Ignorer la navigation
Kenya

Renforcer le droit à l'information (KE0017)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national du Kenya 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Ministère des sports, de la culture et des arts

Institution (s) de soutien: Ministère des TIC, Autorité des TIC, Commission de la justice administrative et toutes les entités publiques; ICJ - K Article 19 EA Transparency International (k) Réseau de la liberté d'information

Domaines politiques

Accès à l'information, Capacité? bâtiment, E-gouvernement, Législation et réglementation, Législatives, Droit à l'information

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de mandat du Kenya 2016-2018, Rapport à mi-parcours sur le Kenya 2016- 2018

Étoilé: oui Suivis

Premiers résultats: majeur Majeur

Design i

Vérifiable: oui

Relatives aux valeurs OGP: Accès à l'information

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Établir le http://www.opendata.gov.mk site Internet. Selon le modèle le plus approprié, des données ouvertes seront mises sur le site Web au cours de son développement par le biais d'un lien direct vers l'institution fournissant ces informations ou un catalogue Web sera créé.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

µ8. Droit à l'information et à la gestion des documents

Texte d'engagement:

Statu quo ou problème / question à résoudre: La gestion des documents est la clé de voûte d'un gouvernement transparent et responsable. La modernisation de la gestion des documents améliore les performances et favorise l'ouverture et la responsabilité en documentant mieux les actions et les décisions du gouvernement. La transition vers l'information numérique crée de nouvelles opportunités pour la gestion des enregistrements, mais une grande partie du gouvernement repose toujours sur des systèmes et des politiques obsolètes.

Objectif principal: Améliorer la qualité et le stockage des documents créés dans l’ensemble de la fonction publique dans le but d’améliorer la prestation de services aux citoyens.

Brève description de l'engagement: Améliorer la gestion des archives publiques en élaborant et en mettant en œuvre des politiques, procédures et systèmes complets garantissant la création d'archives complètes, accessibles et authentiques.

Jalons:

8.1. Législation sur l'accès à l'information

8.2. Révision de la loi sur les archives publiques et le service de documentation et de la loi sur la destruction de documents

8.3. Élaborer et mettre en œuvre des politiques, procédures et directives complètes de gestion des documents

8.4. Élaborer des exigences techniques minimales pour la mise en œuvre du système de gestion des documents et des dossiers électroniques (SGDDE)

8.5. Renforcer les capacités des professionnels de la gestion des documents et des agents publics

8.6. Établir un programme d'éducation du public pour les citoyens et les agents publics sur le droit de protéger, de préserver et d'accéder à l'information

8.7. Établir un référentiel numérique central pour les archives et les données du gouvernement et toutes les informations d'intérêt public

Institution responsable: Ministère des sports, de la culture et des arts

Institutions d'appui: Ministère des TIC; Autorité des TIC; Commission de la justice administrative; toutes les entités publiques; CIJ - Kenya; Article 19 Afrique de l'Est; Transparency International - Kenya; et réseau de la liberté d'information

Date de début: 1 Juillet 2016

Date de fin: 30 Juin 2018

Note éditoriale: Cet engagement est clairement en rapport avec les valeurs OGP telles qu’elles ont été écrites, a un impact potentiel de transformation et est mis en œuvre de manière substantielle ou complète et constitue donc un engagement marqué.

Contexte et objectifs

L'engagement vise à moderniser la gestion des documents afin d'améliorer les performances et de promouvoir l'ouverture et la responsabilité en documentant mieux les actions et les décisions du gouvernement. Bien qu'une grande partie du gouvernement repose toujours sur des systèmes et des politiques obsolètes, la transition vers des informations stockées numériquement crée de nouvelles opportunités pour la gestion des enregistrements. L'objectif de l'engagement est d'améliorer la qualité et le stockage des archives gouvernementales afin de garantir que l'accès à l'information et les demandes d'accès à l'information soient accessibles. Le Kenya est tenu de satisfaire aux demandes d’information et à la divulgation en vertu de plusieurs traités et accords qu’il a ratifiés, y compris le Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH) et Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP).[Note125: Adili, Accès à l'information au Kenya, numéro 155 (Transparency International - Kenya, octobre-novembre 2015) https://tikenya.org/wp-content/uploads/2017/06/adili-155-access-to-information-in-kenya.pdf. ] De plus, la constitution de 2010 garantit le droit d'accès à l'information. Cependant, dans la pratique, plusieurs lois ont contredit le droit à l'information (par exemple, la loi sur le secret officiel, la loi sur les commissions de services et la loi sur les pouvoirs et les privilèges de l'Assemblée nationale) et l'accès à l'information a été limité.[Note126: Id.] Les efforts visant à élaborer et à adopter une loi d'application garantissant l'accès à l'information dans la pratique n'avaient pas pris forme avant le mois d'août 2015, lorsque le projet de loi sur l'accès à l'information, 2015, parrainé par l'hon. Priscilla Nyokabi, soumise à la première lecture à l'Assemblée nationale.

Lors de l'élaboration du plan d'action, le projet de loi sur l'accès à l'information était en cours d'élaboration et de négociation au parlement. Cet engagement comporte deux volets: chercher à légiférer, puis mettre aux normes la gestion des documents officiels afin de permettre aux fonctionnaires de localiser et de divulguer les informations demandées au moyen d'un nouveau système d'accès à l'information.

Si cet engagement était pleinement mis en œuvre, il améliorerait l'accès à l'information et la gestion des archives publiques de manière transformatrice. La création de dossiers complets, accessibles et authentiques est considérée comme une condition préalable essentielle à la mise en œuvre effective de la loi sur l'accès à l'information. En outre, l’adoption de la loi sur l’accès à l’information énonce dans la loi un certain nombre de principes progressifs en matière de liberté d’information, dans la mesure où elle affirme le droit juridiquement opposable à tout citoyen d’accéder à toutes les informations détenues par des entités publiques et des entités privées; procédures claires et simples d'évaluation des informations; la création d'un régime exhaustif de divulgation proactive; et une disposition relative aux informations exemptées soumises aux normes internationales. L'engagement est codé comme pertinent pour l'accès à l'information.

8.1. Législation sur l'accès à l'information

L'adoption du projet de loi 2015 sur le projet de loi sur l'accès à l'information est considérée comme une action de transformation, car ce serait une loi habilitante permettant de concrétiser pleinement le droit à l'information garanti aux citoyens kényans par la Constitution 2010. Le projet de loi encouragera la publication, la diffusion et l'accès public à l'information du public kényan, afin de protéger davantage ce droit. Il précise également les mécanismes permettant de garantir l'accès du public à l'information, ainsi que les facteurs susceptibles d'entraver le droit à cet accès. accès. Le projet de loi prévoit un délai de 21 jours pour répondre aux demandes d’information et prévoit un mécanisme de réparation en cas de retard de la réponse du gouvernement. Si le gouvernement refuse d’accorder l’accès ou cache une partie des informations par la rédaction, ou si le fonctionnaire qui demande des informations spécifiques facture des frais exorbitants, donne des informations obsolètes ou refuse de mettre à jour des informations obsolètes, le public peut signaler le problème. l'affaire à la Commission sur la justice administrative pour les demandes de révision et d'exécution. S'ils sont reconnus coupables, les fonctionnaires se verront infliger une amende pouvant aller jusqu'à 50,000 KES ou passer trois ans en prison.[Note127: Kenneth Odero, «La nouvelle loi sur l'accès à l'information du Kenya obligera les entités publiques à divulguer des informations sur demande» (IAfrikan Digital, consulté 12 février 2018) https://www.iafrikan.com/2016/09/13/kenyas-new-access-to-information-act-will-compel-public-entities-to-disclose-information-upon-request/.]

8.2. Révision de la loi sur les archives publiques et le service de documentation et de la loi sur la destruction de documents

Kenya's La loi sur les archives publiques et la documentation vise à faciliter la gestion des archives du secteur public au Kenya. Il est considéré comme une réussite par de nombreuses autres institutions d'archives africaines. Le Département a beaucoup progressé dans le développement de services d'enregistrement, l'ouverture de cinq centres régionaux et l'automatisation partielle de la plupart de ses instruments de recherche. Les Archives régionales ont pour objectif de proposer systématiquement aux ministères, départements, sociétés d'État et gouvernements de comté, entre autres organismes publics, des avis critiques sur la gestion appropriée des archives publiques, en vue d'améliorer les systèmes, procédures et pratiques de gestion des archives. Cependant, les principaux aspects de la gestion des archives du secteur public restent chaotiques et de nombreux fonctionnaires ne respectent pas les règles régissant la gestion et la destruction des archives publiques. Les Archives nationales doivent se concentrer sur la gestion de l'ensemble du cycle de vie des documents plutôt que de gérer uniquement le stade de la conservation des archives et d'améliorer l'accessibilité des documents du gouvernement. L'examen de ces deux lois garantira que cela est fait et que la responsabilité de la conservation des archives est partagée entre les agences gouvernementales et le Service national des archives et de la documentation du Kenya (KNADS).

8.3. Élaborer et mettre en œuvre des politiques, procédures et directives complètes de gestion des enregistrements

Les sections 4 et 7 de la loi sur les archives publiques et la documentation, chapitre 19, Lois du Kenya, contiennent des dispositions sur la gestion des documents. Celles-ci fournissent des directives pour permettre l’examen public de tous les dossiers publics et des conseils sur leur entretien, leur conservation, leur garde et leur contrôle. La loi couvre le transfert de la garde de tous les dossiers publics, qui devraient être conservés dans les archives nationales. La pratique actuelle du gouvernement est que la gestion des archives publiques au Kenya est régie par la loi sur les archives publiques et la documentation, Cap 19, 1965 (2003 révisée) et examinée par la loi 2016 sur l'accès à l'information. En outre, plusieurs règles, règlements et circulaires ont été publiés pour permettre une gestion efficace des documents.[Note128: Ils incluent: The Records Disposal Act, Cap. 14, 1962; Loi sur la lutte contre la corruption et les crimes économiques, 2003; Loi sur l'éthique de la fonction publique, 2003; Loi sur la statistique, 2006; Loi sur les marchés publics et la disposition, 2005; Loi sur l'audit public, 2003; Loi sur les terres du gouvernement, Cap. 280, 1915; Acte foncier enregistré, Cap. 300, 1963; Loi sur la taxe à la valeur ajoutée, Cap. 476, 1990; Loi sur la gestion financière, 2004; Loi sur la Direction du service national de renseignement, 1998; Loi sur les preuves, chap. 80, 1977 (1989 révisé); Loi sur l'information et la communication au Kenya, n ° 2 de 1998 (2009 révisée); Liberté d'information 2007; Réglementation et procédures des finances publiques, chapitre, 23 §3 - 5; Ministère d'État à la Fonction publique - Lettre du personnel n ° 1 / 2008 (DPM.12 / 6A, vol. 1 (71); ISO 15489 (2001): Information sur la gestion des dossiers; Ordres permanents de la police du Kenya, 2001; Gouvernement du Kenya Manuel de sécurité, 2005 et calendriers ministériels de conservation des archives.] Malgré les efforts déployés par le gouvernement, la gestion des archives dans le pays reste un défi en raison de l’absence de pratiques et de procédures normalisées. Ce jalon a donc pour but de mettre en œuvre des politiques, procédures et procédures complètes de gestion des archives. Son impact est modéré, car si le jalon était pleinement mis en œuvre, des enregistrements correctement gérés contribueraient à la formulation des politiques, conduisant à une prise de décision plus rapide et à une prestation de services publics plus efficace et plus efficiente.

8.4. Élaborer des exigences techniques minimales pour la mise en œuvre du système de gestion des documents et des dossiers électroniques (SGDDE)

Un système de gestion de documents et d’enregistrements électroniques (EDRMS) est un type de système de gestion de contenu qui consiste à intégrer les technologies combinées de systèmes de gestion de documents et d’enregistrements. La gestion électronique des documents et des enregistrements vise à gérer les documents et les enregistrements tout au long de leur cycle de vie, de la création à la destruction. Ce jalon visera donc à définir les exigences techniques minimales pour la mise en œuvre du SGEDD. Son impact est codé comme modéré, car le logiciel du SGEDD gérerait tous les documents et tous les dossiers du gouvernement dans tous les ministères, départements et agences. De plus, dans le monde numérique actuel où le trafic mondial de données mobiles augmente, la gestion des enregistrements électroniques issus des plateformes de médias sociaux, des courriers électroniques, etc. est tout aussi importante.

8.5. et 8.6. Renforcer les capacités des professionnels de la gestion des documents et des agents publics et mettre en place un programme d'éducation du public à l'intention des citoyens et des agents publics sur le droit de protéger, de conserver et d'accéder à l'information

Ces deux étapes clés visent à renforcer les capacités des professionnels de la gestion des documents et des agents publics et à mettre en place un programme d'éducation du public à l'intention des citoyens et des agents publics sur le droit de protéger, de conserver et d'accéder à l'information.. La faible capacité de gestion des documents est considérée comme un défi tant dans la fonction publique que dans la population en général. KNADS gère déjà un programme de recherche et d’éducation et un programme de sensibilisation. Ces programmes seront donc renforcés. Les deux étapes ont un groupe cible clair, mais manquent de spécificité en ce qui concerne les individus au sein de la fonction publique identifiée et les groupes du grand public. Étant donné que le groupe cible et le contenu du programme ne sont pas clairs, le chercheur en IRM a estimé que ces jalons avaient un impact potentiel mineur.

8.7. Établir un référentiel numérique central pour les archives et les données du gouvernement et toutes les informations d'intérêt public

La pratique actuelle du gouvernement est que le ministère, le département et les agences du gouvernement respectif disposent d'un référentiel de registres et de données du gouvernement, géré de manière étroite par KNADS. Un référentiel central permettra une solution en ligne et à guichet unique pour les archives et les données du gouvernement, un accès plus rapide et plus facile aux informations et une extraction sécurisée des archives.

Aboutissement

8.1. Législation sur l'accès à l'information - Achevée

Loi sur l'accès à l'information[Note129: Loi sur l'accès à l'information, n ° 31 de 2016, disponible à l'adresse kenyalaw.org/lex/actview.xql?actid=No.%2031%20of%202016.] A été adoptée en août 2016 pour donner effet à l'article 35 de la Constitution et conférer à la Commission de la justice administrative (CAJ) les fonctions et pouvoirs de surveillance et d’application. La promulgation de cette loi a été l'aboutissement d'années de plaidoyer, principalement menées par la société civile, en faveur de la mise en place d'une loi sur le droit à l'information; Les organisations de la société civile instrumentales comprenaient l'article 19, Transparency International Kenya et la CIJ Kenya sous les auspices du réseau pour la liberté de l'information. Le rôle du CAJ à cet égard comprend le traitement des plaintes relatives à l’accès à l’information; examen des rapports des organismes publics sur la mise en œuvre de la loi; et surveiller la mise en œuvre par le Kenya des obligations internationales relatives à l'accès à l'information.

Le directeur des archives nationales a indiqué qu'il avait officiellement établi une relation de travail avec le CAJ au moyen d'une lettre officielle à la commission. Ils ont tenu des consultations sur les moyens de mettre en œuvre efficacement la Loi sur l'accès à l'information, notamment en ce qui concerne la protection, la préservation et la destruction des archives gouvernementales. Le public souhaite que la loi soit pleinement mise en œuvre et que le processus de demande d'informations soit institutionnalisé dans la pratique. Par exemple, un cabinet d’avocats et l’un des médias ont demandé l’enregistrement d’un rapport sur les juges et le jury de sélection, en particulier sur les juges démis de leurs fonctions. Ceci est conforme à la loi sur l’accès à l’information, qui prévoit une journée-21 pour publier tout document gouvernemental demandé, par opposition à la période de 30 prévue dans la loi sur le service public des archives et des documents, CAP 19 des lois kényennes.

8.2. Révision de la loi sur les archives publiques et la documentation et de la loi sur la destruction des documents - substantielle

Certaines dispositions de la loi sur les archives publiques et de la documentation et de la loi sur la destruction des documents ont été révisées par la promulgation de la loi sur l'accès à l'information dans 2016. En outre, les Archives nationales ont tenu deux réunions et consultations internes pour identifier les domaines à examiner dans ces deux lois afin de les mettre en conformité avec la Constitution et la loi sur l'accès à l'information. Les projets de zones d’examen ont été soumis au Secrétaire permanent du Ministère de la culture, des sports et des arts pour commentaires supplémentaires et pour assurer la propriété. En outre, les juristes des Archives nationales ont soumis une copie des zones de révision à l’AG pour obtenir son avis juridique.

8.3. Élaborer et mettre en œuvre des politiques, procédures et directives complètes de gestion des documents - Substantiel

Les Archives nationales ont soutenu l’élaboration de diverses politiques et directives pour les ministères, les départements et les agences des différents gouvernements, au lieu d’avoir une politique nationale unique. En effet, les MDA et les organisations sont confrontés à des problèmes de gestion des enregistrements différents. Entre 2014 et 2017, on estime que les MDA de 10 à 20, y compris les gouvernements de comté, ont bénéficié de l’appui des Archives nationales pour l’élaboration de leurs politiques de gestion des archives. Un manuel de procédure ministériel a également été adopté et doit être inclus dans les normes ISO du ministère.

8.4. Élaborer des exigences techniques minimales pour la mise en œuvre du système de gestion des documents et des enregistrements électroniques (SGEDD) - limité

Archives et gestion de l'information en Afrique orientale (RIMEA) a organisé un atelier EDMS sur la numérisation des archives et l'automatisation des processus et des flux de travail de 3 à 7. et les gestionnaires de connaissances des secteurs privé et public. Le thème de l'atelier était «Systèmes de gestion électronique de documents: Utiliser les enregistrements et la numérisation pour réduire les inefficiences et lutter contre la corruption».

Ce jalon n'a pas été complètement mis en œuvre. Les Archives nationales ont mis au point des normes internes, mais ne les ont pas communiquées aux MDA. Les Archives nationales ont également acheté des serveurs pour stocker les données électroniques afin que, lorsque des EDRM standardisés soient développés et mis en œuvre, les enregistrements s'intègrent parfaitement au serveur.

8.5. Renforcer les capacités des professionnels de la gestion des documents et des agents publics - Terminé

Les Archives nationales ont organisé des séminaires et des conférences à l'intention des responsables de la gestion des documents afin de les familiariser avec la classification des documents. Au-delà de l'amélioration de la gestion, les responsables des différentes sources d'archives sont ainsi informés, ce qui peut alors permettre aux utilisateurs de mieux identifier les informations importantes. Les comtés ont également été impliqués car leur capacité est faible et nouvelle, n'étant instituée que par la constitution 2010. Les Archives nationales ont officiellement contacté les comtés dans le cadre de ce partenariat et ont également reçu des demandes de renforcement des capacités émanant de ces comtés.

8.6. Mettre en place un programme d'éducation publique à l'intention des citoyens et des agents publics sur le droit de protéger, de préserver et d'accéder à l'information (Milestone 5 et 6) - Complète

Dans le domaine de l'éducation, des films historiques et des projections vidéo sont organisés gratuitement pour les écoles, les équipes de visiteurs et le public. Visites guidées de la galerie d'art KNADS, quelle caractéristiquees expositions permanentes et conférences sur des sujets historiques choisis, sont données à ces équipes sur demande. Cela fait partie de la formation continue sur la valeur des diverses sources d’information archivistiques pour tous les utilisateurs potentiels. Les conférences dans les écoles et les collèges sont adaptées en fonction de leurs programmes. Le programme de publicité de sensibilisation KNADS envoie des brochures et des bulletins d'information à toutes les écoles du pays (à l'exception de celles des districts éloignés du Nord-Est) qui encouragent les écoles, les collèges et autres établissements d'enseignement à visiter KNADS. Cela éduquera les jeunes générations à devenir des utilisateurs potentiels. Les touristes bénéficieront des services de recherche et d'éducation du Kenya en goûtant à une variété d'expositions d'art africain, de culture et d'histoire du Kenya dans la galerie d'art.

8.7. Établir un référentiel numérique central pour les archives et les données du gouvernement et toutes les informations d’intérêt public - Non commencé

Le référentiel numérique central doit encore être établi. La plate-forme intégrée EDRMS envisagée dans Milestone 4 créera un référentiel en ligne et une solution unique pour une prestation de services efficace et une responsabilisation publique, car elle permet un accès aux informations plus rapide et à tout moment et une extraction sécurisée des archives.

Des réunions ont eu lieu avec un service de gouvernance électronique et l'équipe a mis au point un prototype de politique, mais celui-ci n'a pas été officiellement signé ni adopté. L'emplacement du centre de données a été identifié et le ministère des Travaux publics a fourni des indications sur l'apparence du dépôt. Une retraite a été organisée pour élaborer des directives sur l'utilisation du référentiel numérique central pour les archives et les données du gouvernement.

Le directeur des Archives nationales a indiqué que les informations et les dossiers étaient disponibles dans leurs bureaux (rapports de COB, AG, etc.) et qu'il était nécessaire de publier les informations disponibles pour encourager leur utilisation. Cependant, l'insuffisance des ressources constitue un obstacle. Une collaboration plus poussée est nécessaire pour mettre pleinement en œuvre le jalon.

Premiers résultats

Les citoyens utilisent déjà la disposition relative à l'accès à l'information. Par exemple, le défendeur du CAJ a indiqué que la première plainte concernant l’accès à l’information avait été déposée auprès de la Commission de la justice administrative (le Bureau de l’Ombudsman) dans le but de faire publier par Safaricom Limited (une société privée) des données relatives à un téléphone portable enregistré. nombre. Ce n’est qu’un exemple qui illustre l’importance de la Loi sur l’accès à l’information, 2016. Le directeur des Archives nationales a également reçu des demandes d’information. La nouvelle loi prévoit l'accès à l'information et oblige les entités publiques et privées à faciliter, entre autres, l'accès et la publication des informations qu'elles détiennent; la loi exige également la publication de tout contrat et politique publics affectant le public. Il est trop tôt pour évaluer les résultats de l'engagement car de nombreuses étapes sont encore en cours.

Prochaines étapes

Il est recommandé d'inclure un engagement d'accès à l'information dans le prochain plan d'action. Les engagements dans ce domaine doivent viser à la mise en œuvre effective des dispositions de la loi sur l'accès à l'information et à la responsabilisation des institutions de contrôle telles que la Commission de la justice administrative et les archives nationales.

Pour garantir une mise en œuvre efficace et rapide de la loi dans la pratique, des réglementations doivent être élaborées au moyen de consultations impliquant l'ensemble des parties prenantes afin de rendre la loi plus opérationnelle.

Résumé du statut de fin de session IRM

✪8. Droit à l'information et gestion des dossiers

Texte d'engagement:

Statu quo ou problème / question à résoudre: La gestion des documents est la clé de voûte d'un gouvernement transparent et responsable. La modernisation de la gestion des documents améliore les performances et favorise l'ouverture et la responsabilité en documentant mieux les actions et les décisions du gouvernement. La transition vers l'information numérique crée de nouvelles opportunités pour la gestion des enregistrements, mais une grande partie du gouvernement repose toujours sur des systèmes et des politiques obsolètes.

Objectif principal: Améliorer la qualité et le stockage des documents créés dans l’ensemble de la fonction publique dans le but d’améliorer la prestation de services aux citoyens.

Brève description de l'engagement: Améliorer la gestion des documents publics en élaborant et en mettant en œuvre des politiques, des procédures et des systèmes complets qui garantiront la création de documents complets, accessibles et authentiques

Jalons:

  1. Législation sur l'accès à l'information
  2. Examen de la loi sur le service des archives publiques et de la documentation et de la loi sur l'élimination des documents
  3. Élaborer et mettre en œuvre des politiques, procédures et lignes directrices complètes sur la gestion des documents
  4. Élaborer des exigences techniques minimales pour la mise en œuvre du système de gestion électronique des documents et des dossiers (EDRMS)
  5. Renforcer les capacités des professionnels de la gestion des documents et des agents publics
  6. Établir un programme d'éducation du public pour les citoyens et les agents publics sur le droit de protéger, de conserver et d'accéder à l'information
  7. Créer un référentiel numérique central pour les archives et données gouvernementales et toutes les informations d'intérêt public

Institution responsable: Ministère des sports, de la culture et des arts

Institutions de soutien: Ministère des TIC; Autorité des TIC; Commission de la justice administrative; toutes les entités publiques; CIJ - Kenya; Article 19 Afrique de l'Est; Transparency International - Kenya; et réseau de la liberté d'information

Date de début: 1 Juillet 2016

Date de fin: 30 Juin 2018

Note éditoriale: Cet engagement est clairement pertinent par rapport aux valeurs de l'OGP telles qu'elles sont rédigées, a un impact potentiel de transformation et est mis en œuvre de manière substantielle ou complète et se qualifie donc comme un engagement étoilé.

But de l'engagement

L'engagement visait à améliorer la gestion des dossiers au Kenya en adoptant la loi sur l'accès à l'information (ATI). Il a également appelé à un certain nombre d'initiatives pour faciliter l'accès à l'information, telles que l'élaboration de politiques globales de gestion des documents, la formation à l'accès à l'information pour les citoyens et les agents publics, et la création d'un référentiel numérique central pour les archives et données gouvernementales, entre autres.

Statut

À mi-parcours: Substantiel

À mi-parcours, cet engagement était pratiquement achevé. Notamment, le Parlement a adopté la Loi sur l'accès à l'information et elle est entrée en vigueur le 21 septembre 2016 (étape 8.1). La Loi sur l'accès à l'information établit le droit de tout citoyen kényan d'accéder aux informations détenues par l'État et par des organismes privés, lorsque ces informations sont nécessaires à l'exercice ou à la protection de tout droit ou liberté fondamentale. La Commission de justice administrative (CAJ) a des pouvoirs et des fonctions de surveillance et d'application, qui comprennent le traitement des plaintes relatives à l'accès à l'information et l'examen des rapports des organismes publics sur la mise en œuvre de la loi.

La Loi sur l'accès à l'information n'a pas préséance sur la Loi sur les secrets officiels (1970), une loi a été adoptée pour limiter l'accès des citoyens à l'information qui, selon le gouvernement, compromettrait sa sécurité intérieure. La loi n ° 11 de 1998 sur le service national de renseignement de sécurité a étayé cette position. La Loi sur l'accès à l'information a modifié la section 3 (8) de la loi sur les secrets officiels pour indiquer que la loi sur le secret s'applique sous réserve de l'article 35 de la Constitution «et de la loi relative à l'accès à l'information». Cependant, la Loi sur l'accès à l'information elle-même contient des dispositions générales sur le secret qui pourraient être utilisées pour limiter l'accès à l'information pour des motifs de sécurité nationale. Par exemple, le droit d'accès à l'information peut être limité lorsque cela «porte atteinte à la sécurité nationale du Kenya». La Loi sur l'accès à l'information décrit les types de renseignements relatifs à la sécurité nationale au paragraphe 6 (2) et la liste comprend la disposition générale suivante: «toute autre information dont la divulgation non autorisée porterait atteinte à la sécurité nationale.»

La Loi sur l'accès à l'information établit le lien entre l'accès à l'information et la gestion des dossiers (le principal objectif de l'engagement) à l'article 17, qui prévoit que chaque entité publique doit conserver et conserver des dossiers (écrits ou électroniques) exacts, authentiques, utilisables et avoir l'intégrité et d'une manière qui facilite le droit d'accès à l'information. En particulier, chaque entité publique doit numériser ses dossiers et ses systèmes de gestion de l'information trois ans après la date de la première application de la Loi sur l'accès à l'information.

Le cadre juridique et institutionnel de la gestion des documents, et de la gestion électronique des documents en particulier, est néanmoins resté quelque peu fragmenté et dépassé à mi-parcours. Quelques réunions ont eu lieu pour examiner la Loi de 1990 sur les archives publiques et le service de documentation (PADSA) et la Loi sur l'élimination des documents, 1962 (jalon 8.2), mais aucune réforme de fond n'a été proposée au-delà des modifications déjà apportées par la Loi sur l'accès à l'information. La PADSA confie la responsabilité de la gestion des archives et archives publiques au Service national des archives et de la documentation du Kenya (KNADS) - un changement de situation jugé nécessaire par les commentateurs pour confier une plus grande responsabilité aux créateurs de documents pour la gestion de leurs archives tout au long du cycle.

À mi-parcours, le fait de ne pas adopter les règlements sur l'accès à l'information a perpétué un manque de pratiques et de procédures normalisées pour la gestion des documents (jalon 8.3). Cependant, pour respecter les exigences techniques minimales pour la mise en œuvre d'un système de gestion électronique des documents et des archives (EDRMS) (jalon 8.4), la norme de gestion des enregistrements et des données électroniques de l'Autorité des TIC a été approuvée en août 2016 et est entrée en vigueur en janvier 2017.

Des initiatives de renforcement des capacités et d'éducation du public sur l'accès à l'information et la gestion des documents ont été entreprises par les KNAD (étapes 8.5 et 8.6). Cependant, un registre numérique central pour les archives et les données du gouvernement n'a pas encore été établi (étape 8.7).

Fin du mandat: Substantiel

L'engagement était resté pratiquement achevé à la fin de la période d'engagement. Selon le directeur du Service national des archives et de la documentation, il est urgent d'adopter le règlement sur l'accès à l'information (étape 8.3) pour prescrire les différents schémas de publication des entités publiques et les frais applicables pour l'accès à l'information. Le 10 septembre 2018, le président du CAJ a lancé un groupe de travail pour élaborer ces règlements. Le groupe de travail est composé de membres du CAJ, de la Commission de réforme législative du Kenya et du Secrétariat national des communications relevant du ministère des TIC.

Le CAJ a intégré la formation à l'accès à l'information pour les agents publics à travers le système de contrats de performance, et il a sensibilisé un certain nombre d'organismes publics sur leurs devoirs et obligations (jalons 8.5 et 8.6). La sensibilisation du public du CAJ (Jalon 8.6) a inclus la publication d'informations sur la Loi dans la presse écrite, le lancement d'une traduction d'une version simplifiée de la Loi sur l'accès à l'information en kiSwahili, la sensibilisation des acteurs de la société civile, l'engagement par le biais des médias sociaux, et assister à des événements au niveau du comté. Par exemple, en avril 2019, le CAJ a organisé un stand au Forum des consommateurs TIC du comté de Kisumu où les membres du public pouvaient obtenir plus d'informations sur la mise en œuvre de la Loi sur l'accès à l'information.

Le gouvernement du Kenya a mis en place un mécanisme centralisé en ligne par l'intermédiaire de la commission de justice administrative pour la soumission des demandes d'accès à l'information. Le portail permet de saisir les détails du candidat et de la demande de candidature. Les demandeurs sont néanmoins toujours encouragés à imprimer, signer et remettre personnellement leur demande d'informations à l'entité concernée. À la fin du rapport, il n'y avait aucune preuve de progrès dans l'élaboration d'un registre numérique central des documents publics (étape 8.7).

Aucun autre progrès n'avait été réalisé dans la révision de la PADSA et de la loi sur l'élimination des documents (jalon 8.2). Des recherches récentes suggèrent également que si l'utilisation de l'e-gouvernement au Kenya a considérablement augmenté, le statut général de la gestion des e-records est mal placé pour soutenir l'e-gouvernement.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: majeur

Le but de cet engagement était double: chercher à adopter une législation sur l'accès à l'information et mettre à niveau la gestion des archives officielles, pour permettre aux fonctionnaires de localiser et de divulguer les informations demandées par le biais d'un nouveau système de liberté de l'information (FOI).

L'adoption de la Loi sur l'accès à l'information représente le point culminant d'années de plaidoyer de la part de la société civile en faveur d'une loi visant à appliquer les dispositions constitutionnelles garantissant le droit du public à l'information. Cette première étape de l'engagement est une avancée positive majeure, même si elle reste encore limitée en termes d'échelle et de portée. Avant l'engagement, un droit d'accès statutaire exécutoire à l'information n'était ni inscrit ni exercé. La Loi sur l'accès à l'information est maintenant en place et les citoyens commencent à exercer ce droit. Les rapports soumis au CAJ montrent qu'au cours de l'année 2017/2018, les entités publiques ont reçu 2,664 demandes, dont 2,440 (91%) ont conduit à la divulgation d'informations. Le CAJ exerce également ses pouvoirs de surveillance et d'application. Au cours des neuf premiers mois de la mise en œuvre de la Loi sur l'accès à l'information, il a traité 32 demandes de révision de décisions publiques et privées sur le droit d'accès à l'information, dont 28 concernaient des refus d'accès.

Les citoyens cherchent à accéder à des informations sur des questions de gouvernance plus larges et sur des questions qui affectent leur vie. Par exemple, un cas récent de l'Institut Katiba Les archives impliquaient de demander combien d'argent avait été dépensé pendant la période de campagne électorale par l'Unité de prestation du président, essentiellement pour annoncer les réalisations du gouvernement. L’information n’a pas été fournie, mais le tribunal a décidé qu’elle devait être fournie. Cela n'aurait pas été possible en l'absence d'une loi sur l'accès à l'information. Cependant, dans une affaire dans laquelle un avocat a demandé des informations au service public Kenya Power pour remédier à une facturation inexacte des clients, un rapport des médias suggère que l'accès à l'information est toujours une bataille difficile au Kenya. Non-finalisation des règlements sur l'accès à l'information, sensibilisation et éducation des citoyens, et adoption en attente du projet de loi sur la protection des données ont été cités comme des obstacles. Les dispositions générales de l'ACI sur la sécurité nationale sont également préoccupantes.

La deuxième étape de l'engagement, la normalisation et l'amélioration de la gestion des archives officielles, n'a pas aussi progressé. Des normes techniques pour un EDRMS existent; il s'agit notamment de la norme de gestion des enregistrements électroniques et des données des TIC de l'Autorité des TIC d'août 2016 et des normes plus anciennes élaborées par le Bureau des normes du Kenya. Le Kenya a adopté le gouvernement électronique et un volume considérable de documents électroniques est généré. Cependant, le cadre institutionnel et juridique de la gestion des documents électroniques est encore fragmenté et peu maniable, réparti entre les ministères, le KNADS et l'autorité législative de la PADSA, la Loi sur l'élimination des documents et la Loi sur l'accès à l'information. L'absence de création d'un référentiel numérique centralisé pour les archives et les données du gouvernement peut donc inhiber l'impact de la liberté d'information au Kenya à l'avenir.

Reportés?

Cet engagement n'a pas été reporté dans le prochain plan d'action du Kenya.

Section 4, Loi sur l'accès à l'information 31 de 2016, 7 septembre 2016, http://kenyalaw.org/kl/fileadmin/pdfdownloads/Acts/AccesstoInformationActNo31of2016.pdf.
Idem, parties IV et V.
Idem, article 6 (1).
Idem, article 6 (2) (l).
Idem, article 17 (3) c).
Pour une analyse SWOT de la loi sur les archives publiques et le service de documentation, voir Henry Nyabuto Kemoni et Patrick Ngulube, «Législation des archives et des archives au Kenya et gestion des archives du secteur public: une approche d'analyse SWOT», (2007) 17 (2) Journal africain de la bibliothèque, des archives et des sciences de l'information, p. 89.
Idem, pp 89, 90.
«ICT Standards», ICT Authority, http://icta.go.ke/standards/electronic-records-management-standard/. Étant donné que la norme de gestion des données date de 2016, ces preuves suggèrent que l'étape 8.4 était déjà achevée au moment de la rédaction du rapport d'étape 2016-2018 sur le Kenya.
«Loi sur l'accès à l'information (ATI)», Commission de la justice administrative, http://www.ombudsman.go.ke/index.php/access-to-information.
Commission de la justice administrative, Rapport annuel 2016/17, p. 37. Le compte Twitter du CAJ montre de nombreuses réponses à des tweets relatifs à l'accès à l'information, des demandes de préoccupations.
Voir le compte Twitter de l'Ombudsman Kenya, tweet posté le 16 avril 2019.
Cleophas Mutundu Ambira, Henry Nyabuto Kemoni et Patrick Ngulube «Un cadre pour la gestion électronique des documents à l'appui de l'administration électronique au Kenya» (2019), Journal de gestion des documents.
«L'accès à l'information publique est une lutte acharnée au Kenya malgré la loi», Business Daily, 27 février 2019, https://bit.ly/2KZoPu6.
Commission de la justice administrative, Rapport annuel 2016/17, pp. 34 – 35.
«Handbook on the Access to Information Act, 2016», KATIBA Institute, février 2018, http://www.katibainstitute.org/wp-content/uploads/2018/02/Katiba-booklet-31.01.2018-1.pdf.
Le projet de loi sur la protection des données est également placé sous les auspices du CAJ et vise à protéger les données personnelles.
Ibid, «L'accès à l'information publique est une lutte acharnée au Kenya malgré la loi.»
Ambira et al rapportent sur ces derniers comme suit: KS2229: 2010 Systèmes de gestion des dossiers électroniques - exigences fonctionnelles; KS2374: 2012 Systèmes de gestion des dossiers électroniques: Guide de mise en œuvre; et KS 2391: 2013 signatures électroniques (exigences en matière de métadonnées). Ibid, Cleophas Mutundu Ambira, Henry Nyabuto Kemoni et Patrick Ngulube.
Idem.

Engagements

  1. Beneficial ownership

    KE0018, 2018, Accès à l'information

  2. Contrats ouverts

    KE0019, 2018, Accès à l'information

  3. Données géospatiales ouvertes pour le développement

    KE0020, 2018, Accès à l'information

  4. Participation du public

    KE0021, 2018, Renforcement des capacités

  5. Indices de gouvernance

    KE0022, 2018, Renforcement des capacités

  6. Résilience du gouvernement ouvert

    KE0023, 2018, Renforcement des capacités

  7. Développement plus transparent et participatif des politiques sur le climat aux niveaux national et sous-national

    KE0010, 2016, Accès à l'information

  8. Renforcement des mécanismes préventifs et punitifs dans la lutte contre la corruption et les pratiques contraires à l'éthique

    KE0011, 2016, Anti-Corruption

  9. Améliorer la transparence dans le processus législatif

    KE0012, 2016, gouvernement électronique

  10. Publier des contrats de pétrole et de gaz

    KE0013, 2016, Anti-Corruption

  11. Engagement étoilé Assurer une plus grande transparence autour des offres et des contrats

    KE0014, 2016, Anti-Corruption

  12. Créer un processus de passation des marchés publics transparent, une supervision publique des dépenses et assurer une utilisation optimale des ressources par rapport aux priorités des citoyens

    KE0015, 2016, Accès à l'information

  13. Améliorer l'accès aux informations budgétaires du gouvernement et créer des structures plus larges et plus inclusives pour la participation du public

    KE0016, 2016, gouvernement électronique

  14. Engagement étoilé Renforcer le droit à l'information

    KE0017, 2016, Accès à l'information

  15. Engagement étoilé Améliorer la transparence des processus électoraux: 1.A. Définition des limites électorales et nom.

    KE0001, 2012, Médias et télécommunications

  16. Améliorer la transparence des processus électoraux: 2.B. Information de vote en ligne

    KE0002, 2012, Accès à l'information

  17. Promotion de la participation publique: 1.B. Portail de prestation de services de bout en bout

    KE0003, 2012, gouvernement électronique

  18. Promouvoir la participation du public: 1.D. Portail public des plaintes

    KE0004, 2012, gouvernement électronique

  19. Promouvoir la participation du public: 2.C. Plan d'action du Kenya en ligne

    KE0005, 2012,

  20. Promouvoir la participation du public: 1.C. Open Data Portal

    KE0006, 2012, Accès à l'information

  21. Engagement étoilé Améliorer la transparence dans le système judiciaire: 2.A. Vérification publique des juges et système de répartition des affaires

    KE0007, 2012, gouvernement électronique

  22. Budgets ouverts: 3.a. Améliorer l'indice OBI du Kenya

    KE0008, 2012, Ouverture fiscale

  23. Budgets ouverts: 3.B. Augmenter la participation du public dans les processus budgétaires

    KE0009, 2012, Accès à l'information

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!