Ignorer la navigation

Un nouvel ordre pour les organisations de la société civile?

¿Nuevo orden para organizaciones de la sociedad civil?

tim-mossholder-g5OZvQ48e_U-unsplash
María Baron|

Au milieu de l'incertitude sur l'avancée de COVID-19, la seule chose sûre est que rien, ou très peu, ne restera le même. Pour les organisations de la société civile travaillant sur la transparence et les questions de gouvernement ouvert, les défis sont monumentaux. De la façon dont nous redéfinissons nos missions aux nouveaux acteurs émergents et aux chaînes d'engagement, les retombées se feront sentir à différents niveaux et nous affectent profondément:

1. Missions et visions organisationnelles

La nouvelle réalité incontournable du coronavirus a déjà incité nombre d'entre nous à recentrer nos missions et objectifs. Certaines approches et initiatives traditionnelles ne feront plus l'affaire dans ce scénario et ses nouvelles règles du jeu. Au lieu de cela, nous devons faire le point et repenser nos stratégies, mais cela ne se fera pas du jour au lendemain. Pour aller de l'avant, nous devons être clairs sur ce que seront exactement les nouveaux défis pour un gouvernement ouvert et recalibrer nos stratégies en conséquence.

Par exemple, Directorio Legislativo, l'organisation que je dirige et d'autres partenaires ont dû suspendre ce mois-ci une formation sur le gouvernement ouvert pour les fonctionnaires du Parlement mexicain. De plus, il est nécessaire de faire face aux menaces émergeant lentement du programme d'ouverture dans les Amériques. Au cours des deux dernières semaines seulement, au moins quatre pays ont tenté de restreindre les droits d'accès à l'information (Brésil, Mexique, El Salvador et Honduras). Alors, comment ne pas reculer sur les anciens défis pendant que nous nous adaptons au nouveau?

2. Structure organisationnelle

Ceci est complexe car il concerne des problèmes qui étaient en suspens avant le coronavirus, à savoir les défis liés au travail à distance et en ligne pour les organisations de la société civile dans les pays en développement, qui présentent souvent des lacunes importantes en matière d'infrastructure. Les signaux des téléphones portables ne sont pas toujours enregistrés, le personnel ne dispose pas de son propre Wi-Fi ou avec de mauvaises connexions, des coupures de courant fréquentes: ces obstacles et d'autres rendent le travail à domicile difficile à adapter, réduisent la productivité et voient souvent les tâches et les projets ne pas être livrés. Dans cette optique, comment les OSC peuvent-elles travailler pour atténuer et combler ce fossé numérique avec d'autres régions?

3. Nouveaux acteurs

Des difficultés clés émergent à ce sujet. Parce que les ministères, agences et autres organismes gouvernementaux avec lesquels nous avons interagi sont, pour le moment, fermés aux affaires ou ont tourné leur attention vers la gestion de la crise. Beaucoup se brouillent ainsi de la scène ou disparaissent complètement. Par exemple, les congrès de la région ont à peine commencé à organiser des rencontres virtuelles, seuls ceux du Chili et du Brésil ayant jusqu'à présent tenu des séances plénières officielles.

Cela conduit à un autre aspect alarmant. Pour ceux d'entre nous qui travaillent sur des questions de transparence et de gouvernement ouvert, il s'agit de savoir comment dans certains pays, les droits et libertés individuels sont érodés par le biais de «mesures exceptionnelles» pour faire face à la crise sanitaire.

D'une légère hausse dans la persécution des médias ou des journalistes indépendants (probablement au Venezuela et en Bolivie, Le Honduras est finalement revenu sur un décret visant à limiter la liberté d'expression) à la surveillance intrusive (Équateur a autorisé le suivi de la géolocalisation de citoyens ne respectant pas la quarantaine), à ​​des forces de police excessives (informations faisant état de lynchages policiers en Argentine), ce sont les démocraties les plus fragiles qui y sont les plus vulnérables. Bien que d'autres États aient également, opportuniste mais plus subtilement, adopté des dispositions litigieuses (interdiction de l'alcool dans certains États du Mexique, par exemple). La tâche qui incombe à nos organisations est de savoir comment empêcher que de telles mesures ad hoc restent en place - et pire, deviennent la norme - une fois la crise passée. Quel rôle les OSC devraient-elles donc jouer pour sauvegarder le bon fonctionnement de nos institutions et de leurs protagonistes?

4. Prise de décision

Les processus de prise de décision ont radicalement changé et ont été réduits à une bande étroite d'individus, pas nécessairement limités aux fonctionnaires ou à d'autres personnalités reconnaissables. En d'autres termes, la prise de décision n'est plus préétablie, même modérément transparente, et respective des différents niveaux et procédures normatifs.

De nombreuses réponses des pays ne sont pas appuyées par des signatures officielles ou des pièces justificatives: il s'agit de «mesures non officielles» tout à fait informelles. Ils sont souvent partagés publiquement, comme lors de conférences de presse, mais pas toujours. Certains sont mineurs (comme les décisions de réorganiser les transports publics en Argentine), tandis que d'autres ont des conséquences majeures. Par exemple, le Mexique a limité les voyages non essentiels à travers sa frontière avec les États-Unis, mais cette décision n'a pas été enregistrée au Journal officiel de la fédération. Cela va tout à fait à l'encontre des années d'efforts déployés par des organisations du monde entier en faveur du contraire. Alors, comment pouvons-nous contribuer à restaurer la formalité et la transparence dans la prise de décision? Comment retrouver légitimité et ouverture à des processus qui se déforment?

5. Donateurs et fonds

Au milieu du malaise économique et social, un autre défi surgit: comment conserver la confiance des donateurs dans nos organisations au lendemain de la pandémie - à condition qu'ils envisagent de continuer à soutenir le travail en faveur de la transparence et soient intéressés par nos projets en principe. Au-delà de cela, cependant, nous devons également travailler avec nos bailleurs de fonds pour repenser et réaménager conjointement nos activités dans le nouveau contexte. Un gros point d'interrogation plane ainsi sur la pérennité même de nos organisations. Les donateurs nous abandonneront-ils? Leurs priorités vont-elles changer, et avec cela ceux qui reçoivent leur financement?

Peut-être que, dans cet ordre nouveau et incertain post-COVID-19, les organisations de la société civile auront la chance de réaffirmer nous-mêmes, nos forces, et de tirer parti des nombreuses batailles et réalisations que nous avons gagnées au fil des ans, et de réaffirmer notre époque actuelle offre: ce que nous possédons, nos ressources et notre expertise, et notre énorme valeur globale. Outre notre programme de principes commun, sur lequel nous sommes tous guidés, ce qui est le plus important, je pense, est la forte communauté de militants qui s'est constituée dans la région et au-delà, déterminée à rendre nos sociétés plus justes et plus équitables. Que nous do avoir. Indubitablement.

Commentaires (4)

Lucas Orlando Répondre

Excelente aporte como siempre.-

Lester Répondre

Bueno análisis. Gracias por hacerlo. Muchas OSC prefieren ver afuera, sin analizar dónde están parados.

Mohammad Qader Mesbah Répondre

C'est précisément; notre organisation qu'une organisation nationale en Afghanistan est d'accord avec le défi que vous avez posé.
Nous croyons Minimise les problèmes d'alimentation, Internet, les téléphones portables, la crise de guerre, l'insécurité, la coercition qui avaient la transparence, l'information et la responsabilité.

Alicia Fasta Répondre

Buen análisis, sobre todo al señalar el problema que tienen gran parte de los países de América Latina, que no se cuenta con acceso a internet o peor aún a una computadora y esto debilita la participación ciudadana. Considérez que vous commencez à reconsidérer les plans d'accompagnement et à utiliser les nuances communes des nuestra trinchera.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

contenu similaire

Modèle du jour de la fille

Collecte d'approches de gouvernement ouvert pour COVID-19

Collecte d'approches de gouvernement ouvert pour COVID-19

Vignette pour le lancement du plan 2020-22 de l'OGP en temps de crise Défis et solutions

Lancement du plan 2020-22 de l'OGP en temps de crise

Il y a moins d'un mois à Berlin, le comité directeur de l'OGP s'est réuni et a approuvé un nouveau plan de mise en œuvre triennal du partenariat.

Vignette pour Message à la communauté OGP ​​sur le coronavirus

Message à la communauté OGP ​​sur le coronavirus

Un gouvernement ouvert prospère lorsque les gens se réunissent dans le dialogue et travaillent à co-créer et à mettre en œuvre des réformes qui rapprochent les gouvernements de leur peuple. Malheureusement, dans le contexte actuel, c'est…

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!