Ignorer la navigation

Rapport sur les résultats de la République tchèque 2020-2022

Le 2020-2022 plan d'action de la République tchèque a cédé premiers résultats judiciaire transparence et la protection des dénonciateurs. Alors que la mise en œuvre de plusieurs engagements a été transférée au plan d'action suivant, de nouvelles synergies ont été créées entre l'administration publique et la société civile.

Premiers résultats

Les engagements 1 et 2 sur la transparence judiciaire et la protection des lanceurs d'alerte, signalés dans l'examen du plan d'action comme prometteurs, ont donné des résultats rapides. Les engagements restants n'ont pas été entièrement mis en œuvre (Engagements 3 et 4) ou leurs résultats ne se sont pas encore manifestés (Commitment 5).

Des résultats majeurs ont été obtenus en matière de transparence judiciaire (Engagement 1). À la fin de la période de mise en œuvre, plus de 350,000 XNUMX décisions des tribunaux de district, régionaux et supérieurs ont été publiées dans la nouvelle base de données administrée par le ministère de Justice. La promulgation d'une loi obligeant les tribunaux à publier la décision choisie a facilité le succès.

En matière de protection des dénonciateurs, seuls des résultats marginaux ont été obtenus (Engagement 2). L'approche active de l'administration publique dans l'adoption d'orientations méthodologiques, la formation et le soutien aux organismes publics dans la mise en place de mécanismes de signalement internes ont quelque peu compensé la lenteur du processus d'adoption du nouveau dénonciateur législation. La coopération avec les organisations de la société civile (OSC) et la date limite imminente de transposition de la directive européenne sur les lanceurs d'alerte se sont avérées cruciales pour obtenir ces résultats. Les résultats marginaux en matière de protection des lanceurs d'alerte sont dus à la refonte de la nouvelle loi sur la protection des lanceurs d'alerte après les élections législatives de 2021. Les activités de sensibilisation du public liées à l'adoption du nouveau projet de loi ont été retardées en conséquence.

Aboutissement

Sur cinq engagements inclus dans le plan d'action 2020-2022, seuls deux ont été pleinement mis en œuvre. L'amélioration est la plus remarquable dans le domaine de la transparence judiciaire (Engagement 1) où les progrès de mise en œuvre étaient insuffisants les années précédentes en raison de contraintes techniques et budgétaires. L'obligation de publier les décisions de justice dans la loi et les efforts de longue haleine de toutes les parties prenantes sont à l'origine du succès de la transparence judiciaire. L'engagement 5, sur la transparence des subventions publiques, a été achevé plus tôt que prévu, mais il était de nature consultative, cartographiant les eaux pour une future réforme plus significative. L'engagement 2, sur la protection des lanceurs d'alerte, a été mis en œuvre de manière limitée. L'engagement 4, sur la participation à la prise de décisions, a été en grande partie réalisé. Ici, la participation active des OSC et les bonnes pratiques de partage du rôle de président du comité de travail ont donné des résultats concrets sous la forme d'une méthodologie acceptée par toutes les parties prenantes. Engagement 3, sur données ouvertes in l'éducation , a été transféré au plan d'action suivant avec une nouvelle stratégie de mise en œuvre.

La longueur de marchés publics procédures est l'un des principaux facteurs bloquant des progrès substantiels dans la mise en œuvre des engagements. Une refonte complète de la stratégie de mise en œuvre des données ouvertes dans l'éducation et la passation des marchés qui a suivi ont retardé la mise en œuvre de l'Engagement 3. De même, la passation des marchés publics pour la campagne de sensibilisation du public pour l'Engagement 2 est en cours. La décision de lier la campagne à l'adoption d'une nouvelle législation a entravé la mise en œuvre des activités prévues.

Participation et co-création

Le Open Government Partnership le point de contact est resté au sein de l'Unité de lutte contre la corruption du ministère de la Justice. Comme lors de la période de mise en œuvre précédente, le Forum multipartite (MSF) se réunit en tant que Commission de travail sur la transparence du gouvernement ouvert et de l'administration d'État une fois tous les trois mois pour discuter et superviser la mise en œuvre du plan d'action. Aucune innovation majeure n'a été adoptée dans le processus de co-création ou le fonctionnement de MSF. Alors que le processus de co-création du plan d'action 2020-2022 n'a pas attiré beaucoup de parties prenantes en dehors des acteurs déjà engagés, de nouvelles synergies entre l'administration publique et les OSC se sont formées lors de la mise en œuvre des engagements sur la protection des lanceurs d'alerte et l'engagement du public dans la prise de décision (Engagements 2 et 4). L'agence mettant en œuvre l'Engagement 4 a testé (en tant que nouvelle pratique) et a obtenu de bons résultats avec le partage du rôle de président du comité de travail entre les OSC et l'administration publique.

Mise en œuvre en contexte

Les élections législatives de 2021 ont eu un impact sur la mise en œuvre de multiples engagements. L'engagement 2 a été particulièrement touché, l'expiration du mandat des députés ayant entraîné un retard de plus d'un an dans la mise en œuvre et la refonte du projet de loi sur la protection des lanceurs d'alerte. La société civile a critiqué la refonte de la loi sur la dénonciation. Un changement complet de stratégie de mise en œuvre, en termes de sources de financement et de calendrier, a déplacé l'Engagement 3 sur les données ouvertes dans l'éducation vers le prochain plan d'action. Les parties prenantes interrogées ont mentionné les défis administratifs de la passation des marchés publics, les capacités personnelles limitées et les contraintes budgétaires comme des facteurs communs entravant des réformes significatives. Parmi les organes de l'administration publique, le processus OGP est dominé par le ministère de la Justice, qui était responsable de la mise en œuvre de quatre des cinq engagements du plan d'action 2020-2022. Bien qu'un engagement politique envers le processus OGP soit nécessaire, une nouvelle approche pour impliquer un ensemble plus diversifié d'organismes publics, d'experts et d'OSC pourrait renforcer les projets de gouvernement ouvert.

MRI, Rapport sur les résultats de transition de la République tchèque 2018–2020, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2021/09/Czech-Republic_Transitional-Results_Report_2018-2020_EN.pdf.

Jan Dupák (Transparency International), informations fournies à IRM pendant la période de prépublication, 14 avril 2023.

František Kučera et Johana Trešlová (unité anti-corruption, ministère de la Justice), entretien avec IRM, 13 février 2023 ; Přemysl Sezemský (ministère de la Justice), entretien avec IRM, 21 février 2023 ; Lukáš Kraus (Frank Bold), entretien avec IRM, 20 février 2023.

Télécharger

Pas encore de commentaires

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership