Ignorer la navigation
Côte d'Ivoire

Publication du nombre de carats de diamants exportés et des certificats de transformation de Kimberly (CI0001)

Présentation

D'un coup d'œil

Plan d'action: Plan d'action de la Côte d'Ivoire 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Ministère de l'Industrie et des Mines

Institution (s) de soutien: - Société pour le développement minier de la Côte d'Ivoire (SODEMI) - Département des douanes générales; Organisation de la société civile; Industrie du diamant (opérateurs, collecteurs et exportateurs)

Domaines politiques

Capacité? bâtiment, E-gouvernement, Industries d'extraction, Transparence fiscale, Gestion des Enregistrements

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport IRM à moyen terme pour la Côte d'Ivoire 2016-2018

Étoilé: non

Premiers résultats: examen IRM en attente

Conception i

Vérifiable: non

Relatives aux valeurs OGP: Accès à l'information

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Situation actuelle ou problème / problème à résoudre / à résoudre: - Fin de l'embargo sur le diamant brut ivoirien - Poursuite des efforts pour mettre en œuvre les mesures de stratégie post-embargo; Objectif principal: informer les citoyens sur la commercialisation des diamants ivoiriens; Brève description de l'engagement: - Accompagner tous les colis de diamants exportés par un certificat d'origine - Cartes de délivrance pour divers acteurs - Productions enregistrées et ventes dans les cahiers de vente et de production - Publication du nombre de carats exportés et des certificats de Kimberley les accompagnant sur le site du ministère chargé des mines; OGP Défis visés par l'engagement: - gestion plus efficace des ressources naturelles et publiques - renforcement de l'intégrité publique - création de communautés plus sûres; Pertinence: - Accès à l'information - Participation des citoyens - Poursuite du développement du système de contrôle interne en identifiant tous les acteurs de la chaîne - Poursuite des campagnes de sensibilisation du processus de Kimberley - Poursuite de la mise en œuvre de mesures de lutte contre la fraude - Participation sous-régionale active aux activités d'harmonisation ; Ambition: -Renforcement du système de traçage des diamants bruts conformément au processus de Kimberley. -Contrôle de la production, de l'enregistrement et du traçage des chaînes, en particulier l'émission de cartes à divers acteurs de la production et du certificat du Processus de Kimberley.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

1. Publier le nombre de carats de diamants exporté

Texte d'engagement:

Publier chaque année le nombre de carats de diamant exportés de Côte d'Ivoire ainsi que les certificats correspondants du processus de Kimberly

Brève description de l'engagement:

- Accompagner tous les colis de diamants exportés d'un certificat d'origine

- des cartes pour différents acteurs

- enregistrer la production et les ventes dans les livres de vente et de production

- communiquer le nombre de carats exportés et les certificats de Kimberly les accompagnant sur le site du ministère chargé des mines

Étapes vérifiables et mesurables pour mettre en œuvre l'engagement

1. Une feuille de route a été établie avec le soutien des pays du groupe des amis de la Côte d'Ivoire

2. Renforcement du cadre de gouvernance (institutionnel, réglementaire)

3. Création de bureaux d'achat légalement constitués

4. Renforcement des capacités en évaluation

5. Mise en œuvre et développement de mesures de lutte contre la fraude

6. Harmonisation régionale

Note éditoriale: Trois des six jalons ont été atteints avant la période de mise en œuvre de cet engagement. Cette évaluation se concentrera sur les trois qui ont eu lieu pendant la période de mise en œuvre. Le chercheur de l'IRM a toutefois ajouté quatre jalons afin de refléter la brève description et les aspirations du plan d'action national. Ces étapes ont été les suivantes: (i) s’assurer qu’un certificat d’origine accompagne chaque lot de diamants exporté, (ii) attribuer des cartes aux différents acteurs, (iii) enregistrer la production et les ventes dans des registres, et (iv) publier sur le site Web du ministère de l'Industrie et des Mines, le nombre de carats et les certificats correspondants du Processus de Kimberley.

Institution responsable: Ministère de l'Industrie et des Mines

Institutions associées: Secrétaire permanent représentant le Processus de Kimberley en Côte d'Ivoire / Société pour le développement minier en Côte d'Ivoire / Direction générale des douanes.

