Ignorer la navigation
Kenya

Assurer une plus grande transparence des offres et des contrats (KE0014)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: non joint

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution directrice: Bureau du procureur général

Institution (s) de soutien: Département d'État de la justice et Bureau du Procureur général, Kenya Revenue Authority; Article 19, Réseau de justice fiscale (TJN-A), Partenariat budgétaire international (IBP) Infonet Africa Ushahidi

Domaines politiques

Anti-Corruption, Institutions anti-corruption, Divulgation de l'actif, Beneficial ownership, E-gouvernement, Ouverture fiscale, Législation et réglementation, Législatives, Secteur privé, Participation du public, Publication des informations budgétaires / fiscales

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin de mandat du Kenya 2016-2018, Rapport à mi-parcours sur le Kenya 2016- 2018

Étoilé: oui Suivis

Premiers résultats: majeur Majeur

Design i

Vérifiable: oui

Pertinent avec les valeurs de l'OGP: accès à l'information, participation civique, technologie

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Statu quo ou problème traité dans l'engagement Les systèmes au sein du gouvernement et du secteur privé ont longtemps toléré que les suspects bénéficient d'avantages illicites, du blanchiment d'argent, de la manipulation d'appels d'offres et de contrats publics. Cette capacité contourne les contrôles et les équilibres au sein de nos systèmes et a normalisé l'anormal. En outre, nous n’avons pas assuré la divulgation complète des informations relatives à ces activités. Selon le rapport Global Finance Integrity Report, plus de milliards de dollars 13.5 sont entrés illégalement au Kenya à partir de 2002 via 2010 par le biais d'une mauvaise facturation des transactions commerciales, alimentant la criminalité et coûtant au gouvernement kényan au moins un milliard de dollars XN en impôts perdus. revenu. Objectif principal Publier des informations sur les bénéficiaires des contrats d’individus et d’entreprises au Kenya. Brève description de l'engagement Créer un registre de la propriété réelle ouvert, utilisable et accessible au public, comprenant des informations sur les "propriétaires réels" et les "bénéficiaires" des sociétés.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

µ5. Transparence des offres et des contrats des particuliers

Texte d'engagement:

Titre: 5. Assurer une plus grande transparence des offres et des contrats des particuliers et des entreprises au Kenya

Statu quo ou problème abordé dans l'engagement: Les systèmes au sein du gouvernement et du secteur privé ont longtemps toléré que les suspects bénéficient d'avantages illicites, du blanchiment d'argent, de la manipulation d'appels d'offres et de contrats publics. Cette capacité contourne les contrôles et les équilibres au sein de nos systèmes et a normalisé l'anormal. En outre, nous n’avons pas assuré la divulgation complète des informations relatives à ces activités. Selon le rapport Global Finance Integrity Report, plus de milliards de dollars 13.5 sont entrés illégalement au Kenya à partir de 2002 via 2010 par le biais d'une mauvaise facturation des transactions commerciales, alimentant la criminalité et coûtant au gouvernement kényan au moins un milliard de dollars en impôts perdus. revenu.

Objectif principal: Publier des informations sur les bénéficiaires des contrats d’individus et d’entreprises au Kenya.

Brève description de l’engagement: Créer un registre de la propriété réelle ouvert, utilisable et accessible au public, comprenant les informations du 'propriétaires réels' et 'bénéficiaires'des entreprises.

Jalons:

5.1. Lancer une consultation multipartite ouverte et transparente sur l'état, la perception et la législation de la propriété bénéficiaire au Kenya.

5.2. Préparer la législation et soumettre la législation à l'Assemblée nationale

5.3. Développer un registre de propriété réelle ouvert, accessible et utilisable

Institutions responsables: Bureau du procureur général

Institutions d'appui: Département d'État de la justice et bureau du procureur général; Kenya Revenue Authority; L'article 19; Réseau de justice fiscale (TJN-A); Partenariat budgétaire international (IBP); Infonet Africa; et Ushahidi

Date de début: 30 Juin 2016

Date de fin: 30 mai 2018

Note éditoriale: Cet engagement est clairement en rapport avec les valeurs OGP telles qu’elles ont été écrites, a un impact potentiel de transformation et est mis en œuvre de manière substantielle ou complète et constitue donc un engagement marqué.

Contexte et objectifs

Cet engagement vise à améliorer la transparence du processus de passation des marchés publics en introduisant des réglementations en matière de propriété effective et des politiques de divulgation. Beneficial ownership[Note101: Le terme est souvent utilisé pour contraster avec les propriétaires de la société prête-nom, qui peuvent être enregistrés comme propriétaires légaux de l’actif sans aucun avantage. Les nominés obscurcissent la structure réelle de l'entreprise et ses propriétaires. Les candidats professionnels reçoivent des honoraires pour leurs services mais n’ont par ailleurs aucun intérêt pour les transactions. Les candidats peuvent également être des membres de la famille ou des amis.] Décrit la personne physique qui est directement propriétaire de, contrôle ou bénéficie directement d’une entreprise ou d’un fonds en fiducie, ainsi que des revenus qu’elle génère. L’absence de contrôles et d’équilibres appropriés au sein de l’architecture financière kényane a limité la divulgation d’informations telles que les bénéficiaires du contrat. Les flux financiers illicites (FFI) ont été identifiés comme un facteur clé entravant la mobilisation des ressources nationales en Afrique. Le rapport du Groupe de haut niveau sur les flux illicites en provenance d'Afrique (HLP) intitulé "Suivez-le, arrêtez-le, récupérez-le"[Note102: Disponible à https://www.uneca.org/publications/illicit-financial-flows-why-africa-needs-%E2%80%9Ctrack-it-stop-it-and-get-it%E2%80%9D.] identifie les trois causes principales de l'IFF en Afrique: transactions commerciales néfastes de sociétés multinationales, activités criminelles, corruption et abus de pouvoir de la part de représentants de l'État. Le rapport HLP a indiqué que le Kenya avait perdu jusqu'à 1.5 milliards de dollars entre 2002 et 2011 en raison d'erreurs dans les factures commerciales. Selon ce rapport, les flux illicites en provenance du Kenya représenteraient jusqu'à 8.3% du PIB du pays. Selon la Banque africaine de développement, l’exploitation du cadre juridique et réglementaire insuffisant et des problèmes de capacités ont étouffé les progrès socioéconomiques en drainant des ressources en devises rares, en réduisant les recettes fiscales, en intensifiant la corruption, en aggravant les problèmes d’endettement extérieur et en accroissant la dépendance économique.[Note103: Bureau de coordination de la gouvernance et de la gestion des finances publiques, «Politique du Groupe de la Banque en matière de prévention des flux financiers illicites» (Groupe de la Banque africaine de développement, mars 2017) https://www.afdb.org/fileadmin/uploads/afdb/Documents/Policy-Documents/Bank_Group_Policy_on_the_prevention_of_illicit_financial_flows.pdf.]

Cet engagement porte sur la transparence des propriétaires véritables au Kenya en proposant une législation exigeant des informations sur les bénéficiaires réels et en rendant les informations déclarées ouvertes, accessibles et utilisables par le public. Dans sa forme écrite, l'engagement pourrait être plus spécifique en définissant la portée complète de chaque étape. Par exemple, l'engagement n'indique pas clairement si toutes les sociétés et tous les individus opérant dans le système financier kenyan seront tenus de divulguer au public les informations sur les bénéficiaires véritables, ou si elles s'appliqueront de manière plus restrictive à ceux qui soumissionnent pour des marchés publics financés par des fonds publics.

La base de cet engagement est représentée par le Companies Act de 2015, qui a consolidé et réformé le droit relatif à la constitution, l’enregistrement, l’exploitation, la gestion et la réglementation des sociétés et contient d’autres dispositions relatives aux sociétés au Kenya. Cet engagement proposait des étapes législatives allant au-delà de la loi 2015 pour obliger les sociétés à déclarer et à divulguer des informations sur les bénéficiaires effectifs.

L'engagement ne spécifie pas les détails requis sur la manière dont les propriétaires véritables seront définis dans la loi et sur les informations d'identification qu'ils seront tenus de divulguer (par exemple, nom, numéro d'identification fiscale, statut de citoyenneté, adresses).

S'il est pleinement mis en œuvre tel qu'il est rédigé, cet engagement exigerait légalement que les entreprises enregistrent et rendent publics pour la première fois les propriétaires réels des entreprises au Kenya. Cela permettrait aux citoyens et aux organisations de la société civile d'accéder à des informations sur tous les bénéficiaires des contacts publics, leur permettant ainsi de suivre les bénéficiaires ultimes des dépenses publiques. Une telle ouverture pourrait avoir un impact transformateur sur la capacité des citoyens à accéder à des informations identifiant les conflits d'intérêts et la corruption. Les informations sur les bénéficiaires effectifs sont également une condition préalable nécessaire au suivi des flux financiers illicites. Il s'agit d'un nouvel engagement et le Kenya utilise pour la première fois la plateforme OGP pour lutter contre la corruption par le biais de la transparence des bénéficiaires effectifs.

Aboutissement

5.1. Lancer une consultation multipartite sur la propriété bénéficiaire au Kenya - Substantiel

Le gouvernement kenyan s'est engagé à respecter un certain nombre d'obligations internationales relatives à la mise en œuvre de la politique de propriété effective. Le responsable des achats et de la surveillance, qui relève du Trésor, s'est associé à des organisations de la société civile, telles que Hivos, pour aider à faire du registre de la propriété réelle une réalité.

Le gouvernement, en étroite collaboration avec TI-Kenya, a organisé une formation sur la propriété effective pour les ministères clés. Il a convoqué les parties prenantes à un forum pour débattre de ses conclusions sur l’état des cadres juridique et politique régissant la propriété effective au Kenya.

La réunion s'est tenue sur 31 August 2017. Les différentes parties prenantes provenaient des secteurs public et privé et les discussions ont notamment porté sur les dispositions de la législation kényane en matière de divulgation des bénéficiaires effectifs et sur ce qui pourrait encore être fait pour aligner ces lois sur les meilleures pratiques internationales. La réunion a réuni de nombreux représentants du Bureau du Procureur général, de la Kenya Revenue Authority, de la Capital Markets Authority, du Centre des rapports financiers, de la Commission des droits de l'homme du Kenya, du FIDA-Kenya, de l'Association des fabricants du Kenya, du Kenya Private Sector Alliance, la Commission internationale de juristes et le registre des sociétés, entre autres.

TI-Kenya a également récemment mené une évaluation des cadres juridiques, du renforcement des capacités de la société civile et des gouvernements, ainsi que des dialogues multipartites concernant la propriété effective.[Note104: Nikhil Sesai, et al., «Vers une transparence de la propriété effective au Kenya» (Transparency International - Kenya, consulté sur 21 février 2018) https://tikenya.org/wp-content/uploads/2017/11/Beneficial-Ownership.pdf. ]

5.2. Préparer la législation et soumettre la législation à l'Assemblée nationale - Terminé

La loi 2017 sur les sociétés (modification) a été sanctionnée par le président Uhuru Kenyatta le 21 July 2017 et est entrée en vigueur le 3 August 2017. Cette loi modifiait la loi sur les sociétés, 2015, pour introduire pour la première fois au Kenya une réglementation sur la propriété effective pour les entreprises publiques et privées. La Loi sur les sociétés (modification), 2017, définit la propriété effective et oblige les sociétés à tenir un registre de leurs propriétaires réels et à en transmettre une copie au Registre national des sociétés. Comme défini dans l'engagement, ce jalon consistait à préparer une nouvelle législation et à la soumettre à l'Assemblée nationale. Les parties prenantes ont toutefois jugé suffisant de modifier l'actuelle Loi sur les sociétés pour y inclure la disposition relative à la propriété effective au lieu de promulguer une loi autonome.[Note105: Représentant de TI Kenya, entretien personnel.]

Transparency International a évalué la nouvelle législation et a constaté que, comparée aux dix principes internationaux de transparence de la propriété effective, la performance du Kenya variait de moyenne à très forte dans neuf principes sur dix.[Note106: Nikhil Sesai et al., «Vers une transparence de la propriété effective au Kenya».] La nouvelle loi a été jugée particulièrement forte dans sa définition du bénéficiaire effectif en tant que «personne physique qui détient ou contrôle en définitive une personne morale ou arrangements ou la personne physique pour le compte de laquelle une transaction est effectuée, y compris les personnes qui exercent un contrôle ultime effectif sur une personne morale ou un arrangement. »[Note107: Supplément de la Gazette du Kenya n ° 70 (projets de loi de l'Assemblée nationale n ° 23) (Nairobi: l'imprimeur gouvernemental, 12 May 2017). ] La nouvelle loi s’applique à toutes les entreprises enregistrées en vertu de la Loi sur les compagnies. Par conséquent, toutes les entreprises devront modifier leurs registres pour inclure des informations sur le ou les bénéficiaires effectifs ou risquent une amende pouvant aller jusqu'à 2017 shillings (environ 2017 USD).[Note108: Daly & Inamdar, Loi relative à l’impact des nouvelles sociétés (modification) 2017 ("Loi modifiée") (analyse juridique), http://www.dalyinamdar.com/wp-content/uploads/2017/10/IMPACT-OF-THE-NEW-COMPANIES-AMENDMENT-ACT-2017.pdf.] Il est également maintenant légalement obligatoire que le nom et l'adresse des propriétaires véritables (le cas échéant) soient inscrits dans les registres des sociétés membres, qui doivent être déposés auprès du registraire des sociétés dans les 30 jours suivant son achèvement et qui seront disponible pour inspection par le public. La section 93 (9) de la loi prévoit en outre que toute modification du registre des membres doit être déposée auprès du greffier dans les 14 jours suivant la modification.[Note109: Robson et Harris Advocates, «Principales caractéristiques des modifications apportées à la loi sur les sociétés, 2015» (1 nov. 2017)

http://robsonharrisadvocates.com/key-highlights-on-the-amendments-to-the-companies-act-2015/.] La plus grande faiblesse de la loi réside dans l’absence de mécanisme de vérification ou de contrôle permettant de s’assurer que les informations fournies par les sociétés sont exactes, complètes et à jour.

5.3. Élaborer un registre de propriété effective - Limité

En vertu de la loi 2017 sur les sociétés (modification), la loi exige que les informations concernant les bénéficiaires effectifs conservées par le registraire des sociétés soient mises à la disposition du public pour inspection. À partir de septembre 2017, afin de déterminer le bénéficiaire effectif d'une entreprise, il est possible d'effectuer une recherche officielle en ligne sur la plate-forme e-Citizen pour les entreprises enregistrées sous le Companies Act de 2015. Pour les sociétés enregistrées en vertu de l’ancienne loi sur les sociétés (Cap 486), il est possible de déposer auprès du registraire une demande de CR12 contenant les détails de tous les membres, moyennant le paiement d’une taxe. de 600 KES (à propos de 6.00 USD).[Note110: Daly & Inamdar, Loi relative à l'impact des nouvelles sociétés (modification) 2017 ("Loi modifiée") (analyse juridique).] Selon TI- Kenya»Pour l'analyse du cadre juridique, le registraire doit inclure les actionnaires de la société, les bénéficiaires effectifs, les administrateurs et l'adresse de la société. De plus, le registraire est tenu de conserver tous les dossiers 'sous une forme qui permettra à toutes les informations contenues dans les enregistrements d'être facilement consultées et copiées.'[Note111: Nikhil Sesai, et al., «Vers une transparence de la propriété effective au Kenya».]

Pour s'en rendre pleinement compte, le registraire des entreprises, relevant du Bureau de la loi de l'État, du bureau du procureur général et du ministère de la Justice, élabore actuellement des formulaires pour faciliter la collecte d'informations sur les bénéficiaires effectifs. InfoNET Africa,[Note112: InfoNET est un centre d’innovation et de développement technologiques qui s’engage à élargir l’espace démocratique en renforçant la collaboration entre les gouvernements, le secteur privé, la société civile et les citoyens en favorisant une bonne gouvernance économique et démocratique ainsi que la prestation de services grâce à un usage stratégique de la technologie. .] une ONG basée sur les TIC, est en train de mettre en place un registre ouvert de la propriété réelle en étroite collaboration avec le gouvernement et de plus larges consultations avec les parties prenantes. Cela serait lié aux lois sur la fonction publique, les marchés publics et le financement de campagnes, ainsi qu'au registre mondial des bénéficiaires.[Note113: Open Ownership, 'Home' (consulté 21 février 2018) https://openownership.org/.] «Il s'agit d'un outil permettant de dénoncer et de mettre fin aux activités clandestines de sociétés anonymes, dans le cadre d'un effort plus vaste visant à réduire le problème mondial généralisé de la corruption et d'autres activités illégales.'[Note114: Nikhil Sesai, et al., «Vers une transparence de la propriété effective au Kenya».] Le registre est créé par une coalition d'organisations internationales, notamment Global Witness, Open Contracting, OpenCorporates, The B Team, The Web Foundation, Transparency International et ONE. Une fois que ce nouveau registre sera en ligne et disponible, les utilisateurs auront un accès immédiat aux informations sur les bénéficiaires effectifs dans un portail centralisé.

Premiers résultats

Aucun résultat anticipé ne peut encore être déterminé, la loi ayant été adoptée à l'issue de la première année de l'engagement.»s mise en œuvre.

Prochaines étapes

Cet engagement devrait être reporté dans le prochain plan d'action, en tenant compte des recommandations suivantes pour renforcer la réglementation en matière de propriété effective et le registre des sociétés.

· L'une des principales faiblesses de la loi actuelle est que les sociétés sont uniquement tenues de déclarer le nom et l'adresse des bénéficiaires effectifs au registraire. Le champ d'application devrait être élargi de manière à obliger les sociétés à indiquer à la fois sur leurs propres registres et auprès du registraire officiel les informations suivantes sur tous les bénéficiaires effectifs: numéro d'identification fiscale, nationalité, pays de résidence et description de la manière dont le contrôle est exercé.

· Le bureau d'enregistrement devrait être chargé de vérifier toutes les informations relatives à la propriété effective enregistrées, y compris les informations pertinentes telles que l'identification de tous les actionnaires de la société. Les informations communiquées au bureau d'enregistrement doivent faire l'objet d'une enquête pour rechercher les incohérences, en comparant les conclusions et les informations à l'aide d'autres sources indépendantes et fiables telles que des bases de données gouvernementales, des inspections sur site et des logiciels d'analyse. À cette fin, une autorité de contrôle indépendante ou un médiateur devrait être mis en place pour vérifier les informations enregistrées dans le registraire et définir des règles claires concernant la fréquence des inspections et les conséquences en cas de communication d'informations fausses ou inexactes.

· Les registres tenus par le registraire des sociétés sont accessibles au public, à quelques exceptions près, notamment en omettant des informations sur des sociétés privées. Les engagements futurs pourraient inclure des réglementations sur la déclaration des bénéficiaires effectifs par les sociétés privées. En outre, les actionnaires des sociétés devraient également être tenus de divulguer toutes les informations sur les bénéficiaires effectifs et s'exposer à des sanctions en cas de non-conformité.

· Le nouveau registre en ligne des bénéficiaires effectifs devrait être au format données ouvertes et développé conformément aux principes de données ouvertes.

Résumé du statut de fin de session IRM

✪5. Transparence autour des offres et des contrats par les particuliers

Texte d'engagement:

Titre: 5. Assurer une plus grande transparence des offres et des contrats des particuliers et des entreprises au Kenya

Statu quo ou problème résolu par l'engagement: Les systèmes au sein du gouvernement et du secteur privé ont longtemps toléré ceux qui étaient soupçonnés de bénéficier de gains illicites, de blanchiment d'argent, de manipulation des marchés publics et des contrats. Cette capacité contourne les freins et contrepoids au sein de nos systèmes et a normalisé l'anormal. En outre, nous n'avons pas assuré la divulgation complète des informations relatives à ces activités. Selon le Global Finance Integrity Report, plus de 13.5 milliards de dollars américains ont été illégalement entrés ou sortis du Kenya de 2002 à 2010 en raison de la facturation erronée des transactions commerciales, alimentant la criminalité et coûtant au moins 3.92 milliards de dollars américains au gouvernement kényan en recettes fiscales perdues.

Objectif principal: Publier des informations sur les bénéficiaires des contrats d’individus et d’entreprises au Kenya.

Brève description de l'engagement: créer un registre des bénéficiaires effectifs ouvert, utilisable et accessible au public, comprenant des informations sur les «propriétaires réels» et les «bénéficiaires» des entreprises.

Jalons:

  1. Lancer une consultation multipartite ouverte et transparente sur l'état, la perception et la législation sur la propriété effective au Kenya.
  2. Préparer la législation et soumettre la législation à l'Assemblée nationale
  3. Développer un registre de propriété effective ouvert, accessible et utilisable

Institution responsable: Bureau du procureur général

Institutions de soutien: Département d'État de la justice et bureau du procureur général; Kenya Revenue Authority; L'article 19; Réseau de justice fiscale (TJN-A); Partenariat budgétaire international (IBP); Infonet Africa; et Ushahidi

Date de début: 30 Juin 2016

Date de fin: 30 mai 2018

But de l'engagement

Cet engagement visait à améliorer la transparence du processus de passation des marchés publics en introduisant des réglementations sur la propriété effective et des politiques de divulgation, et en développant un registre des bénéficiaires effectifs pour le Kenya.

Statut

À mi-parcours: Substantiel

Cet engagement a été largement mis en œuvre à mi-parcours. En août 2015, le gouvernement a organisé une réunion en collaboration avec Transparency International (TI) Kenya pour discuter des dispositions juridiques actuelles sur la divulgation de la propriété effective et comment aligner les lois du Kenya sur les meilleures pratiques internationales (étape 5.1).

Pour l'étape 5.2, le président Kenyatta a signé la loi sur les sociétés (amendement) le 21 juillet 2017, qui est entrée en vigueur le 3 août 2017. La loi sur les sociétés (amendement) définit la propriété effective, oblige les entreprises à tenir un registre de ses membres, y compris les informations relatives aux bénéficiaires effectifs (nom et adresse uniquement), et d'en soumettre une copie au registraire national des sociétés. La loi exige que les informations sur les bénéficiaires effectifs conservées par le registraire des sociétés soient accessibles au public. À mi-parcours, différents arrangements ont été appliqués aux sociétés enregistrées en vertu de la loi sur les sociétés de 2015 et aux sociétés enregistrées en vertu de l'ancienne loi sur les sociétés de 1947 (Cap 486). Pour les premiers, toute personne pouvait effectuer une recherche en ligne d'informations sur les bénéficiaires effectifs en utilisant la plateforme e-Citizen. (Ce service, cependant, n'est disponible que pour les citoyens kényans, les résidents étrangers et les propriétaires d'entreprise.) Pour les sociétés enregistrées en vertu de l'ancienne loi sur les sociétés, il faudrait déposer une demande d'informations auprès du registraire des sociétés. À mi-parcours, InfoNET Afrique aurait établi un registre ouvert des bénéficiaires effectifs en partenariat avec le gouvernement et d'autres parties prenantes (le projet Usajili). Pour plus d'informations, veuillez consulter le rapport d'étape 2016-2018 de l'IRM.

Fin du mandat: Substantiel

L'engagement était resté en grande partie mis en œuvre à la fin du mandat.

Le cadre législatif de la propriété effective (étape 5.2) a été complété par le décret n ° 2 de 2018 (en vigueur le 1er juillet 2018), qui définit les exigences de divulgation pour les appels d'offres gouvernementaux. Le décret exige que toutes les entités adjudicatrices tiennent à jour et publient en permanence des informations complètes sur toutes les offres attribuées, y compris les «coordonnées complètes» du soumissionnaire, fournisseur, entrepreneur ou consultant retenu. Ces «informations complètes» doivent inclure une liste des administrateurs, actionnaires et bénéficiaires effectifs (dans le cas d'une société). Selon le décret, ces informations doivent être publiées sur le site Web de l'entité adjudicatrice, e-Citizen, les plateformes de l'autorité de régulation des marchés publics, les panneaux d'affichage publics et les publications officielles du gouvernement. Ces stipulations s'appliquent également aux contrats en cours conclus par les entités adjudicatrices. En juin 2018, le président Kenyatta a en outre déclaré qu'à partir du 1er janvier 2019, tous les marchés publics doivent être passés par la plate-forme électronique du système intégré d'information sur la gestion financière (IFMIS).

Les progrès dans l'établissement d'un registre des bénéficiaires effectifs ouvert, accessible et utilisable ont été substantiels, mais incomplets (étape 5.3). Conformément aux directives du décret exécutif n ° 2 de 2018, le gouvernement kényan a lancé le portail d'information sur les marchés publics (PPIM), qui sert de plate-forme en ligne pour la publication des attributions de marchés et des avis d'appel d'offres par les entités adjudicatrices. Le GEPP établit des listes et des informations agrégées sur les offres, les contrats, les fournisseurs et les valeurs des contrats. Les listes de fournisseurs comprennent actuellement le nom du fournisseur ou de l'entreprise; numéro d'enregistrement de l'entreprise, numéro d'entreprise et date d'enregistrement; et le comté d'opération. De plus amples détails sur le fournisseur ou la société comprennent l'adresse physique de l'entité et les noms des administrateurs. Cependant, les informations sur la propriété effective n'ont pas encore été pleinement intégrées; aucun détail sur les actionnaires n'a été fourni et on ne peut pas supposer que les administrateurs d'une société sont nécessairement ses actionnaires. Par exemple, l'entrée dans le PPIM d'Advanta Africa Limited, une société privée détenant un contrat avec la National Construction Company d'une valeur de Ks200,000 XNUMX énumère quatre «administrateurs», dont l'un est une société locale (True Brands Limited). La participation de la société locale n'est pas divulguée. Selon M. John Kipchumbah, directeur général du groupe InfoNET, le projet Usajili actuellement entrepris par InfoNET intégrera des informations sur la propriété effective dans le GEPP.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: majeur

Participation civique: marginale

Avant le plan d'action, les véritables bénéficiaires des contrats du secteur public au Kenya étaient inconnus. L'absence de contrôles de transparence a alimenté les soupçons selon lesquels les processus de passation des marchés publics favorisaient la corruption et les flux financiers illicites hors du Kenya - estimés à 13.5 milliards de dollars EU - entre 2002 et 2010 par le Global Financial Integrity Report. Cette situation a motivé l'appel de l'Engagement 5 à une plus grande transparence concernant les offres et les contrats des particuliers et des entreprises, et en particulier, la divulgation des informations sur les bénéficiaires effectifs d'une manière ouverte, accessible et utilisable. Miser sur les efforts visant à renforcer la réglementation sur les activités financières suspectes et les transactions illicites et de numériser le processus de passation des marchés publics, Le Kenya s'est publiquement engagé à partager des données sur les bénéficiaires effectifs ultimes des entreprises lors du Sommet anti-corruption de 2016.

L'engagement, tel que mis en œuvre, a jeté les bases d'un changement majeur dans l'accès aux informations sur les offres et les contrats dans les marchés publics et les bénéficiaires effectifs ultimes. Le cadre législatif - tel qu'énoncé dans les amendements à la loi de 2015 sur les sociétés et au décret no. 2, 2018 - exige la divulgation des informations sur le fournisseur ou la société, y compris la propriété effective, qui est ouverte à l'examen public. Le fait que les informations sur les bénéficiaires effectifs soient limitées reste une faiblesse du cadre législatif (aucune information, par exemple, sur la nationalité, le pays de résidence ou la forme de contrôle du bénéficiaire effectif), et aucune disposition n'est prévue pour la vérification. L'accès à l'information a également été amélioré par le lancement du GEPP, qui comprend des détails sur les appels d'offres publics, les contrats, les fournisseurs et les valeurs, faisant ainsi progresser l'objectif d'engagement d'assurer une plus grande transparence autour des offres et des contrats grâce à un registre ouvert, accessible et utilisable. . Bien que les travaux semblent être en cours, le GEPP est limité par le fait que les informations sur les actionnaires ne sont pas incluses, ce qui permettrait d'identifier les bénéficiaires ultimes des contrats.

L'impact de l'engagement sur la participation civique a été marginal, car l'implication de la société civile dans l'élaboration du cadre législatif et du PPIM semble avoir été limitée à une seule réunion des parties prenantes.

Reportés?

Cet engagement a été reporté dans le prochain plan d'action du Kenya. L'engagement 1 du troisième plan d'action vise à publier les informations collectées dans un format ouvert, centralisé et lisible par machine.

La réunion a été suivie par des représentants du Bureau du procureur général, de la Kenya Revenue Authority, de la Capital Markets Authority, du Financial Reporting Centre, de la Kenya Human Rights Commission, de FIDA Kenya, de l'Association kenyane des fabricants, de la Kenya Private Sector Alliance, la Commission internationale de juristes et le registre des sociétés, entre autres.
Idem, article 93 (1).
Idem, article 93 (8).
Voir «Services et informations», e-Citizen (Kenya), https://www.ecitizen.go.ke/ecitizen-services.html.
La coalition d'organisations internationales comprenait Global Witness, l'Open Contracting Partnership, OpenCorporates, l'équipe B, la Web Foundation, Transparency International et ONE.
«Décret exécutif n ° 2 de 2018 - Acquisition de biens, travaux et services publics par les entités publiques», Bureau exécutif du président Chef de la fonction publique, 28 juin 2018, https://openinstitute.com/wp-content/uploads/2018/07/Executive-Order-No.-2-of-2018-Procurement.pdf.
Idem, section 1A.
Idem, section C.
Idem, section 1.
Idem, section F.
Benjamin Muriuki, «War on Corruption: President Uhuru annonce Changes in Government Procurement System», Citizen Digital, 13 juin 2018, https://bit.ly/34pNRdD.
«Portail d'information sur les marchés publics», Autorité de réglementation des marchés publics, https://tenders.go.ke/website.
Voir «Détails du fournisseur», Autorité de réglementation des marchés publics, https://tenders.go.ke/website/Suppliers/SupplierDetails/351.
Communication LinkedIn avec IRM Researcher, 14 avril 2019; voir aussi «Propriété effective au Kenya», InfoNET, http://infonet.global/infonet/beneficial-ownership-in-kenya/.
A Visual History of Corruption Scandals in Kenya 2013-2018: Odipo Dev, Twitter post, 3 juin 2018, https://twitter.com/OdipoDev/status/1003260422819065856; Jacob Onyango, «15 méga scandales de corruption au Kenya qui n'ont jamais été résolus», Tuko, 22 mai 2018, https://www.tuko.co.ke/274539-15-mega-corruption-scandals-kenya-resolved.html#274539.
Dev Kar et Brian LeBlanc, «Illicit Financial Flows from Developing Countries: 2002-2011», Global Financial Integrity, 11 décembre 2013, https://gfintegrity.org/report/2013-global-report-illicit-financial-flows-from-developing-countries-2002-2011/.
En 2014, le Kenya a été retiré de la liste grise du Groupe d'action financière (GAFI), reconnaissant les efforts déployés pour introduire des lois visant à identifier et geler le financement du terrorisme, à créer une unité de renseignement financier plus efficace et à sanctionner les personnes qui ne respectaient pas les règles anti-argent. -Règles de blanchiment.
En 2014, le gouvernement kényan a également lancé un portail de passation de marchés en ligne dans le cadre de la plate-forme IFMIS en tant qu'outil de suivi pour améliorer la responsabilité et l'efficacité et réduire la paperasse dans les marchés publics.
«Le Kenya participe au sommet anticorruption au Royaume-Uni», Bureau du procureur général et Département d'État de la justice, 13 mai 2016, http://www.statelaw.go.ke/kenya-attends-anti-corruption-summit-in-uk/.
Transparency International (Kenya), Towards Beneficial Ownership Transparency in Kenya: An Assessment of the Legal Framework, novembre 2017, p. 7, https://tikenya.org/wp-content/uploads/2017/11/Beneficial-Ownership.pdf.

