5: Recommandations principales du rapport IRM précédent

Recommandation
Adressé?
Intégré au plan d'action?

1

Le quatrième plan d’action devrait inclure moins d’engagements plus ambitieux et viser à accroître l’appropriation des engagements par les agences d’exécution et les partenaires des OSC.

X

2

Lors de l'élaboration du quatrième plan d'action national, l'Indonésie (gouvernement ouvert) devrait refléter les priorités des parties prenantes en incluant des engagements qui offrent des solutions de gouvernement ouvert aux domaines politiques suivants:

• Une politique cartographique unique et la reconnaissance des droits fonciers des peuples autochtones, y compris leur utilisation dans les plans de développement régional;

• mise en œuvre de la loi sur les villages;

• la mise en œuvre du système national de santé;

• la transparence du secteur de la pêche et du secteur maritime;

• confidentialité et protection des données personnelles;

• la transparence fiscale;

• la transparence à chaque étape du système de justice pénale (la police, le bureau du procureur, les audiences et la remise des peines);

• la transparence des achats en publiant les contrats du gouvernement; et

• Transparence des industries extractives.

X

3

Une plate-forme en ligne devrait être mise au point pour permettre au public de suivre les progrès accomplis et de participer à l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des engagements figurant dans les plans d’action du PGO.

X

4

Afin d'accroître la participation du public et la transparence dans la mise en œuvre du plan d'action, le secrétariat national des OGI devrait élaborer et adopter des «règles de procédure» pour les OSC et la participation du public au sein du secrétariat.

X

5

Le gouvernement devrait immédiatement approuver le projet de structure du secrétariat d'OGI afin de s'assurer que la mise en œuvre du plan d'action et le fonctionnement quotidien du secrétariat de l'OGI sont protégés contre les changements de régime.

Alors que le rapport d'auto-évaluation d'IGI aborde les cinq recommandations principales du troisième plan d'action, le suivi de l'intégration de ces recommandations dans le quatrième plan d'action est douteux. Pour la recommandation 1, le quatrième plan d'action contient beaucoup plus d'engagements que le troisième plan (19 dans le troisième, 50 dans le quatrième). En outre, de nombreux engagements dans le quatrième plan d'action manquent d'ambition, en particulier ceux visant à augmenter le nombre de visites sur le Web et d'abonnés aux comptes de réseaux sociaux, tandis que d'autres n'ont pas de pertinence claire pour les valeurs OGP (telles que les engagements sur l'intégration de LAPOR! -SP4N systèmes de plaintes du public).

Pour la recommandation 2, seuls certains des domaines prioritaires des parties prenantes du troisième plan d'action ont été incorporés dans le quatrième. Le quatrième plan contient des engagements tels que la politique One Map (engagement 4, bien que cet engagement ne traite pas des droits fonciers des autochtones), la gouvernance des villages (engagement 16), la transparence fiscale (engagement 21) et la transparence des achats (engagement 29 pour Bandung). Cependant, d'autres priorités des parties prenantes n'ont pas été abordées, telles que la transparence dans les secteurs marin et extractif, la transparence dans le système de justice pénale et la protection des données à caractère personnel. En outre, bien que l'engagement 15 concerne le secteur forestier et environnemental, il ne consiste pas à améliorer la transparence. Bien qu'engager 17 implique le ministère de la Santé, il se concentre sur l'élaboration d'une stratégie de communication et non sur la mise en œuvre du système national de santé.

Pour la recommandation 3, OGI n'a pas développé de système en ligne accessible au public pour suivre les progrès accomplis dans la mise en œuvre des engagements. Bien que OGI maintienne un référentiel de données et d'informations relatives aux engagements d'OGP, ce référentiel est interne à OGI et n'est disponible que sur demande personnelle au bureau de Bappennas. À l'avenir, les nouvelles normes de co-création d'OGP exigeront des pays participants qu'ils développent un tableau de bord (suivi en temps réel) sur la page Web nationale d'OGP, qui «fournit des informations à jour sur l'état de tous les engagements dans un environnement accessible et facile à comprendre. format pour un citoyen moyen. "[Note18: Pour plus d’informations, voir les normes de participation et de co-création OGP, disponibles à l’adresse:

https://www.opengovpartnership.org/ogp-participation-co-creation-standards

En ce qui concerne la recommandation 4, le secrétariat de l’OGI n’a pas établi de règlement intérieur pour la participation des organisations de la société civile et la participation du public à son secrétariat. De plus, le plan stratégique de l'OGI ne mentionne pas explicitement les procédures de participation de la société civile et du public au secrétariat de l'OGI.

La recommandation 5 a été intégrée au plan d’action par le biais de l’engagement 1 (création d’un plan stratégique et de la feuille de route correspondante pour le secrétariat des OGI). Le plan stratégique et la feuille de route sont des documents importants pour OGI dans la mesure où il passe du bureau du personnel de la présidence à Bappenas, dans la mesure où il fournit une vision à long terme politiquement neutre et lui permet de continuer à fonctionner malgré les futurs changements politiques.

Bien que le quatrième plan d'action de l'Indonésie traite de problèmes majeurs, son champ d'application était limité en raison de l'accent mis sur les indicateurs internes du gouvernement électronique, par opposition à l'ouverture des pratiques gouvernementales. Il est important que les plans futurs suivent plus étroitement les directives du PGO pour la co-création et la mise en œuvre, et que l'Indonésie accorde la priorité à des engagements moins importants et plus percutants autour des grands problèmes de gouvernement ouvert dans le pays (tels que les objectifs de développement durable) et élabore une stratégie pour plus efficacement. intégrer des initiatives sous-nationales dans le plan d'action.

Cette section a pour but d’éclairer l’élaboration du prochain plan d’action et de guider l’achèvement du plan d’action actuel. Il est divisé en deux sections: 1) les priorités de la société civile et du gouvernement identifiées lors de l'élaboration du présent rapport et 2) les recommandations du MRI.

Priorités des parties prenantes 5.1

Le quatrième plan d'action de l'Indonésie aborde plusieurs problèmes de gouvernement ouvert tels que la politique de la carte unique, la protection de l'environnement, la gouvernance des villages et la divulgation d'informations dans le secteur de la santé, mais la portée réelle de ces engagements était limitée. En outre, plusieurs priorités des parties prenantes recommandées dans le plan d'action précédent n'étaient pas incluses, telles que la transparence dans les secteurs de la pêche et de la mer et la transparence dans le système de justice pénale.

À l'avenir, la prochaine action pourrait inclure des engagements qui incorporent directement les objectifs de développement durable (ODD) de l'Indonésie, en mettant l'accent sur l'utilisation du PSE pour renforcer ces initiatives en les rendant plus ouvertes et inclusives. L'établissement d'un registre de la propriété réelle (traité plus en détail ci-dessous) pourrait également constituer un domaine prioritaire important à inclure dans le prochain plan d'action, en particulier compte tenu de la récente approbation du règlement présidentiel n ° 13 / 2018.

Recommandations 5.2 IRM

Suivre de près les directives OGP pour la co-création, le développement et le suivi du plan d'action

Pour aller de l'avant, il est impératif que l'Indonésie veille à ce que le prochain processus de co-création d'un plan d'action suive de près les normes minimales définies par le comité de pilotage du PGO. Ceux-ci devraient inclure:

Adoption de périodes de mise en œuvre de deux ans pour les plans d'action

L’Indonésie devrait adopter la période type de mise en œuvre de deux ans pour ses futurs plans d’action. Les quatre plans d'action de l'Indonésie sont tous des initiatives d'un an, y compris le plus récent (juillet 2016 - décembre 2017). Bien que ce calendrier soit conçu pour aligner le plan d'action sur l'exercice du pays afin que les engagements reçoivent un financement suffisant, il empêche l'inclusion de réformes à plus long terme et plus efficaces à l'échelle nationale. Cela est largement évident dans le contenu du quatrième plan d'action. Alors que le quatrième plan d'action comprend des engagements liés aux efforts de réforme à long terme, de nombreuses activités sont des indicateurs de succès internes au gouvernement.[Note214: Pour plus d'informations sur les effets du calendrier d'un an sur le plan d'action, voir la section 3.3: Engagement de la société civile.] Des plans d'action de deux ans permettront au gouvernement d'intégrer des engagements plus ambitieux dans le cadre de réformes structurelles plus profondes.

Donner la priorité à des engagements moins nombreux et plus percutants

En dépit d'une recommandation du précédent rapport IRM d'inclure des engagements moins ambitieux et plus ambitieux, le quatrième plan d'action de l'Indonésie incluait un total d'engagements 50 (22 national et 28 sous-national). Par conséquent, l'IRM recommande à nouveau à l'Indonésie de limiter le nombre d'engagements dans les actions futures. planifie et envisage de limiter le nombre d’engagements au total de 20, comme suggéré par le Comité directeur du PGO au cours de sa réunion du 2017 de septembre.[Note215: Procès-verbal de la réunion du comité directeur du PGO, (OGP, 20 sept. 2017), 5, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/SC-Meeting-Minutes_September2017.pdf,.] De nombreux engagements du quatrième plan d’action manquaient d’ambition par rapport au statu quo ou au problème qu’ils abordaient. Par exemple, les engagements 17 – 20 incluent principalement des indicateurs de performance internes (indicateurs de performance) comme indicateurs de la réussite de la mise en œuvre, notamment en augmentant le nombre d'abonnés aux pages Web des ministères sur les réseaux sociaux et en développant une «stratégie de communication numérique». , le gouvernement devrait s’éloigner des paramètres internes du gouvernement électronique et de l’intégration de plates-formes (comme LAPOR! -SP4N) pour adopter des initiatives qui affectent plus directement la prise de décision, créer des mécanismes de retour d’information supplémentaires et s’attaquer aux principaux domaines de réforme prioritaires du gouvernement (mentionné dans la recommandation 4).

Création d'un référentiel en ligne pour les documents clés liés au plan d'action

Le gouvernement devrait créer un référentiel en ligne avec une documentation pertinente pour l'élaboration et la mise en œuvre du plan d'action. Comme mentionné précédemment dans la section 3.6, la documentation sur les progrès des engagements était essentiellement interne à OGI et disponible uniquement sur demande personnelle au bureau de Bappenas. Afin de s’assurer que l’Indonésie respecte les exigences minimales en matière de co-création, conformément aux normes actualisées de participation et de co-création d’OGP, OGI devrait développer un référentiel de documents au format 1) disponible en ligne (sur le site Web d’OGI) sans aucune barrière à l’accès, 2. ) mis à jour en temps réel ou régulièrement, et 3) inclut des éléments de preuve pertinents pour indiquer les progrès et la réalisation des engagements, ainsi que des éléments de preuve pour des consultations et des forums multipartites.[Note216: “La boîte à outils pour la participation et la co-création OGP” (OGP), 30, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2019/06/OGP-Participation-Co-Creation-Toolkit.pdf En général, le référentiel en ligne devrait fournir un enregistrement historique et un accès à tous les documents liés au processus OGP, y compris (sans toutefois s'y limiter) les documents de consultation, les plans d'action, les auto-évaluations gouvernementales, les rapports de GIR et les documents justificatifs de la mise en œuvre des engagements.

Élaborer une stratégie claire pour la localisation du gouvernement ouvert en Indonésie

Un élément clé dans la définition de priorités pour des engagements moins nombreux et plus impactants consiste pour le gouvernement national à réexaminer la manière dont il intègre les unités gouvernementales sous-nationales dans le plan d'action. Le quatrième plan d'action inclut des engagements 28 de cinq entités infranationales, mais leur inclusion ne répond généralement pas aux critères de co-création OGP. Étant donné les hauts niveaux de décentralisation en Indonésie, la participation des sous-nations à l’OGP est importante pour garantir que les engagements répondent aux besoins des citoyens. Cependant, comme indiqué dans la section 3 de ce rapport, les consultations avec la société civile et le public concernant l'ampleur et la portée de ces engagements infranationaux ont été limitées, ce qui rend difficile la motivation de leur inclusion dans le plan national. En outre, alors que le gouvernement local est important dans le système hautement décentralisé de l'Indonésie, le pays national Le plan d’action devrait mettre l’accent sur les engagements qui ont un impact au niveau national. Actuellement, les engagements sous-nationaux dans le quatrième plan d'action sont des initiatives fragmentées et servent en grande partie de «mini» plans d'action sans impact perceptible au niveau national.

Dans cet esprit, si le gouvernement national inclut des engagements au niveau local dans le futur plan d'action national, le GRI recommande que ces engagements soient conçus et mis en œuvre de manière à avoir un impact positif sur le gouvernement ouvert en Indonésie dans son ensemble. Par exemple, les plans d'action nationaux pourraient inclure un ou deux engagements de signature mis en œuvre par plusieurs niveaux de gouvernement. En outre, les engagements pris au niveau local dans les futurs plans d’action nationaux pourraient être conçus et mis en œuvre de manière à pouvoir servir de projets pilotes permettant d’évaluer leur efficacité générale et leur possibilité de les reproduire au niveau national. Au-delà des engagements eux-mêmes, le gouvernement national pourrait également fournir des orientations techniques et un soutien aux initiatives sous-nationales en cas de besoin. Cela pourrait impliquer de fournir des directives sur la co-création, le suivi et l'évaluation des réformes des autorités locales et la localisation d'initiatives au niveau national (tels que les principaux domaines de réforme prioritaires mentionnés dans la recommandation 4).

Institutionnaliser le forum multipartite par décret gouvernemental

La participation de la société civile et du public au suivi du quatrième plan d'action était extrêmement limitée et le forum multipartite d'OGI ne s'est réuni qu'une fois à la fin de la période de mise en œuvre. À l'avenir, il est important que l'Indonésie institutionnalise son forum multipartite dans le cadre d'un mandat officiel du gouvernement. Un mandat officiel du gouvernement pourrait:

  1. Contribuer à garantir une plus grande participation du gouvernement au forum (et à l'élaboration et à la mise en œuvre du plan d'action) au-delà des institutions directement impliquées dans OGI (par exemple, Bappenas, KSP et le ministère des Affaires étrangères).
  2. Établissez des règlements clairs qui formalisent les activités et le calendrier du forum (c.-à-d. Fixez un calendrier clair pour les réunions régulières et les règles de participation).
  3. Renforcer l'adhésion des participants du gouvernement et de la société civile à leurs rôles respectifs, en particulier lors de la mise en œuvre du plan d'action.

Lors de la rédaction du mandat, le gouvernement devrait s'efforcer de respecter les principes généraux recommandés par OGP en ce qui concerne le développement, la création et le rôle du forum lors de l'élaboration du plan d'action et du suivi de la mise en œuvre.[Note217: “Concevoir et gérer un forum multipartite OGP: manuel pratique contenant des orientations et des idées” (OGP), https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Multistakeholder%20Forum%20Handbook.pdf.%5D

Inclure les plans et priorités stratégiques du gouvernement (en particulier ceux de Bappenas) dans le plan d'action national

Bien que certains engagements du quatrième plan d'action de l'Indonésie traitent des domaines prioritaires du gouvernement mentionnés dans la section 2: Contexte du pays, nombre de ces engagements sont des réformes relativement mineures. Par exemple, les engagements visant à augmenter le nombre de personnes consultant les pages Web du gouvernement et les pages de médias sociaux augmentent le nombre de LAPOR! utilisateurs, et intègrent d’autres systèmes de traitement des réclamations dans LAPOR! -SP4N, bien que des initiatives positives ne mesurent pas nécessairement l’engagement des citoyens dans les processus de décision, ni ne fournissent aux citoyens des moyens supplémentaires de demander des comptes au gouvernement.

À l'avenir, le gouvernement devrait mieux intégrer ses réformes stratégiques existantes dans ses futurs plans d'action en mettant à profit l'expertise technique d'OGP et en l'utilisant comme plate-forme distincte pour renforcer davantage ces réformes. OGP possède une richesse de connaissances et d'expérience pour aider les gouvernements à développer des solutions techniques qui rendent les processus de prise de décision plus inclusifs et ouverts, et qui rapprochent les boucles de rétroaction entre le gouvernement et le public. Dans cet esprit, les réformes gouvernementales existantes devraient être intégrées aux futurs plans d'action du PGO de manière à ajouter de la valeur à ces réformes.

Notamment, en tant que principale institution gouvernementale du gouvernement indonésien en OGP, Bappenas est bien placée pour tirer parti de la participation de l'Indonésie au programme OGP afin d'améliorer ses initiatives de réforme. Bappenas participe actuellement activement à la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) 2030 de l'Indonésie avec le Groupe de développement des Nations Unies.[Note218: “Indonésie: Promouvoir des approches inclusives pour localiser le SDGS” (Groupe des Nations Unies pour le développement), https://undg.org/indonesia-promoting-inclusive-approaches-to-localize-the-sdgs/.%5D Par conséquent, les futurs plans d'action de l'Indonésie pourraient inclure des engagements qui traitent du chevauchement entre Bappenas, les acteurs de la société civile et les objectifs de développement durable de l'Indonésie. Des exemples spécifiques incluent la fourniture de soins de santé, la gouvernance environnementale et l'égalité des sexes.

Prestation de soins de santé

La santé et le bien-être sont l’un des objectifs de développement durable de l’Indonésie (objectif 3). L’Indonésie est en train de mettre en œuvre des réformes majeures du système de santé qui visent à atteindre la couverture santé universelle de 2019. Les réformes visent également à remédier aux disparités régionales en matière de qualité de service et d'accessibilité. Les futurs plans d'action du PGO pourraient inclure des engagements spécifiques qui aideront à mettre en œuvre ce programme en incluant des consultations publiques sur les réformes de la santé et en se concentrant sur des consultations avec les communautés rurales ayant un accès moindre à des services de qualité. Bappenas et le ministère de la Santé pourraient renforcer leur engagement dans ce secteur en identifiant les problèmes de santé clés avec les citoyens et les parties prenantes, en diffusant davantage d'informations sur la santé détenues par le gouvernement et en diffusant des informations sur la prévention des maladies et l'accès aux soins de santé (hôpitaux, médecins, etc.). D'autres engagements possibles dans ce domaine pourraient inclure la création d'un mécanisme permettant aux citoyens de signaler les cas de corruption dans le secteur de la santé ou de signaler les longues files d'attente et les infrastructures insuffisamment approvisionnées (par exemple, le manque de médicaments).

Gouvernance environnementale

La gouvernance environnementale est l'un des quatre piliers des ODD pour l'Indonésie. Le programme d'intégration des objectifs de développement durable de Bappenas comprend six domaines environnementaux prioritaires:

1) sécurité de l'eau;

2) Logement et développement résidentiel;

3) Adaptation au changement climatique et atténuation de ses effets;

4) Développement de l’économie marine;

5) Protection des ressources naturelles, environnement et gestion des catastrophes; et

6) Conservation et utilisation durable de la biodiversité.[Note219: Gellwynn Yusuf, “Intégration des ODD au plan de développement” (Ministère du développement national / Bappenas, République d'Indonésie, 24 – 25 Oct. 2016), http://www.asia-pacific.undp.org/content/dam/rbap/docs/meetTheSDGs/Opening%20-%20Country%20Reflections%20-%20Indonesia%20(by%20Mr.%20Jusuf).pdf.]

Les plans d'action futurs pourraient inclure des engagements intégrant ces questions de gouvernance environnementale. Par exemple, Bappenas peut collaborer avec le ministère de l'Environnement et des Forêts pour organiser des consultations avec les communautés rurales afin d'élaborer et de mettre en œuvre une politique d'atténuation des changements climatiques.

Egalité des sexes

L’égalité entre les sexes est actuellement à la fois un objectif des objectifs de développement durable de l’Indonésie (objectif 3) et un domaine prioritaire important pour le PGO.[Note220: voir: https://www.opengovpartnership.org/theme/gender.%5D L'Indonésie peut tirer parti des plans d'action futurs pour s'attaquer aux problèmes qui affectent les femmes, en particulier dans les communautés rurales. Les engagements sexospécifiques pourraient être liés à l'incorporation des gouvernements infranationaux dans le plan d'action national (tel que mentionné ci-dessus) en testant la possibilité de reproduire des projets pilotes. Par exemple, le gouvernement national pourrait adopter un engagement similaire à celui de la Régence de Bojonegoro et surveiller régulièrement la prestation des services publics, une initiative qui pourrait potentiellement être reproduite à l'échelle nationale.[Note221: «Plan d’action sous-national de gouvernement ouvert, année du gouvernement de régence de Bojonegoro 2016-2017» (OGP, 2017), https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Bojonegoro_Subnational_Action-Plan_2016-17_ENG_0.pdf.%5D

Créer un registre de propriété réelle en ligne ouvert

Dans l'ensemble, le thème de la lutte contre la corruption était largement absent des engagements pris dans le quatrième plan d'action de l'Indonésie. À l'avenir, l'Indonésie devrait utiliser sa participation à l'OGP pour faire avancer les réformes anti-corruption, en particulier dans les domaines de la propriété effective et de la passation de marchés ouverte. Le règlement présidentiel n ° 13 de 2018 (entré en vigueur le 1 de mars 2018) impose aux sociétés de divulguer au gouvernement des informations sur les bénéficiaires effectifs.[Note222: Règlement présidentiel n ° 13 2018, disponible pour le téléchargement (en bahasa) ici: http://eiti.ekon.go.id/en/perpres-13-2018/.%5D Dans un souci de transparence, l'IRM recommande à l'Indonésie de mettre en place un registre ouvert et accessible au public d'informations sur les bénéficiaires effectifs, conforme au règlement présidentiel n ° 13 et aux meilleures pratiques internationales. Parmi les registres de propriété effective que l’Indonésie pourrait copier, on peut citer ceux du Royaume-Uni.[Note223: Pour plus d'informations sur le registre de propriété effective du Royaume-Uni, voir: Robert Palmer, Sam Leon, «Que nous montrent les données sur la propriété réelle au Royaume-Uni?» (OGP, 24 Nov. 2016), https://www.opengovpartnership.org/stories/what-does-uk-beneficial-ownership-data-show-us.%5D et l'Ukraine.[Note224: Pour plus d'informations sur le registre de la propriété réelle en Ukraine, voir: Zosia Sztykowski, «L'Ukraine a ouvert ses données sur la propriété réelle: pourquoi cela compte et comment votre pays peut être le prochain» (OGP, 8 Jun. 2017), https://www.opengovpartnership.org/stories/ukraine-opened-its-beneficial-ownership-data-why-it-matters-and-how-your-country-can-be-next.%5D L’Indonésie pourrait également utiliser les futurs plans d’action du programme OGP pour améliorer la transparence en ce qui concerne les contrats ouverts, pour lesquels le pays tarde à suivre les nouvelles tendances.

L'Indonésie a notamment accueilli la conférence 2017 EITI sur la transparence de la propriété effective.[Note225: Pour plus d’informations sur la conférence 2017 sur la transparence de la propriété effective, voir: https://eiti.org/eitibo2017.%5D Afin de garantir sa conformité avec l'ITIE, l'Indonésie a élaboré une feuille de route sur la transparence des propriétaires véritables qui sera mise en œuvre d'ici la fin de 2019.[Note226: Ministère de la coordination des affaires économiques, ITIE Indonésie, «Rapport final: Une feuille de route pour une transparence de la propriété effective dans les industries extractives en Indonésie», https://eiti.org/sites/default/files/documents/final-bo_roadmap_eiti_indonesia.pdf.%5D Les futurs plans d'action OGP peuvent inclure des engagements en matière de divulgation de la propriété réelle alignés sur la feuille de route de l'ITIE, tels que les activités envisagées dans le cadre de la stratégie 2018, phase II, «Mise en place d'un cadre institutionnel et réglementaire pour la transparence de la propriété effective».

Tableau 5.1: Cinq recommandations clés

1 Suivre de près les directives du PGO pour la co-création, le développement et le suivi du plan d'action
2 Développer une stratégie pour localiser le gouvernement ouvert en Indonésie
3 Institutionnaliser le forum multipartite par décret gouvernemental
4 Inclure les priorités et les plans stratégiques du gouvernement dans le plan d'action national du PSF
5 Créer un registre de propriété réelle en ligne ouvert

Le rapport d'avancement de l'IRM est rédigé par des chercheurs basés dans chaque pays participant au programme OGP. Tous les rapports IRM sont soumis à un processus de contrôle de la qualité afin de s’assurer que les normes de recherche et de diligence raisonnable les plus strictes ont été appliquées.

