Ignorer la navigation

Rapport sur la conception du Mexique 2019-2021

La conception du quatrième plan d'action du Mexique, achevé sous une nouvelle administration fédérale, a permis des progrès significatifs. Le dialogue entre le gouvernement et la société civile a repris, deux mécanismes diversifiés et participatifs pour créer des engagements ont été mis en place et le forum a élaboré des plans détaillés pour la mise en œuvre des engagements. Les engagements portent sur divers thèmes qui sont au cœur du programme public, pertinents pour le gouvernement ouvert et légèrement axés sur la responsabilité. Ces progrès ont été réalisés malgré les ressources limitées allouées au processus. À l'avenir, le Mexique pourrait prendre des mesures pour élargir sa participation afin d'inclure des secteurs supplémentaires.

Tableau 1. En un coup d'oeil

Membre depuis: 2011

Plan d'action en cours d'examen: 4 (2019-2021)

Type de rapport: Design

Nombre d'engagements: 13

Élaboration d'un plan d'action:

Y a-t-il un forum multipartite? Oui

Niveau d'influence publique: collaboration

Agi contrairement au processus OGP: non

Conception du plan d'action

Engagements: 13

Pertinent pour les valeurs OGP 13 (100%)

Transformatif 4 (31%)

Potentiellement favoris: 4 (31%)

L'équipe de Open Government Partnership (OGP) est un partenariat mondial qui rassemble des réformateurs gouvernementaux et des dirigeants de la société civile pour créer des plans d'action qui rendent les gouvernements plus inclusifs, plus réactifs et plus responsables. Le mécanisme de rapport indépendant (IRM) surveille tous les plans d'action pour s'assurer que les gouvernements respectent leurs engagements. Le Mexique a rejoint l'OGP en 2011. Depuis, le Mexique a mis en œuvre trois plans d'action. Ce rapport évalue la conception du quatrième plan d'action du Mexique.

Vue d'ensemble du plan d'action

La conception du quatrième plan d'action du Mexique a été achevée sous l'administration d'Andres Manuel Lopez Obrador. Le Mexique dispose d'un solide cadre réglementaire et institutionnel sur l'accès à l'information et a obtenu de bons résultats en termes de gouvernement ouvert, de données ouvertes et de transparence budgétaire. Cependant, le pays est toujours confronté à des défis en matière de protection des droits de l'homme et d'espace civique. Malgré des progrès dans son cadre réglementaire, le Mexique n'a pas fait progresser de manière significative le programme de lutte contre la corruption, comme le montrent diverses mesures internationales, dans lesquelles le pays se classe en dessous des autres de la région.

Dans ce contexte, la conception du quatrième plan d'action a généré des améliorations pertinentes, par rapport aux processus précédents. Ce cycle, le dialogue avec le noyau des organisations de la société civile, qui avait été interrompu dans le plan précédent, a repris. Les nouvelles autorités du Secrétariat de l'administration publique (agence en charge du processus OGP) ont facilité le dialogue, et l'Institut national pour la transparence, l'accès à l'information et la protection des données personnelles (INAI en espagnol) a également participé. Le processus a été dirigé par le Comité de coordination de Open Government Partnership.

L'élaboration du plan d'action comprenait des innovations précieuses. Premièrement, le plan a été élaboré en plusieurs étapes inclusives et systématiques. Un élément qui se démarque est une étape de conception de plans d'action détaillés pour améliorer la faisabilité et guider la mise en œuvre des engagements, comme recommandé par les précédents rapports IRM. Deuxièmement, la co-création d'engagements comprenait deux types d'espaces: l'un pour la consultation publique et l'autre pour les propositions proactives d'engagements des institutions publiques et des organisations de la société civile. Le processus comprenait également des «tests» pour les comités de co-création et des ateliers sur l'égalité des sexes et le Programme 2030 dans le but d'élargir l'engagement et la diversité des participants.

À la suite de ce processus, treize engagements ont été pris, six découlant du processus de consultation publique (appelés engagements co-créés dans le plan d'action) et sept qui ont été générés de manière proactive par des représentants du gouvernement et des organisations de la société civile. Dans les deux cas, la majorité des engagements sont ambitieux, cohérents avec l'agenda public national et thématiques diversifiés (y compris des domaines thématiques tels que la politique sociale, les soins, les droits sexuels et reproductifs, le développement durable, le contrôle des armes à feu et le gouvernement ouvert). Si de nombreux thèmes ont été repris du plan d'action précédent, les engagements actuels sont plus détaillés et incluent des efforts pour intégrer la perspective de genre. À l'avenir, le processus gagnerait à renforcer l'élément de responsabilité, plutôt que de se concentrer sur l'accès à l'information et la participation.

Ces progrès ont été réalisés malgré les ressources limitées allouées au processus au Mexique. À l'avenir, en plus d'augmenter ces ressources, le processus gagnerait à créer des outils pour impliquer les parties prenantes qui n'ont pas encore participé, mais dont les voix sont pertinentes.

Tableau 2. Engagements remarquables

Description de l'engagement Aller de l'avant État à la fin du cycle de mise en œuvre
1. Dépenses ouvertes et responsables dans les programmes sociaux

Mettre en œuvre un projet dans cinq programmes sociaux augmentant la traçabilité des dépenses publiques grâce à des mécanismes de participation citoyenne; identifier les risques et la corruption potentielle; et lancer des accusations lorsque des irrégularités surviennent.

 

 

Dans le cadre de la mise en œuvre de cet engagement, le gouvernement devrait veiller à utiliser des informations désagrégées. Une forte coordination interinstitutionnelle sera essentielle, compte tenu de la diversité des acteurs impliqués, ainsi que du respect des programmes ambitieux de participation sociale qui ont été proposés. Remarque: ceci sera évalué à la fin du cycle du plan d'action.
9. Transparence du suivi et du contrôle des fonds d'affectation spéciale

Concevoir et mettre en œuvre une stratégie proactive de transparence, de suivi et de contrôle citoyen pour renforcer la responsabilité et l'audit des ressources publiques gérées par des fonds fiduciaires publics, ainsi que des fonds privés utilisant des ressources publiques ou des contrats analogues pour lutter contre la corruption.

Compte tenu des mesures prises pour éliminer tous les fonds fiduciaires publics, l'IRM recommande de tirer parti du groupe de travail OGP en tant qu'espace de dialogue entre les organisations de la société civile et le gouvernement (y compris les agences chargées de la gestion et du contrôle des fonds fiduciaires tels que le SHCP) pour assurer la transparence autour de prise de décision concernant les fonds fiduciaires. Remarque: ceci sera évalué à la fin du cycle du plan d'action.
10. Renforcement de la transparence concernant la gestion des forêts, de l'eau et des ressources halieutiques

Mettre en œuvre les recommandations formulées par l'Index Natural Resource Transparency Index et créer des groupes de suivi de la transparence des secteurs de l'eau, de la sylviculture et de la pêche

Le gouvernement pourrait envisager, parallèlement à l'amélioration de la qualité de l'information publique, de concevoir des mécanismes pour garantir que les propositions créées dans le cadre de cet engagement influencent les politiques publiques, augmentant ainsi la participation des citoyens à la prise de décision. Remarque: ceci sera évalué à la fin du cycle du plan d'action.
12. Flux de transparence des armes et contrôle des armes à feu

Concevoir et mettre en œuvre une stratégie de transparence proactive pour accroître la visibilité et améliorer la qualité de l'information publique en ce qui concerne le flux d'armes à destination, à l'intérieur et en provenance du Mexique, en renforçant la responsabilité.

Le gouvernement pourrait se concentrer sur l'augmentation du niveau d'ambition en ce qui concerne la participation, par exemple en établissant un dialogue plus permanent entre le gouvernement et la société civile, non seulement pour contrôler le respect des accords de transparence proactifs, mais aussi pour la prise de décision en matière de politique publique. solutions. Remarque: ceci sera évalué à la fin du cycle du plan d'action.
7. Contrôle démocratique de l'interception des communications privées

Mettre en place un mécanisme de participation multisectoriel formel pour analyser, discuter, concevoir et évaluer les politiques publiques d'utilisation de la technologie pour intercepter les communications privées, l'accès aux données et la géolocalisation, en respectant les droits de l'homme et l'utilisation abusive de cette technologie par les institutions gouvernementales.

Le chercheur de l'IRM recommande de former un comité permanent avec des représentants du gouvernement, de la société civile et des experts pour donner une continuité au processus engagé par cet engagement.

 

Dans le cadre de l'Open Response + Open Recovery, le chercheur recommande de tirer parti de l'espace ouvert par la mise en œuvre de cet engagement pour réguler démocratiquement les données collectées dans le cadre du contrôle du COVID-19, dans l'esprit de la protection des droits de l'homme.

Remarque: ceci sera évalué à la fin du cycle du plan d'action.

 

Conseils

Les recommandations de l'IRM visent à éclairer l'élaboration du prochain plan d'action et à guider la mise en œuvre du plan d'action actuel. Veuillez vous référer à la Section V: Recommandations générales pour plus de détails sur chacune des recommandations ci-dessous.

Tableau 3. Cinq recommandations clés IRM

1 Concevoir une stratégie pour élargir la participation des secteurs qui ne se sont pas engagés dans le processus, en particulier les citoyens, le secteur privé, la magistrature et le législatif.
2 Assurer la participation des principales entités gouvernementales dans la création et la mise en œuvre des engagements, ainsi que les ressources nécessaires pour accroître l'inclusion et la délibération efficace dans les plans d'action à venir.
3 Accroître la spécificité des mécanismes de participation citoyenne à mettre en œuvre.
4 Veiller à ce que les engagements visant à accroître la responsabilité garantissent la réactivité du gouvernement aux demandes formulées par la société civile et les citoyens.
5 Réfléchir à l'orientation du plan d'action actuel et aux défis posés par la pandémie, et envisager de renforcer la mise en œuvre des engagements pertinents au niveau national, par exemple, la reconstruction des secteurs et des services qui seront les plus durement touchés par les crises sanitaire et économique .

 

Télécharger

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaîtra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Open Government Partnership