Ignorer la navigation

Visages d'un gouvernement ouvert: Silvana Fumega

Rostros de Gobierno Abierto: Silvana Fumega

Silvana Faces of Open Gov
Silvana Fumega |

Silvana Fumega est directrice de la recherche et des politiques de l'Initiative latino-américaine pour les données ouvertes (ILDA).

Nous lançons les journées d'activisme 16 contre la violence sexiste, un moment important pour les femmes et les défenseurs des droits des femmes qui travaillent pour promouvoir des communautés plus sûres dans le monde entier. Comment l'OGP peut-il être utilisé comme une plateforme pour faire avancer ces efforts?

La violence sexiste est enracinée dans les conditions d’inégalité sous-jacentes et n’est donc pas à la portée des processus OGP. Cependant, comme indiqué dans la question précédente, OGP pourrait contribuer à faire une différence à différents niveaux, y compris des éléments clés dans ses processus de co-création afin d'inclure la voix des personnes qui ne sont pas entendues et celle des groupes qui travaillent avec eux afin de: aborder cette question. Plus généralement, ces processus peuvent être centrés sur la modification de la manière dont les données relatives à la violence sont collectées et publiées pour favoriser leur compréhension et identifier de meilleures solutions.

La violence sexiste est un problème majeur en Amérique latine et dans d’autres régions du monde. Plusieurs membres de l'OGP, tels que l'Uruguay et l'Afghanistan, utilisent leurs plans d'action pour s'attaquer à ces problèmes grâce à l'accès à la justice et aux données ouvertes. Quels sont les engagements que vous êtes impatients de voir progresser? Quels engagements voudriez-vous voir les membres prendre?

Le programme féministe pour un gouvernement ouvert en est à ses débuts. Par conséquent, un petit nombre d'engagements ont été créés par rapport à d'autres domaines thématiques. Mais il y a des engagements notables, comme le cas de l'Uruguay.

L'Uruguay a organisé l'un des ateliers les plus importants sur la «Normalisation régionale des fémicides» (premièrement, avec le soutien du CRDI et de la Fundación Avina et actuellement de la BID). En juin 27, 2018, à l'invitation d'Agesic, nous avons co-organisé un atelier sur les données relatives au féminicide, conjointement avec le groupe de travail sur le gouvernement ouvert. Cet atelier faisait partie de la co-création du quatrième plan d'action de l'Uruguay.

L’atelier a abouti à l’inclusion du sujet dans le quatrième plan d’action dans l’engagement «Observatoire sur les femmes sexospécifiques», 2.1, qui comporte un élément très intéressant: entre autres actions, l’engagement vise à unifier les critères et à classer, mesurer et publier des données sur les féminicides. (Pour en savoir plus, voir ce entretien avec Virginia Pardo de Agesic et Nathyeliy Acuña lors du Sommet mondial 2019 OGP - en espagnol et anglais poster en anglais).

Plus que de souligner ces engagements, nous devons élargir l’univers et appliquer des idées novatrices pour élaborer des plans d’action plus inclusifs. Nous devons continuer à travailler dur pour que cela se produise.

Dans le cadre de l'Initiative féministe ouverte pour un gouvernement ouvert et de votre travail avec l'Initiative latino-américaine pour les données ouvertes (ILDA), vous avez coordonné un projet de recherche portant sur la participation des femmes au processus OGP au Mexique, au Costa Rica et en Uruguay. Sur la base des résultats de la recherche, quelles sont vos principales recommandations aux membres du PGO qui souhaitent rendre leurs processus de co-création plus inclusifs?

L’Initiative latino-américaine pour l’information ouverte sur les données (ILDA en espagnol), où je travaille en tant que directrice de la recherche et des politiques, a dirigé un projet sur 2018 visant à évaluer, à l’aide d’outils qualitatifs et de stratégies de recherche, la Open Government Partnership (OGP) dans trois pays d’Amérique latine: le Mexique, le Costa Rica et l’Uruguay. La recherche visait à comprendre les limites et les défis auxquels font face les femmes et les groupes de femmes en termes de participation aux processus gouvernementaux, d'accès à l'information et aux données, d'inclusion et d'utilisation de la technologie.

À la suite de notre recherche et de notre examen des principaux défis liés à l’élaboration de plans d’action OGP, nous proposons les recommandations suivantes:

1) L’écart entre les villes importantes (souvent les capitales) et les villes plus petites et les zones rurales est l’un des défis majeurs qui concerne tous les aspects de la co-création. Bien que des efforts aient été faits pour décentraliser le processus de co-création, celui-ci reste largement centré sur les capitales et les zones urbaines.

Dans de nombreux pays, il a été difficile pour les femmes d'occuper des postes de direction dans les processus de co-création se déroulant en dehors de la capitale. Nous devons non seulement renforcer les mécanismes OGP pour qu'ils soient plus inclusifs, mais également œuvrer à la promotion de l'inclusion des femmes dans la sphère publique. La pénétration de la technologie est également affectée par le fossé urbain-rural. Étant donné que la technologie est un élément clé de la mise en œuvre et de la communication des processus OGP, il est important que tout le monde y ait accès et qu’il dispose des compétences nécessaires pour l’utiliser.

2) Il existe également une distinction claire entre les domaines d’activité, allant des groupes traditionnels axés sur l’accès à l’information et la redevabilité à ceux qui travaillent sur des outils technologiques, ainsi qu’un fossé entre les groupes formés à ces sujets et ceux travaillant avec des acteurs locaux. organisations. Le gouvernement ouvert est un domaine hautement technique qui requiert des connaissances, limitant la participation des groupes de femmes, qui font souvent face à des problèmes plus urgents et pour lesquels les concepts de gouvernement ouvert ne sont pas directement pertinents. Il est donc Il est nécessaire de créer des mécanismes qui n'incluent pas seulement ces groupes dans les processus de co-création - qui sont en grande partie dirigés par des organisations nationales ou des groupes centrés sur le gouvernement ouvert - mais qui garantissent également la disponibilité du matériel et du personnel (des finances au renforcement des capacités) pour assurer que: les organisations de base sont en mesure de participer.

En termes de participation individuelle, il est important de promouvoir des politiques relatives aux «soins». Lorsque nous élargissons les espaces, les compensations et d’autres mécanismes, nous améliorons la participation des femmes, car les «soins» sont socialement perçus comme du travail des femmes.

3) Plus spécifiquement, en termes d'ouverture des données, il existe une lacune en termes de données désagrégées par sexe (parfois, ces données ne sont même pas désagrégées en termes binaires). Étant donné que les données sont la matière première nécessaire pour prendre des décisions et créer des outils visant à promouvoir l'égalité et l'inclusion des femmes et des groupes de femmes dans la sphère publique et plus particulièrement le programme du gouvernement ouvert, il est important que les données mettent en lumière les groupes marginalisés.

Par conséquent, les données ventilées par sexe (et pas uniquement binaire) sont un élément clé pour comprendre comment différentes politiques affectent des groupes spécifiques. Sans désagrégation, nous continuerons à marginaliser de nombreux groupes et à ignorer leurs positions.

4) Enfin, en ce qui concerne les chercheurs du Mécanisme d’examen indépendant (IRM), bien qu’il ne s’agisse pas d’un obstacle clair à la participation, il est essentiel de comprendre les processus au niveau mondial: mécanismes adéquats de GIR permettant d’évaluer à quel point les processus de PGO peuvent être sensibles. Étant donné que cette question dépasse les limites de nos recherches, OGP doit développer des indicateurs permettant de vérifier les progrès et les échecs enregistrés dans l'approche féministe au niveau mondial.

Comme l'ont souligné plusieurs personnes interrogées, OGP devrait établir des paramètres pour évaluer ce programme. Il n'existe actuellement aucun mécanisme clair permettant de vérifier et d'évaluer l'inclusion de femmes et de groupes de femmes dans les processus et les engagements du PGO.

Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *