Ignorer la navigation
Australie

Cadre national d'intégrité (AU0012)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national australien 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Ministère de la justice (anticorruption@ag.gov.au)

Institution (s) de soutien: ACLEI, police fédérale australienne, directeur des poursuites pénales du Commonwealth et ministère du Premier ministre et du Cabinet, Industrie, instances de pointe (y compris le Law Council of Australia), organisations non gouvernementales (y compris australiennes) Open Government Partnership Réseau) et partenaires internationaux

Domaines politiques

Anti-Corruption, Institutions anti-corruption, Législation & Régulation, Législatives, Secteur privé, Participation du public, Protections des dénonciateurs

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de mandat Australie 2016-2018, Rapport de mi-parcours pour l'Australie 2016-2018

Étoilé: non

Premiers résultats: marginal

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs du PGO: participation civique, responsabilité publique

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Objectif et description: L’Australie renforcera sa capacité à prévenir, détecter et combattre la corruption dans le secteur public. Nous le ferons en collaboration avec les entreprises, les organisations non gouvernementales, les universités et le public, notamment en organisant la première table ronde du gouvernement sur la lutte contre la corruption au format 2017. Nous examinerons la compétence et les capacités de la Commission australienne pour l'intégrité de l'application des lois (ACLEI) et du Centre de lutte contre la fraude et la lutte contre la corruption dirigé par la police fédérale australienne (AFP), en élaborant chaque plan d'action national sur la protection des agences du Commonwealth contre les risques de corruption. Status Quo: le gouvernement australien prend au sérieux la lutte contre la corruption. Nous avons des lois rigoureuses et une approche solide et multi-agences pour lutter contre la corruption. Plusieurs agences jouent un rôle dans la prévention, la détection et la lutte contre la corruption (approche que le gouvernement estime préférable à la création d'une toute nouvelle agence anti-corruption. ). Les principaux organismes responsables de la lutte contre la corruption dans le secteur public sont: ACLEI, qui est chargé de prévenir, détecter et enquêter sur la corruption au sein des organismes à haut risque relevant de sa compétence. La FACC hébergée par AFP, qui regroupe toute une gamme d’agences du Commonwealth pour faire face aux graves problèmes de fraude et de corruption, y compris au sein des services, programmes et employés du Commonwealth. Le gouvernement a fourni un million de dollars 15 supplémentaire à la FACC en avril 2016. Dans 2012, l’Australie a été jugée pleinement conforme à la suite d’un examen de la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC). Notre prochain examen dans le cadre de l'UNCAC devrait avoir lieu dans 2017-18. La compétence de l’ACLEI a été examinée plus tôt cette année par le Comité mixte de l’ACLEI. Le Comité a recommandé au gouvernement d'étendre la compétence de l'ACLEI à l'ensemble du ministère de l'Agriculture et des Ressources en eau et d'examiner la possibilité d'inclure l'Office australien des impôts. Le gouvernement étudie les recommandations. Ambition: Viser à améliorer le score de l'Australie pour l'indice de perception de la corruption de Transparency International en renforçant la capacité du gouvernement australien à prévenir, détecter et combattre la corruption, et à mieux communiquer notre cadre d'intégrité nationale. Pour ce faire, nous consulterons étroitement l'industrie, les organisations non gouvernementales, les universités et le public afin de nous assurer que nos lois, politiques et cadres de lutte contre la corruption sont efficaces, notamment en organisant la première table ronde gouvernementale sur la lutte contre la corruption dans 2017. . Nous renforcerons le cadre d'intégrité national tel qu'il s'applique au secteur public. Cela comprendra un examen de la juridiction et des capacités de l'ACLEI et de la FACC tous les deux ans lors de l'élaboration des plans d'action nationaux de l'Australie dans le cadre du programme OGP, et leur extension en fonction des besoins. Nous allons également améliorer les protections des dénonciateurs (voir engagement 1.1). Pertinence: Cet engagement fera progresser les valeurs de responsabilité publique du PGO en: améliorant l'efficacité de nos cadres juridique, réglementaire et institutionnel; et protéger l'intégrité et la transparence de l'exécution des politiques publiques et de la gestion. DÉTAILS D'ENGAGEMENT; OGP Grand Challenge: Augmenter l’intégrité du public; Horaires 2016 - Juillet 2018; Ministère public, ministère public (anticorruption@ag.gov.au); Autres acteurs impliqués Gouvernement: ACLEI, police fédérale australienne, directeur des poursuites pénales du Commonwealth et département du Premier ministre et du Cabinet; Non gouvernemental: industrie, organismes de pointe (y compris le Law Council of Australia), organisations non gouvernementales (y compris australiennes). Open Government Partnership Réseau) et partenaires internationaux

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

12. Cadre d'intégrité national

Texte d'engagement:

L'Australie renforcera sa capacité à prévenir, détecter et combattre la corruption dans le secteur public.

Nous le ferons en collaboration avec les entreprises, les organisations non gouvernementales, les universités et le public, notamment en organisant la première table ronde du gouvernement sur la lutte contre la corruption au format 2017.

Nous examinerons la compétence et les capacités de la Commission australienne pour l'intégrité de l'application des lois (ACLEI) et du Centre de lutte contre la fraude et la lutte contre la corruption dirigé par la police fédérale australienne (AFP), en élaborant chaque plan d'action national sur la protection des agences du Commonwealth contre les risques de corruption.

[...]

Jalons:

  1. Répondre aux recommandations du Comité mixte parlementaire sur l'enquête de l'ACLEI sur la compétence d'ACLEI.
  2. Organiser la première table ronde des pouvoirs publics sur la lutte contre la corruption, afin d'améliorer la coopération et la consultation sur les activités de lutte contre la corruption, et d'identifier les domaines dans lesquels des réformes seraient nécessaires.
  3. Répondre aux recommandations de réforme et d'amélioration découlant de la table ronde.
  4. Examiner la juridiction et les capacités de l'ACLEI et de la FACC en consultation avec le public dans le cadre de l'élaboration du deuxième plan d'action national de l'Australie.

Institution responsable: Ministère de la justice

Institution (s) de soutien): ACLEI, police fédérale australienne, directeur des poursuites pénales du Commonwealth et ministère du Premier ministre et du Cabinet. Voir le plan d'action national pour une liste complète.

Date de début: 2016 Date de fin: Juillet 2018

Note éditoriale: Ceci est une version partielle du texte d'engagement. Pour le texte de l'engagement complet, voir le Plan d'action national pour l'Australie disponible à l'adresse suivante: https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/Australia_NAP_201...

Contexte et objectifs

Cet engagement vise à réduire la corruption dans le secteur public du Commonwealth. Le gouvernement s'est engagé à donner suite aux recommandations précédentes et à procéder à un examen des organes disposant actuellement de pouvoirs d'enquête et d'exécution dans ce domaine, ainsi qu'à consulter les entreprises sur les autres mesures à prendre.

Tous les États australiens et le Territoire du Nord disposent d’une vaste agence de lutte contre la corruption qui exerce sa compétence sur les agents de l’État, dispose de pouvoirs de coercition, est supervisée par un comité parlementaire et assume principalement des fonctions d’enquête, de prévention et d’éducation. Un thème clé de leur création a été la lutte contre la pratique ou la perception de la corruption comme moyen de rétablir et de maintenir la confiance du public dans les institutions gouvernementales.

La corruption du secteur public au niveau du Commonwealth est régie par un «cadre multi-agences». Celles-ci incluent au moins huit agences différentes, de la Commission australienne pour l’intégrité de la loi, qui surveille d’autres agences de police, notamment la police fédérale australienne (AFP) et les agents de l’immigration et des douanes; au Centre anti-fraude et anti-corruption (FACC), dirigé par l'AFP, qui regroupe des responsables de plusieurs organismes chargés de l'application de la loi dans le but de coordonner et de fournir une expertise spécialisée pour lutter contre la fraude et la corruption complexes. Le département du Premier ministre et du Cabinet intervient également dans la lutte contre les risques de corruption en appliquant le code de conduite ministériel et le code de conduite du lobbying.

Dans son rapport intérimaire, le comité spécial du Sénat sur une commission nationale de l'intégrité a identifié des préoccupations majeures concernant l'adéquation du système actuel au niveau du Commonwealth: il ne faut pas présumer que le secteur public du Commonwealth est moins sujet à la corruption; qu'il y a eu plusieurs cas de corruption très médiatisés; et que l'approche multi-agences a ses défauts, notamment un développement non coordonné, une nature fragmentaire et mal définie et un manque de ressources. Le comité spécial du Sénat a également conclu que le cadre actuel aboutissait à «un système complexe et mal compris pouvant être opaque, difficile d'accès et difficile à naviguer, en particulier pour les plaignants peu familiarisés avec le secteur public du Commonwealth et ses processus en général». Il a recommandé de renforcer le cadre afin de le rendre plus cohérent, compréhensible et accessible, et d’envisager la création d’un nouvel organisme du Commonwealth doté d’un vaste champ d’action et d’une compétence suffisante pour traiter les questions d’intégrité et de corruption.

Dans son enquête 2016 sur la compétence de l'ACLEI, le Comité parlementaire mixte sur l'ACLEI a recommandé d'étendre la compétence de l'ACLEI au ministère de l'Agriculture et des Ressources en Eau, en procédant à une évaluation indépendante du bureau australien des impôts relevant de la compétence de l'ACLEI et en envisageant de transférer l'évaluation des cartes d'identité maritime et aéronautique à une agence relevant de la compétence d'ACLEI. Cependant, le Comité conjoint n'a pas recommandé une augmentation substantielle de la compétence d'ACLEI, préférant que l'ACLEI se concentre actuellement sur les agences chargées de l'application de la loi.

L’engagement dans les jalons 12.1 et 12.4 concerne la réforme de la juridiction de l’ACLEI et de la FACC. Elles sont de spécificité moyenne, car elles impliqueront que le gouvernement réponde à chacune des recommandations du comité mixte et conduise un examen afin d’envisager de nouveaux changements. La mise en œuvre des recommandations impliquera probablement d'étendre la juridiction d'ACLEI, d'améliorer le degré de surveillance ou la possibilité d'enquêter sur la corruption au sein des agences gouvernementales impliquées. La forme que pourrait prendre un autre examen n’est pas claire. Transparency International Australia a critiqué l'impact limité des recommandations du comité mixte dans ses soumissions aux divers comités sénatoriaux et mixtes, ainsi que lors d'entretiens pour le présent rapport. Il a plaidé en faveur de tout examen ultérieur visant à déterminer les détails de la mise en place d'un système fédéral. agence de corruption.

Jalons 12.2 prévoit la première table ronde des pouvoirs publics sur la lutte contre la corruption. Il ne fournit aucune information sur la forme que prendra la table ronde, qui participera à la discussion ou sur la portée des considérations. Milestone 12.3 fournit une réponse aux recommandations de la table ronde sans donner de détails sur la forme que pourrait prendre la réponse. Celles-ci sont donc peu spécifiques. Lors des entretiens consacrés à la préparation du présent rapport, il a été estimé que les tables rondes seraient probablement plus pertinentes pour l’engagement 1.4 et la réglementation de la corruption des entreprises que pour la réglementation de la corruption du secteur public au niveau fédéral en Australie. Dans le contexte de la réforme des institutions impliquées dans la réglementation de la corruption dans le secteur public en Australie, ces jalons n'auraient probablement qu'un impact mineur.

Aboutissement

Jalon 12.1: Ce jalon est retardé et il n’ya aucune preuve que des progrès limités ont été rendus publics à la date de 1 July 2017. Au moment de la rédaction du présent document, le gouvernement n'avait pas encore répondu au rapport du comité mixte. Les entretiens avec le ministère public indiquent que le retard est en partie dû à la nécessité de résoudre les conséquences pour la juridiction d'ACLEI de la création d'un nouveau portefeuille des affaires intérieures combinant les agences australiennes d'immigration, de protection des frontières et de sécurité nationale.

Jalon 12.2: Ce jalon a été entièrement mis en œuvre. La table ronde des entreprises du gouvernement s'est tenue le 31 de mars 2017. Les entretiens avec les participants aux tables rondes ont révélé qu’ils étaient axés sur les groupes de l’industrie et les points de vue du secteur privé, mais qu’ils incluaient des représentants plus larges de la société civile. Greg Thompson de Transparency International a estimé que la table ronde était principalement axée sur la réglementation du secteur non gouvernemental. Le large éventail d'initiatives différentes autour de la corruption signifiait qu'il était difficile pour les organisations de la société civile intéressées par ce domaine de participer efficacement à tous les aspects de la consultation. La fragmentation rend difficile l'établissement de priorités et le maintien de la cohérence des différentes mesures.

Jalon 12.3: Ce jalon n'a pas été atteint pendant la période de mise en œuvre décrite dans ce rapport. Rien ne prouvait que des progrès limités soient rendus publics à la fin du mois d'août de 2017, comme indiqué dans le calendrier imparti pour ce jalon. Aucun retour d'information ou autre résultat de la table ronde n'a été rendu public. Le projet de loi 2017 portant modification de la législation pénale (lutte contre la criminalité dans les entreprises), qui prévoit des modifications pour lutter contre la corruption d'agents étrangers et la mise en place d'un système d'accord de poursuites différées qui ont été examinés lors des tables rondes, a été présenté au Parlement le 6 de décembre 2017. Ce projet de loi sera discuté plus en détail dans le rapport de fin de mandat.

Milestone12.4: L’examen général de la juridiction et des capacités d’ACLEI et de la FACC n’avait pas encore commencé officiellement au moment de la rédaction du présent document.

Premiers résultats (le cas échéant)

Les premiers résultats disponibles pendant la période de mise en œuvre ont été examinés dans le présent rapport.

Prochaines étapes

Afin de respecter le jalon 12.2, le gouvernement devrait envisager de rendre publiques les recommandations des discussions de la table ronde et la réponse du gouvernement, combinée aux divers éléments de l'engagement de 4, à poursuivre la consultation sur les mesures anti-corruption impliquant la réglementation des entreprises. L'examen général d'ACLEI et de la FACC pourrait être élargi dans le prochain plan d'action national pour englober une approche collaborative pour enquêter sur la création d'un organisme fédéral unique de lutte contre la corruption doté d'une compétence étendue.


Comité spécial du Sénat sur la création d'une commission nationale de l'intégrité, Rapport intérimaire, May 2016, p 6 («Rapport intermédiaire»), https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Senate/Establishment_of_a_National_Integrity_Commission/NIC/Interim_Report.

Comité sénatorial sur une commission nationale de l'intégrité, Compte rendu, Septembre 2017 à p 7 («Rapport»), https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Senate/National_Integrity_Commission/IntegrityCommissionSen/Report.

Rapport intérimaire p 21-27.

Rapport à la p 218.

Rapport à la p 218.

Comité mixte parlementaire de la Commission australienne pour l'intégrité de l'application des lois, Enquête sur la compétence de la Commission australienne pour l’intégrité de la police, May 2016, à la p. 37, https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Joint/Australian_Commission_for_Law_Enforcement_Integrity/Jurisdiction_of_ACLEI/Report.

Soumissions à l'enquête du comité mixte, https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Joint/Australian_Commission_for_Law_Enforcement_Integrity/Jurisdiction_of_ACLEI/Submissions; et au Comité du Sénat, https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Senate/National_Integrity_Commission/IntegrityCommissionSen/Submissions; Entretiens avec le professeur AJ Brown, Université Griffith et directeur, Transparency International, réunion téléphonique, 1 septembre 2017; Greg Thompson, membre du conseil d'administration, Transparency International Australia, réunion téléphonique, 5 septembre 2017.

Entretiens avec le professeur AJ Brown, Université Griffith et directeur, Transparency International, réunion téléphonique, 1 septembre 2017; Greg Thompson, membre du conseil d'administration de Transparency International Australie, réunion téléphonique, 5 septembre 2017.

Entretien avec Greg Thompson, membre du conseil d'administration de Transparency International Australie, réunion téléphonique, 5 septembre 2017; Jessie Cato, coordinatrice nationale, Publiez ce que vous payez Australie, Melbourne, Vic, 24 Août 2017.

Entretien avec Greg Thompson, membre du conseil d'administration de Transparency International Australie, réunion téléphonique, 5 septembre 2017.

Résumé du statut de fin de session IRM

Engagement 12. Cadre national d'intégrité

Texte d'engagement:

L'Australie renforcera sa capacité à prévenir, détecter et combattre la corruption dans le secteur public. Nous le ferons en collaboration avec le secteur privé, les organisations non gouvernementales, le monde universitaire et le public, notamment en organisant la première table ronde gouvernementale sur la lutte contre la corruption en 2017.

Nous examinerons la compétence et les capacités de la Commission australienne pour l'intégrité de l'application des lois (ACLEI) et du Centre de lutte contre la fraude et la lutte contre la corruption dirigé par la police fédérale australienne (AFP), en élaborant chaque plan d'action national sur la protection des agences du Commonwealth contre les risques de corruption.

[...]

Jalons:

  1. Répondre aux recommandations du Comité mixte parlementaire sur l'enquête de l'ACLEI sur la compétence d'ACLEI.
  2. Organiser la première table ronde des pouvoirs publics sur la lutte contre la corruption, afin d'améliorer la coopération et la consultation sur les activités de lutte contre la corruption, et d'identifier les domaines dans lesquels des réformes seraient nécessaires.
  3. Répondre aux recommandations de réforme et d'amélioration découlant de la table ronde.
  4. Examiner la juridiction et les capacités de l'ACLEI et de la FACC en consultation avec le public dans le cadre de l'élaboration du deuxième plan d'action national de l'Australie.

Institution responsable: Ministère de la justice

Institution (s) de soutien): ACLEI, police fédérale australienne, directeur des poursuites pénales du Commonwealth et ministère du Premier ministre et du Cabinet. Voir le plan d'action national pour une liste complète.

Date de début: 2016. Date de fin: Juillet 2018

Note éditoriale: Ceci est une version partielle du texte d'engagement. Pour le texte de l'engagement complet, voir le Plan d'action national pour l'Australie disponible à l'adresse suivante: https://www.opengovpartnership.org/sites/default/files/Australia_NAP_2016-2018_0.pdf

But de l'engagement:

Cet engagement visait à réduire la corruption dans le secteur public du Commonwealth en répondant aux précédentes recommandations de réforme de la Commission australienne pour l'intégrité de l'application des lois (ACLEI) - un organe clé de lutte contre la corruption - et en prenant d'autres mesures pour identifier les réformes appropriées. Ces étapes comprenaient la réalisation d'un nouvel examen de l'ACLEI et d'autres organismes qui ont actuellement des pouvoirs d'enquête et d'application dans ce domaine, et la consultation des entreprises.

Statut

Mi-parcours: limité

Dans l'ensemble, cet engagement n'a été réalisé que dans une mesure limitée à mi-parcours du plan d'action national. Il n'y avait aucune preuve accessible au public concernant une réponse du gouvernement aux recommandations du Comité mixte parlementaire sur l'enquête de l'ACLEI sur la compétence de l'ACLEI (étape 1). Un examen général de l'ACLEI et du Centre de lutte contre la fraude et la corruption (FACC) n'avait pas commencé (étape 4).

Le ministère public a organisé et animé une table ronde des affaires publiques avec des groupes de la société civile le 31 mars 2017 pour lutter contre la corruption dans le secteur des entreprises (étape 2). Une réponse du gouvernement aux recommandations issues de la table ronde n'était pas disponible à mi-parcours (étape 3).

Fin du mandat: Limité

Les jalons 1 (répondre à la commission parlementaire mixte d'enquête de l'ACLEI sur la compétence d'ACLEI) et 4 (examen de la compétence d'ACLEI et de l'AFP Fraud and Anti-Corruption - or 'FAC' - Center) n'étaient pas terminés à la fin de la durée du plan d'action. Le gouvernement a annoncé son intention de créer une commission de l'intégrité du Commonwealth (CIC) le 13 décembre 2018 qui engloberait l'ACLEI et compléterait les travaux de l'AFP sur la fraude et la lutte contre la corruption et a mené une consultation publique sur le projet de CIC du 13 décembre 2018 au 1er février 2019. Dans cette annonce, le gouvernement a affirmé que les travaux sur la proposition de CIC avaient été menés pendant la période jalon de l'étape 4, qui avait commencé en janvier 2018. M. Ken Coghill, alors membre du Forum OGP et maintenant coprésident par intérim, a indiqué qu'il n'y avait eu aucune discussion au sein du Forum OGP sur les travaux sur une agence anti-corruption du Commonwealth avant l'annonce d'un CIC par le gouvernement en Décembre 2018 '.

Les éventuelles réformes des lois sur la corruption transnationale avaient été examinées lors de la table ronde des entreprises établie au titre de l'étape 2. Projet de loi de 2017 portant modification de la législation sur la criminalité (lutte contre le crime d'entreprise) (présenté en décembre 2017) a répondu aux réformes discutées, ainsi qu'à d'autres consultations menées en réponse à l'engagement 4. Le projet de loi réformerait l'infraction de corruption transnationale, introduisant une nouvelle infraction d'entreprise consistant à ne pas empêcher la corruption d'agents publics étrangers et un régime d'accord de poursuites différées. Aucune autre réponse ou rétroaction des discussions de la table ronde n'a été rendue publique.

At-il ouvert le gouvernement?

Participation civique: marginale

Responsabilité publique: n'a pas changé

Comme indiqué dans les termes de l'engagement et discuté dans le rapport à mi-parcours, il y a eu un certain nombre d'enquêtes récentes au niveau parlementaire sur le cadre d'intégrité au niveau du Commonwealth. Cet engagement a toutefois entraîné une amélioration marginale des possibilités de participation civique offertes par le gouvernement. Selon Greg Thompson, membre du conseil d'administration de Transparency International Australie, la table ronde des entreprises a permis aux représentants des secteurs des affaires et de la société civile de discuter des options de lutte contre la corruption dans le secteur des entreprises. En outre, des opportunités de participer à la réforme des divers organes publics de lutte contre la corruption au niveau du Commonwealth ont été fournies en dehors de cet engagement grâce à la création d'un comité sénatorial spécial sur une commission nationale d'intégrité, qui a fait rapport en septembre 2017.

De plus, avec la Commission d'intégrité du Commonwealth regroupant les étapes 1 et 4 pour examiner officiellement la compétence et les capacités de l'ACLEI et de la FACC, il n'y a aucun changement dans la pratique pour rendre compte de la responsabilité publique à la fin du cycle du plan d'action, bien que le CIC aura un juridiction que ACLEI.

Reportés?

Le deuxième plan d'action national comprend un engagement à renforcer le cadre national de lutte contre la corruption. Dans le cadre de cet engagement, le gouvernement continuera à examiner et à évaluer les options de réforme du cadre, y compris sa couverture, sa cohérence, son efficacité et son fonctionnement. L'engagement comprendra l'analyse des lacunes importantes dans la compétence, les fonctions et les ressources des organismes impliqués dans le cadre actuel. Le gouvernement répondra au rapport du comité spécial du Sénat, continuera de participer à l'élaboration de réformes du cadre national d'intégrité et mettra en œuvre la réponse au rapport du comité spécial du Sénat sur une commission nationale d'intégrité et à tout autre résultat de l'examen continu de le cadre national d'intégrité. Il n'y a cependant aucun engagement explicite de créer un organisme d'intégrité du Commonwealth ou de consulter sur sa portée et son fonctionnement possibles.

`` Le gouvernement du Commonwealth créera une nouvelle commission de l'intégrité '' 13 décembre 2018 https://www.attorneygeneral.gov.au/media/media-releases/commonwealth-government-establish-new-integrity-commission-13-december-2018 Commission d'intégrité du Commonwealth, mémoires de consultation publique https://www.ag.gov.au/Consultations/Pages/commonwealth-integrity-commission.aspx Conférence de presse sur la liberté de religion et la Commission d'intégrité du Commonwealth, 13 décembre 2018, https://www.attorneygeneral.gov.au/media/transcripts/attorney-general-press-conference-3-december-2018 Courriel de Ken Coghill au chercheur de l'IRM, 5 mars 2020. Parlement australien, le projet de loi de 2017 portant modification de la législation sur la criminalité (lutte contre la criminalité des entreprises) a été déposé au Parlement le 6 décembre 2017, mais est devenu caduc à la fin du Parlement avant les élections de 2019, https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Bills_Legislation/Bills_Search_Results/Result?bId=s1108 Entretien téléphonique avec Greg Thompson, membre du conseil d'administration de Transparency International Australia, 5 septembre 2017. Comité spécial du Sénat sur un rapport de la Commission nationale de l'intégrité, https://www.aph.gov.au/Parliamentary_Business/Committees/Senate/National_Integrity_Commission/IntegrityCommissionSen/Report. PM&C, Open Government Partnership Australie, Renforcer le cadre national de lutte contre la corruption, https://ogpau.pmc.gov.au/commitment/strengthen-national-anti-corruption-framework (consulté 26 / 9 / 2018).

Engagements

  1. Renforcer le cadre anticorruption

    AU0016, 2018, Anti-Corruption

  2. Transparence des dons politiques

    AU0017, 2018, Législation et Réglementation

  3. Partage de données

    AU0018, 2018, Accès à l'information

  4. Améliorer la pratique du service public

    AU0019, 2018, Renforcement des capacités

  5. Accès à l'information

    AU0020, 2018, Accès à l'information

  6. Améliorer les compétences d'engagement du public dans la fonction publique

    AU0021, 2018, Renforcement des capacités

  7. Examen indépendant de la fonction publique australienne

    AU0022, 2018, Renforcement des capacités

  8. Développer les contrats ouverts

    AU0023, 2018, Accès à l'information

  9. Protections de Whisters

    AU0001, 2016, Anti-Corruption

  10. Transparence de la propriété bénéficiaire

    AU0002, 2016, Anti-Corruption

  11. Transparence des industries extractives

    AU0003, 2016, Anti-Corruption

  12. Combattre le crime d'entreprise

    AU0004, 2016, Anti-Corruption

  13. Innovation de données

    AU0005, 2016, Accès à l'information

  14. Confiance publique dans le partage de données

    AU0006, 2016, Accès à l'information

  15. Numérisation des services gouvernementaux

    AU0007, 2016, Renforcement des capacités

  16. Gestion de l'information et lois d'accès

    AU0008, 2016, Accès à l'information

  17. Accès à l'information

    AU0009, 2016, Accès à l'information

  18. Accès aux données du gouvernement

    AU0010, 2016, Accès à l'information

  19. Système électoral et partis politiques

    AU0011, 2016, Intégrité politique

  20. Cadre d'intégrité national

    AU0012, 2016, Anti-Corruption

  21. Contrats ouverts

    AU0013, 2016, Accès à l'information

  22. NAP OGP

    AU0014, 2016, Participation publique

  23. Participation du public

    AU0015, 2016, Renforcement des capacités

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!