Ignorer la navigation
République slovaque

Créer des politiques publiques engageantes (SK0102)

Aperçu

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action national de la République slovaque 2017-2019

Cycle du plan d'action : 2017

Statut : Inactif

Institutions

Institution chef de file : les ministres, le chef du bureau du gouvernement, les chefs d'autres organes du gouvernement central, en coopération avec le plénipotentiaire du gouvernement pour le développement de la société civile

Institution(s) de soutien : NA

Domaines politiques

Capacité? bâtiment, E-gouvernement, Ouverture fiscale, Participation du public, Participation du public au budget / à la politique budgétaire, Gouvernance réglementaire

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de mise en œuvre de la Slovaquie 2017-2019, Rapport de conception de la République slovaque 2017 – 2019

Suivi : Non

Premiers résultats : marginaux

Design i

Vérifiable : Oui

En rapport avec les valeurs de l'OGP : participation civique

Impact potentiel:

Mise en œuvre i

Achèvement:

Détails

Engagement n ° 45: Créer des politiques publiques identifiées conformément au matériel recommandé "Lignes directrices pour impliquer le public dans l'élaboration des politiques publiques" en coopération avec les représentants de la société civile.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

THEME - Développer et évaluer les politiques de manière participative
Comm 43, 45, 47, 49, 63, 64

Langue de l'engagement telle qu'elle apparaît dans le plan d'action[Note: Le Bureau du plénipotentiaire, “Open Government Partnership Plan d'action national de la République slovaque 2017 - 2019 », http://bit.ly/2QYIlHV ]:

Engagement 43: «Sur la base d'un large dialogue entre les autorités du gouvernement central et la société civile, identifiez les politiques publiques qui seront créées de manière participative avec des représentants de la société civile."

Engagement 45: "Créer des politiques publiques identifiées conformément au matériel recommandé" Lignes directrices pour engager le public dans l'élaboration des politiques publiques "en coopération avec des représentants de la société civile."

Engagement 47: «Évaluer les processus participatifs identifiés de création et de mise en œuvre de politiques publiques et diffuser des exemples de bonnes pratiques sur la base de cette évaluation.»

Engagement 49: "Proposer une recommandation de directives internes sur l'utilisation d'outils gratuits en ligne pour la création participative de politiques publiques."

Engagement 63: «Analyser et évaluer les informations et rapports préliminaires sur la participation du public au processus de rédaction et de commentaire de projets de loi.»

Engagement 64: "Analyser et évaluer l'efficacité de la pétition collective électronique."

Date de début: non spécifiée  

Date de fin: 30 June 2019

 

Contexte et objectifs

La Slovaquie accorde la priorité à la participation politique, aux droits d'association et d'organisation[Note: Freedom House, «La liberté dans le monde 2018: Slovaquie», http://bit.ly/2QeEKJM  ]. Les citoyens sont libres de s'organiser en partis et mouvements politiques. Cependant, bien que tous jouissent de tous les droits politiques, certains groupes défavorisés, par exemple une minorité rom, ne vivent pas dans des conditions propices à l'exercice de ces droits et en bénéficient pleinement. La liberté de réunion est garantie par la Constitution et les organisations de la société civile ne sont soumises à aucune restriction de leur fonctionnement. Néanmoins, l'ancien Premier ministre Robert Fico a exprimé une position hostile à leur égard à certaines occasions.[Note: ČTK, “Fico chce prinútiť mimovládky, aby zverejnili financie zo zahraničia” (Fico veut forcer les ONG à publier leurs finances depuis l'étranger), Sme.sk, http://bit.ly/2QEueLk (en slovaque). ]. Par conséquent, le soutien quotidien du plus haut niveau politique à un plus grand engagement de la société civile dans l’élaboration des politiques ne se fait pas sentir dans les activités quotidiennes du gouvernement.