Date de début: 2013

Date de fin: continue

Contexte et objectifs

Cet engagement vise à offrir aux citoyens de Côte d'Ivoire un moyen de retracer les diamants non taillés. Il peut faire preuve de transparence mais également gérer les lignes de production via l'enregistrement et la traçabilité.

Les efforts d'enregistrement et de traçabilité comprennent la délivrance de cartes à différents acteurs et la délivrance de certificats du Processus de Kimberley. Cet engagement vise à corriger les problèmes survenus avant 2000, lorsque les ressources naturelles étaient utilisées pour alimenter des conflits. En effet, selon le Guide pratique du processus de Kimberley,1 la stratégie de certaines parties au conflit était de prendre le contrôle de zones riches en diamants, ce qui leur procurait une source de revenus provenant de la taxation ou de la vente de diamants. Comme le guide le souligne, les diamants ont également servi de monnaie pour payer les armes lourdes. Ils ont également été utilisés par des factions rebelles ou leurs alliés pour financer des conflits armés visant à déstabiliser des gouvernements légitimes.

En rendant publiques les informations sur les exportations de diamants, le gouvernement espère offrir plus de transparence et des obligations en ce qui concerne cette procédure. Le gouvernement cherche également à éviter toutes les formes de corruption et les conflits liés à la production de diamants. Selon le guide susmentionné, le Processus de Kimberley réunit les pays participants et leurs observateurs deux fois par an pour débattre des problèmes et des questions concernant la lutte contre les diamants de la guerre. Reconnu par les Nations Unies, le système de certification du processus de Kimberley définit les conditions du contrôle de la production et de la commercialisation des diamants bruts.

Cet engagement contient plusieurs incohérences. Selon son titre, il s'agit de l'édition du nombre de carats de diamants chaque année. En apparence, cet engagement vise à améliorer la transparence en informant les citoyens sur la commercialisation des diamants ivoiriens. Comme Chantal Angoua l'a indiqué, "pour que l'embargo soit levé, le pays devait se conformer aux objectifs du Processus de Kimberley. En prenant cet engagement, notre intention était de montrer qu'après la levée de l'embargo, la Côte d'Ivoire continuerait à être transparente. "2 Malgré l'intention, aucun des jalons de l'engagement ne reflète l'objectif d'informer les citoyens sur la vente de diamants. Cependant, la "brève description" de l'engagement contient une étape importante dans la publication d'informations. L'engagement est pertinent pour l'accès à l'information. Selon les représentants de la société civile,3 La société civile a interrogé le gouvernement sur la pertinence et la cohérence de cet engagement, qui a fait l'objet de grands débats.

Le niveau de spécificité de cet engagement est faible. Certains jalons, tels que l'établissement d'une carte de route, étaient quantifiables. Cependant, la plupart des jalons ne contenaient aucun élément quantifiable. Par exemple, l’étape sur le renforcement du cadre de gouvernance n’a pas précisé quelles parties du cadre étaient ciblées.

L'impact potentiel de l'engagement est mineur. La participation du pays au Processus de Kimberley garantit que les diamants ne contribuent pas à alimenter les conflits. En ce sens, l'engagement contribuerait à atteindre l'objectif déclaré. Le processus de certification prévoit des contrôles à tous les niveaux de production, de la mine à la commercialisation. Grâce à la transparence qui en résulte, le Processus de Kimberley pourrait également contribuer à garantir que les recettes provenant de la vente de diamants soient réinvesties et contribuent au développement durable.4 Toutefois, comme il est écrit, l’engagement ne précise pas clairement ni spécifiquement toutes les conditions d’adhésion au Processus de Kimberley. En raison de ses lacunes et du manque de cohérence entre le titre, sa description et ses différentes étapes, cet engagement est difficile à quantifier. Ainsi, le chercheur de l'IRM a estimé que son impact potentiel était mineur.

Aboutissement
Renforcement du cadre de gouvernance (institutionnel, réglementaire)

Le niveau de mise en œuvre de cette étape est limité. Le texte de l'engagement est vague et ne précise pas quels éléments du cadre de gouvernance devraient être renforcés. Le gouvernement a publié six décrets, mais ils datent tous de 2013 et 2014. Aucun texte réglementaire datant de la période de mise en œuvre n'a été remis au chercheur de l'IRM. Cependant, le gouvernement a pris certaines mesures, telles que la création de bureaux d’achat, pour renforcer la gouvernance. (Cela concerne le jalon 3 dans le texte original de

l’engagement.) Ces bureaux ont été autorisés à acheter des diamants non taillés à des collecteurs et à des opérateurs certifiés de l’ensemble du pays, ce qui a permis de surveiller toutes les transactions de diamants non taillés. Le site Web du ministère de l'Industrie et des Mines ne fournit aucune information sur le nombre de bureaux dans le pays. Un article de 1 May 20145 a annoncé: "Ouverture prochaine de bureaux d'achat de diamants en Côte d'Ivoire".

Mise en œuvre et développement d'actions de lutte contre la fraude

La mise en œuvre de cette étape n'a pas encore commencé pendant la période de mise en œuvre. La langue de l'engagement ne spécifie pas le type d'actions incluses dans le jalon. Néanmoins, un porte-parole du gouvernement6 a déclaré que le gouvernement avait pris deux mesures pour lutter contre la fraude. (i) Le gouvernement a sensibilisé les acteurs ayant le contrôle sur le terrain.

Ceux-ci incluent la police, la police locale, les douaniers, les agents des mines et l'administration des mines; (ii) Le gouvernement forme ces acteurs aux techniques antifraude et a organisé des ateliers et des évaluations. Le gouvernement a remis au chercheur de l'IRM un rapport final sur l'atelier, qui portait sur l'approche et les méthodes de lutte contre la fraude dans le secteur du diamant en Côte d'Ivoire. Cependant, le rapport porte une date 2004. Une liste de noms de participants n'était pas incluse dans le rapport. Le gouvernement n'a fourni aucune des preuves de la période examinée par le chercheur de l'IRM. Cependant, le gouvernement a précisé que ces mesures sont efficaces et sont toujours mises en œuvre.

Harmonisation régionale

Ce jalon a été entièrement mis en œuvre. La Côte d'Ivoire a utilisé une approche régionale avec les pays du fleuve Mano (Guinée, Sierra Leone et Libéria), qui partagent des frontières communes.7 Ces pays ont les mêmes défis que le processus de Kimberley en Côte d'Ivoire. Cette étape a encouragé la normalisation du régime fiscal des opérations, la Côte d'Ivoire ne traitant pas les diamants comme les autres pays. Comme indiqué dans le guide du Processus de Kimberley, la région de l’Union du fleuve Mano présente des caractéristiques et des liens commerciaux importants en ce qui concerne l’industrie du diamant. Des régimes fiscaux différents et des conditions précaires pourraient faciliter la contrebande à travers ces frontières perméables. Le Processus de Kimberley a donc créé un cadre de coopération et d’harmonisation entre ces pays, utilisant une approche régionale.

Ce cadre implique un partage d'informations, des échanges sur les meilleures pratiques, la coordination entre les forces de sécurité et la détermination des droits et taxes appropriés pour la sous-région.

Ainsi, le gouvernement a adopté une décision concernant les taxes à l'exportation. Il a fourni au chercheur de l'IRM le texte de la décision et une circulaire le concernant. Cependant, les deux textes portent les dates respectives 2013 et 2015, et le plan d'action national a pour date d'achèvement 30 June 2018. Le gouvernement n'a fourni aucune preuve de la mise en œuvre de ce jalon depuis la période de mise en œuvre au chercheur de l'IRM. Toutefois, comme cette étape comportait une série de mesures limitées dans le temps, le chercheur de l'IRM a estimé qu'elle était achevée.

Accompagner tous les lots de diamants exportés d'un certificat d'origine

Ce jalon n'a pas commencé. Sa mise en œuvre est en cours, selon le gouvernement. Toutefois, aucune preuve n'a été fournie, les certificats étant des documents confidentiels et ne pouvant être communiqués au public, selon un représentant du gouvernement.8 Le chercheur de l'IRM n'a trouvé aucune information concernant le nombre de lots de diamants exportés. Le chercheur n'a également pas pu trouver d'informations concernant les certificats d'origine délivrés pendant la période de mise en œuvre. En l'absence de preuve, le degré d'exécution n'est pas complet.

La question des cartes à divers acteurs

Ce jalon n'a pas été complété. Les cartes identifient les personnes associées à la production, les collecteurs, les opérateurs et les employés travaillant dans le secteur de l'extraction de diamants. Quand interrogé,9 le représentant du gouvernement a déclaré que toutes les cartes sont entrées dans une base de données et que chacune porte un numéro d'identification. Le chercheur de l'IRM n'a pas été autorisé à accéder à cette base de données en raison de la confidentialité du contenu. Ainsi, le chercheur n’a pas pu interroger les représentants de la société civile pour savoir si les acteurs avaient effectivement des cartes..

Enregistrement de la production et des ventes dans des journaux de bord

Ce jalon est en grande partie terminé. Le ministère de l'Industrie et des Mines a déclaré qu'il avait établi des rapports trimestriels sur les exportations et des rapports semestriels sur la production publiés sur le site Web du Processus de Kimberley. Ces rapports ne sont pas accessibles au public. Le chercheur de l'IRM n'a trouvé aucune trace d'eux sur le site Web, qui n'est accessible qu'en Côte d'Ivoire. Le volume et les valeurs de la production et des exportations sont toutefois accessibles en ligne. Les dernières dates d'entrée proviennent de 2016.10

Publication du nombre de carats exportés et des certificats de Kimberley associés sur le site Web du ministère de l'Industrie et des Mines

Ce jalon n'a pas commencé. Le chercheur de l'IRM n'a trouvé aucune information de ce type sur le site Web du ministère.

Selon le ministère de l'Industrie et des Mines, le site Web est régulièrement mis à jour à chaque exportation. Le ministère note que les informations sont mises à jour tous les trimestres sur le site Web du Processus de Kimberley depuis 2015 et que les citoyens y ont accès.11 Mais les parties prenantes interrogées ont fait remarquer que les sites ne publient que le nombre de certificats de Kimberley, et non les certificats eux-mêmes, comme le requiert l'engagement. La dernière entrée pour le nombre de carats et de certificats sur le site Web du Processus de Kimberley est datée du 2016 et indique qu'il y avait des carats 21,724.34 et des certificats d'exportation 17 pour la Côte d'Ivoire.12

Premiers résultats (le cas échéant)

À la moitié de la mise en œuvre, le seul résultat à signaler concerne la publication de la production et des ventes sur le site Web du Processus de Kimberley. Représentants de la société civile13 a noté que les informations ne sont pas publiées régulièrement et que, par conséquent, ne peuvent pas être vérifiées en temps réel.

À ce jour, comme indiqué par les représentants du ministère de l'Industrie et des Mines,14 le gouvernement n'a eu aucune réaction des citoyens concernant la traçabilité des diamants et le système de certification.

Prochaines étapes

Selon le chercheur de l'IRM, l'engagement pourrait être prolongé dans le prochain plan d'action, à condition qu'il comporte des actions qui n'ont pas été mises en œuvre. Ces actions devraient être quantifiables et vérifiables, et devraient contribuer à un gouvernement plus ouvert et responsable, conformément aux valeurs du PGO. Représentants de la société civile15 aimerait voir un engagement futur lié à "une meilleure collaboration entre la procédure OGP et l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE)"16 afin d'améliorer la gouvernance du secteur de l'extraction. '

1 Secrétariat permanent de la représentation de Kimberley en Côte d'Ivoire, Guide pratique du processus de Kimberley, mémoire en copie physique au chercheur du IRM.

2 Chantal Angoua, conseillère technique au ministère de l'Industrie et des Mines, principale personne-ressource au sein du gouvernement pour le processus OGP, entretien avec 24 January 2018, chercheur chez IRM, suivi d'un courrier électronique et d'une conversation téléphonique.

3 Représentant de la plateforme de la société civile, entretien réalisé par IRM Research, 2018, suivi d'échanges téléphoniques et par courrier électronique; et représentant de la société civile souhaitant rester anonyme, entretien réalisé par IRM Research, février 2018.

4 Focus BICC, Diamants de conflit et processus de paix en Côte d'Ivoire, juin 2008, https: //http://www.files.ethz.ch/isn/57307/focus_8_ivory_coast.pdf.

5 Zunon Tape Alban Serges, Ouverture Prochaine en Côte d'Ivoire des Bureaux de Diamants, Abidjan.net, 1 May 2014, http://news.abidjan.net/h/496365.html.

6 Fatoumata Thes Olemou, Secrétaire permanente du Processus de Kimberley, Secrétariat, Représentation permanente du Processus de Kimberley en Côte d'Ivoire, Ministère de l'Industrie et des Mines, entretien réalisé par un chercheur de l'IRM, 15, février 2018.

7 Guide pratique du processus de Kimberley, Représentant permanent du Processus de Kimberley en Côte d'Ivoire.

8 Fatoumata Thes Olemou, Secrétaire permanente du Processus de Kimberley, Secrétariat, Représentation permanente du Processus de Kimberley en Côte d'Ivoire, Ministère de l'Industrie et des Mines, entretien réalisé par un chercheur de l'IRM, 15, février 2018.

9 Ibid.

10 Côte d'Ivoire, Résumé annuel sur les diamants bruts: 2016, Processus de Kimberley, https: //http://www.kimberleyprocess.com/en/c%C3%B4te-divoire#2015.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Représentant de la plate-forme de la société civile, interview du chercheur IRM, 2018, suivie d'échanges par téléphone et par courrier électronique.

14 Mme Fatoumata Thes Olemou, Secrétaire permanent du processus de Kimberley, Secrétariat permanent de la représentation du Processus de Kimberley en Côte d'Ivoire, Ministère de l'Industrie et des Mines, 15 février 2018.

15 Représentant de la plate-forme de la société civile, interview du chercheur IRM, 2018, suivie d'échanges par téléphone et par courrier électronique.

16 http://www.cnitie.ci


Engagements

  1. Budget citoyen

    CI0016, 2018, Renforcement des capacités

  2. Développement participatif décentralisé pour les écoles maternelles

    CI0017, 2018, Renforcement des capacités

  3. Protection des dénonciateurs

    CI0018, 2018, Renforcement des capacités

  4. Stratégie nationale d'intégrité

    CI0019, 2018, Institutions anti-corruption

  5. Déclaration d'actif

    CI0020, 2018, Informations sur les actifs

  6. Participation locale

    CI0021, 2018, Renforcement des capacités

  7. Mesures locales anti-corruption

    CI0022, 2018, Institutions anti-corruption

  8. Distribution de contraception

    CI0023, 2018, Renforcement des capacités

  9. Open Data

    CI0024, 2018, Renforcement des capacités

  10. Libéraliser l'espace de télévision

    CI0025, 2018, Espace civique

  11. Publier le nombre de carats de diamants exportés et les certificats accompagnant le processus de Kimberly

    CI0001, 2016, Renforcement des capacités

  12. Créer et rendre opérationnel les comités de développement minier locaux (CDLM) de 5

    CI0002, 2016, Industries extractives

  13. Publication de tous les règlements fiscaux et douaniers

    CI0003, 2016, gouvernement électronique

  14. Publier les communications aux Conseils des ministres sur l'exécution trimestrielle du budget

    CI0004, 2016, gouvernement électronique

  15. Publier des communications au Conseil des ministres sur les processus de passation de marchés trimestriels

    CI0005, 2016, gouvernement électronique

  16. Interconnecter cinq universités (05) et deux écoles de commerce (02).

    CI0006, 2016, Renforcement des capacités

  17. Mise en place de l'Université virtuelle de Côte d'Ivoire

    CI0007, 2016, Éducation

  18. Installer un guichet unique virtuel pour la demande et la réception de service public afin de faciliter l'accès à l'information publique

    CI0008, 2016, gouvernement électronique

  19. Créer et rendre opérationnel un portail de données ouvert pour la Côte d'Ivoire

    CI0009, 2016, Renforcement des capacités

  20. Mettre en place et rendre opérationnel un organisme national de surveillance de la compétitivité

    CI0010, 2016, Législation et Réglementation

  21. Loi favorisant l'accès à l'information publique

    CI0011, 2016, Législation et Réglementation

  22. Assurer la liberté de la presse et de la pluralité d'expression

    CI0012, 2016, Espace civique

  23. Mise en place de cinq comités municipaux (05) de lutte contre le racket

    CI0013, 2016, Institutions anti-corruption

  24. Promouvoir le budget participatif dans les communes 05

    CI0014, 2016, Renforcement des capacités

  25. Mettre en place et rendre opérationnel un organisme national de surveillance de la qualité des services financiers

    CI0015, 2016, Législation et Réglementation

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!