Ignorer la navigation
Afrique du Sud

Mettre en œuvre les principes de haut niveau G20 sur la transparence de la propriété effective 2. Mettre en place un registre des personnes morales et des arrangements (ZA0023)

Vue d'ensemble

D'un coup d'œil

Plan d'action: Troisième plan d'action national sud-africain 2016-2018

Cycle du plan d'action: 2016

Statut: inactif

Institutions

Institution chef de file: Département de la fonction publique et de l'administration

Institution (s) de soutien: Centre de renseignement financier, Service des impôts de l'Afrique du Sud, Trésor national, Ministère du Commerce et de l'Industrie, Ministère de la Justice et du Développement constitutionnel, Autorité nationale chargée des poursuites; Commission des entreprises et de la propriété intellectuelle; Groupe de travail anti-corruption de G20; Groupe d'action financière (GAFI)

Domaines politiques

Accès à l'information, Anti-Corruption, Beneficial ownership, E-gouvernement, Open Data, Secteur privé

Revue IRM

Rapport IRM: Rapport de fin d’année pour l’Afrique du Sud 2016-2018, Rapport à mi-parcours pour l'Afrique du Sud 2016-2018

Étoilé: non

Premiers résultats: n'a pas changé

Design i

Vérifiable: oui

Relatives aux valeurs OGP: Accès à l'information

Impact potentiel:

Exécution i

Achèvement:

Description

Statu quo: les véhicules d'entreprise (y compris les sociétés, les fiducies, les fondations, les partenariats et d'autres types de personnes morales et de structures juridiques) jouent un rôle essentiel dans l'économie mondiale et mènent une grande variété d'activités commerciales et entrepreneuriales légitimes. Cependant, ils sont également utilisés à mauvais escient par des criminels à des fins illicites, notamment le blanchiment d'argent, les pots-de-vin et la corruption, les opérations d'initiés, la fraude fiscale, le financement du terrorisme et d'autres activités illégales.

Objectif principal: Prendre des mesures concrètes pour mettre en œuvre les principes de haut niveau du G20 sur la transparence de la propriété réelle et pour répondre aux normes du Groupe d'action financière (GAFI) concernant la propriété effective des entreprises et d'autres dispositions juridiques telles que les fiducies.

Brève description de l'engagement: Les principes de haut niveau du G20 sur la transparence en matière de propriété effective définissent des mesures concrètes que les pays du G20 prendront pour prévenir l'utilisation abusive et garantir la transparence des personnes morales et des dispositions juridiques. Les dirigeants du G20 encouragent tous les pays à faire face aux risques liés à l'opacité des personnes morales et des dispositions juridiques.

L'Afrique du Sud s'engage à prendre des mesures concrètes et à partager par écrit en élaborant, en publiant et en rendant compte des progrès réguliers d'un plan de mise en œuvre par pays concernant les diverses mesures à prendre pour mettre en œuvre ces principes et améliorer l'efficacité de leurs cadres juridique, réglementaire et institutionnel. en ce qui concerne la transparence de la propriété effective.

Défi OGP: Tentative des pays du G20 d'empêcher l'utilisation abusive et d'assurer la transparence des personnes morales et des dispositions légales. Améliorer la transparence des personnes morales et des arrangements afin de protéger l'intégrité et la transparence du système financier mondial.

Pertinence:
Accès à l'information:
- Cette initiative garantira que les autorités sud-africaines compétentes (y compris les autorités chargées de l'application des lois et des poursuites, les autorités de contrôle, le South African Revenue Service (SARS) et le Financial Intelligence Center) ont accès en temps opportun à des informations adéquates, précises et à jour concernant la propriété effective des personnes morales et dispositions légales.
Technologie et innovation pour l'ouverture et la responsabilité:
-L'initiative garantira également que les fiduciaires des fiducies expresses conservent des informations adéquates, exactes et à jour sur les bénéficiaires effectifs, y compris les informations sur les constituants, le protecteur (le cas échéant), les fiduciaires et les bénéficiaires.

