Ignorer la navigation

Rapport à mi-parcours sur le Kenya 2016- 2018

Le Kenya a pris des engagements dans des domaines critiques de la gouvernance. Cependant, la mise en œuvre reste limitée en raison de contraintes financières et de capacité. Le prochain plan d'action devrait être axé sur la définition des étapes et des objectifs de chaque engagement et sur la mise à disposition de ressources suffisantes pour une mise en œuvre complète.

Engagement Vue d'ensemble Bien-Conçu? *
4. Publication de contrats pétroliers et gaziers Améliorer la gouvernance des ressources naturelles pour assurer la transparence et la responsabilité du secteur de l'extraction.

Oui

✪ 5. Transparence des offres et des contrats des particuliers Publier des informations sur les bénéficiaires de contrats conclus par des particuliers et des entreprises au Kenya.

Oui

✪ 8. Droit à l'information et à la gestion des documents Élaborer et mettre en œuvre des politiques, procédures et systèmes complets pour améliorer la gestion des archives publiques.

Oui

* L'engagement est évalué par l'IRM comme spécifique, pertinent et a un impact potentiel de transformation
✪ L'engagement est évalué par l'IRM comme étant spécifique, pertinent, potentiellement transformateur et mis en œuvre de manière substantielle ou complète

Un nouveau comité directeur du PGO composé de la société civile, du secteur privé et d’agences gouvernementales a joué le rôle de forum multipartite au cours du processus de co-création. Cependant, les consultations formelles ont été retardées et n'ont pas été suffisamment sensibilisées au préalable. Au cours de la mise en œuvre, des consultations ad hoc ont eu lieu entre la société civile et les acteurs gouvernementaux, mais certaines parties prenantes de la société civile ont exprimé des préoccupations quant à l'engagement du gouvernement en matière de transparence et de responsabilité.

Le Kenya n'a pas agi contrairement au processus des PGO

Un pays est considéré comme ayant agi de manière contraire à la procédure si un ou plusieurs des problèmes suivants se produisent:

  • Le plan d'action national a été élaboré sans engagement en ligne ni hors ligne avec les citoyens et la société civile.
  • Le gouvernement ne parvient pas à dialoguer avec les chercheurs de l'IRM responsables des rapports du pays pour l'année 1 et l'année 2
  • Le rapport IRM établit qu'aucun progrès n'a été réalisé dans la mise en œuvre des engagements du plan d'action du pays
Principalement «gouvernance» de la société civile Consultation gouvernementale étroite

Si plusieurs engagements ont été mis en œuvre substantiellement à la fin de la première année, d'autres ont été limités en raison de contraintes financières et de capacités. Bien que l'adoption de la Loi sur l'accès à l'information (engagement 8) soit une réalisation majeure, les futurs plans d'action devraient garantir la pleine mise en œuvre de la Loi.

Titre de l'engagement Bien conçu * Terminé (année 1) Vue d'ensemble
1. Politiques climatiques transparentes et participatives Non Non Au cours de la première année de mise en œuvre, le Parlement a ratifié l’Accord de Paris, créé un conseil et une direction multipartites sur les changements climatiques et élaboré une politique de lutte contre les changements climatiques. Cependant, la mise en œuvre a été difficile en ce qui concerne la nomination de représentants des OSC au Conseil sur les changements climatiques.
2. Mécanismes préventifs et punitifs contre la corruption Non Non Cet engagement vise à améliorer les politiques nationales de lutte contre la corruption. Cependant, la plupart des activités proposées sont ambitieuses et n'incluent pas d'étapes spécifiques pour mesurer les progrès.
3. Transparence législative dans les assemblées du parlement et du comté Non Non Cet engagement vise à donner aux citoyens plus d'occasions d'examiner et d'engager un projet de loi et de donner leur avis sur les politiques publiques. Bien qu'une OSC ait développé la plate-forme de suivi des factures «Dokeza», elle ne permet pas le suivi des factures au niveau du comté.
4. Publication de contrats pétroliers et gaziers Oui Non Au cours de la première année de mise en œuvre, la loi sur le pétrole, qui exige un cadre pour la déclaration des revenus, a été adoptée. Cependant, aucun progrès n'a été réalisé en ce qui concerne la publication de données, de contrats ou d'informations financières.
✪5. Transparence des offres et des contrats des particuliers Oui Non La Loi sur les sociétés (modification) a été adoptée en juillet 2017, introduisant des obligations de divulgation des bénéficiaires effectifs pour les entreprises. Le gouvernement a également commencé à mettre en place un registre interrogeable des droits de propriété.
6. Processus de passation des marchés publics transparent Non Non Cet engagement vise à repenser le portail du système d'information intégré sur la gestion financière du Kenya afin de répondre à la norme Open Contracting Data Standard. Après la première année, l'engagement n'a pas commencé.
7. Accès aux informations budgétaires du gouvernement et participation inclusive du public Non Non La plate-forme en ligne centrale pour la publication des documents budgétaires prévus pour cet engagement n'a pas été créée au cours de la première année de mise en œuvre. Le chercheur de l'IRM recommande de renforcer le rôle des acteurs gouvernementaux concernés - tels que les responsables du budget des comtés, le bureau parlementaire du budget et la Commission sur l'affectation des revenus - dans la mise en œuvre de cet engagement.
✪8. Droit à l'information et à la gestion des documents Oui Non Cet engagement vise à améliorer la gestion des archives au Kenya. L'adoption de la loi sur l'accès à l'information en août 2016 représente une étape importante dans la mise en œuvre des garanties constitutionnelles du droit à l'information du Kenya.

* L'engagement est évalué par l'IRM comme spécifique, pertinent et a un impact potentiel de transformation
✪ L'engagement est évalué par l'IRM comme étant spécifique, pertinent, potentiellement transformateur et mis en œuvre de manière substantielle ou complète

  1. Améliorer le processus de développement du plan d'action.
  2. Relever les défis de la mise en œuvre des engagements.
  3. Mise en œuvre complète de la Loi sur l'accès à l'information.
  4. Contrats ouverts et transparence de la propriété effective.
  5. Développer et protéger l'espace civique et les libertés civiles.

Tous les gouvernements participant au PGO élaborent des plans d'action du PGO qui incluent des engagements concrets sur une période de deux ans. Les gouvernements entament leurs plans d'action pour le PGO en partageant les efforts existants en matière de gouvernement ouvert, y compris des stratégies spécifiques et des programmes en cours.

Les engagements doivent être adaptés aux circonstances et aux défis uniques de chaque pays. Les engagements pris dans le cadre du PGO devraient également correspondre aux valeurs du PGO énoncées dans les statuts du PGO et la déclaration de gouvernement ouvert signés par tous les pays participant au PGO.[Note47: Open Government Partnership: Articles of Governance, juin 2012 (mises à jour, mars 2014 et avril 2015), https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/OGP_Articles-Gov_Apr-21-2015.pdf.%5D

Qu'est-ce qui fait un bon engagement?

Reconnaissant que la réalisation des engagements du gouvernement ouvert implique souvent un processus pluriannuel, les gouvernements devraient assortir leurs engagements de délais et de repères indiquant ce qu'il faut accomplir chaque année, chaque fois que possible. Ce rapport détaille chacun des engagements que le pays a inclus dans son plan d'action et analyse la première année de leur mise en œuvre.

Les indicateurs utilisés par l'IRM pour évaluer les engagements sont les suivants:

·       Spécificité: Cette variable évalue le niveau de spécificité et de mesurabilité de chaque engagement. Les options sont:

o   Élevé: le langage de l'engagement fournit des activités claires et vérifiables et des résultats mesurables pour la réalisation de l'engagementl'objectif de.

o   Moyen: Le langage d'engagement décrit l'activité qui est objectivement vérifiable et comprend les livrables, mais ces livrables ne sont pas clairement mesurables ou pertinents pour la réalisation de l'engagement.l'objectif de.

o   Faible: le langage d'engagement décrit une activité qui peut être interprétée comme vérifiable, mais qui nécessite une certaine interprétation de la part du lecteur pour identifier le but de l'activité et déterminer quels seraient les produits livrables.

o   Aucun: le langage d'engagement ne contient aucune activité, produit livrable ou jalon mesurable.

·       Pertinence: Cette variable évalue l'engagementLa pertinence des valeurs OGP. Sur la base d'une lecture attentive du texte d'engagement tel qu'énoncé dans le plan d'action, les questions directrices pour déterminer la pertinence sont les suivantes:

o   Accès à l'information: le gouvernement divulguera-t-il plus d'informations ou améliorera-t-il la qualité des informations divulguées au public?

o   Participation civique: le gouvernement créera-t-il ou améliorera-t-il les opportunités ou les capacités permettant au public d'informer ou d'influencer les décisions?

o   Responsabilité envers le public: le gouvernement créera-t-il ou améliorera-t-il les possibilités de tenir les fonctionnaires responsables de leurs actes?

o   Technologie et innovation pour la transparence et la responsabilité: l'innovation technologique sera-t-elle utilisée en conjonction avec l'une des trois autres valeurs du PGO pour faire progresser la transparence ou la responsabilité?[Note48: Manuel de procédures IRM. Disponible à: https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/IRM-Procedures-Manual-v3_July-2016.docx.%5D

·       Impact potentiel: Cette variable évalue la impact potentiel de l'engagement, s'il est complété tel que rédigé. Le chercheur IRM utilise le texte du plan d’action pour:

o   Identifier le problème social, économique, politique ou environnemental;

o   Établir le statu quo dès le début du plan d'action; et

o   Évaluer dans quelle mesure l'engagement, s'il est mis en œuvre, aurait un impact sur les performances et s'attaquer au problème.

Engagements marqués sont considérés comme des engagements OGP exemplaires. Pour recevoir une étoile, un engagement doit répondre à plusieurs critères:

Sur la base de ces critères, le KenyaLe plan d'action de s contenait deux engagements étoilés (Engagement 5 et Engagement 8).

Enfin, les tableaux de cette section présentent un extrait de la richesse des données collectées par l’IRM au cours de son processus de reporting des progrès. Pour consulter l'ensemble de données complet sur le Kenya et tous les pays participant au programme OGP, reportez-vous à l'explorateur OGP.[Note50: Explorateur OGP: bit.ly/1KE2Wil.]

Aperçu général des engagements

Le deuxième plan d'action s'est concentré sur les engagements représentant des domaines thématiques majeurs, tels que la lutte contre la corruption, le changement climatique, la transparence des industries extractives, la propriété effective, la gestion des enregistrements et l'accès à l'information. La majorité des jalons pour chaque engagement dans le plan d'action sont indépendants et correspondent à des plans politiques de haut niveau en cours, tels que le plan Vision 2030, le cadre national pour la lutte contre le changement climatique et la lutte contre la corruption. Bien que de nombreuses étapes puissent constituer des engagements autonomes, le chercheur les a laissées comme des étapes menant à la réalisation d'objectifs politiques généraux définis dans le texte de l'engagement. Cette décision a été prise parce que de nombreuses activités marquantes font partie d'autres cadres et plans politiques nationaux dans leurs domaines thématiques respectifs et que, logiquement, elles pourraient être évaluées ensemble.

Il convient également de noter que les OSC impliquées dans le processus OGP au Kenya ont joué un rôle unique dans le suivi et la mise en œuvre de certains des engagements. Dans certains cas, les OSC ont mis en œuvre efficacement les étapes clés de l'engagement par le biais de leur propre travail indépendant et de leurs domaines d'intervention. Souvent, cela a été fait avec la coopération et le soutien du gouvernement. Un exemple de cela se trouve dans l’engagement 3, où le logiciel de suivi législatif, "Dokeza" a été développé et distribué par le CSO Mzalendo Trust, en collaboration avec l'Assemblée nationale et le Sénat.

Thèmes

Certains engagements dans le plan d’action comprenaient un ensemble de jalons avec des objectifs très différents et des activités diverses. Bien que le MII ne les ait pas divisés en engagements d’évaluation distincts, il convient de noter que certains jalons n’étaient pas clairement pertinents pour les valeurs OGP ou avaient été écrits avec une spécificité si faible que la mise en œuvre ne pouvait pas être vérifiée. Par exemple, l’engagement 2 sur la lutte contre la corruption comportait dix étapes, mais deux seulement étaient clairement pertinentes pour OGP. Au total, il y avait des engagements 8 au Kenya»s deuxième plan d’action. 

La Open Government Partnership (OGP) est une initiative internationale multipartite qui vise à obtenir des gouvernements des engagements concrets en faveur de la transparence, de l'autonomisation des citoyens, de la lutte contre la corruption et de l'exploitation des nouvelles technologies pour renforcer la gouvernance. OGP fournit un forum international de dialogue et de partage entre les gouvernements, les organisations de la société civile et le secteur privé, qui contribuent tous à la poursuite commune d'un gouvernement ouvert.

Le Kenya a commencé sa participation officielle en août 2011, alors que le ministre des Affaires étrangères de l'époque, l'hon. Moses Wetangula, a déclaré l'intention du Kenya de participer à cette initiative en adressant une lettre d'intention au secrétariat de l'OGP.[Note1: La lettre est disponible à l'adresse https://www.opengovpartnership.org/country/kenya. ] et a entériné la déclaration de gouvernement ouvert. Le secrétaire permanent du ministère de l'Information, de la Communication et de la Technologie, Bitange Ndemo, a soumis un mémorandum du cabinet qui a été approuvé, autorisant la participation du Kenya à l'OGP.

Pour pouvoir participer au programme OGP, les gouvernements doivent faire preuve d'un engagement démontré en faveur de la transparence du gouvernement en respectant un ensemble de critères de performance (minimum). Des indicateurs tiers objectifs sont utilisés pour déterminer l’ampleur des progrès réalisés par les pays pour chacun des critères: transparence fiscale, divulgation des avoirs des agents publics, engagement des citoyens et accès à l’information. Voir la section VII: Critères d'éligibilité pour plus de détails.

Tous les gouvernements participant au PGO élaborent des plans d'action du PGO qui définissent des engagements concrets dans le but de faire évoluer les pratiques au-delà du statu quo sur une période de deux ans. Les engagements peuvent s'appuyer sur les efforts existants, identifier de nouvelles étapes pour mener à bien les réformes en cours ou engager des actions dans un domaine entièrement nouveau.

Le Kenya a élaboré son premier plan d'action en 2012. La période de mise en œuvre officielle du plan d'action allait de juillet à juin 2012. Selon le calendrier de la deuxième cohorte de l'OGP, les membres du gouvernement et de la société civile devaient réviser le premier plan ou élaborer un nouveau plan d'ici avril 2013. En conséquence, le Kenya Groupe de travail sur le gouvernement ouvert et la Kenya ICT Authority publié un projet de plan d'action national révisé[Note2: Disponible à http://www.openinstitute.com/give-input-kenyas-ogp-action-plan/. ] en vigueur de novembre 2014 à novembre 2016 pour la participation du public; toutefois, ce projet n'a pas été soumis au secrétariat du PGO. Par conséquent, le Kenya a manqué deux échéances ces deux années successives pour préparer et soumettre un plan d'action ultérieur jusqu'au mois de juin 2016, au moment de la soumission du deuxième plan d'action national.

Le Kenya a élaboré son deuxième plan d’action national,[Note3: Disponible à http://www.nation.co.ke/oped/Opinion/benefits-of-open-government-and-why-kenyans-should-own-it/440808-3293490-9h5b5v/index.html.%5D s'appuyant sur le premier plan d'action, avec une période de mise en œuvre allant de 1 juillet 2016 à 30 juin 2018. Ce rapport de suivi à mi-parcours couvre la première année de mise en œuvre de cette période, de 1 July 2016 à 30 June 2017. Le MII publie également des rapports de fin de mandat pour rendre compte de l'état final des progrès à la fin de la période de deux ans du plan d'action. Toute activité ou tout progrès réalisé après la première année de mise en œuvre (1 July 2017 à 30 June 2018) sera évalué dans le rapport de fin de session. Ce rapport fait suite à un précédent examen de la performance du programme OGP au Kenya, «Kenya Progress Report 2012 – 13», qui évaluait l’élaboration du premier plan d’action et sa mise en œuvre de 1 juillet 2012 à 30 juin 2013. Le gouvernement n'a pas encore publié son rapport d'auto-évaluation de la deuxième action à compter de mai 2017.

Afin de répondre aux exigences du PGO, le mécanisme de signalement indépendant (MRI) de ce dernier s'est associé à Caroline Othim, qui a réalisé cette évaluation de l'élaboration et de la mise en œuvre du deuxième plan d'action national du Kenya. Le MRI a pour objectif d’informer le dialogue en cours sur l’élaboration et la mise en œuvre des engagements futurs dans chaque pays participant au PGO. Les méthodes et les sources sont traitées dans la section Méthodologie et sources (Section VI) du présent rapport.

La mise en œuvre du deuxième plan d'action s'est déroulée dans un climat politique tendu et des élections nationales caractérisées par la violence et la répression. Alors que le Kenya se distingue dans la région par une constitution forte et progressiste et une société civile dynamique, de profonds problèmes de corruption, de copinage et de violences policières entravent la progression vers une réforme de gouvernement ouvert.

2.1 Contexte

Au cours des dernières années, le Kenya a réalisé des progrès importants dans les domaines de la démocratie et de la société civile par rapport à d’autres pays d’Afrique subsaharienne. Le 4 août 2010, les Kenyans ont adopté un référendum pour adopter une nouvelle constitution progressiste, qui a été promulguée le 27 August 2010.[Note4: Dr. Migai Akech, Réforme institutionnelle dans la nouvelle constitution du Kenya (Centre international pour la justice transitionnelle, octobre 2010), 7, https://www.ictj.org/sites/default/files/ICTJ-Kenya-Institutional-Reform-2010-English.pdf.%5D Le Kenya a acquis son indépendance grâce à 1963, mais les années de transition ont été marquées par des turbulences politiques et des violations des droits de l'homme telles que des conflits fonciers, des massacres, des arrestations arbitraires, des exécutions extrajudiciaires, des détentions sans jugement, des violences électorales, de la grande corruption et des crimes économiques. Beaucoup de ces problèmes ont été attribués à un ordre constitutionnel qui a concentré le pouvoir dans la présidence et limité d'autres organes du gouvernement et de la société civile.[Note5: Id. à 3.] L’adoption de la Constitution de 2010 a marqué un changement majeur dans la gouvernance et a créé un système élaboré d’équilibres, de bureaux indépendants (vérificateur général et contrôleur du budget) et de commissions indépendantes 10.[Note6: Roland Ebole et Morris Odhiambo, Governance Assessment Kenya janvier 2013 - juillet 2016 (Freedom House) https://freedomhouse.org/sites/default/files/Governance%20Assessment%20Kenya%202016.pdf.%5D

L'amélioration de l'indépendance du pouvoir judiciaire est l'une des plus grandes entreprises visant à consolider la démocratie au Kenya et à contrôler les autres branches du gouvernement. La Constitution de 2010 a réintroduit la Commission du service judiciaire (JSC),[Note7: Article 171. ] qui avait pour mandat de promouvoir l'indépendance, l'efficacité et la responsabilité du pouvoir judiciaire.[Note8: Article 172.]

Un autre domaine de réforme clé initié sous le Kenya's 2010 La Constitution était la dévolution du pouvoir et des ressources au niveau infranational pour faire face aux défis tels que les inégalités régionales et la marginalisation des communautés dans la prise de décision et le développement. La désagrégation des services gouvernementaux était également considérée comme essentielle pour surveiller et lutter contre la corruption, l’utilisation inefficace des ressources publiques et la mauvaise prestation des services. Dans 2013, cette décentralisation a été mise en œuvre conformément à la constitution, transférant d'importants éléments d'autorité fiscale et administrative du gouvernement central aux gouvernements des comtés de 47.[Note9: Département d'État des États-Unis - Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail, Country Reports on Human Rights Practices - Kenya 2016 Human Rights Report (3 mars 2017) https://www.state.gov/j/drl/rls/hrrpt/2016/af/265266.htm.%5D L’amélioration de la gouvernance au niveau des comtés visait à améliorer l’espace démocratique permettant aux citoyens de dialoguer avec le gouvernement et à permettre une participation plus large.

La constitution 2010 prévoit des élections périodiques tous les cinq ans; la première élection présidentielle sous ce nouveau système a eu lieu à 2013. Au cours des campagnes présidentielles, les réformes du gouvernement ouvert, axées sur la décentralisation, étaient fréquemment citées dans les manifestes des partis.[Note10: Jubilee Coalition, Transformer le Kenya: Sécuriser la prospérité du Kenya 2013-2017, https://issuu.com/jubileemanifesto/docs/jubilee_manifesto.%5D Alimentation la décentralisation reste un avantage majeur de la nouvelle constitution.

En dépit de ces évolutions positives, la politique de transparence gouvernementale reste défaillante, notamment en ce qui concerne la divulgation de la richesse des fonctionnaires, la budgétisation ouverte et la décentralisation de la participation des citoyens. Les rapports de Transparency International montrent une forte perception de la corruption. Transparency International Kenya a cité la police, la justice et les services fonciers comme les institutions publiques les plus exposées à la corruption, ce qui est détaillé dans le dernier rapport sur l'indice de corruption en Afrique de l'Est (EABI).[Note 11: Transparency International - Kenya, The East African Bribery Index (2017) tikenya.org/wp-content/uploads/2017/09/East-African-Bribery-Index-EABI-2017-1-1.pdf.] Le étude a révélé que 68 pour cent des Kenyans ont été invités (implicitement ou explicitement) ou ont été invités à payer un pot-de-vin pour avoir accès aux services de police; 55 a versé des pots-de-vin à Land Services, 48 a versé des pots-de-vin dans le cadre d'interactions avec le pouvoir judiciaire et 45 a versé un pot-de-vin au bureau d'enregistrement civil. Le régime d'Uhuru Kenyatta, comme le service national de la jeunesse, le fonds pour la jeunesse, Afya house et les scandales de Rio, ont été scandalisés par des scandales de corruption. La lutte contre la corruption a été déclarée une priorité dans le discours sur l'état de la nation (26 mars 2015).

En vertu de la loi kényane, les agents publics sont tenus de déclarer leurs propres enfants, ainsi que ceux de leur épouse et de leurs enfants à charge.Le revenu, les actifs et les passifs de tous les deux ans. En outre, la loi de 2012 sur le leadership et l'intégrité oblige les agents publics à enregistrer les conflits d'intérêts potentiels auprès de leurs commissions compétentes. Cependant, ces déclarations ne sont pas divulguées au public et échappent donc à tout contrôle.[Note12: Département d'État des États-Unis - Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail, Country Reports on Human Rights Practices - Kenya 2016 Human Rights Report.]

Les institutions publiques chargées de lutter contre la corruption ont été inefficaces.[Note13: Freedom House, Rapport sur la liberté dans le monde 2017: Kenya (2017) https://freedomhouse.org/report/freedom-world/2017/kenya.%5D Te Commission d'éthique et de lutte contre la corruption (EACC), une agence indépendante créée en 2011, a le mandat légal d'enquêter sur les allégations de corruption officielles, d'élaborer et de faire respecter un code d'éthique pour les agents publics et de mener une campagne de sensibilisation du public sur la corruption..[Note14: Département d'État des États-Unis - Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail, Country Reports on Human Rights Practices - Kenya 2016 Human Rights Report.] Cependant, l'EACC n'a pas de pouvoir de poursuite et doit renvoyer les affaires au Bureau du directeur des poursuites publiques (ODPP) pour engager une procédure pénale. Le CCEA et le BDPP sont tous deux confrontés à des défis techniques et financiers qui les empêchent de remplir leur mandat. Les rapports les plus récents montrent que, pour l'exercice 2014 – 15, l'EACC n'a référé que 2% des affaires de corruption sur lesquelles il a enquêté au PDO, et parmi celles-ci, l'ODDP n'a obtenu qu'une seule condamnation..[Note 15: Freedom House, Freedom in the World Report 2017: Kenya.]

La mauvaise gestion des fonds publics est un problème récurrent au Kenya. En août, 2016, le responsable de l'EACC, a démissionné en raison d'allégations de détournement de fonds du Service national de la jeunesse. Certains projets de réforme semblent avoir aggravé le problème, comme le système intégré de gestion des finances (IFMIS), lancé en 2014 en tant que centre d’échange d’informations en ligne pour les marchés publics. Lors de la transition vers un système de surveillance en ligne, les dossiers ont été mal conservés ou entièrement perdus en raison de problèmes de connectivité Internet et du faible niveau de formation en informatique des fonctionnaires et des sous-traitants, en particulier dans les régions éloignées. En outre, des allégations de l’opposition selon lesquelles le Service national de la jeunesse et le Service de la jeunesse auraient fait l’objet d’un scandale de détournement de fonds et d’attribution d’un contrat gouvernemental au Ministère de la Santé impliqueraient une utilisation abusive du système IFMIS.[Note16: Id.] Le plan d'action actuel comprend un engagement à améliorer la divulgation par le biais du SIGIF.

Le processus budgétaire au Kenya souffre également d'une transparence insuffisante et de la participation du public à la supervision et au suivi. Enquête sur le budget ouvert (XBUM) 2015[Note17: Partenariat budgétaire international (2015) http://www.internationalbudget.org/wp-content/uploads/OBS2015-CS-Kenya-English.pdf.%5D a donné au Kenya un score de 48 sur 100 (0 étant faible et 100 bon) sur la transparence car il fournit au public des informations budgétaires limitées et une partition de 33 sur 100 sur la participation du public. Cela montre seulement une légère amélioration du Kenyascore de de 36 pour l’accès à l’information dans 2012 et une légère baisse par rapport au score de 39 pour l’engagement du public.[Note18: file: ///Users/caroline/Desktop/OBI2012-Report-English.pdf. ] Cela donne à penser que le gouvernement est incapable de fournir au public des opportunités de participer au processus budgétaire. La mise en œuvre effective des lois sur la participation du public aux niveaux national et sous-national reste un défi pour impliquer les citoyens et les organisations de la société civile (OSC), malgré les dispositions constitutionnelles et l'existence d'une législation habilitante. Le plan d'action national prévoit la promulgation d'une loi autonome sur la participation du public.

Le Kenya jouit d’une société civile forte et active et occupe une position de leader dans la région de l’Afrique de l’Est. Les organisations de la société civile ont vivement critiqué les promesses non tenues du gouvernement visant à lutter contre la corruption, les reportages sur les scandales et l'impunité au plus haut niveau. Le secteur est reconnu pour avoir contribué à certains des changements en cours de transformation au Kenya, tels que l'adoption de la constitution progressive 2010 et de la loi 2013 sur les organisations de protection sociale, facilitant ainsi le fonctionnement des ONG et remplaçant la loi sur les ONG obsolète de 1990.

Cependant, au cours des dernières années, l'espace réservé à la société civile s'est réduit. En août, 2017, la Commission nationale des droits de l'homme du Kenya (KNCHR) a signalé des attaques du gouvernement contre le Centre africain pour la gouvernance ouverte (AFRICOG) et la Commission des droits de l'homme du Kenya, deux des principales organisations de défense et de gouvernance du pays.[Note19: Kagwiria Mbogori, «Attacks on the Civic Space by the Defunct ONG Coordination Board» (Kenya National Commission on Human Rights, 16 août 2017) knchr.org/Portals/0/PressStatements/KNCHR%20PRESS%20STATEMENT-%20ATTACK % 20ON% 20CIVIC% 20SPACE.pdf? Ver = 2017-08-16-153342-550. ] Il existe plusieurs exemples d'affaires impliquant des organisations non gouvernementales (ONG) pour ce qui est perçu comme des accusations falsifiées. Dans un exemple cité de répression, le Conseil de coordination des ONG avec le gouvernement AFRICOG a été accusé d '«irrégularité financière et réglementaire» et a appelé d'autres agences, notamment la Direction des enquêtes pénales et la Banque centrale du Kenya, pour geler AFRICOGde ses comptes bancaires, arrête et poursuit les administrateurs et déporte tous les employés étrangers.[Note20: Id. ] L'opération a été annulée à la suite de manifestations et la Haute Cour a conclu que le conseil des ONG avait violé l'AFRICOG et la Commission des droits de l'homme.nles droits de. Le conseil des ONG a ensuite été dissous. Cependant, l'ancien chef, Fazul Mahamed, continue d'occuper un poste public, bien qu'il ait été déclaré inapte à la suite d'enquêtes menées par la Commission de la justice administrative pour abus de pouvoir et manquement.canal.[Note21: Id.]

Malgré le renforcement institutionnel prévu par la Constitution de 2010, y compris une base solide pour l’état de droit et la protection des droits de l’homme, la mise en œuvre est souvent faible.[Note 22: Freedom House, Freedom in the World Report 2017: Kenya.] La brutalité policière, les abus et l'impunité constituent des obstacles importants au libre exercice des libertés civiles et à la pleine application de la règle de droit. Selon Freedom House, à 2016, des policiers ont tué des civils, ce qui représente une augmentation de 7% par rapport à 122. Parmi les cas notables de brutalités policières, citons l'utilisation de coups, de gaz lacrymogène et de balles réelles contre des manifestants des partis de l'opposition, réclamant une réforme électorale en mai et juin 2015. Dix manifestants ont été tués.[Note23: Département d'État des États-Unis - Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail, Country Reports on Human Rights Practices - Kenya 2016 Human Rights Report.]

Les élections au mois d’août 2017 ont de nouveau mis au premier plan les préoccupations profondes liées à l’état de droit au Kenya. Une semaine avant les élections, Christopher Chege Musando, haut responsable des technologies de l'information à la Commission électorale et électorale indépendante (IEBC), a été trouvé torturé et assassiné.[Note24: Kimiko de Freytas-Tamura, «Un responsable des élections au Kenya est tué à la veille du vote», (New York: New York Times, 31 juillet 2017) https://www.nytimes.com/2017/07/31/world/africa/chris-musando-kenya-election-official-dead.html.%5D L’IEBC est responsable du décompte des votes et de la déclaration des résultats. Human Rights Watch (HRW) a signalé que 'l'élection a été gâché par de graves violations des droits humains, notamment des homicides illégaux et des passages à tabac par la police lors de manifestations et d'opérations de domicile à domicile dans l'ouest du Kenya.»[Note25: Human Rights Watch, «Kenya: Assassinats post-électoraux, Abus», (27 August 2017) https://www.hrw.org/news/2017/08/27/kenya-post-election-killings-abuse.%5D Les manifestations ont débuté le mois d’août de 9, à la suite des allégations du candidat de l’opposition, Raila Odinga, selon lesquelles la commission électoraleLe système de a été piraté et les résultats des sondages manipulés.[Note26: Id.] Le KNCHR a rapporté dans 12 en août qu’au moins 24 avaient été tués et plus de 100 gravement blessés, bien que leur nombre réel soit soupçonné d’être beaucoup plus élevé.[Note27: Kagwiria Mbogori, «Status Update on Developing Post Election Human Rights Violations» (Kenya National Commission on Human Rights, 12 août 2017) knchr.org/Portals/0/PressStatements/Press%20statement-%20Developing%20Post%20elections % 20scenarios% 202017% 20.pdf? Ver = 2017-08-12-202548-3% 20KNCHR.] HRW a décrit les meurtres comme "Cela fait partie d'une tendance à la violence et à la répression dans les fiefs de l'opposition".[Note28: Human Rights Watch, «Kenya: Assassinats post-électoraux, Abus», (27 August 2017) https://www.hrw.org/news/2017/08/27/kenya-post-election-killings-abuse.%5D

S'agissant du rôle important du pouvoir judiciaire dans le contrôle des autres secteurs, les tribunaux ont joué un rôle déterminant dans les enquêtes et la médiation des résultats des élections contestées. Au départ, le président sortant Uhuru Kenyatta avait été déclaré vainqueur. Ce choix a toutefois été contesté devant le tribunal par le vice-champion Raila Odinga. Le 1 de septembre, la Cour suprême a déclaré la victoire nulle et non avenue et a ordonné la tenue de nouvelles élections dans les jours à venir.[Note29: Kagwiria Mbogori, «Conclusions préliminaires de la répétition de l'élection présidentielle d'octobre de 26 au Kenya» (Commission nationale des droits de l'homme du Kenya, 3 nov. 2017) http://knchr.org/Portals/0/PressStatements/Preliminary%20Findings%20of%20the%2026th%20October%20Repeat%20Presidential%20Election%20in%20Kenya%203rd%20November%202017.pdf?ver=2017-11-03-133124-760.%5D De nouvelles élections ont été programmées pour 26 en octobre et les semaines précédentes ont été à nouveau marquées par des manifestations violentes et des brutalités policières. Le jour des élections, la police était très déployée dans les fiefs des partis d'opposition et de nombreux électeurs de l'opposition ont boycotté les élections en signe de protestation. Comme le rapport KNCHR l'a signalé, des manifestants civils ont également incité à des actes de violence visant à intimider les électeurs et à bloquer les bureaux de vote, commettant des actes de violence et des pillages.[Note30: Id.]

Les élections au 2017 ont également incité le gouvernement à multiplier les tentatives pour limiter la liberté d’expression.[Note31: Audrey Wabwire, «Le gouvernement du Kenya devrait savoir que la presse est cruciale pour une élection juste: les journalistes sont victimes d'intimidation» (Human Rights Watch, 22 août 2017)

 https://www.hrw.org/news/2017/08/22/kenyas-government-should-know-free-press-crucial-fair-election.] Des journalistes et des militants ont été arrêtés et poursuivis en justice, tandis que des responsables gouvernementaux auraient fait pression sur les médias pour qu'ils censurent critiquer les personnalités influentes. Selon Freedom House, un certain nombre de militants ont eu recours au système judiciaire relativement indépendant pour lutter contre les menaces à la liberté d'expression. 

La liberté d’information au Kenya est protégée par la loi et la récente loi 2016 sur l’accès à l’information a obtenu une note élevée de l’indice mondial du droit à l’information, ce qui place le Kenya 17 hors des pays 102 dans le monde.[Note32: «Global Right to Information Rating - Year 2017» (Access Info, Center for Law and Democracy, 3 février 2018) http://www.rti-rating.org/year-2017/.%5D L'un des points forts de la loi est sa portée étendue, qui stipule que le droit d'accès s'applique à tout le matériel détenu par ou pour le compte des autorités publiques, enregistré sous n'importe quel format, indépendamment de la personne qui l'a produit. Aucun organisme public ni aucune catégorie d'informations n'est exclu des demandes, y compris l'exécutif (cabinet) et l'administration, couvrant tous les ministères, départements, administrations locales, écoles publiques, organismes de soins de santé publics, police, forces armées et autres. Services de sécurité.[Note33: Id.] Les défenseurs de la transparence ont bien accueilli la loi, mais ont noté une large exemption pour les questions de sécurité nationale et ont appelé à une consultation approfondie sur la mise en œuvre des réglementations.[Note34: Freedom House, Rapport sur la liberté dans le monde 2017: Kenya. ]

Au 2011, le Kenya a rejoint l'Initiative mondiale pour les données ouvertes (KODI).[Note35: Kenya OpenData, “Home” (Autorité des TIC) http://www.opendata.go.ke.] et développé le Kenya Open Data Portal, qui permet au public d'accéder librement à des jeux de données du gouvernement dans des formats faciles et réutilisables, en appuyant les efforts du gouvernement visant à informer de manière proactive les citoyens et à leur rendre des comptes. Le Kenya est le deuxième pays africain (après la Tunisie) à lancer un portail gouvernemental ouvert. La même année, le Kenya a rejoint OGP. Cependant, la dynamique en faveur de réformes du gouvernement ouvert dans le cadre de l'initiative OGP s'est ralentie, le Kenya n'ayant pas respecté deux échéances successives pour la présentation d'un plan d'action national. Visite du président des États-Unis Barack Obama au Kenya en juillet 2105 a renforcé le profil du gouvernement ouvert et relancé les réformes du gouvernement ouvert. Le plan d'action actuel comprend des thèmes qui abordent certains des plus grands défis du contexte national actuel du Kenya.

Plan d'action 2.2 par rapport au contexte national

Le plan d'action comprend des engagements qui traitent des domaines de préoccupation clés pour les Kenyans, tels que la lutte contre la corruption, la participation du public, l'accès à l'information, le changement climatique, la transparence budgétaire, l'ouverture législative, les marchés publics et les contrats ouverts. Cependant, un grand nombre d’engagements dans le plan d’action comprennent des objectifs ambitieux et ne définissent pas d’étapes concrètes et réalisables pour changer les pratiques du gouvernement. Le plan d'action aurait pu mettre davantage l'accent sur la définition et l'établissement d'une feuille de route claire pour la mise en œuvre des lois existantes et la résolution des problèmes spécifiques qui ont jusqu'ici empêché la mise en œuvre.

Le plan d'action fait référence et renforce les objectifs qui font partie de cadres nationaux plus vastes. Par exemple, le plan d'action comprend des engagements en faveur de la réalisation des objectifs énoncés dans le projet de développement à long terme du Kenya, le Kenya Vision 2030. Les engagements partagés entre les deux plans incluent le développement social équitable dans un environnement propre et sécurisé et un système démocratique responsable et centré sur la population.[Note36: Kenya Vision 2030, «About Kenya Vision 2030» (2018), consulté le 14 novembre 2017, http://www.vision2030.go.ke/about-vision-2030/. ] En outre, les engagements pris dans le plan d'action actuel sont axés sur l'amélioration de la mise en œuvre de la Constitution kényane de 2010, en particulier sur le respect du droit des citoyens de participer au gouvernement et d'accéder à l'information.

Le gouvernement documente les progrès accomplis dans le sens de réformes du gouvernement ouvert dans le portail de prestation du gouvernement,[Note37: Unité de prestation du Président, «Domicile» (Cabinet du Président) https://www.delivery.go.ke.] que le bureau du président a lancé en 2015. Il souligne les réalisations du gouvernement au cours des quatre dernières années. Le président's DelivUne unité a été créée au sein du bureau du président pour améliorer la coordination des programmes phares des gouvernements nationaux, ainsi que pour surveiller, évaluer et rendre compte de l'exécution en temps voulu du président.Les principales priorités de développement de. Le portail permet aux Kenyans d'accéder aux détails de tous les investissements effectués par le gouvernement du Jubilé au cours des quatre dernières années. Le portail fournit des informations sur les programmes phares de Jubilee, les étapes clés du ministère et le travail accompli par le gouvernement national dans les comtés 47 du pays.

Le besoin urgent de s’occuper du rétrécissement de l’espace civique a été réitéré lors d’une table ronde réunissant le gouvernement et les organisations de la société civile. Il a été identifié comme une question clé dans un communiquéé publié par les OSC qui ont déclaré: 'Le rapide le rétrécissement de l'espace civique dans lequel les citoyens et la société civile exercent leurs droits d'expression, de réunion, d'information et d'association constitue un environnement handicapant pour la mise en place d'un gouvernement ouvert au Kenya.» La portée du plan d'action ne tenait pas suffisamment compte de cette priorité dans le contexte du pays. Bien que certains engagements incluent des éléments visant à accroître la participation des citoyens avec le gouvernement, aucun n'avait expressément pour objectif de protéger ou d'élargir les citoyens.'droit d'organiser, de parler ou de signaler sur le gouvernement. Le rétrécissement de l’espace mine l’esprit des réformes et des principes du gouvernement ouvert.[Note38: Commission des droits de l'homme du Kenya, Vers un espace civique protégé et élargi au Kenya et au-delà, (Rapport du KHCR, octobre 2016) http://www.khrc.or.ke/civic-space-publications/173-towards-a-protected-and-expanded-civic-space-in-kenya-and-beyond/file.html. ] Pour promouvoir la participation effective des citoyens au processus de prise de décision, le gouvernement doit renforcer les mécanismes garantissant que les citoyens peuvent recevoir les informations en retour lors des réunions consacrées à la participation du public et veiller à ce que tous les principes de la participation du public soient respectés.

Le processus de co-création entre le gouvernement et la société civile a impliqué un large éventail de parties prenantes et un comité de pilotage OGP formel a été mis en place en février 2016. En dépit de cette mesure positive, les consultations formelles ont été reportées au mois de mai, n’ont pas donné suffisamment de préavis aux participants et ont manqué d’activités de sensibilisation. À l'avenir, le comité de pilotage fonctionnera comme un forum multipartite pour des consultations régulières sur les progrès de l'engagement.

 

Leadership 3.1

Cette sous-section décrit le leadership et le contexte institutionnel de l’OGP au Kenya. Le tableau 3.1 résume cette structure tandis que la section narrative (ci-dessous) fournit des détails supplémentaires.

Tableau 3.1: Leadership OGP

1. Structure

Oui

Non

Existe-t-il un point de contact clairement désigné pour OGP (individu)?

 

 

Owned

Unique

Existe-t-il un organisme chef de file unique pour les efforts du PGO?

 

 

Oui

Non

Le chef du gouvernement dirige-t-il l'initiative OGP?

 

2. Mandat Légal

Oui

Non

Le gouvernement est-ilL'engagement de OGP vis-à-vis de l'OGP a-t-il été établi par le biais d'un mandat officiellement publié?

 

Le gouvernement est-ilL'engagement de l'OGP envers le PGO établi par un mandat juridiquement contraignant?

 

3. Continuité et instabilité

Oui

Non

Y a-t-il eu un changement dans la ou les organisation (s) dirigeant (s) ou impliquée (s) avec les initiatives OGP au cours du cycle de mise en œuvre du plan d'action?

 

Y at-il eu un changement de dirigeant au cours du cycle du plan d’action du PGO?

 

 

Le coprésident du bureau du vice-président (ODP) et de l'Autorité des technologies de l'information et de la communication (TIC), une agence du ministère des TIC relevant du pouvoir exécutif, sont les principaux bureaux responsables du Kenya.OGP engagements de. Lors de l’élaboration et de la mise en œuvre du premier plan d’action, l’organisme responsable était uniquement l’autorité des TIC. En dépit du mandat confié à l’autorité chargée des TIC, cette dernière avaittoul pouvoir juridique d’appliquer des changements de politique à d’autres ministères, départements et agences (MDA) en ce qui concerne les questions relatives au PGO. Lors de l’évaluation de la performance de l’OGP au Kenya, il a été noté qu’un bureau chef doté d’une autorité supérieure assurerait une bonne coordination de l’OGP avec les MDA. Le bureau du vice-président a donc été désigné coprésident, car la présidence a le pouvoir juridique de faire appliquer les modifications de politique à d'autres agences du gouvernement (voir tableau 3.1 Leadership of OGP). En raison de ce mandat et de la participation plus large des parties prenantes, le deuxième plan d’action est plus diversifié et les engagements couvrent un éventail plus large de questions pertinentes pour le PGO. L'ODP a également proposé d'inclure la mise en œuvre des engagements dans les tâches permanentes des agents publics responsables.

Les coprésidents ont affecté quatre personnes (deux de l'ODP et deux de l'ICT Authority) à la supervision de l'élaboration et de la mise en œuvre du plan d'action. Il est à noter que les deux membres du personnel de l’autorité des TIC ont quitté leurs fonctions immédiatement après la présentation du deuxième plan d’action national. Au cours des exercices 2016 / 2017 et 2017 / 2018, il n’existait aucune ligne budgétaire directe dans le pouvoir exécutif.budget de la planification et de la coordination des activités liées au PGO. cependant, Les agences d’exécution financent leurs engagements désignés sur leur propre budget. La modification de la dotation en TIC (qui nécessitera une formation des nouveaux fonctionnaires sur les questions relatives au PGO) et l'absence de soutien budgétaire garanti pour tous les engagements affecteront probablement la mise en œuvre du deuxième plan d'action national.

Afin de diriger l'élaboration du deuxième plan d'action national, un comité de pilotage multi-agences a été formé en février 2015. Il comprenait le parlement et des agences gouvernementales, un organisme du secteur privé (Kenya, Private Sector Alliance - KEPSA) et quatre organisations de la société: Hivos; L'article 19; Commission internationale de juristes du Kenya (CIJ Kenya); et Transparency International Kenya (TI-Kenya) et. Le comité de pilotage est coprésidé par le bureau du vice-président et de l'autorité des TIC. La ICT Authority héberge le Secrétariat du comité de pilotage de l'OGP tandis que le bureau du vice-président coordonne et est responsable des activités relatives au programme OGP par le Secrétariat. La section 1.3 décrit les activités du comité de pilotage.

Le Kenya étant un pays décentralisé, les gouvernements nationaux et infranationaux sont distincts et interdépendants et mènent leurs activités à travers la consultation et la coopération.[Note39: Kenya Const. Article 6 (2) (2010).] Quelques engagements dans le plan d'action national nécessitent une mise en œuvre aux niveaux tant national que sous-national. Les deux niveaux doivent donc consulter et coordonner au besoin. Cependant, cette consultation (même au sein du gouvernement) n'a eu lieu que dans la capitale, Nairobi, lors de l'élaboration du plan d'action (voir la section II «Développement du plan d'action»).

Les élections générales du mois d’août 2017 ont posé des problèmes lors de la mise en œuvre du plan d’action, car certains membres clés du personnel chargés de la mise en œuvre se présentaient ou étaient candidats à des campagnes, souvent en violation de la loi sur les infractions électorales.[Note40: Charles k, «Uhuru accusé d'utiliser les ressources de l'État pour la campagne», (Hivisasa, juin 2017) https://hivisasa.com/posts/uhuru-accused-of-using-state-resources-for-campaign. ] Cependant, le gouvernement ouvert était l’une des questions clés des élections et les principaux partis politiques ont fait des promesses et des engagements dans leur manifeste en faveur de l’ouverture du gouvernement.

Participation intragouvernementale à 3.2

Cette sous-section décrit les institutions gouvernementales qui ont participé aux différentes étapes du programme. La section suivante décrira quelles organisations non gouvernementales ont été impliquées dans OGP.

Tableau 3.2: Participation à un PSF par les institutions fédérales

Comment les institutions ont-elles participé?

Ministères, départements et agences Législatives Judiciaire (y compris les agences quasi judiciaires) Autre (y compris les organes constitutionnels indépendants ou autonomes) Gouvernements sous-nationaux
Consulter: Ces institutions ont observé ou ont été invitées à observer le plan d'action mais peuvent ne pas être responsables des engagements pris dans le plan d'action.

7[Note41: La présidence - Bureau du vice-président, Autorité des TIC, Ministère de l'environnement et des ressources naturelles, Ministère des sports, de la culture et des arts, Service des archives nationales et de la documentation du Kenya (KNADS), Ministère des mines et du Trésor national, Bureau juridique de l'État et ministère de la Justice.]

0

0

0

0

Proposer: Ces institutions ont proposé des engagements à inclure dans le plan d'action.

7[Note42: La présidence - Bureau du vice-président, Ministère de l'environnement et des ressources naturelles, Ministère des sports, de la culture et des arts, Service des archives nationales et de la documentation du Kenya (KNADS), Ministère des mines, Autorité nationale du Trésor et des TIC, Bureau juridique de l'État et ministère de la Justice.]

0

0

0

0

Mettre en place:  Ces institutions sont responsables de la mise en œuvre des engagements du plan d'action, qu'ils aient ou non proposé les engagements.

17[Note43: Ministère de l'environnement et des ressources naturelles, Ministère des sports, de la culture et des arts, Service des archives nationales et de la documentation du Kenya (KNADS), Ministère des mines, Trésor national, Ministère des TIC, Ministère de la dévolution et de la planification, Ministère des affaires étrangères, Ministère de la fonction publique, de la jeunesse et du genre, ICT Authority, Kenya Open Data Initiative (KODI), Kenya Revenue Authority, Kenya School of Government, Forestry Service (KFS), National Sector Working Groups, Legislative & Interg government Liaison Office (LILO), National Conseil des rapports juridiques, Bureau juridique de l'État et Département de la justice, Bureau du directeur des poursuites pénales et toutes les entités publiques.]

Assemblée nationale, Sénat, Commission de service du Parlement

Bureau du directeur des poursuites pénales

6[Note44: Commission pour la justice administrative, contrôleur du budget, vérificateur général, conseil des gouverneurs, conseil intergouvernemental du budget et de l’économie (IBEC),et Commission d'éthique et de lutte contre la corruption.]

Tous les assemblées du comté de 47, tous les dirigeants du comté de 47

 

Au Kenya, la participation du gouvernement aux processus du plan stratégique à moyen terme était limitée aux ministères, aux départements et aux agences du gouvernement. Au total, sept MDA ont participé et ont été consultés et invités à proposer des engagements. Le tableau 3.2, ci-dessus, détaille les institutions impliquées dans OGP. Le pouvoir judiciaire, le pouvoir législatif (à la fois l’Assemblée nationale et le Sénat), les commissions constitutionnelles, les bureaux indépendants et les gouvernements infranationaux ne faisaient pas partie du processus consultatif. Ils n'ont été ni consultés ni invités à faire des propositions d'engagements.

Le gouvernement a envoyé des invitations formelles à contribuer aux MDA et organisations de la société civile (OSC) concernés. Ces parties ont travaillé en étroite collaboration avec le personnel des deux bureaux principaux, le bureau du vice-président et l’autorité des TIC. Les MDA et la société civile ont envoyé des représentants aux consultations avec des propositions d'amélioration des engagements. Les participants à la réunion, comprenant à la fois des organisations de la société civile et des représentants du gouvernement, ont formulé des recommandations techniques concernant le contenu et la structure des engagements. Cinq réunions en personne ont eu lieu, y compris deux grandes consultations au niveau national. Le comité de pilotage était divisé en quatre zones de défi OGP, deux dirigées par la société civile et deux par le gouvernement. Un atelier de validation a été organisé pour adopter le plan d'action.

Engagement de la société civile 3.3

Les pays participant à l'OGP respectent un ensemble d'exigences en matière de consultation lors de l'élaboration, de la mise en œuvre et de la révision de leur plan d'action OGP. Le tableau 3.3 récapitule les performances du Kenya au cours du plan d’action 2016 – 2018.

Tableau 3.3: Processus national OGP

Principales étapes suivies: 2 of 7

Avant

1. Processus chronologique et disponibilité

2. Préavis

Calendrier et processus disponibles en ligne avant la consultation

Oui

Non

Préavis de consultation

Oui

Non

 

 

3. Sensibilisation

4. Canaux multiples

Le gouvernement a mené des activités de sensibilisation

Oui

Non

4a. Consultations en ligne:     

Oui

Non

 

 

4b. Consultations en personne:

Oui

Non

 

5. Documentation et commentaires

Résumé des commentaires fournis

Oui

Non

 

Au cours de

6. Forum multipartite régulier

6a. Un forum existait-il?

Oui

Non

6b. At-il rencontré régulièrement?          

Oui

Non

 

 

Après

7. Rapport d'autoévaluation du gouvernement

7a. Rapport d'autoévaluation annuel publié?         

Oui

Non

7b. Rapport disponible en anglais et langue administrative?

Oui

Non

 

 

7c. Période de consultation publique de deux semaines sur le rapport?

Oui

Non

7d. Le rapport répond-il aux principales recommandations de l'IRM?

Oui

Non

 

 

 

Mise en oeuvre du Kenyapremière action plan terminé en juin 2014. Depuis lors, le Kenya a manqué deux échéances successives pour préparer et soumettre un plan d'action ultérieur, pour finalement soumettre le deuxième plan en juin 2016. Cependant, même si le gouvernement a dépassé les délais, l’autorité des TIC et plusieurs organisations de la société civile ont poursuivi leurs efforts pour élaborer le deuxième plan en proposant de créer un comité interministériel pour diriger le processus. Cependant, les élections générales 2013 et les changements parmi le personnel clé du ministère des TIC ont entraîné des retards.

En février 2016, des consultations entre le bureau du vice-président et le ministère des TIC ont repris le processus. Le gouvernement a formé un comité directeur composé de représentants du Parlement et du gouvernement, de quatre organisations de la société civile et d'un organisme du secteur privé, composé de représentants de l'article 19, de Transparency International, de la Commission internationale de juristes, du Centre africain pour la gouvernance ouverte et de l'Alliance du secteur privé du Kenya. Le ministère des TIC et le bureau du vice-président ont coprésidé ce comité. Les membres du comité directeur ont été officiellement invités à donner leur avis sur le plan d'action national. L'un des membres du comité a confirmé la création d'un groupe Google chargé de faciliter le partage d'informations, y compris la chronologie OGP. Les membres du comité directeur étaient divisés pour diriger les discussions sur quatre piliers basés sur les principes fondamentaux du gouvernement ouvert, deux dirigés par la société civile et deux par le gouvernement. Ces quatre zones ont été la transparence, la participation citoyenne, la responsabilité publique, la technologie et l'innovation pour l'ouverture et la responsabilité. Les organisations de la société civile et le secteur privé devaient consulter leurs mandants et soumettre des propositions sur le contenu et la structure des engagements qui affectaient leurs intérêts. En conséquence, un Le caucus des OSC a été convoqué avant la consultation finale pour veiller à ce que ceux qui n'ont pas reçu l'invitation officielle aient la possibilité de faire part de leurs commentaires sur le projet de plan d'action. La Le caucus de la société civile a donc permis à davantage d'OSC de donner leur avis sur le projet de plan d'action. Le caucus a également participé activement à la rédaction des engagements et à la formulation de recommandations techniques concernant le contenu et la structure. Par exemple, International Budget Partnership et Mzalendo Trust ont été largement impliqués dans la rédaction d’engagements concernant respectivement les budgets ouverts et la transparence législative. Cependant, les gouvernements sous-nationaux, le parlement et le système judiciaire n'ont pas participé aux consultations pour élaborer le plan d'action.

L'un des principaux défis du processus était la représentation géographiquement limitée des OSC. Les OSC invitées au comité de pilotage étaient limitées à celles basées à Nairobi, beaucoup venant d'organisations internationales non locales telles que Hivos, Article 19 et Transparency International - Kenya. Le gouvernement n'a pas envisagé la diversité géographique ou l'inclusion de petites OSC basées au Kenya, qu'il s'agisse d'organisations nationales ou infranationales. Il n'y a pas eu de consultations publiques formelles impliquant le grand public comme l'exigent les dispositions constitutionnelles kényanes sur la participation du public. Cependant, les OSC participantes disposaient de la capacité technique requise couvrant les grands domaines des huit engagements.

Le plan d'action national découle en grande partie d'un ensemble d'engagements existant dans le projet de développement du gouvernement, Vision 2030.[Note45: Piliers du plan d'actine 2030 du Kenya Vision http://www.vision2030.go.ke/about-vision-2030/. ]

Tableau 3.4: Niveau d'influence du public

Niveau de participation du public
Pendant le développement du plan d'action
Pendant la mise en œuvre du plan d'action
Habiliter
Le gouvernement a confié le pouvoir décisionnel au public.

 

 

Collaborer
Il y a eu un dialogue itératif ET le public a aidé à établir l'ordre du jour.

 

 

Impliquer
Le public pourrait donner son avis sur la manière dont les engagements ont été pris en compte.

Consulter
Le public pourrait apporter des contributions.

Informer
Le gouvernement a fourni au public des informations sur le plan d'action.

Pas de consultation
Aucune consultation

L'IRM a adapté le «spectre de participation» de l'Association internationale pour la participation publique (IAP2) pour qu'il puisse être appliqué à l'OGP.[Note46: Fédération internationale IAP2, «IAP2's Public Participation Spectrum» (2014) c.ymcdn.com/sites/www.iap2.org/resource/resmgr/foundations_course/IAP2_P2_Spectrum_FINAL.pdf. ] Ce spectre montre le niveau potentiel d'influence publique sur le contenu du plan d'action. Dans l'esprit de l'OGP, la plupart des pays devraient aspirer à la «collaboration».

Consultation 3.4 pendant la mise en œuvre

Dans le cadre de leur participation à l’OGP, les gouvernements s’engagent à définir un forum permettant des consultations régulières entre plusieurs parties prenantes sur la mise en œuvre de l’OGP. Cela peut être une entité existante ou une nouvelle. Cette section résume ces informations.

Pour recueillir les commentaires de plusieurs intervenants, le chercheur a participé à six consultations avec les intervenants. La première réunion a été convoquée le 22 février 2017 à Nairobi par le Bureau du Vice-président, en collaboration avec Hivos et Article 19, et a attiré des participants du gouvernement, de la société civile et du secteur privé. Cette réunion visait à: commencer la coordination et l'engagement du gouvernement, du secteur privé et de la société civile dans les domaines identifiés du plan d'action national; partager des informations et des progrès sur les initiatives, les actions et les plans depuis juillet 2016; et coordonner les réunions sur les domaines d'engagement potentiels proposés par les organisations. Au cours de cette réunion, les participants ont décidé de former des clusters pour suivre la mise en œuvre du plan d'action, mais au 25 mai 2017, la structure et le fonctionnement de ces clusters n'étaient pas établis.

La société civile a convoqué la deuxième réunion, qui s'est tenue le 23 May 2017 à l'hôtel Intercontinental, à laquelle participent uniquement des organisations de la société civile. Le but de cette réunion était de formaliser les groupes thématiques dans le plan d'action. Cela impliquait d'assigner aux OSC le suivi de la mise en œuvre des engagements dans leurs domaines de travail respectifs. Les domaines d’intérêt comprenaient: le changement climatique, la transparence et la responsabilité, l’ouverture législative, les industries extractives, les contrats ouverts, la transparence budgétaire et l’accès à l’information. Quatre groupes d’engagement thématiques ont été formés. Cette réunion a permis de développer un communiqué de Demandes des organisations de la société civile concernant les positions du gouvernement et des organisations de la société civile sur des questions liées aux programmes, au Kenya.

Ces deux réunions ont eu lieu à Nairobi, la capitale du Kenya. En outre, le Consortium Constitution et Reform Education (CRECO) a organisé trois consultations distinctes sur 19 janvier, 24 mars et 21 juillet 2017 afin de mieux faire connaître la marque OGP ainsi que les engagements pris et le degré de mise en œuvre au niveau infranational. . Les réunions se sont tenues dans le comté de Nakuru et ont réuni des représentants d'organisations membres de CRECO (MAPACA et CEDGG) et de membres du comité de surveillance du comté des comtés de Nakuru et d'Elgeyo Marakwet. Le CRECO a également organisé deux réunions publiques dans les comtés d'Elgeyo Marakwet et Makueni, auxquelles le chercheur n'a pas participé. Ces réunions étaient ouvertes au public pour discuter des moyens de tenir les agents publics responsables de l'ouverture du gouvernement. Une réunion de la plate-forme d'apprentissage nationale OGP s'est également tenue sur 10 et 11 October 2017 à Nairobi. Le but de la réunion était de faire le bilan des progrès accomplis dans la mise en œuvre des engagements du PGO aux niveaux national et sous-national et de définir une stratégie pour tenir compte du rétrécissement de l'espace civique, de la période électorale et de la diminution des fonds des donateurs soutenant les activités du PGO dirigées par les OSC. L'événement a attiré des participants du gouvernement et de la société civile. L'implication de CRECO au niveau national implique des réunions d'engagement des parties prenantes avec des OSC et des représentants des gouvernements; Au niveau du comté, le CRECO organise des réunions de sensibilisation et d’audience avec les dirigeants du comté, les leaders d’opinion, les jeunes, les femmes, les chefs religieux et les représentants de différentes couches de la société.

Les représentants des gouvernements et de la société civile interrogés ont indiqué que les consultations avaient été menées sur une base ad hoc, sans relation formelle entre la société civile et les acteurs gouvernementaux au cours de la mise en œuvre. Interviewé Les représentants des organisations de la société civile ont dit craindre queLa rhétorique d’ouverture et de responsabilité de SOS ne correspond pas aux mécanismes de mise en œuvre et d’application. Selon Les OSC, le gouvernement doit tendre la main et impliquer davantage d'OSC de gouvernance dans le processus OGP. La participation de la société civile doit s'améliorer et augmenter en nombre, car cette lacune met en lumière le faible nombre de voix derrière le processus des PGO. Également, le concept, le processus et le récit du PGO devraient être institutionnalisés au sein des agences gouvernementales afin d'assurer la stabilité et la continuité tout au long des transitions de personnel.

Auto-évaluation 3.5

Les articles de gouvernance du PGO exigent que les pays participants publient un rapport d'auto-évaluation trois mois après la fin de la première année de mise en œuvre. Le rapport d'autoévaluation doit être mis à la disposition du public pour commentaires pendant une période de deux semaines. Cette section évalue le respect de ces exigences et la qualité du rapport.

En date de ce rapport, le gouvernement n'avait pas publié de rapport d'auto-évaluation.

Réponse de 3.6 aux recommandations IRM précédentes

À partir de la deuxième année d'évaluation, les rapports doivent également inclure une section de suivi des recommandations formulées dans les rapports précédents. Ce processus de suivi sera également effectué conformément aux principes énoncés dans le présent document.

Tableau 3.5: Recommandations principales du rapport IRM précédent

Recommandation
Adressé?
Intégré au prochain plan d'action?

1

Augmenter la responsabilité des entreprises.

2

Promulguer une loi sur l'accès à l'information (ATI).

3

Mettre en œuvre la nouvelle constitution, qui énonce les principes sur lesquels reposent les engagements du premier plan d’action.

Le gouvernement a répondu aux trois recommandations et les a intégrées dans le deuxième plan d'action national. Recommandation 1, sur le renforcement de la responsabilité des entreprises, examine la capacité du public à tenir les entreprises responsables. Ce concept exige des changements fondamentaux du cadre juridique dans lequel les entreprises opèrent. Ceci est pris en compte dans le deuxième plan d'action à travers des engagements concernant la passation de marchés ouverts dans le secteur extractif, le processus de passation des marchés publics et la propriété effective. De plus, la recommandation 2, relative à l'adoption d'une loi complète sur l'accès à l'information (ATI), s'est traduite par l'engagement de renforcer le droit à l'information en renforçant l'accès à l'information et la gestion des dossiers. La recommandation 3, relative à la nouvelle constitution, incarne les principes sur lesquels se sont fondés les engagements du premier plan d'action et constitue un fil conducteur du deuxième plan d'action national. Les parties prenantes ont identifié les trois recommandations comme des domaines prioritaires pour contribuer à l'ouverture du gouvernement. La discussion pour promulguer une loi sur l'accès à l'information a duré une décennie et son inclusion dans le deuxième plan d'action a souligné la nécessité de promulguer cette loi. Enfin, les parties prenantes estiment que le gouvernement devrait s'efforcer d'assurer la pleine mise en œuvre du Kenyala Constitution de 2010, en soulignant les dispositions qui contribueraient à l’ouverture du gouvernement.

Le Kenya a pris des engagements dans des domaines critiques de la gouvernance. Cependant, la mise en œuvre de ces engagements a peu progressé en raison de contraintes financières et de capacités, ainsi que du climat politique actuel imputable aux élections. Les parties prenantes soulignent la nécessité de continuer à travailler sur les engagements actuels et recommandent une coordination intergouvernementale ainsi qu'un meilleur processus de planification et de budgétisation pour le prochain plan d'action.

Cette section a pour but d’éclairer l’élaboration du prochain plan d’action et de guider l’achèvement du plan d’action actuel. Il est divisé en deux sections: les recommandations 1) identifiées par la société civile et les responsables gouvernementaux lors de la rédaction du présent rapport et les recommandations 2) du MRI.

Priorités des parties prenantes 5.1

De nombreux acteurs de la société civile interrogés par le chercheur de l'IRM étaient satisfaits du contenu du deuxième plan d'action. Les OSC considèrent que les engagements pris dans le plan d'action couvrent des domaines importants qui requièrent l'attention du gouvernement et des actions renouvelées. Toutefois, la mise en œuvre des engagements existants et le financement du plan d’action assorti d’une allocation budgétaire adéquate aux activités du PGO ont été une préoccupation majeure.

En ce qui concerne le processus d’élaboration du plan d’action, les parties prenantes ont indiqué qu’il était important que le gouvernement institutionnalise le comité de pilotage du PGO en tant que forum officiel multipartite officiel pour la consultation sur la mise en œuvre du PGO. Le gouvernement doit également établir des points de contact OGP compétents dans tous les ministères et agences responsables afin de fournir des mises à jour régulières au comité directeur sur la mise en œuvre des engagements.

Recommandations 5.2 IRM

Lors de l'élaboration du prochain plan d'action, le gouvernement pourrait adopter une approche plus proactive pour inclure le grand public et les organisations de la société civile en dehors de la capitale dans des consultations multipartites. Cela devrait accroître la transparence et la participation du public à l'élaboration du plan d'action ainsi qu'aux futures activités d'auto-évaluation et de post-mise en œuvre. Le gouvernement devrait assurer une plus grande participation du public à la rédaction et à la mise en œuvre du plan d'action et à l'auto-évaluation.

En plus d'approfondir et de renforcer les réformes autour des engagements inclus dans le deuxième plan d'action, le prochain plan devrait mettre l'accent sur une meilleure institutionnalisation et la durabilité des travaux du PAO au Kenya.

1.     Améliorer le processus de développement du plan d'action

L’élaboration du plan d’action a principalement concerné des groupes de la société civile basés à Nairobi et le niveau de sensibilisation à l’OGP et aux engagements pris dans le plan d’action est faible; il est donc recommandé que le gouvernement mène des activités de sensibilisation sur le PGO et crée des opportunités de participation significatives pour les OSC nationales.

Le plan d'action du Kenya comprend des réformes dans les principaux domaines d'action, notamment l'action pour le climat, la propriété effective, les contrats ouverts, la liberté d'information et la lutte contre la corruption. Cependant, les engagements n’étaient pas des étapes clairement définies pour la mise en œuvre et ne communiquaient pas pleinement les résultats escomptés et les changements de pratiques gouvernementales.

·       Un effort devrait être fait pour inclure davantage d'OSC locales et sous-nationales dans les travaux de gouvernement ouvert impliquant les niveaux locaux. Cela pourrait être fait en impliquant les groupes de citoyens dans les engagements comportant des éléments relatifs aux gouvernements de comté, tels que la budgétisation ouverte et le suivi citoyen des dépenses.

·       Le prochain plan d’action devrait s’appuyer sur les progrès positifs entrepris dans le cadre de ce plan pour renforcer et approfondir les initiatives dans ces domaines de réforme majeurs. Plus précisément, les engagements du prochain plan d'action doivent être écrits avec des objectifs clairs, mesurables, vérifiables et réalisables. Le prochain plan d'action devrait inclure des étapes et des objectifs mieux définis pour chaque engagement, garantissant une identification claire des responsables de la mise en œuvre et des ressources disponibles pour la mise en œuvre.

2.     Relever les défis de mise en œuvre des engagements

Il n'y a pas de ligne budgétaire explicite pour les activités de planification et de coordination liées au PGO et il existe des contraintes de ressources humaines aux niveaux national et sous-national. En outre, le plan d’action n’a pas de plan de mise en œuvre budgétisé pour les activités.

·       Des efforts plus importants sont nécessaires pour institutionnaliser les programmes opérationnels dans les ministères, les départements et les agences. Chaque institution chargée de la mise en œuvre doit identifier le personnel technique de niveau intermédiaire qui doit être formé à l’OGP et conserver les connaissances de l’institution. Les agences responsables des engagements et des jalons devraient avoir un mandat clair pour mettre en œuvre les travaux. Lorsqu'un engagement est mis en œuvre par différentes agences, les jalons spécifiques doivent être attribués comme tels. Il est nécessaire de renforcer la coordination interinstitutions entre les agences d’exécution, peut-être par le biais d’un cadre de collaboration interinstitutions.

·       Le comité directeur de l'OGP pourrait collaborer avec le ministère des Finances pour inclure le financement de ses activités dans le budget national. Les rédacteurs du prochain plan d'action peuvent envisager d'élaborer une matrice de mise en œuvre budgétisée identifiant les ressources disponibles et les domaines dans lesquels un financement supplémentaire est nécessaire.

·       Lors de la mise en œuvre du plan d'action, le comité de pilotage (gouvernement, organisations de la société civile, secteur privé et autres groupes d'intérêt) devrait se réunir tous les trimestres pour suivre les progrès. Les résultats de la réunion doivent être publiés afin que toutes les parties prenantes intéressées puissent être informées des progrès.

3.     Assurer la pleine mise en œuvre de la loi sur la liberté de l'information

Pour garantir la mise en œuvre effective de la loi sur l’accès à l’information adoptée dans 2016, il est essentiel d’améliorer la gestion des documents et de responsabiliser les institutions de contrôle telles que la Commission de la justice administrative et les Archives nationales. Pour assurer une mise en œuvre rapide et efficace dans la pratique, le prochain plan d'action pourrait inclure des réglementations pour la mise en œuvre de la loi et élaborer ces réglementations par le biais d'un processus de consultation inclusif des parties prenantes afin de poursuivre la mise en œuvre de la loi.

4.     Contrats ouverts et transparence de la propriété effective

Le prochain plan d'action pourrait inclure des engagements particulièrement pertinents pour contrôler les flux financiers illicites et réduire la corruption du secteur public. Les engagements peuvent capitaliser sur les succès obtenus dans le domaine des contrats ouverts et de la transparence des bénéficiaires effectifs et inclure de nouvelles mesures pour continuer à progresser.

·       Ouvrez les processus de passation de marchés IFMIS et prenez les mesures nécessaires pour commencer à publier des contrats dans Open Contracting Data Standards.

·       La loi sur la transparence des bénéficiaires effectifs doit être renforcée pour exiger les informations suivantes sur les bénéficiaires effectifs: numéro d'identification fiscale, nationalité, pays de résidence et une description de la manière dont le contrôle est exercé. Le registraire national devrait être mandaté pour vérifier toutes les informations sur les bénéficiaires effectifs enregistrées, y compris les informations pertinentes telles que l'identification de tous les actionnaires de la société. Une autorité d'audit indépendante devrait être mise en place pour vérifier les informations enregistrées dans le registraire et définir des règles claires concernant la fréquence des inspections et les conséquences de la communication d'informations fausses ou inexactes. Les informations communiquées au registraire doivent faire l'objet d'une enquête pour déceler les incohérences, en comparant les résultats et les informations à l'aide d'autres sources indépendantes et fiables

·       Le plan d'action actuel n'inclut pas d'engagement sur la déclaration de patrimoine des agents publics. Le prochain plan peut porter sur le renforcement de la réglementation sur les déclarations de patrimoine afin d’inclure davantage de contrôle, de suivi strict et d’application.

5.     Développer et protéger l'espace civique et les libertés civiles:

Le prochain plan d'action devrait inclure des engagements pour protéger ou élargir les droits des citoyens de s'organiser, de s'exprimer et de faire rapport sur le gouvernement. Ces engagements devraient répondre directement aux problèmes de réduction de l'espace civique au Kenya en veillant à ce que les lois, les réglementations et les politiques exécutives n'entravent pas les libertés civiles et les libertés. Les engagements pourraient viser à faciliter la tâche des ONG / OSC pour enregistrer leur organisation, recevoir et conserver un financement, s'organiser et communiquer pour mener à bien leurs activités.

Tableau 5.1: Cinq recommandations clés

1 Améliorer le processus de développement du plan d'action

Engager la société civile au niveau local et créer des engagements avec des objectifs clairs et mesurables qui s'appuient sur les initiatives de gouvernement ouvert du premier plan d'action. Identifiez les responsables principaux responsables de chaque engagement et de chaque étape.

2

Relever les défis de mise en œuvre des engagements

S'assurer qu'il existe une ligne budgétaire pour le PGO, améliorer la collaboration interinstitutions et organiser des réunions trimestrielles du Comité directeur pour suivre les progrès.

3 Mise en œuvre complète de la Loi sur l'accès à l'information

Pour assurer une mise en œuvre rapide et efficace de la loi, prenez des mesures supplémentaires pour améliorer la gestion des enregistrements et développez des réglementations pour appliquer la loi.

4 Contrats ouverts et transparence de la propriété effective

Ouvrez les processus de passation de marchés IFMIS, publiez les contrats dans OCDS et fournissez des informations sur les bénéficiaires effectifs dans le nouveau registre public des propriétaires réels.

5 Développer et protéger l'espace civique et les libertés civiles

Le prochain plan d'action devrait inclure des engagements pour protéger ou élargir les droits des citoyens de s'organiser, de s'exprimer et de faire rapport sur le gouvernement. Les engagements pourraient viser à faciliter la tâche des organisations de la société civile pour enregistrer leur organisation, recevoir et conserver des fonds, s'organiser et communiquer pour mener à bien leurs activités.

Le rapport d'avancement de l'IRM est rédigé par des chercheurs basés dans chaque pays participant au programme OGP. Tous les rapports IRM sont soumis à un processus de contrôle de la qualité afin de s’assurer que les normes de recherche et de diligence raisonnable les plus strictes ont été appliquées.

L’analyse des progrès accomplis dans les plans d’action du PGO combine des entretiens, une recherche documentaire et les réactions des réunions d’intervenants non gouvernementaux. Le rapport de l'IRM s'appuie sur les conclusions du rapport d'auto-évaluation du gouvernement et sur toute autre évaluation des progrès réalisée par la société civile, le secteur privé ou des organisations internationales.

Chaque chercheur de l'IRM organise des réunions avec les parties prenantes afin de garantir une description précise des événements. Compte tenu des contraintes budgétaires et de calendrier, le MII ne peut pas consulter toutes les parties intéressées ou concernées. Par conséquent, l'IRM aspire à la transparence méthodologique et rend donc public, si possible, le processus de participation des parties prenantes à la recherche (voir plus loin dans cette section.) Certains contextes exigent l'anonymat des personnes interrogées et l'IRM examine le droit de supprimer les informations d'identification personnelle de ces personnes. les participants. En raison des limitations nécessaires de la méthode, l'IRM encourage vivement les commentaires sur les versions publiques de chaque rapport.

Chaque rapport est soumis à un processus de révision et de contrôle de la qualité en quatre étapes:

1.     Évaluation du personnel: le personnel de la GIR examine le rapport pour vérifier sa grammaire, sa lisibilité, son contenu et son adhésion à la méthodologie de la GRI.

2.     Examen par un groupe d'experts internationaux (IEP): IEP examine le contenu du rapport à la recherche de preuves rigoureuses à l'appui des résultats, évalue dans quelle mesure le plan d'action applique les valeurs du PGO et fournit des recommandations techniques pour améliorer la mise en œuvre des engagements et la réalisation des valeurs du PGO par le biais le plan d'action dans son ensemble. (Voir ci-dessous pour l'adhésion à l'IEP.)

3.     Examen de prépublication: le gouvernement et certaines organisations de la société civile sont invités à faire part de leurs commentaires sur le contenu du projet de rapport sur la GIR.

4.     Période de consultation publique: le public est invité à faire part de ses commentaires sur le contenu du projet de rapport sur la GIR.

Ce processus d’examen, y compris la procédure d’intégration des commentaires reçus, est décrit plus en détail à la section III du Manuel des procédures.[Note130: Manuel de procédures IRM, V.3: https://www.opengovpartnership.org/documents/irm-procedures-manual.%5D

Interviews et groupes de discussion

Chaque chercheur de l'IRM doit organiser au moins un événement public de collecte d'informations. Les chercheurs doivent faire un réel effort pour inviter les parties prenantes en dehors de la liste des "suspects habituels" d'invités participant déjà aux processus existants. Des moyens supplémentaires peuvent être nécessaires pour recueillir les contributions des parties prenantes de manière plus significative (par exemple, enquêtes en ligne, réponses écrites, entretiens de suivi). De plus, les chercheurs procèdent à des entretiens spécifiques avec les agences responsables lorsque les engagements nécessitent plus d'informations que celles fournies dans l'auto-évaluation ou accessibles en ligne.

Les informations de base pour ce rapport ont été obtenues lors de quatre réunions de parties prenantes, d'entretiens individuels et de questionnaires lorsque les entretiens n'étaient pas possibles.

Le chercheur a participé à quatre réunions de parties prenantes tenues à Nairobi et à Nakuru, organisées respectivement par ODP, Hivos et Article 19 et CRECO, à compter de 27 May 2017. Les répondants ont été maintenus anonymes, ce qui est nécessaire à la liberté d'expression.

La première réunion des parties prenantes s’est tenue à Nairobi le 22 de février 2017. Participants des ministères, des départements et des agences, des organisations de la société civile et du secteur privé, tandis que la deuxième réunion était réservée aux organisations de la société civile et a eu lieu le 23 May 2017. Ces réunions ont pris la forme de tables rondes. Les réunions de réflexion des parties prenantes de Nakuru ont eu lieu sur 19 de janvier 20 et 2017-20 de mars 21 de 2017. Les réunions de Nakuru ont réuni des participants des partenaires de mise en œuvre de CRECO et des membres du comité de surveillance du comté (il s'agit de groupes d'action citoyenne du niveau du comté) des comtés de Makueni et d'Elgeyo Marakwet. Nakuru était considérée comme un lieu plus central pour réunir ces participants. Plusieurs types d'interaction ont été utilisés, y compris des séances animées et des discussions de groupe.

La première réunion de Nairobi a été convoquée conjointement par le bureau du vice-président et l'article 19 à l'appui de la mise en œuvre du Kenya.deuxième plan d'action de. Le but de cette meIl s’agissait de: commencer la coordination et la participation des pouvoirs publics, du secteur privé et de la société civile dans les domaines identifiés dans le plan d’action national; soutenir les informations et le partage des progrès entre tous les acteurs sur les initiatives, actions et plans dans la période de mise en œuvre depuis juillet 2016; coordonner la planification pour les groupes thématiques désignés pour représenter les domaines d'engagement dans le deuxième plan d'action du Kenya. Participants a discuté des progrès, des besoins de mise en œuvre et des engagements du Kenya en matière de zones de travailLe deuxième plan d'action de 2016-2018. Les parties prenantes ont fait référence aux points principaux suivants: le rétrécissement de l'espace civique et son impact sur la société civile ainsi que sur le gouvernement ouvert; la nécessité de rendre des comptes dans la mise en œuvre et les ressources passées, présentes et futures; la nécessité de faire du gouvernement ouvert une priorité absolue avec les fonctionnaires; l'impact des limitations de mise en œuvre sur l'accès à l'information dans l'agenda du gouvernement ouvert; pas de dispositions budgétaires directes pour un gouvernement ouvert malgré un plan d'action pour le même; la nécessité de démontrer des approches collaboratives entre le gouvernement et la société civile dans la réalisation des engagements du plan d'action; les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la législation sur le climat et l'accès à l'information; et l'élaboration de mécanismes permettant de suivre la mise en œuvre des engagements du gouvernement ouvert.

La deuxième réunion de Nairobi a été convoquée par Hivos et l'article 19 pour les OSC uniquement dans le but de consolider les acquis et de suivre les progrès de la mise en œuvre des engagements, ainsi que d'élaborer un communiqué décrivant la position des organisations de la société civile sur OGP et les principales demandes adressées au gouvernement. En outre, les organisations de la société civile ont organisé des réunions de groupes de travail, créé des plans de travail avec des échéances allant jusqu’en décembre.Ecrivez 2017, sélectionnez les organisateurs de cluster et définissez la prochaine date pour les réunions de cluster individuelles.

La première réunion de réflexion CRECO Nakuru a eu lieu sur 19 et 20 January 2017 à Nakuru au Fairfield Hotel avec un total de participants 28 (hommes 18 et femmes 10). Les participants comprenaient des membres du 20 COC (10 des deux comtés d’Elgeyo Marakwet et de Makueni), du CEDGG et du MAPACA; des représentants du secrétariat de CRECO et du chercheur de l'IRM étaient les animateurs. Les principaux objectifs de la réunion d’initiation étaient les suivants: présenter aux participants les objectifs du projet et les résultats attendus; former et partager les mécanismes de suivi OGP NAP II; et de planifier la mise en œuvre d'activités de projet dans les comtés de Makueni et Elgeyo Marakwet.

L’objectif du projet CRECO intitulé «Surveiller et soutenir le gouvernement kényen dans la réalisation des engagements de l’OGP» est de veiller à ce que les gouvernements national et de comté offrent un environnement propice à la responsabilisation, à la transparence et aula livraison de la glace par la participation du public inclus dans OGP. Les principaux résultats du projet sont les suivants: i) partenariats solides établis entre les acteurs étatiques et non étatiques en vue de la participation au deuxième plan d’action; ii) sensibilisation des citoyens au deuxième plan d'action afin de leur permettre de responsabiliser les détenteurs d'obligations quant à la gouvernance ouverte et aux processus du deuxième plan d'action; et iii) suivi de la mise en œuvre et partage des conclusions et recommandations avec les parties prenantes concernées pour adoption. Les principaux résultats visés par le projet sont les suivants: nombre accru et accru d'OSC engagées dans les engagements actuels et espace élargi pour un engagement futur (troisième plan d'action).

CRECO a organisé une deuxième réunion de réflexion avec les mêmes participants cibles que la première réunion de réflexion. L’état de la gouvernance et de la prestation des services en rapport avec le processus OGP a été discuté et partagé. Parmi les autres produits, citons le partage des plans et stratégies de travail élaborés par les comtés du COC et le ciblage des institutions de gouvernance pour les engagements.

Des entretiens individuels ont été menés dans différentes institutions. Lorsque les entretiens n'étaient pas possibles, le chercheur IRM a envoyé des questionnaires aux répondants. Les institutions qui ont fourni des informations sont:

·       Bureau du vice-président

·       Ministère des TIC - Autorité des TIC

·       Ministère de l'environnement et des ressources naturelles

·       Ministère des sports, de la culture et des arts - Département du Service national des archives et de la documentation du Kenya (KNADS)

·       Ministère des mines

·       Trésorerie nationale

·       Autorité des marchés publics

·       Hivos Afrique de l'Est

·       Article 19

·       Transparency International, chapitre du Kenya

·       La Commission internationale des juristes-Chapitre du Kenya

·       Association des fabricants du Kenya

·       Ushahidi

·       Consortium de formation sur la constitution et la réforme

·       Réseau d'initiatives parlementaires

·       L'institut ouvert

·       Centre africain pour la gouvernance ouverte

·       Mzalendo Trust

·       Université de Strathmore - Extractifs Baraza

·       Partenariat budgétaire international

À propos du mécanisme de rapport indépendant

Le MII est un moyen essentiel par lequel le gouvernement, la société civile et le secteur privé peuvent suivre chaque année le développement et la mise en œuvre par le gouvernement des plans d'action du PGO. La conception de la recherche et le contrôle de la qualité de ces rapports sont effectués par le groupe d'experts international, composé d'experts des méthodes de recherche en transparence, participation, responsabilisation et sciences sociales.

Le comité d’experts international est actuellement composé de

·       César Cruz-Rubio

·       Hazel Feigenblatt

·       Mary Francoli

·       Brendan Halloran

·       Hille Hinsberg

·       Anuradha Joshi

·       Jeff Lovitt

·       Fredline M»Cormack-Hale

·       Douches Mawowa

·       Ernesto Velasco

Un petit personnel basé à Washington, DC, les bergers rendent compte du processus de gestion intégrée des risques en étroite coordination avec les chercheurs. Les questions et commentaires sur ce rapport peuvent être adressés au personnel à l’adresse suivante: irm@opengovpartnership.org.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!