Ignorer la navigation

Examen du plan d'action du Sénégal 2021-2023

Ce produit consiste en une revue IRM du Sénégal 2021-2023 plan d'action. Le plan d'action est composé de 12 engagements. Cet examen met l'accent sur son analyse de la force du plan d'action pour contribuer à la mise en œuvre et aux résultats. Pour les données engagement par engagement, voir l'annexe 1. Pour plus de détails concernant la méthodologie et les indicateurs utilisés par le MII pour cette révision du plan d'action, voir la section III. Méthodologie et indicateurs du MII.

Aperçu du Plan d'action 2021-2023

La plupart des 12 engagements du premier plan d'action du Sénégal portent sur l'amélioration de l'accès à l'information et la participation citoyenne dans les budgets et les politiques publiques. En tant que société civile et secteur privé organisations cherchent à consolider leur rôle dans l'élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques et l'évaluation de l'action gouvernementale, le plan d'action OGP offre un cadre de concertation volontariste et pérenne. Il relie également les réformateurs sénégalais aux meilleures pratiques du monde entier. À l'avenir, le Sénégal peut continuer à renforcer son plan modestement ambitieux en définissant des objectifs clairs, des indicateurs de référence et de progrès, et en précisant le rôle de la société civile dans la mise en œuvre.

EN BREF

Participer depuis: 2018

Plan d'action à l'étude: 2021-2023

Produit IRM : Examen du plan d'action

Nombre d'engagements: 12

Aperçu des engagements :

  • Engagements avec un objectif de gouvernement ouvert : 10 (83 %)
  • Engagements à fort potentiel de résultats : 3 (25 %)
  • Engagements prometteurs : 4

Domaines politiques :

  • Accès à l'information
  • Transparence et participation aux budgets publics
  • Cadre anti-corruption
  • Transparence dans la pêche
  • Gestion électronique
  • Prestation de services publics
  • Participation politique des femmes et jeunesse
  • Participation citoyenne dans les politiques environnementales et autres politiques publiques

Conformité avec OGP exigences minimales pour la co-création :

  • A agi selon le processus OGP : Oui

Le premier plan d'action du Sénégal est structuré autour de la transparence dans la gestion publique ; prestation de services publics; et la participation citoyenne. Il offre une perspective gouvernementale ouverte aux réformes en cours alignées sur les priorités de développement économique et social du pays, avec le Mécanisme africain d'évaluation par les pairs et les programmes soutenus par les partenaires de développement internationaux. Plus précisément, le plan vise à améliorer l'accès à l'information réglementation et la transparence dans des secteurs tels que la pêche, à ouvrir les budgets, à renforcer le cadre juridique et institutionnel anti-corruption, à améliorer l'administration électronique et l'accès aux services publics, à assurer une participation diversifiée, en particulier des femmes, des jeunes et des personnes handicapées, dans questions environnementales et dans d'autres politiques publiques.

Les organisations de la société civile ont considéré le processus de co-création du plan d'action comme participatif et inclusif. Après l'adhésion du Sénégal à l'OGP, le point focal gouvernemental tenu par la Direction de la promotion de la bonne gouvernance (DPBG) a convoqué le Comité technique national de l'OGP. Le comité mixte est composé de 18 membres, neuf issus d'institutions publiques et neuf d'organisations de la société civile (OSC). Pour sélectionner les représentants de la société civile, la DPBG a partagé des informations sur le processus OGP avec des organisations expérimentées dans les domaines de la bonne gouvernance, de l'accès à l'information et de la participation, et montrant un historique d'implication avec le gouvernement. Les OSC ont désigné leurs propres représentants au sein du comité et ont veillé à ce qu'ils reflètent la diversité de la société. Les membres des OSC ont choisi Article 19 pour coprésider le comité avec le DPBG.

Le processus de co-création du premier plan d'action a débuté en octobre 2019 et s'est terminé en juillet 2021. Des consultations ont eu lieu en décembre 2020, dans 13 des 14 régions du pays . Comme l'ont rapporté tous les représentants du gouvernement et de la société civile interrogés, ces consultations se sont déroulées dans un esprit constructif et collaboratif. Tout au long du processus, le gouvernement a été « ouvert et réactif » et l'ensemble final d'engagements inclus dans le plan d'action reflète les priorités qui ont émergé des consultations régionales, selon les organisations de la société civile. Cependant, l'article 19 a noté l'absence de consultations en ligne comme principale lacune. Au moment de la rédaction de ce rapport, le site Web dédié au processus OGP au Sénégal contenait une description de la structure de gouvernance du PGO et du plan d'action, mais manquait de documents plus spécifiques, tels que des rapports de consultations régionales ou de réunions de comités techniques.

Le MII a identifié quatre engagements (1, 3, 4 et 9) comme les plus prometteurs pour les résultats du gouvernement ouvert, compte tenu de leur niveau de ambition et pertinence aux priorités nationales. Les engagements 1 et 4 promettent d'accroître l'accès des citoyens à l'information grâce à une loi nationale sur l'accès à l'information et à une transparence ciblée dans le secteur de la pêche. Les engagements 3 et 9 promettent d'institutionnaliser la participation civique à l'élaboration des politiques. Spécifiquement, engagement 3 engage la société civile dans la mise à jour du cadre juridique anti-corruption ; l'engagement 9 vise à institutionnaliser la budgétisation participative dans l'ensemble des collectivités locales.

Les engagements restants ne sont pas évalués comme prometteurs, en raison de leur ambition limitée, de leur spécificité ou de leur lien avec les valeurs du gouvernement ouvert. Par exemple, les engagements 2 et 12 sont pertinents pour les valeurs du gouvernement ouvert et peuvent entraîner des gains importants, car ils visent à renforcer la participation au processus budgétaire de l'État et aux politiques publiques. Cependant, les textes d'engagement manquent de la spécificité des activités envisagées et des résultats attendus nécessaires pour évaluer leur plein potentiel. L'engagement 11 cherche à impliquer les citoyens dans le processus d'élaboration des politiques environnementales par le biais d'un cadre consultatif, mais l'étendue de la composante de participation civique n'est pas suffisamment claire. D'autres engagements traitent d'objectifs politiques importants, tels que l'accès à la prestation de services publics, mais manquent de liens clairs avec un gouvernement ouvert (engagements 5, 7 et 8). Enfin, l'engagement 10 promet de former et de travailler à la participation des femmes et des jeunes en politique, mais les activités énumérées ne créent pas directement des opportunités de participation civique dans la prise de décision gouvernementale.

Dans les futurs plans d'action, le comité technique devrait examiner le projet de plan d'action pour s'assurer que les engagements ont une optique claire de gouvernement ouvert. Les textes d'engagement doivent clarifier comment la mise en œuvre rendra un domaine politique, une institution ou un processus décisionnel plus transparent, participatif ou responsable envers le public. Les rédacteurs sont également encouragés à concevoir des engagements ambitieux qui introduisent des changements ou créent de nouvelles pratiques, politiques ou institutions qui régissent un domaine politique, un secteur public et/ou une relation entre les citoyens et l'État.

Des engagements prometteurs dans le plan d'action 2021-2023 du Sénégal

L'examen suivant examine quatre engagements que le MII a identifiés comme ayant le potentiel pour les résultats les plus prometteurs. Cet examen éclairera l'approche de recherche du MII pour évaluer la mise en œuvre dans le rapport sur les résultats. Le rapport sur les résultats du MII s'appuiera sur l'identification précoce des résultats potentiels de cet examen pour contraster avec les résultats à la fin de la période de mise en œuvre du plan d'action. Cet examen fournit également une analyse des défis, des opportunités et des recommandations pour contribuer au processus d'apprentissage et de mise en œuvre de ce plan d'action.

