Ignorer la navigation

Rapport de conception de l'Équateur 2019-2021

La conception de l'Equateur plan d'action a donné lieu à d'importantes leçons apprises et à des progrès globaux en termes de gouvernement ouvert. Grâce à un travail collaboratif au forum multipartite, 10 engagements ont été conçus, dont huit prometteurs en matière de prévention et d'élimination des la violence sexiste, transparence dans les marchés publics et la démocratie environnementale. À l'avenir, l'Équateur gagnerait à accroître la représentativité du forum multipartite, à renforcer la participation au suivi des efforts anti-corruption du gouvernement, à mettre à jour la loi sur l'accès à l'information publique et à élaborer une stratégie de transition pour l'ensemble de l'État. des élections de 2021.

Tableau 1. En un coup d'oeil

Membre depuis: 2018

Plan d'action en cours d'examen: 1 (2019-2021)

Type de rapport: Design

Nombre d'engagements: 10

Développement du plan d'action

Y a-t-il un forum multipartite? Oui

Niveau d'influence publique: collaboration

Agi contrairement au processus OGP: non

Conception du plan d'action

Des engagements qui sont:

Pertinent pour les valeurs OGP : 10 (100 %)

Transformateur : 1 (10 %)

Potentiellement suivi : 1 (10 %)

Le Open Government Partnership (OGP) est un partenariat mondial qui rassemble des réformateurs gouvernementaux et des dirigeants de la société civile pour créer des plans d'action qui rendent les gouvernements plus inclusifs, réactifs et responsables. La Mécanisme de rapport indépendant (IRM) surveille tous les plans d'action pour s'assurer que les gouvernements respectent leurs engagements. L'Équateur a rejoint l'OGP en 2018. Ce rapport évalue l'élaboration et la conception du premier plan d'action de l'Équateur (2019-2021)

Vue d'ensemble du plan d'action

L'Équateur a élaboré son premier plan d'action en 2018 dans un environnement d'ouverture et de confiance, en partie motivé par les progrès réalisés par le pays en termes de libertés civiles et d'espace civique, ainsi que par les dispositions du gouvernement qui ont favorisé des politiques publiques garantissant l'accès à l'information, responsabilité, lutte contre la corruption et liberté d'expression. Cependant, des défis majeurs demeurent, notamment la mise à jour de la loi de 2004 sur la transparence et l'accès à l'information publique. Le pays se classe en dessous de la moyenne régionale dans les indices internationaux de transparence budgétaire, droit à l'informationet données ouvertes (mis à part les progrès réalisés dans ce dernier). La pandémie de COVID-19 a accru la nécessité de renforcer l'audit social des dépenses publiques et la transparence dans des domaines tels que les marchés publics.

Ainsi, le premier plan d'action de l'Équateur représente un moment significatif. Le processus a été dirigé par la Direction du gouvernement ouvert du Sous-secrétariat de l'administration publique de la Présidence. À cette fin, un groupe restreint composé de représentants de la société civile, du monde universitaire et du secteur public a été créé, sur la base d'une cartographie des parties prenantes préalablement établie. Le forum a fonctionné en six étapes séquentielles, depuis la réception des propositions (qui a augmenté les canaux de participation via des comités territoriaux et un portail Web) et leur sélection jusqu'à l'identification des parties responsables et la responsabilisation des tâches. À la suite de ce premier processus prometteur, l'Équateur a pris 10 engagements organisés en quatre domaines thématiques : données ouvertes, le renforcement des capacités pour la transparence, l'autonomisation des citoyens et l'innovation publique (conformément à l'Agenda 2030 et au Plan national de développement). Ces engagements, qui engagent neuf entités étatiques dans leur mise en œuvre, impliquaient une déclaration formelle et publique des parties prenantes et portaient sur des domaines thématiques clés, tels que la prévention et l'élimination de la violence sexiste et l'accès à l'information environnementale. Cependant, le engagement la conception pourrait être améliorée en incluant des jalons plus spécifiques et axés sur les résultats, ainsi qu'en incorporant un élément de responsabilité et en engageant le Parlement et Judiciaire.

Tableau 2. Engagements remarquables       

Description de l'engagement Aller de l'avant État à la fin du cycle de mise en œuvre
Engagement 7:

Co-création du Plan d'action pour la prévention et l'élimination des violences faites aux femmes et des violences basées sur le genre et création d'un observatoire citoyen sur les violences basées sur le genre et le sexe et diversité sexuelle

Les activités incluses dans l'engagement devraient viser à institutionnaliser les instruments de politique publique adoptés par le Droits de l'homme Secrétariat de la gestion institutionnelle pour renforcer les interventions sur la violence à l'égard des femmes et la diversité de genre et sexuelle. Remarque: ceci sera évalué à la fin du cycle du plan d'action.
Engagement 6

Renforcement des capacités pour garantir la transparence et l'accès à l'information publique

Le chercheur de l'IRM recommande d'envisager d'inclure les acteurs non étatiques dans le processus d'identification des capacités à construire en termes de transparence active et passive. Remarque: ceci sera évalué à la fin du cycle du plan d'action.
Engagement 4:

Mise en œuvre des droits de participation et d'accès à l'information environnementale (Escazu)

 

Le chercheur de l'IRM recommande de préciser les rôles de la plate-forme multi-acteurs mentionnée au jalon deux en ce qui concerne le suivi des informations publiées dans le cadre de l'Accord, et sa capacité à influencer la mise en œuvre de l'Accord en créant des systèmes d'alerte précoce. Remarque: ceci sera évalué à la fin du cycle du plan d'action.

Recommandations

Les recommandations de l'IRM visent à éclairer l'élaboration du prochain plan d'action et à guider la mise en œuvre du plan d'action actuel. Veuillez vous référer à la Section V: Recommandations générales pour plus de détails sur chacune des recommandations ci-dessous.

Tableau 3. Cinq recommandations clés IRM

1 Poursuivre la définition et l'institutionnalisation des processus pour créer le Core Group (forum multipartite) avec des mécanismes qui incluent des critères d'alternance et de représentativité, en engageant les acteurs stratégiques académiques et de la société civile qui travaillent sur des questions thématiques.

 

2 Améliorer l'accès à la plateforme et la disponibilité d'informations documentées sur la conception et la mise en œuvre du plan d'action.

 

3 Établir des mécanismes pour inciter les inclusion de jalons qui augmentent le niveau d'engagement des ambition.

 

4 Faire progresser la lutte contre la corruption en suivant les recommandations émises par les organisations nationales et internationales, notamment le renforcement de la participation des citoyens et des organisations de la société civile au suivi de l'administration publique et de la lutte contre la corruption, ainsi que la mise à jour de l'accès à l'information publique Acte.

 

5 Créer un agenda de travail pour suivre les activités du premier plan d'action, en tenant compte du contexte des élections générales de 2021.

 

 

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership