Ignorer la navigation

Open Government Partnership en tant que moteur de l'éducation ouverte

Open Government Partnership impulsando la educación abierta

Lucia Bernátová|

Inspiré par la motivation 2nd Congrès mondial sur les ressources en éducation ouverte À Ljubljana, en septembre dernier, au Bureau du plénipotentiaire du gouvernement slovaque pour le développement de la société civile (le Bureau du plénipotentiaire) a décidé de suivre l’initiative slovène et de faire avancer la discussion sur les ressources éducatives libres (REL) en Slovaquie, que nous avons commencé à avoir lors de notre deuxième Plan d’action national (PAN) en 2015.

La Semaine mondiale de l’éducation ouverte, qui a lieu tous les ans en mars, était l’occasion idéale pour sensibiliser les gens aux ressources de REL, en Slovaquie, et pour ouvrir un débat plus large d’experts sur des sujets connexes - comment créer de telles ressources, comment les distribuer au public et aux enseignants et comment apprendre aux enseignants à les utiliser en classe.

Notre bureau est connu pour son rôle actif dans l'introduction de sujets novateurs, tels que l'éducation ouverte par le biais de nos PAN OGP, et pour sa créativité dans la réunion d'acteurs pertinents, tels que des représentants des gouvernements, des experts, des ONG et des citoyens. Avoir de l'expérience dans l'organisation d'événements similaires (par exemple, notre Semaine du gouvernement ouvert), nous avons décidé de donner un coup de main au ministère de l’éducation. Notre objectif était de réunir les personnes responsables de la création et de l’approbation des ressources pédagogiques pour les programmes d’études, celles chargées de la préparation et de la formation continue des enseignants et celles capables de financer ces activités au niveau de l’État, et de les associer à des ONG actives, des éditeurs et enseignants qui font tout cela sans approbation officielle (tout en maintenant la haute qualité des ressources). Notre vision était que nous nous retrouverions avec une liste complète de recommandations spécifiques que nous pourrions prendre, bien terminer et adresser aux représentants du ministère de l’Éducation ou aux autres autorités responsables avec qui travailler. Les REL relèvent généralement du ministère de l’éducation et de ses institutions subordonnées telles que l’Institut national de l’éducation, le Centre de méthodologie et de pédagogie, l’Institut d’État de la formation professionnelle et le Centre slovaque d’information scientifique et technique.

Au cours de la première partie de l'atelier, les représentants de la section informatique du ministère de l'Éducation ont présenté un nouveau référentiel de toutes les ressources éducatives numériques disponibles. Le référentiel remplira diverses fonctions et sera ouvert au public avec des ressources sous licence ouverte, accessibles à tous (établi par Slovak NAP 2017 - 2019).

Motivés par ce résultat, nous sommes passés à la deuxième partie de l'atelier, où nous voulions faire participer nos invités à une séance de réflexion sur les différentes opportunités que nous pourrions utiliser pour soutenir la création de nouvelles ressources pédagogiques. Notre session de brainstorming s'est littéralement transformée en une tempête d'idées sur différents outils que nous pourrions utiliser pour encourager la création de nouvelles ressources éducatives ouvertes - telles que le soutien des fonds de l'Union européenne, la concurrence entre éditeurs de manuels scolaires, des incubateurs pour de nouvelles ressources éducatives ouvertes et la localisation des ressources disponibles. ressources éducatives étrangères.

De même, au cours de notre séance d’après-midi consacrée à l’enseignement aux enseignants sur l’utilisation des ressources éducatives libres, nous avons abouti à quelques idées - par exemple, engager les bibliothèques publiques, présenter un nouveau programme scolaire, et mettre en relation les ONG avec des institutions publiques proposant des programmes d’apprentissage pour enseignants. La discussion a toutefois mis au jour des problèmes plus généraux, liés au manque d'expérience pratique de l'enseignement pendant les études universitaires et à la charge administrative liée à l'accréditation d'un programme d'enseignement.

Comme vous le remarquerez peut-être, nous n'avons pas abouti à un ensemble de recommandations prêtes à être mises en œuvre, bien emballées. Ce que nous avons accompli, cependant, a été de découvrir un grand nombre d'idées, d'intrants, de défis et de problèmes que les fonctionnaires travaillant au niveau de l'État traitent quotidiennement. Nous avons réuni des représentants d'institutions d'État, de maisons d'édition, d'ONG et de facultés de pédagogie qui n'avaient pas vraiment été en contact pour communiquer et nouer des relations. Ces personnes se sont assises ensemble dans une pièce, ont discuté de leurs problèmes quotidiens et ont échangé leurs points de vue.

À la fin de la journée, j'ai réalisé que nous avions fait exactement ce que nous étions censés faire en tant que coordinateurs OGP en Slovaquie: nous avons réuni des personnes compétentes dans une même pièce, les avons inspirées et encouragées à discuter de leur travail, à partager leurs inquiétudes et leurs succès. à l'air libre et travailler ensemble pour trouver des solutions. Nous sommes encore loin du stade «solution» de l'éducation ouverte en Slovaquie, mais je pense que de tels échanges nous aident à y parvenir.

UDEO prezentaciaCastnici

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!