Néanmoins, le gouvernement s'est officiellement engagé à faire avancer l'élaboration de politiques participatives dans ses nombreux documents officiels, y compris son plan d'action national. L’élaboration de politiques participatives fait partie de tous les plans d’action jusqu’à présent.[Note: Le Bureau du plénipotentiaire, “Open Government Partnership Plan d’action national de la République slovaque », http://bit.ly/2DKiGPZ et le Bureau du plénipotentiaire, “Open Government Partnership Plan d'action national de la République slovaque 2015 », http://bit.ly/2RevqCc. ]. Les engagements 43, 45 et 47 étaient déjà inclus dans le premier[Note: Le Bureau du plénipotentiaire, “Open Government Partnership Plan d’action national de la République slovaque », http://bit.ly/2DKiGPZ ] et deuxieme[Note: Le Bureau du plénipotentiaire, “Open Government Partnership Plan d'action national de la République slovaque 2015 », http://bit.ly/2RevqCc] plan d'action.  

La participation civique est l’une des valeurs clés du PGO et la co-création doit être au cœur des processus du PGO.[Remarque : Open Government Partnership, «Normes de participation et de co-création OGP», http://bit.ly/2FFjwQl  ]. Par conséquent, tous les engagements de ce cluster, en particulier les engagements 43, 45 et 47, sont pertinents pour les valeurs OGP et suffisamment spécifiques pour être évalués. Si le processus d'élaboration des politiques de manière participative et une évaluation ultérieure du processus est exécuté de manière inclusive et professionnelle, cela pourrait avoir des retombées positives sur l'ensemble de l'administration publique. Par conséquent, l'impact potentiel de ces engagements pourrait être modéré.

Les personnes interrogées ont fait valoir que plusieurs conditions doivent être remplies pour y parvenir. Un représentant d'OSC possédant une connaissance approfondie de l'élaboration de politiques participatives a souligné que les processus doivent être transparents et que des informations doivent être fournies à toutes les étapes.[Note: Entretien avec Karolína Miková (PDCS), 9 novembre 2018. Voir la section «VI. Méthodologie et sources pour plus de détails. ]. Elle a ajouté que "les participants devraient savoir pourquoi la version finale d'un document de politique est rédigée telle quelle". Elle a fait valoir que s'il est impossible de refléter les préférences de tous les participants aux politiques, ils devraient être tenus informés de la manière dont leurs commentaires ont été intégrés. Une autre personne interrogée a fait valoir que la participation ne devrait pas être exclusive à certaines politiques, mais devait être intégrée à la culture institutionnelle plus généralement.[Note: Entretien avec Ján Gondoľ (expert en éducation et science ouverte), 5 novembre 2018, voir section «VI. Méthodologie et sources pour plus de détails. ]. Il a attiré l'attention sur les engagements de l'OGP en matière de données ouvertes développés dans un esprit participatif. Cet exemple, ainsi que d'autres mentionnés par les personnes interrogées, suggère qu'il existe des différences significatives dans l'étendue et la qualité de leurs processus participatifs entre les agences.[Note: Entretien avec Karolína Miková (PDCS), 9 novembre 2018. Entretien avec Marcel Zajac (Centre de philanthropie), 5 novembre 2018. Voir la section «VI. Méthodologie et sources pour plus de détails. ]. Par conséquent, le maintien de ces engagements pourrait être particulièrement bénéfique pour les agences qui n’ont pas encore accepté de participer à leurs activités quotidiennes.

En ce qui concerne l’évaluation des processus participatifs, les préoccupations et les réserves relatives à l’auto-évaluation, qui ont été soulevées dans le précédent rapport sur la GIR[Note: Mária Žuffová, Open Government Partnership«Rapport spécial sur la redevabilité en Slovaquie 2014 - 2015», http://bit.ly/2EzH4Ws], a toujours prévalu. Un représentant d'OSC interrogé pour le présent rapport a fait valoir que les critères d'évaluation de l'élaboration de politiques participatives sont contre-productifs, car ils font de l'évaluation un processus très formalisé.[Note: Entretien avec Karolína Miková (PDCS), 9 novembre 2018. Voir la section «VI. Méthodologie et sources pour plus de détails. ]. Un autre représentant d'OSC a partagé l'opinion selon laquelle les critères d'évaluation obligatoires ajoutent à un fardeau bureaucratique déjà existant auquel les fonctionnaires doivent faire face dans leur travail quotidien. Les fonctionnaires pourraient répondre à cette obligation en trouvant des stratégies pour la contourner[Note: Entretien avec Marcel Zajac (Centre de philanthropie), 5 novembre 2018. Voir la section «VI. Méthodologie et sources pour plus de détails. ].

L’engagement 49 d’élaborer des directives internes en vue de l’utilisation d’outils en ligne gratuits dans l’élaboration de politiques participatives est de nature très technique et n’a pas une pertinence claire pour un gouvernement ouvert en tant que tel, et n’est donc codé pour aucun impact potentiel. Cependant, cela pourrait élargir l'éventail des moyens permettant au public de participer, ce qui pourrait correspondre à son utilisation quotidienne des technologies de l'information et de la communication. Néanmoins, bon nombre de ces services sont des services commerciaux et, par conséquent, le gouvernement ne sera pas en mesure de garantir le contrôle total et la responsabilité des données.   

L'analyse des informations préliminaires et des rapports sur la participation du public au processus de rédaction et de commentaire d'un projet de loi (engagement 63) est importante, car il est essentiel de savoir dans quelle mesure le public peut participer et participe aux processus législatifs. Sur la base des conclusions de cette analyse, des améliorations pourraient être proposées et mises en œuvre.

L’engagement 64 d’analyser l’efficacité des pétitions électroniques collectives est important étant donné qu’aucune pétition électronique n’a été créée depuis son lancement sur le portail national d’e-gouvernement, http://www.slovensko.sk, sur 31 Décembre 2015[Note: pétitions électroniques collectives à Slovensko.sk, https://open.slovensko.sk/hromadneziadosti (en slovaque). ]. Il est essentiel de comprendre pourquoi la plate-forme n'a pas eu de succès et ce qui peut être fait pour encourager son adoption. Le précédent rapport IRM[Note: Mária Žuffová, Open Government Partnership«Rapport spécial sur la redevabilité en Slovaquie 2014 - 2015»,  http://bit.ly/2EzH4Ws] a conclu que la non-utilisation des pétitions électroniques suggère une absence de demande pour une telle plate-forme en raison de la saturation de la demande par des plates-formes préexistantes, d'un manque de sensibilisation ou d'une conception médiocre de la plate-forme. Les intervenants ont recommandé de réexaminer les seuils et de réduire considérablement le nombre de signatures nécessaires pour que le gouvernement examine une pétition électronique.[Remarque: pour le moment, le seuil est défini sur les signatures 15 000. ].

Prochaines étapes

  • Intégrer la participation à la culture institutionnelle dans différents secteurs

Les différences d’ampleur et de qualité des processus participatifs entre les agences publiques sont importantes. Si certaines agences ont plus d'expérience en matière de processus participatifs, d'autres pas. Les différences existent aussi au sein des agences publiques. Un représentant d'OSC a donné un exemple des bonnes et des mauvaises pratiques au sein d'une même agence[Note: Entretien avec Karolína Miková (PDCS), 9 novembre 2018. Voir la section «VI. Méthodologie et sources pour plus de détails. À titre d'exemple de bonne pratique, elle a énoncé les priorités nationales pour l'Agenda 2030, qui résultent de larges processus participatifs. À titre d'exemple de mauvaise pratique, elle a évoqué le plan d'action pour la transformation de la région de Horná Nitra, principalement en raison de la nature fermée des processus et du manque d'informations de base. ]. Au cours de l’élaboration du plan d’action, les représentants des organisations de la société civile ont exprimé la crainte que la participation des organisations de la société civile aux processus d’élaboration des politiques soit souvent très formelle et que les représentants des organisations de la société civile se voient souvent présenter un élément fini et déjà décidé[Note: Le bureau de la plénipotentiaire, «Forum régional de recherche sur les médias numériques» (Rapport des ateliers régionaux sur le développement du plan d’action 2016-2019 de l’OGP) http://bit.ly/2zslNsy (rapport en slovaque).]. Ils se sont également plaints du fait que les groupes de travail ou les commissions sont surreprésentés par les fonctionnaires. Tous ces points, ajoutés, exigent que le gouvernement adopte une approche plus holistique de la participation. Cela ne devrait pas être exclusif à l'élaboration de politiques qui ont été sélectionnées dans le cadre des engagements du PGO, mais devrait inclure des réunions régulières en face à face avec les parties prenantes, y compris les OSC. Un engagement en faveur de l'engagement civique devrait être intégré à la culture institutionnelle et au fonctionnement quotidien des agences publiques et inclure les gouvernements locaux et nationaux. Traduit en points d'action, cela signifie que les agences publiques doivent informer de manière proactive, ouverte et transparente sur les activités prévues de leurs activités en utilisant divers canaux de communication afin de garantir que le message parvienne à tous les publics concernés. Ils devraient le faire dès les premières étapes, non pas lorsqu'un projet de loi ou de décision est déjà écrit, mais au stade préliminaire / livre vert, lorsqu'un problème ou une proposition est identifié, le contexte décrit et les scénarios de politique définis. Les parties prenantes devraient être impliquées à ce stade et à chaque étape suivante, y compris lorsqu'une évaluation d'impact réglementaire a été publiée (idéalement, une AIR serait produite à chaque étape).

  • Faciliter l'engagement des OSC

Déjà le précédent rapport IRM[Note: Mária Žuffová, Open Government Partnership«Rapport spécial sur la redevabilité en Slovaquie 2014 - 2015», http://bit.ly/2EzH4Ws] a souligné que la mise à disposition de différentes ressources pour la participation des OSC est une condition préalable à la garantie de processus inclusifs. Un représentant des organisations de la société civile interrogé dans le cadre de ce rapport a indiqué que ses capacités étaient limitées. Cependant, cela dit, son organisation participe toujours aux discussions sur des thèmes cruciaux pour son travail, tels que la législation sur la liberté de l'information. Elle a ajouté que le gouvernement devrait explorer de manière proactive ce qui aiderait différentes OSC à s’engager.[Note: Entretien avec Veronika Prachárová (Institut slovaque de la gouvernance), 16 November 2018.]. Les propositions peuvent varier. Le gouvernement devrait créer une base de données des parties prenantes intéressées, telles que les OSC, qui souhaitent être informées du lancement de chaque processus susceptible de conduire à des décisions ou à des lois dans leur domaine d'intérêt ou leur domaine d'intérêt. Les informations devraient également être accessibles au public pour ceux qui préféreraient ne pas s'enregistrer. Une occasion de participer à des réunions et à des discussions via Skype pourrait attirer davantage d'OSC régionales ne disposant pas de ressources financières ni de temps suffisants pour se rendre en Slovaquie pendant une heure de réunion dans la capitale, etc. En outre, les ministères pourraient produire des livres verts, des notes explicatives ou réglementaires. les évaluations d’impact, qui fourniront des informations clés résumées, les représentants des organisations de la société civile disposant souvent de peu de temps pour lire des documents complets. Enfin, le gouvernement pourrait sensibiliser aux possibilités de financement offertes aux OSC.

  • Inclure un élément externe dans l'évaluation de l'élaboration de politiques participatives

Comme les parties prenantes l’ont souligné à maintes reprises, mais également dans le rapport IRM précédent, l’auto-évaluation des processus participatifs pourrait être insuffisante. Un représentant d'OSC a également affirmé que les critères d'évaluation des processus participatifs créent également une fausse impression selon laquelle «le gouvernement a participé de l'aube au crépuscule alors que ce n'est pas vrai». La configuration de l'évaluation pour inclure le ministère de la Justice et le bureau du vice-premier ministre est positive, de sorte que l'évaluation n'est pas effectuée par le ministère ou l'agence responsable du processus participatif. Pour renforcer encore l'indépendance et l'impartialité de l'évaluation, il est recommandé d'inclure un évaluateur ou un examinateur externe indépendant et d'inclure dans l'évaluation des informations en retour, par exemple sous forme d'enquête, des parties prenantes engagées dans le domaine concerné. leur évaluation du processus participatif. Un élément externe est nécessaire pour une évaluation objective.  

Résumé du statut de fin de session IRM

Pour plus de détails sur chaque engagement, voir Rapport de mise en œuvre de la Slovaquie 2017-2019.

Engagements

Open Government Partnership