Ignorer la navigation

Rapport de fin de mandat du Kenya 2016-2018

Le deuxième plan d'action national du Kenya a abordé des domaines politiques prioritaires pour la réforme, tels que la propriété effective, les industries extractives, les contrats ouverts et les budgets ouverts. À la fin du mandat, l'engagement sur la propriété effective était pleinement mis en œuvre, tandis que les engagements sur le changement climatique, l'ouverture législative et le droit à l'information étaient pratiquement achevés et ont contribué à la transparence du gouvernement en modifiant la pratique gouvernementale actuelle. Le prochain plan d'action national devrait se concentrer sur des objectifs moins nombreux et plus définis pour chaque engagement, garantissant une identification claire des responsables de la mise en œuvre et des ressources disponibles.

Rapport de fin de mandat du mécanisme de rapport indépendant (IRM) (2016-2018)

Tableau 1: En bref
À mi-parcours Fin du mandat
Nombre d'engagements 8 8
Niveau d'achèvement
Avoir complété un 0 1
Substantiel 4 3
limité 2 2
Pas démarré 2 2
Nombre d'engagements avec…
Pertinence claire pour les valeurs OGP 8 8
Impact potentiel transformatif 3 3
Mise en œuvre substantielle ou complète 4 4
Tous les trois (✪) 2 2
At-il ouvert le gouvernement?
Majeur 2
Exceptionnel 0
Aller de l'avant
Nombre d'engagements reportés dans le prochain plan d'action 3

La Open Government Partnership (OGP) est une initiative internationale volontaire qui vise à obtenir des engagements des gouvernements envers leurs citoyens pour promouvoir la transparence, autonomiser les citoyens, lutter contre la corruption et exploiter les nouvelles technologies pour renforcer la gouvernance. Le mécanisme de rapport indépendant (IRM) procède à un examen des activités de chaque pays participant au PGO. Ce rapport résume les résultats de la période de juillet 2016 à juin 2018 et inclut certains développements pertinents jusqu'en septembre 2018.

Le processus de l'OGP au Kenya était coprésidé par le Bureau du Vice-président (ODP) et l'Autorité des technologies de l'information et des communications (TIC), une agence du ministère des TIC relevant de la branche exécutive. Le bureau du vice-président a été désigné coprésident parce que la présidence a le pouvoir légal d'imposer des changements de politique à d'autres agences au sein du gouvernement. En raison de ce mandat et de la participation plus large des parties prenantes, le deuxième plan d'action est plus diversifié et les engagements couvrent un plus large éventail de questions pertinentes pour l'OGP, mises en œuvre par différents ministères, départements et agences (MDA).

Le deuxième plan d'action national comportait deux engagements phares. Ils ont abouti à une transparence accrue en introduisant des réglementations sur la propriété effective et des politiques de divulgation et en transformant la gestion des archives et la transparence du Kenya en sept étapes, y compris l'adoption d'une législation sur le droit à l'information (RTI) et l'établissement d'un référentiel numérique central pour les documents gouvernementaux d'intérêt public. Les engagements substantiellement remplis ont accru la participation des citoyens à la politique sur le changement climatique, un accès accru aux informations environnementales pour les citoyens et une participation accrue des citoyens à l'élaboration des lois.

Le gouvernement n'a pas publié de rapport d'auto-évaluation.

Au moment de la rédaction de ce rapport, le bureau du vice-président avait publié le troisième plan d'action national du Kenya pour commentaires du public. Le projet de plan d'action comprend cinq engagements primordiaux, dont trois concernent des questions reportées du deuxième plan (propriété effective, contrats ouverts et participation du public). Le troisième plan d'action traite des données géospatiales ouvertes pour le développement et le renforcement de la résilience du gouvernement ouvert. Cependant, plusieurs domaines prioritaires clés des parties prenantes ne sont pas inclus, tels que le changement climatique, l'ouverture législative, le droit à l'information et les mesures de lutte contre la corruption. Un répondant gouvernemental a indiqué que le troisième plan d'action avait été rédigé conformément au plan de développement du Kenya pour les cinq prochaines années, le Big Four Agenda: sécurité alimentaire, logement abordable, fabrication et soins de santé abordables pour tous.

Consultation avec la société civile pendant la mise en œuvre

Les pays participant à l'OGP suivent un processus de consultation lors de l'élaboration et de la mise en œuvre de leur plan d'action.