L’analyse des progrès accomplis dans les plans d’action du PGO combine des entretiens, une recherche documentaire et les réactions des réunions d’intervenants non gouvernementaux. Le rapport de l'IRM s'appuie sur les conclusions du rapport d'auto-évaluation du gouvernement et sur toute autre évaluation des progrès réalisée par la société civile, le secteur privé ou des organisations internationales.

Chaque chercheur de l'IRM organise des réunions avec les parties prenantes afin de garantir une description précise des événements. Compte tenu des contraintes budgétaires et de calendrier, le MII ne peut pas consulter toutes les parties intéressées ou concernées. Par conséquent, l'IRM aspire à la transparence méthodologique et rend donc public, si possible, le processus de participation des parties prenantes à la recherche (voir plus loin dans cette section.) Certains contextes exigent l'anonymat des personnes interrogées et l'IRM examine le droit de supprimer les informations d'identification personnelle de ces personnes. les participants. En raison des limitations nécessaires de la méthode, l'IRM encourage vivement les commentaires sur les versions publiques de chaque rapport.

Chaque rapport est soumis à un processus de révision et de contrôle de la qualité en quatre étapes:

1. Évaluation du personnel: le personnel de la GIR examine le rapport pour vérifier sa grammaire, sa lisibilité, son contenu et son adhésion à la méthodologie de la GRI.

2. Examen par un groupe d'experts internationaux (IEP): IEP examine le contenu du rapport à la recherche de preuves rigoureuses à l'appui des résultats, évalue dans quelle mesure le plan d'action applique les valeurs du PGO et fournit des recommandations techniques pour améliorer la mise en œuvre des engagements et la réalisation des valeurs du PGO par le biais le plan d'action dans son ensemble. (Voir ci-dessous pour l'adhésion à l'IEP.)

3. Examen de prépublication: le gouvernement et certaines organisations de la société civile sont invités à faire part de leurs commentaires sur le contenu du projet de rapport sur la GIR.

4. Période de consultation publique: le public est invité à faire part de ses commentaires sur le contenu du projet de rapport sur la GIR.

Ce processus d’examen, y compris la procédure d’intégration des commentaires reçus, est décrit plus en détail à la section III du Manuel des procédures.[Note227: Manuel de procédures IRM, V.3: https://www.opengovpartnership.org/documents/irm-procedures-manual.%5D

Interviews et groupes de discussion

Chaque chercheur de l'IRM doit organiser au moins un événement public de collecte d'informations. Les chercheurs doivent faire un réel effort pour inviter les parties prenantes en dehors de la liste des "suspects habituels" d'invités participant déjà aux processus existants. Des moyens supplémentaires peuvent être nécessaires pour recueillir les contributions des parties prenantes de manière plus significative (par exemple, enquêtes en ligne, réponses écrites, entretiens de suivi). De plus, les chercheurs procèdent à des entretiens spécifiques avec les agences responsables lorsque les engagements nécessitent plus d'informations que celles fournies dans l'auto-évaluation ou accessibles en ligne.

Le personnel de l'IRM a rédigé ce rapport sous la direction du PEI et en consultation avec Ravio Patra et Muhammad Maulana, deux chercheurs indépendants basés en Indonésie, qui ont mené des entretiens avec les institutions gouvernementales responsables et les parties prenantes de la société civile concernées. Il convient de noter qu’après la fin de la période du plan d’action (décembre 2017), le secrétariat du Gouvernement ouvert en Indonésie (OGI) n’a plus de personnel. Cela a limité le nombre d'entretiens que les consultants en gestion intégrée des risques ont pu mener car le secrétariat d'OGI n'a pas pu faciliter la liaison entre les consultants et les ministères et les agences gouvernementales responsables.

En plus des entretiens pertinents, le consultant IRM pour les engagements au niveau national a été en mesure de fournir à ce dernier des copies de documents sur la mise en œuvre des engagements fournis lors de visites en personne au bureau de Bappenas. Ces documents ont joué un rôle important dans l'évaluation du niveau d'achèvement exact de nombreux engagements, car de nombreux indicateurs d'engagement étaient internes et que le rapport d'auto-évaluation d'OGI ne décrivait pas les activités de mise en œuvre spécifiques. Le personnel de l'IRM a également vérifié les informations fournies par ces entretiens grâce à une recherche documentaire.

Pour recueillir des informations sur la mise en œuvre des engagements pris au niveau national, Ravio Patra, consultant en IRM, a mené les entretiens suivants de décembre 2017 à March 2018 (classés par ordre chronologique):

· 20 décembre 2017, Lukman Oesman, spécialiste en communication et Tasha Nastiti Waris, employée du secrétariat national de l'OGI

· 28 décembre 2017, Fithya Findie, ancienne responsable du secrétariat national de l'OGI

· 3 January 2018, Fithya Findie, ancienne responsable du secrétariat national de l'OGI

· 10 January 2018, Fithya Findie, ancienne responsable du secrétariat national de l'OGI

· 22 January 2018, Fithya Findie, ancienne responsable du secrétariat national de l'OGI

· 31 January 2018, Agung Hikmat, directrice associée au bureau exécutif du président / point de contact avec le secrétariat national de l'OGI

· 2 février 2018, Fithya Findie, ancienne responsable du secrétariat national de l'OGI

· 7 février 2018, Husni Rohman, Adjoint du personnel de l'Etat aux appareils à Bappenas / Point focal avec le secrétariat national de l'OGI

Pour recueillir des informations sur les engagements sous-nationaux, Muhammad Maualana, consultant en IRM, a interrogé les personnes suivantes:

Ville de Banda Aceh

· Askhlani, directeur de Gerak Aceh

· Arliadi, membre du personnel de la Community Empowerment Agency (BPMD)

· Ambia, Secrétariat gouvernemental

· Kadafi, Dishubkominfo

· Apri, Bappeda

· Taufik Maulidyansyah, chef du Bidang PSI, Dishubkominfo (janvier - septembre 2017)

· Dwi, consultant en informatique

Ville de Bandung

· Widi Nugroho, directeur de Pattiro Semarang

· Purnomo, responsable des relations publiques au secrétariat de la DPRD

· Nana Storada, responsable de Diskominfo

· Diah, chef de la division Gestion de l'information et canal de communication publique, Département de la communication et de l'information

· Taufik, chef de la division du gouvernement électronique, département de la communication et de l'information

· Wilar Haruman, chef de division des statistiques, Département de la communication et de l'information

· Wahyudin, Chef de la Section de l'économie, des statistiques et du développement, Département de la communication et de l'information

Ville de Semarang

· Widi Nugroho, directeur de Pattiro Semarang

· Purnomo, responsable des relations publiques du secrétariat de la DPRD

· Nana Storada, responsable de Diskominfo

· Diah, chef de la division Gestion de l'information et canal de communication publique, Département de la communication et de l'information

· Taufik, chef de la division du gouvernement électronique, département de la communication et de l'information

· Wilar Haruman, chef de division des statistiques, Département de la communication et de l'information

· Wahyudin, chef de la section Statistiques et développement de l'économie, Département de la communication et de l'information

DKI Jakarta

· Harry Sanjaya, chef de la section Données, information, communication et statistique

· Fauzi Akbar, personnel de la section des données, de l'information, de la communication et des statistiques

· Setiaji, responsable de l'UPT Jakarta Smart City

· Andy Susanto, personnel UPT Jakarta Smart City

· Ira Utami Agusputri, Staff UPT Jakarta Smart City

À propos du mécanisme de rapport indépendant

Le MII est un moyen essentiel par lequel le gouvernement, la société civile et le secteur privé peuvent suivre chaque année le développement et la mise en œuvre par le gouvernement des plans d'action du PGO. La conception de la recherche et le contrôle de la qualité de ces rapports sont effectués par le groupe d'experts international, composé d'experts des méthodes de recherche en transparence, participation, responsabilisation et sciences sociales.

Les membres actuels du groupe d'experts internationaux sont:

· César Cruz-Rubio

· Mary Francoli

· Brendan Halloran

· Jeff Lovitt

· Fredline M'Cormack-Hale

· Douches Mawowa

· Juanita Olaya

· Quentin Reed

· Rick Snell

· Jean-Patrick Villeneuve

Un petit personnel basé à Washington, DC, les bergers rendent compte du processus de gestion intégrée des risques en étroite coordination avec les chercheurs. Les questions et commentaires sur ce rapport peuvent être adressés au personnel à l’adresse suivante: irm@opengovpartnership.org.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!