Ignorer la navigation
Australie

Lutte contre le crime d’entreprise (AU0004)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national australien 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution directrice: Département du Procureur général

Institution (s) de soutien: ACLEI, police fédérale australienne, commission australienne des valeurs mobilières et des investissements, directeur des poursuites pénales du Commonwealth, ministère du Trésor et ministère du Premier ministre et du Cabinet; L’industrie, les organismes de pointe (y compris le Law Council of Australia), les organisations non gouvernementales (notamment Open Government Partnership Network, Accountability Round Table) et des partenaires internationaux

Domaines politiques

Anti-Corruption, Institutions anti-corruption, Justice, Justice pour OG, Législation et réglementation, Législatives, Paix et sécurité, Participation du public

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de mandat Australie 2016-2018, Rapport de mi-parcours pour l'Australie 2016-2018

Étoilé: non

Premiers résultats: majeur Majeur

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent par rapport aux valeurs du PGO: la participation citoyenne

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Objectif et description: L’Australie renforcera sa capacité de prévention, de détection et de lutte contre la criminalité des entreprises, en particulier la corruption d’agents publics étrangers, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Nous y parviendrons en poursuivant les réformes des cadres législatifs pertinents, ce qui nécessitera un processus de consultation publique. Status Quo: L'Australie a mis en place des lois solides pour lutter contre la criminalité dans les entreprises. Nous sommes partie à la Convention de l'OCDE sur la lutte contre la corruption et nous allons le réexaminer à nouveau dans le cadre de cette convention sous 2017. La loi 1995 sur le Code pénal incrimine le fait de corrompre un agent public étranger et prévoit des sanctions sévères pour les particuliers et les entreprises. Bien que deux procédures de poursuite pour corruption à l'étranger soient en cours, il est difficile de faire appliquer la loi car les infractions se produisent généralement à l'étranger et il peut être difficile de détecter de manière proactive. Nous avons également un régime solide pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme en vertu de la loi 2006 sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Un examen statutaire de cette législation a été déposé au Parlement en avril 2016 et le gouvernement étudie actuellement sa réponse. Nous explorons également de nouvelles réponses à la corruption et au crime d’entreprise. En mars 2016, nous avons publié un document de discussion public sur un éventuel système d’accord de poursuite différée en Australie. Un système efficace de DPA pourrait encourager les entreprises à signaler eux-mêmes leurs comportements criminels et fournir aux organismes chargés de l'application de la loi et des poursuites pénales un nouvel outil pour identifier et traduire les contrevenants en justice. Ambition: Nous veillerons à ce que nos lois relatives à la corruption d’agents publics étrangers, au blanchiment d’argent et au financement du terrorisme soient rigoureuses et qu’il n’y ait pas d’obstacles inutiles à une poursuite efficace. Nous organiserons des consultations publiques sur la mise en œuvre des recommandations issues de l’examen, en vertu de la loi, de la loi 2006 sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, ainsi que des règles et règlements connexes. Nous répondrons à la consultation publique pour savoir si un système d'APD faciliterait des réponses plus efficaces et plus efficientes à la corruption et à la corruption dans les entreprises en encourageant les entreprises à s'auto-déclarer. Nous examinerons le régime d'application de la Commission australienne des valeurs mobilières et des investissements (ASIC) afin d'évaluer l'adéquation des outils de réglementation existants à sa disposition pour s'acquitter de ses fonctions correctement. Pertinence: Cet engagement fera progresser les valeurs de responsabilité publique du PGO en renforçant la capacité de l'Australie à prévenir, détecter et combattre la corruption d'agents publics étrangers et à respecter ses obligations internationales; l'amélioration de l'efficacité de la législation en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme; et encourager les entreprises à signaler les comportements criminels. Open Government Partnership Network, Accountability Round Table) et des partenaires internationaux

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

4. Combattre le crime d'entreprise

Texte d'engagement:

L’Australie renforcera sa capacité de prévention, de détection et de répression de la criminalité d’entreprise, en particulier de la corruption d’agents publics étrangers, du blanchiment de l’argent et du financement du terrorisme.

Nous y parviendrons en poursuivant les réformes des cadres législatifs pertinents, ce qui nécessitera un processus de consultation publique.

[...]

Ambition:

Nous veillerons à ce que nos lois relatives à la corruption d'agents publics étrangers, au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme soient efficaces et qu'il n'y ait pas d'obstacles inutiles à des poursuites efficaces.

Nous organiserons des consultations publiques sur la mise en œuvre des recommandations issues de l’examen, en vertu de la loi, de la loi 2006 sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, ainsi que des règles et règlements connexes.

Nous répondrons à la consultation publique pour savoir si un système d'APD faciliterait des réponses plus efficaces et plus efficientes à la corruption et à la corruption dans les entreprises en encourageant les entreprises à s'auto-déclarer.

Nous examinerons le régime d'application de la Commission australienne des valeurs mobilières et des investissements (ASIC) afin d'évaluer l'adéquation des outils de réglementation existants à sa disposition pour s'acquitter de ses fonctions correctement.

Jalons:

  1. AGD examinera les lois applicables à la corruption transnationale et consultera le public sur les options de réforme possibles.
  2. Répondez à la consultation sur un éventuel programme d'APD australien et consultez des modèles possibles.
  3. Consultez publiquement les recommandations de la révision statutaire de la loi 2006 sur la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, ainsi que les règles et règlements associés, et mettez en œuvre les réformes législatives.
  4. Revoir le régime d'application de l'ASIC.

Institution responsable: Ministère de la justice

Institution (s) de soutien): ACLEI, police fédérale australienne, commission australienne des valeurs mobilières et des investissements, directeur des poursuites pénales du Commonwealth et du Trésor: consultez le plan d'action national australien pour une liste complète.

Date de début: 2016 décembre Date de fin: 2019

Note éditoriale: Ceci est une version partielle du texte d'engagement. Pour le texte de l'engagement complet, voir le Plan d'action national pour l'Australie disponible à l'adresse suivante: https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Australia_NAP_2016-2018_0.pdf

Contexte et objectifs

Cet engagement regroupe diverses initiatives relatives à la divulgation et à la transparence dans la réglementation des entreprises.

Milestone 1: Il s'agit actuellement d'une infraction en vertu de l'article 70.2 du Code criminel. fournir un avantage qui n'est pas légitimement dû à une personne ayant l'intention d'influencer un agent public étranger dans l'exercice de ses fonctions. Cependant, très peu de poursuites ont été engagées pour cette infraction. Le groupe de travail de l'OCDE sur la corruption a indiqué dans 2015 que des réformes supplémentaires et des mesures d'exécution étaient nécessaires pour établir l'engagement du gouvernement à l'égard de la Convention 1997 de l'OCDE sur la lutte contre la corruption d'agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales. Le gouvernement a reconnu qu'il est difficile de prouver l'intention du contrevenant présumé. Les pots-de-vin peuvent être dissimulés en tant que paiements légitimes, en violation des fausses lois sur la comptabilité. Il est possible que des informations détaillées ne puissent pas être obtenues auprès d’autres pays et la question de savoir si l’infraction s’étend de l’acquisition d’affaires imprévues pour le compte de tiers est incertaine.

Le Jalon 1 engage le gouvernement à revoir les lois en vigueur concernant la corruption transnationale et à mener des consultations sur leur réforme. La forme et l'étendue de l'examen et la méthode de consultation ne sont pas clairement définies dans le texte de l'engagement et, par conséquent, elles ne sont pas très spécifiques. La proposition de consultation publique sur les réformes proposées renforcera la consultation publique au cours du processus de consultation, mais rien ne prévoit une collaboration accrue avec les groupes de la société civile à l'avenir.

Cette étape a un impact potentiel mineur car elle ne prend aucun engagement de mettre en œuvre des réformes après le processus de consultation. Même si elles sont mises en œuvre, l'impact éventuel des réformes sur l'amélioration de l'accès à l'information et la responsabilisation des agents publics n'est pas clair. Transparency International, par exemple, dans diverses soumissions et entretiens dans le cadre de ce rapport, suggère qu'une réforme de la loi est nécessaire pour lutter contre la corruption transnationale. Toutefois, les réformes proposées auront un impact limité si elles ne comportent pas les éléments suivants: (a) protection des lanceurs d'alerte, d) empêcher que des ordonnances de suppression ne soient rendues dans des affaires de corruption transnationale. Encourager les auto-déclarations et les règlements négociés, comme dans le jalon 2, est également important.

En dehors de l'engagement, une enquête sur la corruption transnationale menée par le Comité de référence économique du Sénat a été ouverte le 24 June 2015. Le rapport du comité, publié sur 28 March 2018, sera discuté dans le rapport de fin de trimestre.

Milestone 2: Les accords de poursuite différée (DPA) impliquent des règlements volontaires et négociés entre un procureur et le défendeur afin d'éviter la nécessité de poursuivre avec succès les poursuites pour infraction pénale. Ils nécessitent généralement une coopération lors de toute enquête, le paiement de pénalités financières, un programme visant à améliorer la conformité future et éventuellement à indemniser les personnes concernées.

Un document de consultation publique invitant à commenter l'opportunité d'introduire un système d'APD en Australie afin de renforcer la responsabilité des entreprises australiennes pour les crimes graves commis par des entreprises a été publié en mars 2016. Les communications ont généralement convenu de la nécessité d'un tel système pour surmonter les difficultés liées à la détection, l'investigation et la poursuite des infractions professionnelles, encourager l'autodéclaration de l'inconduite interne par les entreprises, améliorer la conformité et la culture des entreprises et atténuer les effets des poursuites sur la réputation.

À cette occasion, le gouvernement australien s'est engagé à poursuivre les consultations publiques sur un modèle d'introduction d'un système DPA. Cela augmentera donc la participation du public au cours du processus de consultation mais, bien que mesurable, le jalon n’est pas spécifique en ce qui concerne le modèle de consultation à adopter et la mesure dans laquelle toute consultation mènera à l’introduction d’un système de DPA. Cette étape a un impact potentiel modéré. Un système d'APD peut potentiellement inclure la divulgation publique des résultats négociés ainsi que l'établissement de directives publiques sur leur utilisation. Une fois mis en œuvre, un tel système pourrait accroître l’information du public sur les enquêtes et la répression de la criminalité d’entreprise. Le fonctionnement du régime lui-même est également susceptible d'être soumis à un réexamen. Cependant, il n'est pas proposé à ce stade que des mécanismes supplémentaires pour garantir la responsabilité de l'utilisation des APD soient introduits avec le schéma autre que la transparence des résultats négociés ou l'instauration de poursuites. Ces impacts potentiels sont subordonnés à la mise en œuvre d'un programme DPA dans le sens proposé actuellement.

Milestone 3: Le Loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme 2006 (Loi LBC / FT) oblige les entreprises réglementées à établir, mettre en œuvre et maintenir un programme de conformité, à mener une vérification diligente de leurs clients et à déposer des rapports sur des transactions spécifiées et des objets suspects auprès du Centre australien de rapports et d'analyse des transactions (AUSTRAC).

Le ministère public a achevé l'examen de ce régime réglementaire en avril 2016. Sur la base des commentaires de l'industrie et des divers organismes concernés, l'examen a conclu que l'industrie était généralement favorable au régime actuel et à son approche fondée sur les risques, mais qu'il devait être renforcé et simplifié. L'examen a abouti à des recommandations 84, notamment une simplification de la législation et des règles, des réformes à concevoir conjointement avec l'industrie et des agences partenaires, afin que les entreprises réglementées reçoivent un retour d'information ciblé sur leurs activités de conformité et que l'échange d'informations AUSTRAC soit amélioré. Cette étape oblige le gouvernement à mener des consultations publiques sur les recommandations de l'examen et à mettre en œuvre des réformes législatives.

Le texte de l'engagement ne précise pas la nature et l'étendue de la consultation, bien que la recommandation de l'examen selon laquelle les réformes soient élaborées conjointement avec l'industrie et les agences partenaires suggère que la consultation ne se limite pas à la simple publication de documents de synthèse. Le jalon a un impact potentiel modéré si les réformes législatives s'étendent dans les limites recommandées dans le réexamen. Dans les soumissions au processus de consultation à ce jour et dans les entretiens pour le présent rapport, un soutien général a été exprimé en faveur de la simplification du régime actuel et de l'amélioration de la transparence de son fonctionnement et de son impact. Des préoccupations ont été exprimées au sujet de certaines des réformes proposées, notamment sur le point de savoir s’il existe des preuves suffisantes de l’efficacité des lois en vigueur pour justifier leur expansion, et l’intrusion réglementaire de ces lois dans de nouvelles industries ou professions.

Milestone 4: Un examen du système financier australien dans 2014 a identifié un certain nombre de lacunes dans les pouvoirs d'exécution de la Commission australienne des valeurs mobilières et de l'investissement (ASIC) et a recommandé que l'ASIC soit doté d'instruments réglementaires plus stricts. En octobre, le gouvernement 2016 a créé le groupe de travail ASIC Enforcement Review afin d’examiner la législation existante en matière de sociétés, de services financiers, de crédit et d’assurances, notamment en ce qui concerne le besoin de sanctions plus sévères, la mise en place de mécanismes alternatifs de contrôle, le renforcement des pouvoirs de collecte d’informations exigences relatives à l'activité illégale. Le groupe de travail est présidé par le département du Trésor et comprend des représentants de haut niveau d'ASIC, du département du procureur général et du bureau du directeur des poursuites pénales du Commonwealth. Un groupe d'experts composé de représentants du Consumer Action Law Center, du Law Council of Australia, d'universitaires et d'avocats a également été créé.

Bien que cette étape décisive engage le gouvernement à revoir les pouvoirs d'exécution de l'ASIC, dans le contexte de la création du groupe de travail, la portée et la conduite de l'examen sont très spécifiques. Le rôle du groupe d'experts et d'autres efforts de consultation dans la réalisation de l'examen pourraient avoir un impact significatif sur l'augmentation de la participation civique. Cependant, le rôle du groupe d'experts étant limité dans sa portée et sa durée, l'impact potentiel sur la participation civique n'est que modéré.

Aboutissement

Milestone 1: Ce jalon était terminé. Le ministre de la Justice a publié un document de consultation publique sur 4 April 2017, un projet de réforme de la législation australienne relative à la corruption étrangère. Il comprenait un avant-projet de modifications législatives proposées. Le MJ a invité les soumissions jusqu'à 1 May 2017, des soumissions 16 ayant été reçues d'organismes du secteur, d'organisations de la société civile et d'universitaires. Le bureau du procureur général a mis toutes les informations à la disposition du public.

Les lois sur la corruption à l'étranger ont également été discutées avec des parties prenantes non gouvernementales lors de la table ronde des entreprises du gouvernement sur la lutte contre la corruption, organisée le 31 March 2017. Toutefois, les entretiens avec les participants à cette table ronde ont mis en évidence le temps limité disponible en raison du large éventail de sujets traités, notamment les questions liées au terrorisme et à la cybersécurité.

