Ignorer la navigation

Un règlement ouvert pour protéger nos démocraties

Una regulación abierta para proteger la democracia

47995731097_30e005cd8a_k (1)
Paula FortezaetMauricio Mejía|

Comment pouvons-nous protéger nos démocraties, nos espaces publics et nos institutions à l'ère numérique? Comment pouvons-nous garantir que les technologies numériques ont un impact positif sur la démocratie? Quelles garanties devrions-nous mettre en place pour renforcer la confiance des citoyens dans la prise de décision automatisée et les algorithmes qui façonnent notre vie quotidienne? En mai dernier, et pour la première fois lors d’un sommet OGP, ces questions étaient au cœur des discussions sur le présent et l’avenir du mouvement pour un gouvernement ouvert.

Comme l'a déclaré le Premier ministre canadien Justin Trudeau lors de la séance plénière d'ouverture»Les gouvernements ont un rôle à jouer pour encourager la réglementation des plateformes et la mise en place du cadre, mais en partenariat avec les plateformes et les citoyens. ”Il est vrai que la responsabilité de la réglementation de l'espace numérique incombe à l'État. À mesure que les technologies numériques deviennent omniprésentes dans nos vies modernes, cela devient un problème urgent. La question devrait plutôt être pourquoi et comment réglementer?

Pourquoi avons-nous besoin de réglementer l'espace numérique?

Le développement technologique a toujours été à la croisée des chemins entre utopies et dystopies. Il a toujours inspiré les idéaux des sociétés améliorées ainsi que les craintes d'un destin inéluctable. Les avantages de la technologie dépendent de l’appropriation correcte de celle-ci par nos sociétés et de la main invisible - ou plutôt visible - de l’État afin d’éviter ou de remédier à ses conséquences indésirables.

Internet a d'abord inspiré une idée collective de la liberté, d'un nouvel espace sans frontières et universel. Ses valeurs fondatrices: ouverture, décentralisation, neutralité et universalité ont incité une génération à croire en un nouvel ordre où horizontalité, collaboration, transparence et libre circulation de l'information étaient la règle. Cela symbolisait la promesse d'une nouvelle démocratie, où les citoyens dotés de pouvoirs participeraient à la prise de décision partant de la base et où les gouvernements seraient ouverts et responsables.

Cependant, aujourd’hui, nous sommes loin de l’utopie des technologies sociales que nous avions imaginée. La privatisation de l'espace numérique, la concentration de données et de richesses dans un oligopole, la monétisation massive de données à caractère personnel, l'irresponsabilité des entreprises de haute technologie et la surveillance croissante sont parmi les raisons de la méfiance et de la peur croissantes des citoyens. Comment est-ce arrivé? En partie parce que nous n'avons pas réglementé de manière appropriée - ou plutôt, parce que nous n'avons pas réglementé du tout. Pour garder un Internet sûr et ouvert, la réglementation n'est pas seulement souhaitée, mais nécessaire.

Alors, comment pouvons-nous réglementer l'espace numérique?

Pour lutter contre la méfiance numérique, nous devons comprendre l’impact des technologies dans notre vie, nous avons besoin d’une concurrence loyale pour démocratiser le marché des technologies et d’un cadre réglementaire actualisé pour protéger et responsabiliser les utilisateurs. L'État doit mettre en place une nouvelle architecture de freins et contrepoids, suffisamment souple pour s'adapter à la réalité technologique de chaque pays et à son développement continu. Cette architecture doit être construite autour d'une architecture qui comprend l'innovation et la technologie pour une régulation adaptative. et un qui embrasse la «culture de la transparence» pour la responsabilité et la collaboration multipartite. Nous considérons que le régulateur est l'autorité de régulation indépendante qui supervise une activité économique ou sociale particulière dans l'intérêt du grand public.

Nous sommes tout à fait d’accord avec le premier ministre Trudeau: «CLes citoyens nous mèneront à un monde numérique plus sûr ». Internet est par nature décentralisé et collaboratif; sa réglementation doit être aussi. Nous devons moderniser nos régulateurs, les aider à devenir plus transparents et plus ouverts aux citoyens, à la société civile, aux acteurs économiques et aux pouvoirs publics. Grâce aux données ouvertes, aux outils, à la confiance et aux informations, le régulateur 2.0 doit donner aux citoyens les moyens de devenir des micro-régulateurs et des modificateurs des règles de l’espace numérique.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau sur la gouvernance numérique lors du Sommet mondial OGP au Canada.

Concrètement, que peuvent faire les régulateurs?

Les régulateurs peuvent embrasser l’innovation et le développement technologique comme le fait la DPA française laboratoire d'innovation. Ils peuvent être plus transparents et simplifier l'accès des citoyens à l'information, comme le font certaines agences fédérales américaines avec le Initiative eRégulations rendre la réglementation plus facile à trouver, à lire et à comprendre. Ils peuvent responsabiliser les utilisateurs, comme le font les régulateurs des télécommunications français (ARCEP) et mexicain (IFT) par le biais de: données ouvertes, consultations publiques et outils. Ils peuvent collaborer avec les parties prenantes comme le faisaient les régulateurs européens avec l'écosystème Reg Tech opérationnaliser la protection des données et règlement financier avec des outils, des applications et du design. Et ils peuvent co-créer avec les citoyens, comme l'ARCEP français le fait avec son initiative de réglementation ascendante »J'alerte l'ARCEP ”.

Pourquoi l'OGP devrait-il se préoccuper de la réglementation numérique?

Nous avons rejoint et continuons d'être engagés au sein de l'OGP pour renforcer la confiance des citoyens et, surtout, pour protéger la démocratie dans le monde. De la propagation de la désinformation pendant les campagnes électorales à l'érosion des libertés civiles et des droits fondamentaux en ligne, un Internet non réglementé peut devenir une menace pour nos démocraties. Si nous voulons penser à la démocratie au-delà des urnes, il est urgent de prendre conscience du fait que les technologies numériques peuvent avoir des effets indésirables sur les délibérations publiques, l'espace civique, la participation démocratique et la confiance des citoyens. En tant que décideurs politiques engagés et responsables, nous devons réglementer l'espace numérique afin de protéger nos démocraties.

Si nous voulons réaliser la transition vers un État ouvert - comme le veut la vision des prochains présidents des comités de direction du PGO, nous devons faire en sorte que les régulateurs deviennent des acteurs du mouvement en faveur de l'ouverture. La transparence, la responsabilité, la collaboration, l'intégrité et la co-création doivent devenir leur nouveau mantra.

Les idéaux d'ouverture, de collaboration, d'horizontalité et de transparence d'Internet ont suscité un mouvement visant à renouveler la démocratie et à adapter nos institutions à la 21st siècle. L’émergence des technologies numériques a rendu possible le mouvement du gouvernement ouvert. Il nous incombe maintenant de guider les régulateurs vers une réglementation ouverte afin de protéger nos espaces numériques et donc nos démocraties.

Commentaires (2)

Paula Répondre

Hola! moi interesa este tema como moi involucro

Marissa O'Neill Répondre

Hola, Paula. Gracias por su interés. Sugiero que nous avons contacté Mauricio Mejia, auteur du blog publié il y a plusieurs mois, est activé sur Twitter: @Mau_MejiaG.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

contenu similaire

Vignette pour Renforcer la démocratie et protéger les droits civiques à l'ère numérique

Renforcer la démocratie et protéger les droits civiques à l'ère numérique

Pour que le gouvernement soit réactif et inclusif, il est essentiel de mettre en place un environnement propice qui protège les droits fondamentaux et les institutions démocratiques.