Ignorer la navigation
France

Science ouverte (FR0047)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d’Action France 2018-2020

Cycle du plan d'action : 2018

Statut : Actif

Institutions

Institution chef de file : Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation

Institution(s) de soutien : NA

Domaines politiques

Accès à l'information, E-gouvernement, Environnement et climat, Open Data, Participation du public, Prestation de services publics, Technologie scientifique, La responsabilité sociale

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de résultats de la transition France 2018-2020, France Design Report 2018-2020

En vedette : en attente d'examen IRM

Premiers résultats : aucune donnée IRM

Design i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs OGP : accès à l'information, technologie

Impact potentiel:

Implémentation i

Achèvement:

Détails

Développer un écosystème «open science»
Institution (s) principale (s):
Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation
Nouvel engagement
Principes OGP auxquels l'engagement est associé:
Transparence; responsabilité; l'innovation et la technologie au service de l'ouverture
Défis
La science ouverte est un mouvement dans lequel le matériel de recherche et les résultats sont diffusés sans obstacles techniques, juridiques, géographiques ou commerciaux, et idéalement sans retard inutile.
Il s'appuie sur la transformation numérique de nos sociétés pour développer un accès ouvert, des données ouvertes et, plus généralement, des processus scientifiques ouverts. Cela inclut la transparence des procédures d'évaluation, des indicateurs, des licences de réutilisation, des codes source et des pratiques numériques.
Il cherche à développer un écosystème dans lequel la science sera plus cumulative, mieux sauvegardée par des données, plus transparente, plus intégrée, plus rapide et plus universellement accessible. Il conduit à une démocratisation de l'accès aux connaissances utiles à la recherche, à la formation et à la société dans son ensemble, et offre également une opportunité pour la science participative. Il favorise les avancées scientifiques, en particulier imprévues (sérendipité), ainsi que les avancées économiques et sociales en France et en Europe, tant dans les pays développés que dans les pays en développement.
Ambitions
Développer un écosystème «open science»
En France, la science ouverte fait des progrès très inégaux, son niveau de maturité dépendant beaucoup de la branche, des acteurs, des organisations et des territoires. La loi 2016 Digital Republic constitue une avancée majeure, avec des dispositions favorisant le libre accès ainsi que l’exploration de textes et de données (TDM).
Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour que la science ouverte prenne toute sa valeur dans sa pratique scientifique.
La carte routière en détail

Mise en place d'un «Comité pour la science ouverte» afin de favoriser les échanges ouverts nationaux et internationaux sur les questions relatives à la science ouverte (accès, données, métriques, codes, science participative, etc.). 2018
Mise en place d'un système de suivi quantitatif de l'état d'avancement de la diffusion en libre accès de la littérature scientifique nationale. 2019
Mise en place d'un système de suivi rapide et transparent des dépenses «frais de traitement des articles» et «frais de traitement des livres». 2020
Mise en place d'un système de suivi transparent (public) des dépenses d'acquisitions électroniques dans les bibliothèques universitaires. Diffusion en données ouvertes des dépenses du ministère chargé du portail en données ouvertes de l'enseignement supérieur (Electronic Resources Survey [ERE]).
2018
Création d'un ensemble de données ouvertes sur le financement de projets de recherche sélectionnés à la suite d'appels à projets et de ses bénéficiaires (2019). 2019
Adhésion nationale à ORCID (Open Research and Contributor ID - un système unique d'identification des chercheurs, permettant aux utilisateurs de découvrir, plus simplement et avec plus de certitude, quelles contributions scientifiques un chercheur donné a apportées). 2018 ou 2019
Accélérer le développement de l'archive ouverte nationale, HAL, en investissant dans la simplicité d'utilisation et l'interopérabilité en augmentant ses ressources. 2018 - 2020
Élargir le moteur de recherche R&D scanR et la plateforme de recherche Isidore permettant d'accéder aux données numériques des sciences humaines et sociales (HSS), de les sensibiliser à leur existence et de développer leur utilisation, notamment pour nourrir le débat public sur les résultats de la recherche 2018-2020
Communiquer aux communautés scientifiques les implications du droit numérique en matière d'ouverture des publications et des données. 2018 ou 2019
Dans le contexte de l'appui public aux examens, recommander l'adoption d'une politique sur les données ouvertes associée aux articles et l'élaboration de documents de données.
Fournir un soutien à l'universalisation progressive des plans de gestion des données dans les appels à projets de recherche et encourager l'ouverture des données produites par les programmes financés. 2019 et ainsi de suite

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

18. Développer un écosystème «open science»

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action:

La science ouverte est un mouvement dans lequel le matériel de recherche et les résultats sont diffusés sans obstacles techniques, juridiques, géographiques ou commerciaux, et idéalement sans retard inutile.

Il s'appuie sur la transformation numérique de nos sociétés pour développer un accès ouvert, des données ouvertes et, plus généralement, des processus scientifiques ouverts. Cela inclut la transparence des procédures d'évaluation, des indicateurs, des licences de réutilisation, des codes source et des pratiques numériques.

Il cherche à développer un écosystème dans lequel la science sera plus cumulative, mieux sauvegardée par des données, plus transparente, plus intégrée, plus rapide et plus universellement accessible. Il conduit à une démocratisation de l'accès aux connaissances utiles à la recherche, à la formation et à la société dans son ensemble, et offre également une opportunité pour la science participative. Il favorise les avancées scientifiques, en particulier imprévues (sérendipité), ainsi que les avancées économiques et sociales en France et en Europe, tant dans les pays développés que dans les pays en développement.

En France, la science ouverte fait des progrès très inégaux, son niveau de maturité dépendant beaucoup de la branche, des acteurs, des organisations et des territoires. La loi 2016 Digital Republic constitue une avancée majeure, avec des dispositions favorisant le libre accès ainsi que l’exploration de textes et de données (TDM).

Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour que la science ouverte prenne toute sa valeur dans sa pratique scientifique. (71)

Milestones

18.1 Mise en place d'un «Comité de la science ouverte» chargé de promouvoir des échanges nationaux et internationaux ouverts sur des questions relatives à la science ouverte (accès, données, métriques, codes, science participative, etc.).

18.2 Mise en place d’un système de suivi quantitatif de l’état d’avancement de la diffusion en libre accès de la littérature scientifique nationale.

18.3 Mise en place d'un système de suivi rapide et transparent des dépenses en «frais de traitement d'articles» et «frais de traitement de livres».

18.4 Mise en place d'un système de suivi transparent (public) des dépenses d'acquisition électronique dans les bibliothèques universitaires. Diffusion en données ouvertes des dépenses du ministère chargé du portail en données ouvertes de l'enseignement supérieur (Electronic Resources Survey [ERE]).

18.5 Création d'un ensemble de données ouvert sur le financement des projets de recherche sélectionnés à la suite d'appels à projets et de leurs bénéficiaires (2019).

18.6 National appartenance à ORCID (Open Research and Contributor ID - un système unique d’identification des chercheurs, permettant aux utilisateurs de découvrir, plus simplement et avec plus de certitude, les contributions scientifiques apportées par un chercheur donné).

18.7 Accélérer le développement de l'archive ouverte nationale, HAL, en investissant dans la simplicité d'utilisation et l'interopérabilité en augmentant ses ressources.

18.8 Élargir le moteur de recherche R&D scanR et la plateforme de recherche Isidore permettant d'accéder aux données numériques en sciences humaines et sociales (SHS), de faire connaître leur existence et de développer leur utilisation, notamment pour nourrir le débat public sur les résultats de la recherche

18.9 Communication aux communautés scientifiques sur les implications de la loi numérique en matière de transparence des publications et des données.

18.10 Dans le contexte du soutien public aux révisions, recommandant l'adoption d'une politique sur les données ouvertes associée aux articles et le développement de documents de données.

18.11 Soutenir l’universalisation progressive des plans de gestion des données dans les appels à projets de recherche et encourager l’ouverture des données produites par les programmes financés.

Date de début: 2018

Date de fin: 2020

Contexte et objectifs

Le secteur de l'édition universitaire grand public exige un paiement pour accéder aux articles et résultats scientifiques. Ce paiement est souvent obtenu grâce à un financement public. Cette situation limite l'accès à la recherche universitaire et à la littérature technique, en particulier pour les petites universités, ce qui crée des inégalités. (72) Le plan d'action note que la science ouverte s'est développée à des rythmes inégaux selon les disciplines, les organisations et les localités.

C'est en réponse aux résultats académiques limités disponibles en accès ouvert que l'ancien gouvernement a inclus des dispositions sur l'accès ouvert dans le projet de loi 2016 Digital Republic. Dans le même esprit, l'actuel ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a élaboré un plan d'action pour la science ouverte en 2018. (73) À cette fin, le ministère a engagé Marin Dacos, l'un des pionniers de la science ouverte en France, en tant que conseiller spécial. (74) Dans 2018, le ministère a créé un comité directeur pour la science ouverte, réunissant des intervenants du gouvernement, des institutions de recherche, des agences de financement de la recherche et le Conseil de l'évaluation de la recherche. Le gouvernement a créé un site Web pour faciliter l'accès à l'information concernant les initiatives de science ouverte. (75) Les efforts du ministère de la France pour faciliter le libre accès à la recherche scientifique s'inscrivent dans le cadre d'une initiative mondiale lancée à Budapest dans 2002, dans le cadre de l'initiative Open Access de Budapest. (76)

Cet engagement fournit une carte détaillée des initiatives visant à promouvoir la science ouverte en France. Ils vont de la mise en place de l'infrastructure institutionnelle via le comité à la création d'outils de surveillance, à l'ouverture de jeux de données et d'archives, et à l'accompagnement des différents acteurs sur la voie menant à une science ouverte. L'engagement est pertinent par rapport aux valeurs de l'OGP d'accès à l'information, à la technologie et à l'innovation. Nombre de ses étapes clés concernent la publication de nouvelles données et informations, et la plupart d’entre elles concernent la création et l’enrichissement de plates-formes numériques.

L'engagement est suffisamment spécifique pour être vérifiable. Les jalons contiennent des actions concrètes qui pourraient facilement être vérifiées dans le cadre du rapport de mise en œuvre (par exemple, créer un comité, créer un ensemble de données ouvert).

Cette initiative pourrait avoir un effet modéré sur l’ouverture de la science en France. S'il était pleinement mis en œuvre, cet engagement constituerait une étape importante, car les informations disponibles sont actuellement limitées. Des mesures visant à ouvrir l'accès aux résultats académiques ont déjà été prises (par exemple, via les archives ouvertes Open Center Center, le référentiel HAL), souvent à l'initiative des universitaires et des universités. (77) Cet engagement fait partie d’un autre plan d’action, spécifiquement axé sur la science ouverte, que l’engagement lui-même cherche à rendre opérationnel.

Savoirs Com1, un collectif de la société civile, a estimé que ce plan d'action scientifique ouvert était «trop beau pour être vrai». (78) Ces activités fourniraient un meilleur accès à l'information sur les coûts de l'édition universitaire et de l'acquisition d'abonnements par les universités publiques. Cela faciliterait également la gestion des données produites par le milieu de la recherche et fournirait de nouvelles incitations aux universitaires pour leur permettre d'accéder librement à leurs travaux. Cependant, ces incitations sont actuellement limitées à la recherche financée par un financement concurrentiel. (79)

Prochaines étapes

Le chercheur de l'IRM recommande que l'engagement soit pris en compte dans le prochain plan d'action et que:

  • Les objectifs visant à garantir un accès ouvert à la recherche scientifique devraient être clarifiés;
  • Le nombre de jalons séparés devrait être réduit et l'accent devrait être mis sur ce qui est pertinent pour les principes OGP plutôt que sur ce qui concerne la coordination et l'administration internes; et
  • Du matériel de formation et une campagne d’information soient préparés pour mobiliser davantage les parties prenantes et le public.

 

(71) Pour un gouvernement transparent et collaboratif: Plan d'action national français 2018 – 2020, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2018/08/France-Action-Plan-2018-2020-English.pdf (consulté sur 10 Janvier 2019).
(72) David Larousserie et Marin Dacos, «Héraut de la science ouverte», Le Monde, 4 Décembre 2018.
(73) «Recherche», Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, République Française, http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid132529/le-plan-national-pour-la-science-ouverte-les-resultats-de-la-recherche-scientifique-ouverts-a-tous-sans-entrave-sans-delai-sans-paiement.html (consulté sur 20 Février 2019).
(74) David Larousserie, op. cit.
(75) Ouvrir la Science, https://www.ouvrirlascience.fr/ (consulté sur 20, février 2019).
(76) «Lisez l’Initiative pour un accès ouvert à Budapest», Initiative pour un accès ouvert à Budapest, 2002, https://www.budapestopenaccessinitiative.org/read (consulté sur 20 Février 2019).
(77) David Larousserie, op. cit.
(78) Xavier Berne, «Le Plan du gouvernement pour atteindre« 100 des publications scientifiques en accès ouvert ».» Next Inpact, 10 July 2018, https://www.nextinpact.com/news/106817-le-plan-gouvernement-pour-atteindre-100-publications-scientifiques-en-acces-ouvert.htm (consulté sur 20 Février 2019).
(79) David Larousserie, «La science française va être plus accessible» Le Monde, 4 Juillet 2018.

Résumé du statut de fin de session IRM

18. Développer un écosystème «open science»

Achèvement : substantiel

Le ministère de l'Enseignement supérieur a créé en 2018 un Comité pour la science ouverte et un baromètre de la science ouverte, mesurant le nombre de publications issues des institutions de recherche françaises disponibles en format libre accès (dernière mise à jour en 2019). [li] Elle a également mis en place un consortium français ORCID en 2019 pour étendre l'utilisation du système ORCID en France. [lii] Elle a mis en place un système de suivi des dépenses sur les « frais de traitement des articles » et les « frais de traitement des livres ». [liii] L'Agence nationale de la recherche a publié des données sur les projets qu'elle a financés entre 2005 et 2019 au format de données ouvertes, y compris les institutions partenaires, le nom du chercheur principal, la localisation du partenaire et le montant total alloué. [liv] Les résultats de l'enquête sur les dépenses d'acquisitions électroniques des établissements d'enseignement supérieur ont été publiés en 2020. [lv] Le gouvernement a investi 500,000 XNUMX € dans le développement de HAL, par le biais du Fonds national pour la science ouverte, selon l'auto-évaluation du gouvernement. Le Comité pour la science ouverte a publié quelques guides pour les chercheurs et les instituts de recherche sur l'ouverture des données scientifiques. [lvi]

[li] Baromètre français de la Science Ouverte. En ligne, disponible sur : https://ministeresuprecherche.github.io/bso/ (consulté le 30 novembre 2020)
[lii] Fil'abes. Consortium « ORCID France » : c'est parti ! https://fil.abes.fr/2020/01/27/consortium-orcid-france-cest-parti/ (consulté le 30 novembre 2020)
[liii] OPENAPC. En ligne, disponible sur : https://treemaps.intact-project.org/apcdata/openapc/#institution/period=2017&country=FRA (consulté le 30 novembre 2020)
[liv] Data.gouv.fr. Agence nationale de la recherche. En ligne, disponible sur : https://www.data.gouv.fr/fr/organizations/agence-nationale-de-la-recherche/ (consulté le 30 novembre 2020)
[lv] Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation. Enquête sur les ressources électroniques des établissements de l'enseignement supérieur et de la recherche. En ligne, disponible sur : https://data.enseignementsup-recherche.gouv.fr/explore/dataset/fr-esr-enquete-ressources-electroniques-etablissements/table/ (consulté le 30 novembre 2020)

Engagements

Open Government Partnership