S'ils sont pleinement mis en œuvre, les engagements liés à l'accès à l'information (1), à la lutte contre la corruption et aux déclarations de patrimoine (3), à l'ouverture du secteur de la pêche (4) et à la budgétisation participative au niveau local (9), comme indiqué dans le tableau 1 ci-dessous, pourrait produire des résultats substantiels de gouvernement ouvert. Ces engagements visent à institutionnaliser les changements dans l'ensemble du gouvernement et à maximiser le potentiel des réformes en cours en ajoutant la valeur d'un objectif de gouvernement ouvert. Ces réformes promettent de mieux informer les citoyens et d'améliorer la participation à l'élaboration des politiques publiques sur des questions telles que la lutte contre la corruption, la pêche ou les processus budgétaires.

Les engagements restants semblent, comme indiqué dans le plan d'action, moins liés aux valeurs du gouvernement ouvert ou moins susceptibles de modifier les pratiques gouvernementales actuelles et ne sont donc pas examinés en détail. Cependant, au cours de la mise en œuvre, il est possible d'accroître la spécificité de ces engagements afin de clarifier les résultats attendus et d'apporter des changements durables aux pratiques gouvernementales. Par exemple, l'engagement 2, sur la transparence budgétaire, est pertinent pour la participation civique et énumère plusieurs organisations de la société civile surveillant les questions budgétaires. Il est également aligné sur les objectifs de l'accélérateur d'ouverture budgétaire. Ce projet international a été lancé en mars 2020 par l'International Budget Partnership et la Global Initiative for Fiscal Transparency, dont le Sénégal fait partie ; il pilotera des mécanismes spécifiques de participation du public tout au long du cycle budgétaire. Cependant, le texte d'engagement est vague quant à la manière dont le cadre multipartite existant pour le suivi budgétaire en place depuis 2016 sera revitalisé, et donc comment le dialogue autour du budget pourrait s'améliorer, ou comment les citoyens pourraient avoir de nouvelles opportunités de suivi sur le processus budgétaire. Les plans d'action futurs pourraient s'engager à appliquer une budgétisation ouverte et participative à des secteurs spécifiques, tels que l'éducation et soins de santé.

L'engagement 11 vise à renforcer la participation des citoyens à la politique environnementale. Avec un point de départ d'une faible implication des citoyens et une forte pression internationale sur les questions de protection de l'environnement et de changement climatique, l'engagement a le potentiel de tracer la voie vers des politiques durables et mieux appropriées, en créant des mécanismes de participation à long terme. Le cadre de concertation proposé, incluant la société civile, pourrait être significatif et innovant. Cependant, le chercheur de l'IRM n'a pas pu accéder à suffisamment d'informations sur la portée, le format ou les composantes de participation civique prévues pour déterminer le potentiel de résultats de l'engagement. Les étapes restantes ne sont pas directement liées au gouvernement ouvert, car elles impliquent plus généralement la formation et la promotion des questions environnementales.

De même, l'engagement 12 vise de manière ambitieuse à systématiser la participation citoyenne dans les politiques publiques et représente un enjeu important lié au processus de décentralisation. Cependant, le texte d'engagement et les entretiens ont indiqué que les détails des activités et des résultats prévus devaient encore être confirmés. En particulier, comment documenter et traiter les contributions et les griefs des citoyens, et à qui, reste flou. L'engagement vise à élargir le rôle de la Commission de la société civile dans l'évaluation de la mise en œuvre des politiques publiques pour inclure des rapports alternatifs annuels indépendants sur la mise en œuvre des plans de développement économique et des objectifs de développement durable du Sénégal. Une feuille de route et cinq commissions thématiques (protection sociale ; croissance économique ; éducation & formation professionnelle ; emploi et travail décent ; genre ; gouvernance locale & politiques publiques) seront élaborées pour institutionnaliser la participation publique aux politiques de développement. Bien que cet engagement puisse s'avérer digne de mention, le MII a évalué le potentiel de cet engagement pour des résultats modestes, sur la base des informations disponibles au moment de la rédaction.

