Ignorer la navigation

L'histoire de l'OGP au Kenya: Construire une volonté politique pour un gouvernement ouvert

Kenya MDT
Sandra Musoga Waswa|

Depuis avoir rejoint le Open Government Partnership en 2011, le Kenya a fait un voyage sinueux. Le processus de co-création et de mise en œuvre des plans d'action OGP du Kenya a été marqué par une multitude de défis, des transitions politiques à la participation limitée de la société civile. Cependant, en établissant un partenariat constructif avec le gouvernement, la société civile a réussi à accroître son engagement et a vu l'engagement de hauts fonctionnaires gouvernementaux s'accroître en tandem. L'article 19, où je travaille, est l'une des organisations qui a contribué à ouvrir une plus large participation pour garantir que les principes de gouvernance ouverte et le PGO lui-même restent pertinents au Kenya.

Un démarrage lent

La Constitution révisée de 2010 a consacré l'engagement des citoyens et la transparence dans l'élaboration des politiques au Kenya, et le pays a démontré son attachement à ces idées et à la communauté internationale en participant au PGO. Grâce à la Kenya Open Data Initiative, le Kenya est devenu le premier pays d'Afrique subsaharienne à ouvrir les données gouvernementales. Le gouvernement a largement dirigé le processus de création du premier plan d'action national du PGO, qui a culminé au Kenya en accueillant la première réunion régionale africaine du PGO en mai 2013. À l'époque, la principale préoccupation était le manque d'engagement adéquat des OSC.

La réunion régionale a coïncidé avec la mise en place de l'administration du président Uhuru Kenyatta. Malgré l'engagement envers Uwazi (ouverture) dans le troisième pilier du Manifeste du Jubilé harmonisé, des changements à des postes de haut niveau dans l'administration ont effectivement entraîné une diminution de l'engagement du gouvernement à l'égard du PGO. L'OGP était largement considéré et rejeté comme un programme étranger.

Par conséquent, le Kenya n'a pas présenté son deuxième plan d'action dans les délais et a reçu deux lettres de l'unité de soutien de l'OGP rappelant au gouvernement et à la société civile leurs obligations. Cela a provoqué une certaine gêne, comme cela s'est produit à l'aube de la réunion régionale 2016 de l'OGP. Cela a conduit à une attention accrue à la formulation et à la publication d'un nouveau plan.

Effort constant pour inverser la tendance

De plus, il y avait une dispense panafricaine à l'époque et une préférence pour se concentrer sur les solutions africaines. À cet égard, le mécanisme africain d'examen par les pairs (MAEP), dont le président Kenyatta était président, a été préféré comme outil de gouvernance inclusive.

Nous avons vu le premier signe prometteur d'un engagement politique renouvelé lorsque le gouvernement a formé un comité directeur national qui a réuni des représentants du gouvernement, quatre OSC - ARTICLE 19, la Commission internationale de juristes (CIJ-K), Transparency International Kenya et AFRICOG - et le le secteur privé par le biais de la Kenya Private Sector Alliance (KEPSA). Le comité directeur a dirigé un processus plus participatif dans la formulation du deuxième plan d'action du PGO (2016-2018) en réunissant un éventail plus large d'organisations de la société civile. Malgré ces efforts, et comme l'a noté le Mécanisme indépendant de communication des informations (MRI), les consultations officielles ont été retardées et la sensibilisation n'a pas été suffisamment sensibilisée au préalable.

Notre optimisme a été de courte durée; l'engagement du gouvernement semblait vaciller au moment de la mise en œuvre. La représentation à une table ronde multipartite destinée à superviser la mise en œuvre s'est limitée aux «champions» typiques et n'a pas attiré de nouveaux acteurs. Cela a incité les OSC à publier un communiqué en mai 2015 exigeant que le gouvernement adopte un cadre national de mise en œuvre des objectifs du PGO, y compris des mécanismes de surveillance, de budgétisation et de rapport, et de coordination interinstitutions. Comme le Rapport à mi-parcours sur le plan d'action a déclaré: «Au cours de la mise en œuvre, des consultations ad hoc ont eu lieu entre la société civile et les acteurs gouvernementaux, mais certains acteurs de la société civile ont exprimé des inquiétudes quant à l'engagement du gouvernement en matière d'ouverture et de responsabilité.»

En plus du communiqué, les OSC ont formé des clusters pour suivre de près les différents engagements. Un effort a été fait pour essayer de gagner l'adhésion au niveau du comté, pour faire participer plus d'OSC et pour élargir la base pour inclure les groupes marginalisés, tels que les jeunes, les femmes et les personnes handicapées. Alors que la mise en œuvre du deuxième plan d'action touchait à sa fin, la société civile a de nouveau fait preuve de leadership en organisant une réunion stratégique comprenant de nombreux groupes sectoriels pour discuter des prochaines étapes.

Le comité directeur du plan d'action a été plus inclusif lors de ce troisième tour, avec l'ajout de trois gouverneurs de comté et de représentants du ministère des Affaires étrangères, du Sénat et de l'Assemblée nationale. Le comité directeur comprenait également des représentants du MAEP, du secteur privé (par le biais de la Chambre de commerce) et un éventail plus large de représentants de la société civile.

À ce stade, nous avons commencé à voir plus de preuves de volonté politique et d'engagement au plus haut niveau du gouvernement. Le comité directeur national a été lancé par le vice-président (PD) William Ruto à son domicile, et il a souligné la nécessité d'une participation des parties prenantes la plus large possible, y compris une plus grande inclusion de la société civile dans le comité directeur. Cette déclaration publique a fait naître nos espoirs et nos attentes quant au renforcement du troisième processus de co-création.

Un nouveau départ

Le processus de co-création du troisième plan d'action était en effet plus élaboré et inclusif que les processus de co-création précédents. Cela impliquait un engagement plus approfondi avec la société civile, les entreprises et le gouvernement, y compris des séances d'écoute individuelles avec les parties prenantes. DP Ruto a présidé l'événement de lancement du plan d'action de janvier 2019, auquel ont assisté des centaines de personnes représentant le gouvernement, la société civile, le corps diplomatique, la communauté internationale des ONG, la Commission constitutionnelle et le secteur privé.

Dans son discours, DP Ruto s'est engagé à soutenir la mise en œuvre. Il a fait remarquer: «Conformément à notre programme d'ouverture, Son Excellence le Président a signé un ordre pour créer des comités aux niveaux national, régional et technique et le Comité du Cabinet qui rassemblera des informations précises et en temps réel sur la mise en œuvre. des projets et programmes gouvernementaux de chaque quartier au niveau national, afin que les citoyens et la société civile puissent avoir accès sur notre portail gouvernemental à des informations précises, à jour et en temps réel, afin que le gouvernement soit plus ouvert et que les citoyens et la société civile peut superviser nos programmes gouvernementaux. »

Nous avons été ravis d'entendre les paroles du PDD, qui ont marqué un nouveau niveau d'engagement, car il a souligné l'importance de veiller à ce que des progrès réels concernant les engagements du PGO soient réalisés et communiqués aux citoyens.

Maintenir l'élan

Suite au lancement du plan d'action 2018-2020, le comité de pilotage a organisé un atelier stratégique multipartite en mars 2019 à Mombasa. L'atelier a été organisé pour développer une vision commune sur l'augmentation de la collaboration entre le gouvernement, le secteur privé et la société civile. L'événement a également été utile pour formuler un plan de travail et une feuille de route pour la mise en œuvre et pour former des groupes de travail conjoints gouvernement / société civile autour des six engagements.

Nous avons appris des leçons difficiles depuis que le Kenya a rejoint l'OGP. L'une est l'importance de ne pas abandonner lorsque la situation semble politiquement difficile. Nous avons pu saisir le moment où les hauts fonctionnaires ont fait part de leur engagement parce que nous avions des partenaires à l'intérieur et à l'extérieur du gouvernement.

À mesure que l'élan pour un processus OGP inclus se construit, nous prévoyons de sensibiliser les parties prenantes cruciales afin d'assurer leur implication dans la mise en œuvre du Plan d'action. Cela comprend la sensibilisation du secteur privé, des secteurs gouvernementaux clés, des gouvernements infranationaux, des médias et du Parlement (par le biais de l'Assemblée nationale et du Sénat). Tout cela vise à garantir que nous rendons l'engagement envers l'OGP plus durable en augmentant le soutien politique dans tous les secteurs, y compris les gouvernements nationaux et de comté, la société civile et le secteur privé. Nous travaillerons également en partenariat avec les institutions panafricaines et d'autres États membres africains de l'OGP pour partager les compétences, les connaissances, les ressources et l'expertise. Nous avons encore un long et sinueux chemin à parcourir pour réaliser la vision d'un gouvernement ouvert, et nous ne pourrons y parvenir qu'avec le soutien d'un solide réseau de réformateurs aux vues similaires.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!