Ignorer la navigation

Tentative de lutte contre la violence à l'encontre d'activistes et de journalistes

Un intento por reducir la violencia contra activistas y periodistas

Tentative de mettre fin à la violence contre les activistes et les journalistes

Une femme se promène près d'une tour de télécommunications à Mexico

Leçons des réformateurs

Cette étude de cas a été initialement publiée dans le Rapport global de l'OGP.

Le système judiciaire mexicain souffre d'un manque d'indépendance de la justice et fait partie d'un environnement plus large d'impunité. Leur deuxième plan d'action OGP stipule que seulement entre 1 et 2 pour cent des crimes commis ont abouti à la condamnation et de nombreuses personnes (96 pour cent) ne signalent pas les crimes du tout en raison de la peur, la corruption et / ou le manque de confiance dans les institutions mexicaines pour répondre . Les disparitions étant un problème grave dans le pays, ce manque de justice pénale signifie que de nombreuses affaires ne sont pas signalées et ne font pas l'objet d'une enquête. Avec 2014, la disparition forcée a provoqué une perte de conscience et probablement l'assassinat d'étudiants enseignants de 43 alors qu'il se rendait à une manifestation à Iguala, dans l'État de Guerrero.

Le plan d’action 2016 du Mexique prévoyait l’analyse des schémas de disparition, la mise en place d’un mécanisme permettant de les suivre et la publication de données ouvertes sur les cas. Cela s'appuierait sur un plan d'action préalable (2013 – 2015), dans lequel le Mexique s'était engagé à collecter et à publier des données sur les disparitions et à fournir des informations sur les personnes détenues. Ces deux engagements étaient entièrement complété.

Malheureusement, ces efforts ont perdu de leur élan lorsqu'il a été découvert que le gouvernement avait utilisé des logiciels espions pour harceler des militants, y compris des membres de la société civile membres de la «Commission tripartite» chargée de gouverner le parti OGP. L'unité de soutien du PGO examine actuellement le gouvernement à la suite d'une lettre de politique de réponse du PGO émanant d'organisations mexicaines.

Au moment de la rédaction du présent document, la nouvelle administration mexicaine a affirmé son engagement à travailler avec la société civile pour répondre à ces préoccupations. Un rapport exposant les conclusions sur le bien-fondé des préoccupations initiales doit être achevé d’ici le premier trimestre de 2019. Sur la base de ces constatations et des réponses fournies par le gouvernement, une mise à jour et un rapport seront préparés et présentés au comité directeur du PGO lors de sa prochaine réunion en mai 2019.

Crédit photo: Edgard Garrido, Reuters

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

contenu similaire

Vignette du rapport global

Rapport global

La promesse de la démocratie est souvent définie par les urnes, où les citoyens déterminent qui représentera leurs intérêts au gouvernement. Cependant, cette promesse échoue trop souvent à traduire en…

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!