Résumé du statut à mi-parcours de l'IRM

8. Mettre en œuvre un plan d'action sur les principes de haut niveau de G20 sur la propriété effective

Texte d'engagement:

Les véhicules d'entreprises (sociétés, trusts, fondations, sociétés de personnes et autres types de personnes morales et de structures juridiques) jouent un rôle essentiel dans l'économie mondiale et mènent une grande variété d'activités commerciales et entrepreneuriales légitimes. Cependant, ils sont également utilisés à mauvais escient par des criminels à des fins illicites, notamment le blanchiment d’argent, la corruption, les délits d’initiés, la fraude fiscale, le financement du terrorisme et d’autres activités illégales.

Prendre des mesures concrètes pour mettre en œuvre les principes de haut niveau G20 sur la transparence de la propriété effective et pour se conformer au Groupe d'action financière (GAFI) normes relatives à la propriété effective des sociétés et à d’autres arrangements juridiques tels que les fiducies.

Les Principes de haut niveau G20 sur la transparence de la propriété effective énoncent des mesures concrètes que les pays G20 prendront pour prévenir l’utilisation abusive des personnes morales et des arrangements juridiques et pour en garantir la transparence. Les dirigeants de G20 encouragent tous les pays à faire face aux risques liés à l'opacité des personnes morales et aux arrangements juridiques.

L'Afrique du Sud s'engage à prendre des mesures concrètes et à partager par écrit en élaborant, en publiant et en rendant compte des progrès réguliers d'un plan de mise en œuvre par pays concernant les diverses mesures à prendre pour mettre en œuvre ces principes et améliorer l'efficacité de leurs cadres juridique, réglementaire et institutionnel. en ce qui concerne la transparence de la propriété effective.

Jalons: Création d'un comité interministériel chargé d'élaborer, de mettre en œuvre et de faire rapport sur un plan de mise en œuvre / d'action pour le pays. Développement du plan de mise en œuvre du pays

Institution responsable: Département de la fonction publique et de l'administration (DPSA)

Institutions d'appui: Financial Intelligence Center, Service des impôts sud-africain, Trésor national, Ministère du commerce et de l'industrie, Ministère de la justice et du développement constitutionnel, Pouvoir de poursuite national, Entreprises et Commission de la propriété intellectuelle

Date de début: Novembre 2015

Date de fin: Octobre 2016

Contexte et objectifs

Dans un rapport 2015 sur les accords nationaux visant à mettre en œuvre les engagements de G20 en matière de propriété effective, Transparency International a constaté que la capacité des autorités compétentes en Afrique du Sud d’évaluer les informations sur les bénéficiaires effectifs était gravement restreinte. Il a souligné qu’il n’existait aucune définition de la propriété effective dans la législation sud-africaine et que les entités juridiques, les institutions financières et les entreprises et professions non financières désignées (EPNFD) n'étaient pas tenues de collecter des informations sur les personnes physiques qui sont en définitive propriétaires de sociétés juridiques.[Note232: Maira Martini & Maggie Murphy Juste pour le spectacle? Révision des promesses de G20 sur la propriété effective (Transparency International, 2015) 10. ]

Pour tenter de résoudre ces problèmes, le Cabinet sud-africain a approuvé les Principes de haut niveau de G20 sur la transparence de la propriété effective en octobre 2015.[Note233: 'Déclaration sur la réunion du Cabinet de 21 October 2015', Système de communication et d'information du gouvernement, http://www.gcis.gov.za/newsroom/media-releases/statement-cabinet-meeting-21-october-2015] Cet engagement prévoit la création d’un comité interministériel chargé d’élaborer un plan de mise en œuvre par pays conforme aux principes de propriété effective. La mise en place du comité interministériel a eu lieu en octobre 2015 avant le lancement public du troisième plan d'action national.[Note234: Cabinet de la République d’Afrique du Sud, «Mandat du Comité interministériel: Transparence de la propriété véritable», section 2 «Mandat». ] Convoquée par le Département de la fonction publique et de l'administration (DPSA), le comité se réunit tous les trimestres et comprend des représentants des principaux départements d’État 20 et d’institutions du secteur privé, notamment la Trésorerie nationale, le Centre de renseignement financier (FIC), le Département du commerce et de l’industrie (DTI), la Commission de la propriété intellectuelle et de la propriété intellectuelle ( CIPC), le Financial Services Board et le Johannesburg Stock Exchange, entre autres.[Note235: Cabinet de la République d’Afrique du Sud, «Mandat du Comité interministériel: Transparence de la propriété effective», sections 4 «Composition» et 7 «Fréquence des réunions. Les autres institutions représentées au comité sont: la DPSA; le service des impôts sud-africain; le service de police sud-africain; l'autorité de poursuite nationale; le ministère de la Justice et du Développement constitutionnel; le département du développement social; le département des relations internationales et de la coopération; l'Agence de sécurité de l'État; le Comité national de coordination du renseignement; la banque de réserve sud-africaine; le Financial Services Board; la bourse de Johannesburg; la commission des affaires de l'agence immobilière; la Law Society of South Africa; le National Gambling Board; et le conseil indépendant des régulateurs. ] À part les institutions de réglementation du secteur privé telles que la Estate Agency Affairs Board et la Law Society of South Africa, la société civile n'est pas représentée à ce comité.[Note236: Cabinet de la République d'Afrique du Sud, «Mandat du Comité interministériel: Transparence de la propriété effective», section 4 «Composition».] Les procès-verbaux du comité interministériel ne sont ni publiés en ligne ni communiqués à des organisations de la société civile. Seul le Cabinet sud-africain peut rendre publiques les informations concernant les travaux du Comité.[Note237: M. Itumeleng Mongale, Gestion de l’éthique et de l’intégrité et point de contact pour l’engagement DPSA pour l’engagement 8, communication par courrier électronique avec un chercheur de l’IRM, 12, septembre 2017. M. Mongale a déclaré que, lorsque le Comité rend compte de ses travaux au Cabinet, seul celui-ci peut décider de rendre public les travaux du Comité. ]

Bien que cet engagement postule que l'ambition d'améliorer la transparence des personnes morales et des arrangements juridiques est pertinente pour les valeurs de l'OGP d'accès à l'information et à la technologie et l'innovation pour la transparence et la responsabilité, le texte d'engagement et les jalons ne parviennent pas à donner effet à ces valeurs. L’initiative devrait générer des informations adéquates, précises et à jour sur la propriété effective des personnes morales et les accords juridiques, mais ces informations ne seront communiquées qu'aux autorités sud-africaines compétentes. En ne garantissant pas un accès ouvert à l'information, cela exclut un aspect essentiel des valeurs OGP. En outre, alors que les lois et règlements futurs généreront de nouveaux jeux de données sur la propriété effective adaptés aux solutions de données ouvertes innovantes,[Note238: Adi Eyal, directeur, OpenUp, entretien avec un chercheur IRM, 22 September 2017. ] le texte de l'engagement ne contient aucune référence à la promotion et à l'utilisation de technologies relatives à ces données, sauf à préciser que l'engagement est pertinent par rapport à cette valeur OGP. Cela dit, la publication de rapports d’activité sur le développement de la Plan de mise en œuvre du pays est Pour le public, il est pertinent de comprendre comment se déroulent les travaux sur la transparence de la propriété effective et quelles mesures sont prises pour mettre en œuvre les principes.

Si cet engagement était pleinement mis en œuvre, l'impact potentiel de cet engagement serait mineur, car la substance de l'engagement est essentiellement procédurale. L'objectif et les activités pour cet engagement reflètent un compromis entre la société civile et le gouvernement. Plusieurs organisations de la société civile ont initialement fait campagne pour un engagement sans équivoque. centré lors de l'établissement d'un registre public sur la propriété effective, et non sur les étapes de la procédure d'établissement d'un comité interministériel et d'un plan de mise en œuvre par pays.[Note239: M. Theophilous Chiviru, Chargé d’appui et d’échange du gouvernement d’OGP pour l’Afrique, entretien avec un chercheur de l’IRM, 28 August 2017. M. Chiviru était également l'un des principaux militants de la campagne One au moment de la formulation de l'engagement 8. ] De l'avis de ces organisations, l'engagement tel qu'il était formulé était faible, car il ne s'était pas engagé à créer un registre public des bénéficiaires effectifs et ne définissait pas le foyer institutionnel approprié pour ce registre.[Note240: M. Theophilous Chiviru, Chargé d’appui et d’échange du gouvernement d’OGP pour l’Afrique, entretien avec un chercheur de l’IRM, 28 August 2017. ] En outre, la création du comité interministériel n’a aucune incidence sur l’action, car l’action a été menée à bien avant le lancement du plan d’action.

Aboutissement

Cet engagement a été complété. Le comité interministériel a finalisé le plan de mise en œuvre du pays à temps.[Note241: Un exemplaire du plan de mise en œuvre par pays est archivé par le chercheur IRM. ] Dans ce qui pourrait être considéré comme un jalon important pour la mise en œuvre du Plan, le président a signé la loi portant modification de la loi sur le FIC, 2017, dans la loi du 26 April 2017.[Note242: Trésor public national, «Déclaration aux médias: le ministre signe l'entrée en vigueur de la loi portant amendement de la FIC», 13 June 2017.] La loi modificative insère une définition de «bénéficiaire effectif» dans la loi FIC,[Note243: la définition se lit comme suit: "bénéficiaire effectif", une personne physique qui, indépendamment ou conjointement avec une autre personne, directement ou indirectement, (a) est propriétaire de la personne morale ou exerce un contrôle effectif sur la personne », voir 1 FIC Act. ] et contient des dispositions répondant aux recommandations du GAFI sur des mesures adéquates de vigilance à l'égard de la clientèle et de conservation des données. Le ministre des Finances a promulgué diverses dispositions de la loi portant modification de la FIC dans la loi 13 June 2017.[Note244: Voir Trésor national, «Loi portant modification de la loi sur le centre de renseignement financier, 2017», avis du gouvernement 563 Journal officiel 40916 de 13, juin 2017. ] Il y a eu une période de consultation publique d'une journée 30.[Note245: Trésor public national, «Déclaration aux médias: le ministre signe l'entrée en vigueur de la loi portant amendement de la FIC», 13 June 2017. Les documents déposés pour consultation et consultation publique sont les suivants: un projet de directive, publié par le FIC, visant à aider les institutions responsables à mettre en œuvre la loi portant modification de la FIC; un document de haut niveau du Trésor national intitulé Une nouvelle approche de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, proposant une vision à long terme, une stratégie et un aperçu de la mise en œuvre de la loi portant modification de la FIC; une feuille de route pour les superviseurs et les institutions responsables sur la mise en œuvre à court terme de la loi portant modification de la FIC; et une communication gouvernementale sur le retrait des exemptions et des amendements ou règlements. ] La définition de bénéficiaire effectif dans la loi portant modification de la FIC n'est pas encore entrée en vigueur. Cependant, dans cette perspective, les documents publiés pour prise de note et consultation publique traitent de la propriété effective et de la transparence.[Note246: voir, par exemple, la section 8 de La nouvelle approche de la Trésorerie nationale pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, 13 June 2017. ]

La DPSA encourage également la mise en œuvre du plan en commanditant une évaluation nationale des risques liés à la propriété effective, conformément au principe 2 des principes de haut niveau G20, avec une date d'achèvement prévue pour le mois de mars 2018.[Note247: M. Itumeleng Mongale, directeur: Gestion de l'éthique et de l'intégrité et point de contact pour l'engagement de la DPSA 8, entretien avec un chercheur de l'IRM, 8 September 2017.] Aucun détail n'est fourni sur les risques évalués par l'évaluation. Le manque de fonds spécifiquement consacrés aux travaux du comité interministériel pourrait retarder l’application du plan de mise en œuvre. La DPSA doit soit rechercher le financement de donateurs (par exemple pour l'évaluation des risques au niveau national), soit s'appuyer sur les budgets des départements pour des actions spécifiques, y compris la tenue de consultations publiques.[Note248: M. Itumeleng Mongale, directeur: Gestion de l'éthique et de l'intégrité et point de contact pour l'engagement de la DPSA 8, entretien avec un chercheur de l'IRM, 8 September 2017.]

Malgré ces progrès, le manque de communication et d'engagement vis-à-vis des travaux du Comité interministériel a amené les organisations de la société civile à croire que cet engagement était au point mort.[Note249: Leanne Govindsamy, responsable: Legal & Investigations, entretien avec un chercheur IRM, 8 September 2017; M. Theophilous Chiviru, responsable de l'échange et du soutien du gouvernement africain pour l'OGP, entretien avec 28 August 2017, chercheur à l'IRM. ] En tant qu'organisateur du comité interministériel, la DPSA n'a publié aucun rapport sur les travaux du comité et le plan de mise en œuvre par pays n'est pas accessible au public. Lors d'une réunion de la société civile convoquée par MACV (Afrique du Sud) en mai 2016, le DPSA a invité la société civile à dialoguer avec le comité interministériel. Cependant, un participant a noté qu’aucun engagement structuré avec la société civile sur cet engagement n’avait eu lieu à ce jour et que l’invitation à participer ne semblait pas sincère.[Note250: Making All Voices Count, Rapport sur la communauté de pratique en Afrique du Sud. Thème #Partenariat: Renforcer le partenariat pour favoriser les engagements OGP 4 - 24 Macy 26, 2016 – 9] L'attente à cet égard centres correspondance régulière et inclusion dans les réunions sur le plan de mise en œuvre par pays.[Note251: Leanne Govindsamy, chef: Legal & Investigations, entretien avec un chercheur de l'IRM, 8 September 2017.] Leanne Govindsamy, responsable des affaires juridiques et des enquêtes chez Corruption Watch, a déclaré que l'atelier MAVC était le dernier engagement de la société civile concernant l'engagement 8.[Note252: Leanne Govindsamy, responsable: Legal & Investigations, entretien avec un chercheur IRM, 8 September 2017. ]

La DPSA est d'avis qu'elle n'est pas obligée de consulter ou de faire participer les OSC au travail interministériel en cours, car des consultations ont lieu au niveau ministériel, car les ministères abordent des problèmes spécifiques de transparence des bénéficiaires effectifs.[Note253: M. Itumeleng Mongale, directeur: Gestion de l'éthique et de l'intégrité et point de contact pour l'engagement de la DPSA 8, entretien avec un chercheur de l'IRM, 8 September 2017. ]

Premiers résultats

Cet engagement a été utile dans la mesure où les engagements pris par l'Afrique du Sud au titre des Principes de haut niveau sur la propriété bénéficiaire G20 ont été harmonisés avec les obligations du GAFI dans les travaux du Comité interministériel. Il a également fourni aux organisations de la société civile un motif supplémentaire de plaidoyer dans leur quête d’un registre public des bénéficiaires effectifs en Afrique du Sud. Par exemple, dans ses observations devant le Comité parlementaire permanent des finances sur le projet de loi portant amendement du FIC, 2015, Corruption Watch a noté que, même si le projet de loi devait répondre aux recommandations du GAFI, l’Afrique du Sud avait également pris des engagements contraignants en matière de propriété effective en vertu de l’OGP.[Note254: Corruption Watch, «Observations supplémentaires de Corruption Watch: Projet de loi portant amendement du Centre de renseignement financier, 2015» (12 février 2016), para 17. ] Corruption Watch a notamment souligné que, pour que l'Afrique du Sud respecte ses engagements en matière d'OGP, il était nécessaire d'assurer la coordination interministérielle entre le DTI et le FIC, car il y avait des lacunes dans l'identification des bénéficiaires effectifs dans un registre public CIPC et des informations obtenues par le FIC des institutions responsables et déclarantes.[Note255: Corruption Watch, «Observations supplémentaires de Corruption Watch: Projet de loi portant amendement du Centre de renseignement financier, 2015» (12 février 2016), para 18. ] Corruption Watch a constaté que le comité parlementaire n'était pas au courant des engagements pris par l'Afrique du Sud dans le cadre du programme OGP à cet égard.[Note256: Leanne Govindsamy, chef: Legal & Investigations, entretien avec un chercheur de l'IRM, 8 September 2017.] M. Mongale a néanmoins affirmé que le DTI allait entamer un processus de modification de la Loi sur les sociétés, 2008, afin de répondre aux préoccupations de la société civile concernant le registre CIPC, qui intégrerait un engagement de la société civile.[Note257: M. Itumeleng Mongale, directeur: Gestion de l'éthique et de l'intégrité et point de contact pour l'engagement de la DPSA 8, entretien avec un chercheur de l'IRM, 8 September 2017.]

Prochaines étapes

L'engagement est complet. Le chercheur de l'IRM a néanmoins recommandé que pendant le reste de la période de mise en œuvre du plan d'action, l'accès à l'information et la participation citoyenne aux travaux du comité interministériel et du plan de mise en œuvre par pays puissent être améliorés. En attendant l'approbation par le Cabinet de la publication du plan de mise en œuvre dans le pays, la DPSA pourrait publier des rapports d'étape trimestriels sur la mise en œuvre du plan et prévoir une consultation publique sur l'évaluation nationale des risques liés à la propriété effective.

Le chercheur de l'IRM recommande que l'établissement et le fonctionnement réels d'un registre public central des bénéficiaires effectifs soient développés dans le prochain plan d'action. À cet égard, le comité interministériel peut examiner les connaissances acquises par le Trésor national lors de la mise en place d’un portail de données ouvertes sur les informations budgétaires.

Résumé du statut de fin de session IRM

8. Mettre en œuvre un plan d'action sur les principes de haut niveau de G20 sur la propriété effective

Texte d'engagement:

Les véhicules d'entreprises (sociétés, trusts, fondations, sociétés de personnes et autres types de personnes morales et de structures juridiques) jouent un rôle essentiel dans l'économie mondiale et mènent une grande variété d'activités commerciales et entrepreneuriales légitimes. Cependant, ils sont également utilisés à mauvais escient par des criminels à des fins illicites, notamment le blanchiment d’argent, la corruption, les délits d’initiés, la fraude fiscale, le financement du terrorisme et d’autres activités illégales.

Prendre des mesures concrètes pour mettre en œuvre les principes de haut niveau G20 sur la transparence de la propriété effective et pour se conformer au Groupe d'action financière (GAFI) normes relatives à la propriété effective des sociétés et à d’autres arrangements juridiques tels que les fiducies.

Les Principes de haut niveau G20 sur la transparence de la propriété effective énoncent des mesures concrètes que les pays G20 prendront pour prévenir l’utilisation abusive des personnes morales et des arrangements juridiques et pour en garantir la transparence. Les dirigeants de G20 encouragent tous les pays à faire face aux risques liés à l'opacité des personnes morales et aux arrangements juridiques.

L'Afrique du Sud s'engage à prendre des mesures concrètes et à partager par écrit en élaborant, en publiant et en rendant compte des progrès réguliers d'un plan de mise en œuvre par pays concernant les diverses mesures à prendre pour mettre en œuvre ces principes et améliorer l'efficacité de leurs cadres juridique, réglementaire et institutionnel. en ce qui concerne la transparence de la propriété effective.

Milestones: Création d’un comité interministériel chargé d’élaborer, de mettre en œuvre et de faire rapport sur un plan d’action / de mise en œuvre par pays. Développement du plan de mise en œuvre du pays

Institution responsable: Département de la fonction publique et de l'administration (DPSA)

Institutions de soutien: Financial Intelligence Center, Service des impôts sud-africain, Trésor national, Ministère du commerce et de l'industrie, Ministère de la justice et du développement constitutionnel, Pouvoir de poursuite national, Entreprises et Commission de la propriété intellectuelle

Date de début: Novembre 2015

Date de fin: Octobre 2016

But de l'engagement

L'engagement visait à consolider l'action de l'Afrique du Sud concernant les obligations en matière de propriété effective dans deux régimes internationaux clés: l'approbation des principes de haut niveau G20 sur la transparence de la propriété effective; et le respect des directives sur la transparence et la propriété effective publiées par le Groupe d'action financière (GAFI). Les insuffisances du cadre juridique de l'Afrique du Sud à cet égard ont été évoquées dans plusieurs rapports d'évaluation mutuelle du GAFI et discutées lors de réunions du GAFI. L'engagement visait à donner effet aux obligations de l'Afrique du Sud en matière de propriété effective par le biais (i) de la création d'un comité interministériel; et (ii) l'élaboration d'un plan de mise en œuvre par pays sur la propriété effective.

Statut

À mi-parcours: Achevée

Le comité interministériel, composé de représentants des principaux départements d’État 20 et de quelques institutions de réglementation du secteur privé, a été créé en octobre 2015 - avant le lancement du troisième plan d’action. Le comité interministériel finalisé plan de mise en œuvre par pays sur la propriété effective au moment de l’examen à mi-parcours. Au cours de la deuxième année de mise en œuvre, le comité interministériel s'est réuni à trois reprises. En mai, 2018 a finalisé une évaluation des risques existants et émergents associés aux différents types de personnes morales et de structures en Afrique du Sud. Le rapport n'a pas encore été publié.

Bien qu’elles ne fussent pas expressément incluses dans l’engagement, les réformes législatives identifiées dans le plan de mise en œuvre du pays étaient en cours d’examen à mi-parcours. Plus précisément, en avril 2017, le président a promulgué la loi portant amendement du 2017 (loi portant modification du FIC) concernant le centre de renseignement financier. En ce qui concerne les bénéficiaires effectifs, la loi portant modification de la FIC a modifié la loi sur le Centre de renseignement financier, 2001 (loi sur les FIC), en:

· Insertion d'une définition de «bénéficiaire effectif»;

· Imposer une obligation aux "institutions responsables" prendre des mesures de diligence raisonnable pour établir l'identité du bénéficiaire effectif lorsque le client potentiel d'une relation d'affaires est une personne morale ou une personne physique agissant pour le compte d'une société de personnes, d'une fiducie ou d'un arrangement similaire entre personnes physiques;

· Imposer aux institutions responsables l'obligation de faire preuve de diligence raisonnable tout au long de la relation d'affaires, notamment en vue de l'établissement et de la vérification de la propriété effective;

· Imposer aux institutions responsables l'obligation de tenir des registres de diligence raisonnable vis-à-vis de la clientèle, ce qui inclurait des informations sur les bénéficiaires effectifs. En vertu de la loi FIC, les autorités chargées de l’enquête et les organes de surveillance pouvaient consulter ces registres pour enquêter sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

En ce qui concerne les réformes législatives de fond donnant effet (en partie) au plan de mise en œuvre du pays sur la propriété effective, mis à part la définition du bénéficiaire effectif (entrée en vigueur le 2 October 2017), aucune des autres modifications législatives n'était en vigueur le la fin du cycle du plan d'action.

At-il ouvert le gouvernement?

Accès à l'information: n'a pas changé

Cet engagement n'a pas modifié l'accès à l'information sur les bénéficiaires effectifs en Afrique du Sud. Au mieux, il pourrait être interprété comme une étape procédurale visant à remédier aux carences du cadre juridique régissant la gouvernance de la propriété effective en Afrique du Sud, afin de lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Dans sa conception, l'engagement ne répondait pas aux appels de la société civile en faveur de l'ouverture du gouvernement en mettant en place un registre public central des propriétés bénéficiaires.

Les réformes juridiques adoptées (bien que non encore entrées en vigueur) situent l'identification et la vérification de la propriété effective dans un éventail restreint d'actions sociales (transactions commerciales et relations avec des institutions responsables), ne nécessitent pas la création d'un registre central (informations restantes). ventilées par rapport aux institutions responsables), et ne permettent pas l'accès public à l'information (l'accès est limité aux autorités d'enquête et aux organes de surveillance). Les questions relatives à un registre des bénéficiaires effectifs sont néanmoins abordées dans le cadre du processus d'évaluation des risques. Le type de registre et le processus à suivre pour l’établir seront déterminés sur la base des recommandations de ce processus d’évaluation des risques intragouvernemental.

Reportés?

Au moment de la rédaction du présent rapport (septembre 2018), l’Afrique du Sud n’avait pas fini d’élaborer son prochain plan d’action. Le chercheur de l'IRM recommande de poursuivre l'établissement du registre public central des bénéficiaires effectifs dans le prochain plan d'action. Plûtot que le Département de la fonction publique et de l'administration, les institutions responsables à cet égard devraient être la Commission des entreprises et de la propriété intellectuelle et le Département du commerce et de l’industrie.

Mécanisme indépendant de signalement (IRM): Rapport d’avancement de l’Afrique du Sud 2016 - 2018, 63, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/South-Africa_MidTerm-Report_2016-2018.pdf. Le cabinet sud-africain a approuvé les principes de haut niveau G20 lors d'une réunion tenue le 21 octobre 2015.

Directives du GAFI: Transparence et propriété effective (octobre 2014).

Voir, par exemple, les conclusions du GAFI sur les résultats de la réunion du groupe d'action financière tenue en juin 2017 (non daté).

Mécanisme indépendant de signalement (IRM): Rapport d’avancement de l’Afrique du Sud 2016 - 2018, 64, https://www.opengovpartnership.org/wp-content/uploads/2001/01/South-Africa_MidTerm-Report_2016-2018.pdf.

Ibid 64.

Professeur Richard Levin, Directeur général, Département des services publics et de l'administration, lettre adressée au chercheur IRM, 13 November 2018.

A Le bénéficiaire effectif est "une personne physique qui, indépendamment ou conjointement avec une autre personne, est directement ou indirectement propriétaire de la personne morale ou qui en exerce le contrôle effectif", section 1, Loi FIC.

Les institutions comptables comprennent un large éventail d’entités juridiques, d’institutions financières et de Entreprises et professions non financières désignées (EPNFD). Voir la définition du terme «institution comptable» à la section 1 de la loi FIC, lue conjointement avec l'annexe 1.

Section 21B (2), Loi FIC.

Section 21C (b), Loi FIC.

Section 22, Loi FIC.

Professeur Richard Levin, Directeur général, Département des services publics et de l'administration, lettre adressée au chercheur IRM, 13 November 2018.


Engagements

  1. Surveillance citoyenne

    ZA0016, 2016, Renforcement des capacités

  2. Budget ouvert

    ZA0017, 2016, Accès à l'information

  3. Programme de retour aux sources

    ZA0018, 2016, Accès à l'information

  4. Portail d'information sur la gestion de l'environnement

    ZA0019, 2016, Accès à l'information

  5. Institutionnalisation des bureaux de conseil communautaires dans le cadre du réseau de justice élargie

    ZA0020, 2016, Accès à la justice

  6. Département de la fonction publique et de l'administration

    ZA0021, 2016, Accès à l'information

  7. Campagne de sensibilisation OGP

    ZA0022, 2016, gouvernement électronique

  8. Mettre en œuvre les principes de haut niveau G20 sur la transparence de la propriété effective 2. Mettre en place un registre des personnes morales et des arrangements

    ZA0023, 2016, Accès à l'information

  9. Élaborer et mettre en œuvre un cadre de gestion de la reddition de comptes et des conséquences pour les fonctionnaires

    ZA0009, 2013, Anti-Corruption

  10. Forums d'amélioration de la prestation de services (SDIF)

    ZA0010, 2013, gouvernement électronique

  11. Participation dominante des citoyens dans le secteur public

    ZA0011, 2013, Renforcement des capacités

  12. Développer un portail intégré et accessible au public d'informations sur la gestion de l'environnement

    ZA0012, 2013, Environnement et climat

  13. Développement d'un outil en ligne de crowdsourcing permettant au public de soumettre des données sur les aires protégées et les aires de conservation.

    ZA0013, 2013, Environnement et climat

  14. Connectivité des écoles

    ZA0014, 2013, Éducation

  15. Mettre en place une campagne sur les droits et responsabilités «Connais ton service»

    ZA0015, 2013, Renforcement des capacités

  16. Cadre de gestion de la responsabilité / des conséquences

    ZA0001, 2012, Anti-Corruption

  17. Forums d'amélioration de la prestation de services

    ZA0002, 2012, Participation publique

  18. Connaissez vos droits et responsabilités en matière de service

    ZA0003, 2012, Renforcement des capacités

  19. Forum national anti-corruption et permanence téléphonique anti-corruption

    ZA0004, 2012, Renforcement des capacités

  20. Directives sur les sanctions liées à la corruption

    ZA0005, 2012, Renforcement des capacités

  21. Élaborer des lignes directrices sur la participation des citoyens

    ZA0006, 2012, Renforcement des capacités

  22. Accroître la participation de la société civile au processus budgétaire

    ZA0007, 2012, gouvernement électronique

  23. Étude de faisabilité du portail de gestion de l'environnement

    ZA0008, 2012, gouvernement électronique

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!