Engagements

  1. Beneficial ownership

    KE0018, 2018, Accès à l'information

  2. Contrats ouverts

    KE0019, 2018, Accès à l'information

  3. Données géospatiales ouvertes pour le développement

    KE0020, 2018, Accès à l'information

  4. Participation du public

    KE0021, 2018, Renforcement des capacités

  5. Indices de gouvernance

    KE0022, 2018, Renforcement des capacités

  6. Résilience du gouvernement ouvert

    KE0023, 2018, Renforcement des capacités

  7. Développement plus transparent et participatif des politiques sur le climat aux niveaux national et sous-national

    KE0010, 2016, Accès à l'information

  8. Renforcement des mécanismes préventifs et punitifs dans la lutte contre la corruption et les pratiques contraires à l'éthique

    KE0011, 2016, Anti-Corruption

  9. Améliorer la transparence dans le processus législatif

    KE0012, 2016, gouvernement électronique

  10. Publier des contrats de pétrole et de gaz

    KE0013, 2016, Anti-Corruption

  11. Engagement étoilé Assurer une plus grande transparence autour des offres et des contrats

    KE0014, 2016, Anti-Corruption

  12. Créer un processus de passation des marchés publics transparent, une supervision publique des dépenses et assurer une utilisation optimale des ressources par rapport aux priorités des citoyens

    KE0015, 2016, Accès à l'information

  13. Améliorer l'accès aux informations budgétaires du gouvernement et créer des structures plus larges et plus inclusives pour la participation du public

    KE0016, 2016, gouvernement électronique

  14. Engagement étoilé Renforcer le droit à l'information

    KE0017, 2016, Accès à l'information

  15. Engagement étoilé Améliorer la transparence des processus électoraux: 1.A. Définition des limites électorales et nom.

    KE0001, 2012, Médias et télécommunications

  16. Améliorer la transparence des processus électoraux: 2.B. Information de vote en ligne

    KE0002, 2012, Accès à l'information

  17. Promotion de la participation publique: 1.B. Portail de prestation de services de bout en bout

    KE0003, 2012, gouvernement électronique

  18. Promouvoir la participation du public: 1.D. Portail public des plaintes

    KE0004, 2012, gouvernement électronique

  19. Promouvoir la participation du public: 2.C. Plan d'action du Kenya en ligne

    KE0005, 2012,

  20. Promouvoir la participation du public: 1.C. Open Data Portal

    KE0006, 2012, Accès à l'information

  21. Engagement étoilé Améliorer la transparence dans le système judiciaire: 2.A. Vérification publique des juges et système de répartition des affaires

    KE0007, 2012, gouvernement électronique

  22. Budgets ouverts: 3.a. Améliorer l'indice OBI du Kenya

    KE0008, 2012, Ouverture fiscale

  23. Budgets ouverts: 3.B. Augmenter la participation du public dans les processus budgétaires

    KE0009, 2012, Accès à l'information

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!