Au moment de la rédaction du présent rapport, le bureau du procureur général n’avait pas fait de commentaires sur les soumissions de discussions en table ronde ni d’autres éléments de réponse.

Milestone 2: Ce jalon était terminé. Le MdJ a publié un document de consultation publique, répondant à la précédente consultation, sur un modèle proposé pour un schéma DPA sur 31 March 2017, avec des soumissions invitées jusqu'à 1 May 2017. Des parties prenantes, notamment des cabinets d’avocats, des groupes d’entreprises, des organisations de la société civile et des universitaires, ont soumis des documents 18. Le bureau du procureur général n'a fait aucun commentaire ou réponse au processus de consultation accessible au public.

Milestone 3: Cette étape a été pratiquement achevée. Le département du Procureur général a publié un plan de projet pour la mise en œuvre de la révision 2016 de la loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme en février 2017. Il présente deux phases de mise en œuvre, la consultation sur la première phase ayant déjà commencé en novembre 2016. Un document de consultation sur les amendements à la phase 1 avait déjà été publié par le ministère public en décembre 2016 avec un document séparé sur la réglementation des monnaies numériques, un problème particulier identifié dans la Revue 2016. Le ministère public a également publié en novembre 2016 des documents de consultation sectoriels concernant les comptables, les marchands d'articles de valeur ou de luxe, les juristes et les convoyeurs, les professionnels de l'immobilier et les prestataires de services aux entreprises et aux sociétés de fiducie. Les soumissions publiques sur chacun de ces documents ont été clôturées sur 31 de janvier, avec six soumissions générales et des soumissions spécifiques à 2017, disponibles sur le site Web du Procureur général. Les services du Procureur général n’ont pas communiqué les détails des futures tables rondes et de la création et du rôle du Conseil de consultation de l’industrie.

Le plan de projet prévu pour la mise en œuvre législative ou les rapports sur les projets de la phase 1 seraient achevés d’ici juillet 2017. Le projet de loi proposé a été présenté au Parlement le 17 August 2017 après la période de mise en œuvre considérée. Des entretiens avec le ministère du Procureur général ont montré que des recommandations au gouvernement, issues des consultations sectorielles, avaient été fournies sur 30 June 2017 et que des consultations relatives aux projets de la phase 2 avaient également débuté en juillet 2017.

Milestone 4: Ce jalon était en grande partie terminé. Le groupe de travail ASIC Enforcement Review Taskforce, dirigé par un groupe de travail présidé par le département du Trésor, a publié six documents de consultation jusqu'à la fin du mois de septembre, 2017. Celles-ci incluent «Auto-déclaration des infractions commises par des services financiers et des titulaires de licence de crédit» sur 12 April 2017. Au moment de la rédaction du présent rapport, le Département du Procureur général n’a pas présenté publiquement d’avis sur le processus de consultation. Les entretiens avec le ministère public ont indiqué qu'un rapport serait soumis au gouvernement pour qu'il l'examine à la fin de 2017.

Hormis les consultations entreprises en application de cet engagement, aucun résultat disponible au public n’a été rendu public.

Prochaines étapes

Le processus de consultation et de mise en œuvre de l'étape 3 devrait se poursuivre dans le prochain cycle du plan d'action. Les autres aspects de ce processus devraient être reflétés dans le prochain plan d'action. Une collaboration en cours avec des parties prenantes non gouvernementales pourrait être envisagée pour évaluer la mise en œuvre et l'impact de toute réforme et envisager d'autres options de réforme.


Le code pénal figure dans l’annexe de la loi 1995 du Code pénal, https://www.legislation.gov.au/Series/C2004A04868.

Transparency International Australia, Document de synthèse #1, corruption d'agents publics étrangers, p 2, http://transparency.org.au/our-work/bribery-of-foreign-public-officials/.

OCDE, «Australie: suivi du rapport et des recommandations de la phase 3», avril 2015, http://www.oecd.org/daf/anti-bribery/Australia-Phase-3-Follow-up-Report-ENG.pdf.

Introduits en mars 2016, ceux-ci érigent en infraction le fait de falsifier des documents comptables de manière intentionnelle ou imprudente.

Ministère public, «Document de consultation publique - Modifications apportées à l'infraction de corruption transnationale dans la loi sur le code pénal 1995», p. 3-4, https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Proposed-amendments-to-the-foreign-bribery-offence-in-the-criminal-code-act-1995.aspx

Transparency International Australia, Document de synthèse #1, corruption d'agents publics étrangers, p 3, http://transparency.org.au/our-work/bribery-of-foreign-public-officials/; Entretien avec Greg Thompson, membre du conseil d'administration de Transparency International Australie, réunion téléphonique, 5 septembre 2017.

Page d'accueil relative à l'enquête sur la corruption à l'étranger. https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Senate/Economics/Foreignbribery45th.

Comité de référence économique du Sénat, Corruption étrangère, Mars 2018 disponible à https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Senate/Economics/Foreignbribery45th/Report (consulté 6 / 4 / 2018).

Ministère public, "Accords de poursuite différée - consultation publique", https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Deferred-prosecution-agreements-public-consultation.aspx ('Consultation 2016 DAP')

Ministère de la justice, 'Modèle proposé pour un système d'accord de poursuite différée en Australie, https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Proposed-model-for-a-deferred-prosecution-agreement-scheme-in-australia.aspx ('Proposition 2017 DAP') aux pages 1-2; Consultation de 2016 DAP au pp 9-10.

Soumissions à la consultation 2016 DAP du «Law Council of Australia (Section du droit des affaires) - groupe de travail sur les pratiques de corruption et de corruption» et de «Transparency International», https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Deferred-prosecution-agreements-public-consultation.aspx; Entretien avec Greg Thompson, membre du conseil d'administration de Transparency International Australie, réunion téléphonique, 5 septembre 2017.

Registre fédéral de législation, https://www.legislation.gov.au/Series/C2006A00169.

Rapport sur l'examen statutaire de la loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme 2006, April 2016, https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/StatReviewAntiMoneyLaunderingCounterTerrorismFinActCth4006.aspx

Entretien avec Greg Thompson, membre du conseil d'administration de Transparency International Australie, réunion téléphonique, 5 septembre 2017; Jessie Cato, coordinatrice nationale, Publiez ce que vous payez Australie, Melbourne, Vic, 24 Août 2017.

Par exemple, la soumission du Law Council of Australia, https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Amlctf-statutory-review-implementation.aspx.

Enquête sur le système financier, recommandation 29, http://fsi.gov.au/publications/final-report/chapter-5/strengthening-asic/ (La revue 'Murray').

Application Taskforce Review Taskforce, mandat, https://treasury.gov.au/review/asic-enforcement-review/terms-of-reference/.

Ministère public, "Projet de modification de l'infraction de corruption transnationale dans la loi 1995 sur le code pénal", https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Proposed-amendments-to-the-foreign-bribery-offence-in-the-criminal-code-act-1995.aspx

Ministère public, "Projet de modification de l'infraction de corruption transnationale dans la loi 1995 sur le code pénal", https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Proposed-amendments-to-the-foreign-bribery-offence-in-the-criminal-code-act-1995.aspx.

Ceci est spécifiquement défini dans l'engagement 4.2.

Entretien avec Greg Thompson, membre du conseil d'administration de Transparency International Australie, réunion téléphonique, 5 septembre 2017.

Ministère public, "Modèle proposé pour un régime d'accord de poursuite en Australie", https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Proposed-model-for-a-deferred-prosecution-agreement-scheme-in-australia.aspx.

Ministère public, Renforcement du régime australien de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme: amendements de la phase 1 à la loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme 2006, Décembre 2016, https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Amlctf-statutory-review-implementation.aspx.

Ministère public, Réglementation des monnaies numériques sous le régime australien de LBC / FT: Document de consultation, Décembre 2016, https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Amlctf-statutory-review-implementation.aspx.

Ministère du Procureur général, 'Mise en œuvre de la révision statutaire de la LBC / FT', https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Amlctf-statutory-review-implementation.aspx.

Ministère du Procureur général, 'Mise en œuvre de la révision statutaire de la LBC / FT', https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Amlctf-statutory-review-implementation.aspx.

Entretien avec le ministère public, Canberra ACT, 8, septembre 2017.

ASIC Enforcement Review, 'Completed Consultations', https://treasury.gov.au/review/asic-enforcement-review/.

Entretien avec le ministère public, Canberra ACT, 8, septembre 2017.

Résumé du statut de fin de session IRM

Engagement 4. Lutte contre le crime d'entreprise

Texte d'engagement:

L’Australie renforcera sa capacité de prévention, de détection et de répression de la criminalité d’entreprise, en particulier de la corruption d’agents publics étrangers, du blanchiment de l’argent et du financement du terrorisme.

Nous y parviendrons en poursuivant les réformes des cadres législatifs pertinents, ce qui nécessitera un processus de consultation publique.

[...]

Ambition:

Nous veillerons à ce que nos lois relatives à la corruption d'agents publics étrangers, au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme soient efficaces et qu'il n'y ait pas d'obstacles inutiles à des poursuites efficaces.

Nous organiserons des consultations publiques sur la mise en œuvre des recommandations issues de l’examen, en vertu de la loi, de la loi 2006 sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme, ainsi que des règles et règlements connexes.

Nous répondrons à la consultation publique pour savoir si un système d'APD faciliterait des réponses plus efficaces et plus efficientes à la corruption et à la corruption dans les entreprises en encourageant les entreprises à s'auto-déclarer.

Nous examinerons le régime d'application de la Commission australienne des valeurs mobilières et des investissements (ASIC) afin d'évaluer l'adéquation des outils de réglementation existants à sa disposition pour s'acquitter de ses fonctions correctement.

Jalons:

  1. AGD examinera les lois applicables à la corruption transnationale et consultera le public sur les options de réforme possibles.
  2. Répondez à la consultation sur un éventuel programme d'APD australien et consultez des modèles possibles.
  3. Consultez publiquement les recommandations de la révision statutaire de la loi 2006 sur la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, ainsi que les règles et règlements associés, et mettez en œuvre les réformes législatives.
  4. Revoir le régime d'application de l'ASIC.

Institution responsable: Ministère de la justice

Institution (s) de soutien): ACLEI, police fédérale australienne, commission australienne des valeurs mobilières et des investissements, directeur des poursuites pénales du Commonwealth et du Trésor: consultez le plan d'action national australien pour une liste complète.

Date de début: 2016 décembre              Date de fin: 2019

Note éditoriale: Ceci est une version partielle du texte d'engagement. Pour le texte de l'engagement complet, voir le Plan d'action national pour l'Australie disponible à l'adresse suivante: https://www.opengovpartnership.org/sites/default/files/Australia_NAP_2016-2018_0.pdf

But de l'engagement:

Dans le cadre de cet engagement, le gouvernement australien devait consulter et examiner diverses initiatives en matière de réglementation des entreprises, notamment le recours à la transparence et à la divulgation pour réglementer la corruption d'agents publics étrangers, le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme et la corruption des entreprises en général. Cet engagement vise notamment à:

  1. Examiner les infractions actuelles et les pratiques d'application en matière de corruption transnationale et engager une consultation sur leur réforme, sans s'engager à mettre en œuvre les résultats de toute consultation;
  2. Engager de nouvelles consultations publiques sur un modèle d'accords de poursuites différées (DPA) à utiliser dans les domaines impliquant la criminalité des entreprises, après qu'une consultation de 2016 a établi un soutien général pour l'utilisation d'un tel système;
  3. Engager une consultation publique sur les recommandations formulées dans un examen de 2016 de la législation contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, et mettre en œuvre une réforme législative; et
  4. Examiner les pouvoirs d'exécution de l'Australian Securities and Investment Commission (ASIC) par la création et le soutien de l'ASIC Enforcement Review Taskforce.

Statut

Mi-parcours: substantiel

Dans l'ensemble, cet engagement a été pratiquement achevé à mi-parcours. Les étapes 1 et 2 ont été franchies, le ministre de la Justice ayant publié des documents de consultation sur les réformes proposées des lois australiennes sur la corruption transnationale et un modèle proposé pour un régime d'accords de poursuites différées. Le ministère public a convoqué la table ronde gouvernementale de lutte contre la corruption avec des parties prenantes non gouvernementales et discuté des lois sur la corruption, le 31 mars 2017. Le ministère public a également achevé la première des deux phases de consultation sur l'examen de 2016 de la loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, la deuxième phase de consultation devant commencer après la période considérée dans le rapport d'avancement (étape importante). 3). Le groupe de travail sur l'examen de l'application de la loi de l'ASIC, créé avant le début du plan d'action national, a publié deux des documents de consultation prévus (étape 4).

Fin du mandat: substantiel

En ce qui concerne l'étape 4, l'ASIC Enforcement Taskforce a publié huit documents de consultation jusqu'en novembre 2017. 149 soumissions ont été reçues et mises à disposition sur le site Web du Département du Trésor. Le Trésor a également formé un groupe d'experts issus du monde universitaire et d'experts juridiques pour informer le groupe de travail. Le groupe de travail a remis son rapport au gouvernement le 18 décembre 2017, faisant une cinquantaine de recommandations de réforme concernant l'auto-déclaration des infractions par les prestataires de services financiers et de crédit, le renforcement des pouvoirs de recherche et l'accès aux matériaux d'interception des télécommunications, l'adoption d'un modèle de corégulation pour les codes de conduite de l'industrie, le renforcement des pouvoirs d'octroi de licences et la capacité d'interdire aux particuliers de gérer les services financiers, l'augmentation des sanctions disponibles et l'introduction du pouvoir de donner des directives contraignantes sur les services financiers et les titulaires de licence de crédit. Le gouvernement a répondu au rapport du groupe de travail le 16 avril 2018, en acceptant, ou en principe, toutes les recommandations du groupe de travail. Le jalon 4 est donc terminé.

At-il ouvert le gouvernement?

Participation civique: majeure

La mise en œuvre de cet engagement, principalement par le biais du processus d'engagement du public adopté à l'étape 4, a eu un effet majeur sur l'ouverture du gouvernement.

Comme indiqué lors de l'examen de l'ASIC: «La consultation publique sur un pouvoir de direction de l'ASIC a souligné l'importance d'une équité procédurale claire pour les titulaires de licence et a aidé le groupe de travail à parvenir à ses recommandations finales. Ce processus de consultation a impliqué une publication très détaillée et structurée de plusieurs documents de consultation, des soumissions d'un large éventail de personnes potentiellement affectées par le travail du groupe de travail, et a inclus des contributions importantes d'un groupe d'experts largement constitué.

Le processus allait bien au-delà de la pratique courante antérieure qui consistait à donner l'occasion de commenter un document de consultation publique. Comme convenu par Gerard Brody, PDG du Consumer Action Law Center, membre du groupe d'experts qui a informé le groupe de travail, ce groupe a fourni une opportunité importante pour les perspectives des consommateurs et des entreprises, ainsi que l'expertise académique, à inclure dans le travail du groupe de travail.

La publication d'un document de travail et la publication des observations en réponse, sous les jalons 1 et 2, étaient similaires à la pratique récente du Département du Trésor en matière de réforme du droit des sociétés. Le Ministère n’a communiqué aucune rétroaction du public sur la consultation, mais la législation - le Projet de loi de 2017 portant modification de la législation sur la criminalité (lutte contre le crime d'entreprise)—A été proposé au Parlement, mais est devenu caduc à la fin de la session parlementaire du 1er juillet 2019. Le projet de loi reflète en grande partie l'exposé-sondage et les éléments mis de l'avant par le gouvernement dans le cadre du processus de consultation. Cependant, certains éléments de l'exposé-sondage sur les modifications apportées aux infractions de corruption transnationale, comme l'inclusion de la faute d'insouciance comme élément de l'infraction, ont été modifiés à la suite du processus de consultation.

La Loi de 2017 modifiant la loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme (La «loi modificative») met en œuvre un certain nombre de réformes proposées dans le cadre de la première phase de la consultation sur le réexamen statutaire de 2016, dans le cadre de l'étape 3. Le chercheur de l'IRM n'a pu trouver aucune preuve permettant de savoir si les propositions présentées dans ce document de consultation mais non reflétées dans la loi modificative ont été rejetées (peut-être en raison du processus de consultation) ou sont toujours en cours d'élaboration et incluses dans les futurs projets de loi.

Les mesures de la loi d'amendement sont également décrites par le ministère public comme étant de nature plus technique et pouvant être mises en œuvre rapidement. À la fin du mandat du premier plan d'action national, aucune information publique n'était disponible sur les réformes plus substantielles et complexes recommandées par l'examen, y compris la simplification et la rationalisation du régime de LBC / FT, l'inclusion des entreprises basées à l'étranger et la extension possible du régime à des services particuliers fournis par des avocats, des comptables, des transporteurs, des agents immobiliers, des concessionnaires de grande valeur et des prestataires de services aux sociétés et fiducies.

En dehors de cet engagement, une enquête sur la corruption transnationale menée par le Comité sénatorial des références économiques (SERC) a débuté le 24 juin 2015. Au cours de son enquête, le SERC a reçu 46 soumissions publiques et a tenu trois audiences publiques - deux à Sydney et une à Melbourne. Le rapport SERC, publié le 28 mars 2018, note que le processus de consultation pour les étapes 2 et 3 examine les réformes proposées, mais ne prend pas en compte les observations présentées dans le cadre de cette consultation. Cependant, tout au long du rapport, il est fait référence aux points de vue des parties prenantes exprimés au cours du processus de consultation. Le SERC formule plusieurs recommandations conformément à la législation proposée sur la lutte contre la criminalité des entreprises, mais en inclut également d'autres allant au-delà du champ d'application de la législation proposée pour inclure la suppression d'une défense contre les paiements de facilitation et l'extension de l'enregistrement de la propriété effective.

Reportés?

Il n'y a aucun engagement concernant la consultation publique sur la réforme de la législation anti-blanchiment d'argent et de financement du terrorisme dans le deuxième plan d'action national. Le deuxième plan d'action national comprend toutefois une déclaration selon laquelle le gouvernement continuera de mettre en œuvre des engagements incomplets et de rendre compte publiquement des progrès au Forum OGP.

Le chercheur de l'IRM suggère de continuer à promouvoir une large participation civique pour mettre en œuvre les recommandations à la fois de la revue ASIC Enforcement Taskforce Review et du rapport SERC.

Le rapport à mi-parcours recommandait que les aspects restants du processus défini à l'étape 3 soient reflétés dans le prochain plan d'action et qu'une collaboration continue avec les parties prenantes non gouvernementales soit envisagée pour évaluer la mise en œuvre et l'impact de toute réforme et envisager de nouvelles réformes. les options.

Procureur général, Propositions d'amendements à l'infraction de corruption d'agents publics étrangers dans le Code pénal de 1995, https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Proposed-amendments-to-the-foreign-bribery-offence-in-the-criminal-code-act-1995.aspx. Procureur général, modèle proposé pour un régime d'accord de poursuites différées en Australie, https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/Proposed-model-for-a-deferred-prosecution-agreement-scheme-in-australia.aspx. Voir la discussion dans l'engagement 12 (cadre national d'intégrité) ci-dessous. Ministère de l'intérieur, mise en œuvre de la révision statutaire de la LBC / FCT, https://www.homeaffairs.gov.au/about/consultations/aml-ctf-statutory-review-implementation (consulté 13 / 9 / 2018). The Treasury, ASIC Enforcement Review: Consultations terminées, https://treasury.gov.au/review/asic-enforcement-review/completed-consultations/. Parlement australien, Projet de loi de 2017 sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Bills_Legislation/Bills_Search_Results/Result?bId=r5952. Department of Home Affairs, Consultations: Australia's anti-blanchiment d'argent et contre-financement du régime de financement (LAB / CTF), dernière mise à jour le 11 novembre 2018, https://www.homeaffairs.gov.au/help-and-support/how-to-engage-us/consultations/australias-anti-money-laundering-and-counter-terrorism-financing-(aml-ctf)-regime. The Treasury, ASIC Enforcement Review: Consultations terminées, https://treasury.gov.au/review/asic-enforcement-review/completed-consultations/. Ibid. The Treasury, ASIC Enforcement Review: Groupe d'experts https://treasury.gov.au/review/asic-enforcement-review/expert-group/. The Treasury, ASIC Enforcement Review: Taskforce Report, https://treasury.gov.au/review/asic-enforcement-review/r2018-282438/. Gouvernement australien, Trésor, réponse du gouvernement australien au rapport du groupe de travail sur l'examen de l'application de l'ASIC, https://treasury.gov.au/publication/p2018-282438. (Rapport ASIC p xiii). Le projet de loi de 2017 portant modification de la législation sur la criminalité (lutte contre la criminalité des entreprises) a été déposé au Parlement le 6 décembre 2017, mais est devenu caduc à la fin du Parlement avant les élections de 2019, https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Bills_Legislation/Bills_Search_Results/Result?bId=s1108 Le gouvernement a indiqué qu'il envisageait de réintroduire cette législation avant la fin de 2019. Comité des références économiques du Sénat, corruption transnationale, https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Senate/Economics/Foreignbribery45th/Report (consulté le 6/4/2018) (Rapport SERC) p 89-90. Comité sénatorial permanent de la législation sur les affaires juridiques et constitutionnelles, Projet de loi de 2017 portant modification de la loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, Hansard du Comité, (preuve), 20 septembre 2017, p. 11-12, http://parlinfo.aph.gov.au/parlInfo/search/display/display.w3p;query=Id%3A%22committees%2Fcommsen%2F2d5305f2-2467-44eb-ba9a-57771ca88088%2F0001%22 Bibliothèque parlementaire, Bills Digest: Anti-Money Laundering and Counter-Terrorism Financing Amendment Bill 2017, http://parlinfo.aph.gov.au/parlInfo/download/legislation/billsdgs/5592699/upload_binary/5592699.pdf;fileType=application/pdf. Parlement d'Australie, page d'accueil de l'enquête sur la corruption transnationale, https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Senate/Economics/Foreignbribery45th Rapport SERC, https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Senate/Economics/Foreignbribery45th/Report Open Government Partnership Australie, deuxième plan d'action national pour un gouvernement ouvert 2018-20 de l'Australie, https://ogpau.pmc.gov.au/australias-second-open-government-national-action-plan-2018-20. Open Government Partnership Australie, deuxième plan d'action national pour un gouvernement ouvert de l'Australie 2018-20, p 7, https://ogpau.pmc.gov.au/australias-second-open-government-national-action-plan-2018-20. PM&C, début des tables rondes sur les données de grande valeur, https://www.pmc.gov.au/news-centre/public-data/highvalue-data-roundtables-commence (consulté 6 / 4 / 2018).

Engagements

  1. Renforcer le cadre anticorruption

    AU0016, 2018, Anti-Corruption

  2. Transparence des dons politiques

    AU0017, 2018, Législation et réglementation

  3. Partage de données

    AU0018, 2018, Accès à l'information

  4. Améliorer la pratique du service public

    AU0019, 2018, Renforcement des capacités

  5. Accès à l'information

    AU0020, 2018, Accès à l'information

  6. Améliorer les compétences d'engagement du public dans la fonction publique

    AU0021, 2018, Renforcement des capacités

  7. Examen indépendant de la fonction publique australienne

    AU0022, 2018, Renforcement des capacités

  8. Développer les contrats ouverts

    AU0023, 2018, Accès à l'information

  9. Protections de Whisters

    AU0001, 2016, Anti-Corruption

  10. Transparence de la propriété bénéficiaire

    AU0002, 2016, Anti-Corruption

  11. Transparence des industries extractives

    AU0003, 2016, Anti-Corruption

  12. Combattre le crime d'entreprise

    AU0004, 2016, Anti-Corruption

  13. Innovation de données

    AU0005, 2016, Accès à l'information

  14. Confiance publique dans le partage de données

    AU0006, 2016, Accès à l'information

  15. Numérisation des services gouvernementaux

    AU0007, 2016, Renforcement des capacités

  16. Gestion de l'information et lois d'accès

    AU0008, 2016, Accès à l'information

  17. Accès à l'information

    AU0009, 2016, Accès à l'information

  18. Accès aux données du gouvernement

    AU0010, 2016, Accès à l'information

  19. Système électoral et partis politiques

    AU0011, 2016, Intégrité politique

  20. Cadre d'intégrité national

    AU0012, 2016, Anti-Corruption

  21. Contrats ouverts

    AU0013, 2016, Accès à l'information

  22. NAP OGP

    AU0014, 2016, Participation publique

  23. Participation du public

    AU0015, 2016, Renforcement des capacités

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!