Le gouvernement du Kenya a formé un comité directeur pour diriger le développement et superviser la mise en œuvre du deuxième plan d'action. Le comité était coprésidé par le bureau du vice-président et le ministère des TIC et se compose d'agences gouvernementales, de quatre organisations de la société civile (OSC) et d'une entité du secteur privé. Ce comité a servi de forum multipartite au Kenya.

Au cours de la mise en œuvre, les membres du comité de pilotage se sont organisés en groupes thématiques autour des engagements spécifiques et de leurs domaines d'intérêt, notamment: le changement climatique, la transparence et la responsabilité, l'ouverture législative, la lutte contre la corruption, les industries extractives, les contrats ouverts, la transparence budgétaire et l'accès aux information. Le comité de pilotage a tenu des réunions régulières pour faire le point sur les progrès réalisés avec la création de plans de travail clairs avec des échéanciers pour suivre la mise en œuvre.

Le bureau du vice-président, Article 19, Hivos, et le Consortium pour l'éducation à la constitution et à la réforme (CRECO) ont convoqué au total huit réunions[Ii] pendant la période de mise en œuvre de deux ans (de janvier 2018 à août 2018) à Nairobi et Nakuru. Ces réunions visaient à discuter des progrès, des besoins de mise en œuvre et des engagements du domaine de travail du deuxième plan d'action du Kenya, ainsi que la consolidation des acquis et le suivi des progrès de la mise en œuvre des engagements. En général, les réunions ont comporté des mises à jour des représentants du gouvernement sur tous les engagements et étaient ouvertes aux questions et aux commentaires des représentants de la société civile et des membres du public. Les rencontres étaient interactives et ont permis à chacun de partager ses points de vue. Les ordres du jour des réunions prévoyaient suffisamment de temps pour les questions et réponses, et la société civile avait l'occasion de faire part de ses commentaires sur les progrès. Les invitations, les ordres du jour et les comptes rendus de ces réunions ont été diffusés par courrier électronique aux participants sélectionnés.

Tableau 2: Consultation lors de la mise en œuvre

Forum multipartite régulier Mi-parcours Fin du mandat
1. Un forum existait-il? Oui Oui
2. At-il rencontré régulièrement? Oui Oui

Tableau 3: Niveau d'influence du public lors de la mise en œuvre

L'IRM a adapté le «spectre de participation» de l'Association internationale pour la participation publique (IAP2) pour qu'il puisse être appliqué à l'OGP.[Iii] Ce spectre montre le niveau potentiel d'influence du public sur le contenu du plan d'action. Dans l’esprit des OGP, la plupart des pays devraient aspirer à la «collaboration».

Niveau d'influence du public lors de la mise en œuvre du plan d'action Mi-parcours Fin du mandat
Habiliter Le gouvernement a confié le pouvoir décisionnel au public.
Collaborer Il y a eu un dialogue itératif ET le public a aidé à établir l'ordre du jour.    
Impliquer Le gouvernement a commenté la manière dont les contributions du public ont été prises en compte.    
Consulter Le public pourrait apporter des contributions.  
Informer Le gouvernement a fourni au public des informations sur le plan d'action.  
Pas de consultation Aucune consultation    

Le 12 décembre 2017, Son Excellence le Président Uhuru Kenyatta a annoncé son nouveau plan, les «Big Four», qui guidera le programme de développement du pays au cours de la période 2018-2022. Il se concentre sur les besoins de base clés qui sont essentiels pour améliorer le niveau de vie des Kenyans sur la voie de devenir un pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure d'ici 2030. fabrication. Pour plus d'informations, voir FAITS MARQUANTS DU GRAND QUATRE ORDRE DU JOUR DE SE PRÉSIDENT UHURU KENYATTA, ”Kenya Private Sector Alliance, 12 décembre 2017, https://bit.ly/34lxXkw.  

Les dates des huit réunions étaient les suivantes: 19 janvier 2017, 22 février 2017, 23 mai 2017, 24 mars 2017, 21 juillet 2017, 10-11 octobre 2017, 27 février 2018 et 23 août 2018. Le chercheur IRM a participé aux huit réunions en tant qu'observateur.

For more information on the IAP2 spectrum, see:  “IAP2’s Public Participation Spectrum,” International Association for Public Participation, 2014, http://c.ymcdn.com/sites/www.iap2.org/resource/resmgr/foundations_course/IAP2_P2_Spectrum_FINAL.pdf.              

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!