Les engagements 5 et 6 sont évalués comme ayant un impact potentiel modeste sur l'ouverture du gouvernement. L'amélioration des relations entre les agents de l'administration publique et les citoyens est importante, tout comme la numérisation des procédures administratives, mais ces engagements seraient plus pertinents et apporteraient des gains directs avec la divulgation de nouvelles informations, si des mécanismes étaient créés pour responsabiliser les agents publics ou si les engagements imaginaient de nouvelles possibilités de participation, ce qui n'est pas clair à ce stade.

Les engagements 7 et 8 traitent de questions pertinentes pour la société civile et sont importants pour la prestation de services publics, mais les aspects participatifs ne sont pas clairs au stade de cet examen. L'engagement 7 sera pertinent en matière de participation citoyenne, si les organisations de personnes handicapées sont associées à l'élaboration et à la mise en œuvre de la réforme, notamment le centre d'appel et la Haute Autorité pour l'égalité des chances ou le Conseil présidentiel. Cependant, ces aspects ne sont pas clairs dans le texte d'engagement. L'engagement 8 prévoit un partenariat avec des relais communautaires, pour faciliter l'accès à la justice formelle des personnes marginalisées, mais l'implication des organisations de la société civile n'apparaît pas clairement dans le texte d'engagement et les entretiens menés par le chercheur de l'IRM. Pour les deux engagements, un bon diagnostic des problèmes d'accès au formel justice et les services de base pour les personnes handicapées est une condition préalable pour mieux comprendre comment l'ouverture du gouvernement pourrait faciliter les réformes nécessaires.

Dans le contexte des élections locales de janvier 2022, l'engagement 10 vise à intensifier la participation des jeunes et des femmes au gouvernement par le biais de formations au leadership et à la gestion. Les activités proposées sont pertinentes et de portée importante, car un vaste programme de renforcement des capacités pourrait représenter une étape supplémentaire vers la mise en œuvre de la loi de 2010 sur la parité entre les sexes. Pour élever le niveau d'ambition de cet engagement, le MII recommande aux parties prenantes d'envisager des moyens d'accroître l'application de la loi sur la parité et d'introduire des mesures pour la participation des jeunes à la gouvernance. De plus, les engagements 9 et 10 pourraient se renforcer mutuellement, en incluant la formation des femmes et des jeunes dans les processus de budgétisation participative.

Tableau 1. Des engagements prometteurs

Des engagements prometteurs
Engagement 1 : Adopter la Loi sur l'accès à l'information et les législation: Identifiée comme une priorité nationale dans les consultations citoyennes régionales, une loi solide sur l'accès à l'information et une autorité publique responsable promettent de cristalliser les efforts actuels pour garantir le droit d'accès à l'information publique.
Engagement 3 : Renforcement des pouvoirs de l'Office National de Lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC) : Conformément à la stratégie nationale de lutte contre la corruption récemment adoptée, l'engagement prévoit de mettre à jour le cadre juridique en collaboration avec la société civile, de renforcer les pouvoirs de l'OFNAC et de faire appliquer la législation sur la déclaration de patrimoine.
Engagement 4 : Engagement envers la Fisheries Transparency Initiative (FiTI) : Suite à un engagement similaire dans le industries d'extraction, l'engagement vise une plus grande transparence, responsabilité et participation dans le secteur de la pêche en obtenant l'adhésion du Sénégal à la FiTI et en préparant un premier plan d'action.
Engagement 9 : Promouvoir l'approche budget participatif au niveau local : La révision de la réglementation des cadres de concertation et le renforcement des capacités des collectivités locales et des organisations de la société civile promettent d'étendre la budgétisation participative au niveau local.

Voir Sénégal OGP National Action Plan 2021-23, p.43 de la version anglaise.

Entretien avec Cheikh Fall Mbaye (DPBG), point focal OGP, 6 octobre 2021. Entretien avec Falilou Mbacke Cissé (Institut Africain de Gouvernance, IAG), 26 novembre 2021.

Entretien avec Cheikh Fall Mbaye (DPBG), point focal OGP, 6 octobre 2021. Entretien avec Falilou Mbacke Cissé (Institut Africain de Gouvernance, IAG), 26 novembre 2021.

Entretien avec Cheikh Fall Mbaye (DPBG), point focal OGP, 6 octobre 2021. Article 19 réponse écrite au chercheur IRM, 18 novembre 2021. Le point focal a fourni au chercheur IRM le rapport des ateliers de convergence et d'écriture (avril 2021) et la liste des participants à l'atelier de validation (juillet 2021).

Voir « Rapport consolidé des consultations citoyennes du PGO », Direction de la Promotion de la Bonne Gouvernance et Expertise France (programme PAGOF), 26 janvier 2021.

Des entretiens vidéo ont été réalisés en octobre et novembre 2021 avec : Cheikh Fall Mbaye, Direction de la promotion de la bonne gouvernance et point focal OGP (6 octobre) ; Ndèye Fatou Sarr, RADDHO (12 novembre) ; Diafara Sèye, ministère des Finances et du Budget (12 novembre) ; Malick Diop, Plateforme des acteurs non étatiques (19 novembre) ; Rokhiatou Gassama, Conseil sénégalais des femmes (22 novembre) ; Alaya Ouarme, ministère de l'Économie, du Plan et de la Coopération (23 novembre) ; Falilou Mbacke Cissé, Institut Africain de Gouvernance (26 novembre). Des réponses écrites aux questions posées par le chercheur de l'IRM ont été reçues de : Action Solidaire International (9 novembre) ; la FiTI et le Ministère des Pêches (16 novembre) ; ministère des Collectivités territoriales, de l'Aménagement et de l'Aménagement du territoire (17 novembre) ; article 19 (18 novembre); OFNAC (18 novembre); Bureau Organisation et Méthodes (19 novembre); Ministère de l'économie, du plan et de la coopération (20 novembre).

OFNAC, réponse écrite au chercheur de l'IRM, 18 novembre 2021.

Entretien avec Malick Diop (Plateforme des acteurs non étatiques, PFANE), 19 novembre 2021.

Article 19, réponse écrite au chercheur de l'IRM, 18 novembre 2021.

https://pgo.sn/

L'accélérateur d'ouverture budgétaire est un projet développé par l'International Budget Partnership (IBP) et l'Initiative mondiale pour la transparence budgétaire (GIFT). Il vise à améliorer la transparence et à accroître la participation du public aux politiques budgétaires. Le FOA est soutenu par le Département d'État américain et le Fonds fiduciaire multidonateurs OGP, géré par la Banque mondiale. Voir https://www.fiscaltransparency.net/foaproject/

Direction du Plan et des Politiques Economiques/Ministère de l'Economie, du Plan et de la Coopération, réponse écrite au chercheur de l'IRM, 20 novembre 2021.

Entretien avec Ndèye Fatou Sarr (RADDHO), 12 novembre 2021.

Entretien avec Rokhiatou Gassama, Conseil Sénégalais des Femmes (COSEF), 22 novembre 2021.

En juin 2021, sur 558 communes, seules 15 femmes étaient maires et deux présidentes sur 46 conseils départementaux. Voir « Sénégal : Les femmes à l'assaut des collectivités territoriales – Le temps de l'affirmation », Aliou Diouf, le Soleil, 8 juin 2021 : https://fr.allafrica.com/stories/202106090382.html. Sur la parité hommes-femmes dans les élections politiques, voir aussi « La parité hommes-femmes au Sénégal – Une lutte continue », Marianne Tøraasen, Chr. Michelsen Institute (CMI Insight n° 2), 2017 : https://www.cmi.no/publications/6230-gender-parity-in-senegal-a-continuing-struggle

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership