Ignorer la navigation

Intensifier pour protéger l'espace civique et la démocratie

Photo du groupe du Forum Information et Démocratie
Joe Powell|

Cet article a été initialement publié sur la page Medium du Forum pour la paix à Paris ici.

La coopération multilatérale - notamment pour la mise en place de sociétés pacifiques, justes et inclusives - n’est guère à la mode en ce moment. Nous sommes à l'ère des guerres commerciales, du nationalisme populiste et des atteintes aux libertés civiles. Les accords internationaux historiques ont été sapé et les dirigeants politiques défendant les valeurs démocratiques libérales se sont affaiblis au plus haut niveau dans la plupart des pays. Parallèlement, les manifestations de citoyens de ces derniers mois, de Hong Kong au Chili, ont exigé une gouvernance plus ouverte, réactive et responsable.

La situation appelle de toute urgence une réponse collective de la part de ceux qui pensent qu'une démocratie ouverte peut produire des résultats pour les citoyens d'une manière que l'autocratie ne peut pas. Il ne suffit pas de déplorer le problème du recul démocratique. Une coalition plus forte de gouvernements, d'organisations de la société civile et de dirigeants doit faire marche arrière.

Dans ce contexte, la deuxième édition du Forum de la paix à Paris (PPF) la semaine dernière a offert un espace aux personnes travaillant à la base pour contrer certaines de ces tendances mondiales afin de présenter leurs travaux sur divers problèmes de gouvernance et de côtoyer les chefs d’État. Le forum a été lancé par le président Macron en 2018 pour compléter les événements marquant le Xe anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale avec un programme de solutions et d’action prospectives. L'idée est de réunir des chefs d'État, dont plusieurs membres de la liste des participants à 100 ne représentent pas la paix et la démocratie, avec la société civile pour susciter des alliances et une coopération inhabituelles.

Malgré la morosité des dernières années, ces défenseurs de la base offrent un aperçu de ce à quoi une alternative pourrait ressembler. Dans le Open Government Partnership (OGP) nous avons une communauté similaire. Qu'il s'agisse des efforts pour mettre fin au fléau des entreprises anonymes qui facilitent le blanchiment d'argent, l'argent illicite en politique et la corruption. Ou encore les réformateurs qui s'emploient à ouvrir les marchés publics à toutes les étapes de la chaîne de valeur afin que les citoyens puissent suivre l'évolution de l'argent public et de la valeur ajoutée qu'il procure aux citoyens. Ou bien la communauté de militants qui essaie d'introduire de la transparence et de la responsabilité dans la manière dont les gouvernements utilisent la prise de décision algorithmique, pour que cela ne perpétue pas de parti pris. Le défi consiste à trouver ces idées et projets qui puissent montrer pourquoi la démocratie fonctionne pour les citoyens, puis soutenir leur croissance dans et au-delà de leurs pays. Chez OGP, nous avons rejoint deux nouvelles initiatives importantes qui, nous l’espérons, aideront à faire progresser cette approche du changement démocratique.

Premièrement, nous ferons partie du conseil consultatif d’un nouveau Observatoire de l'OCDE sur l'espace civique. L'idée derrière l'observatoire est de permettre aux gouvernements de partager comment ils promeuvent et ouvrent un espace civique, et aux gouvernements de subir des «analyses d'espace civique» où ils recevront des recommandations concrètes pour faire face aux défis.

L'espace civique est une question prioritaire pour OGP. Depuis la création de l'OGP, la majorité de nos membres ont connu une baisse des libertés civiles, même si nous avons des critères d'éligibilité pour l'entrée, ce qui signifie que les pires délinquants ne peuvent pas adhérer. En OGP pays, les données de 2017 ont montré que 58 pour cent des pays signalent des problèmes liés au harcèlement de militants et de journalistes. Dans près de la moitié des pays OGP, les organisations de la société civile n’ont pas accès au financement et se heurtent à des obstacles liés à la réglementation fiscale. Dans 52 pour cent des pays OGP, des informations font état d'un recours excessif à la police lors de manifestations publiques, ainsi que d'une surveillance et de données à caractère personnel à des organisations ciblées, des journalistes et des défenseurs des droits de l'homme. Dans 45, pour cent des pays OGP, il existe des problèmes de censure ou de discrimination en ligne. La contribution du nouvel observatoire à ces défis consiste à essayer de promouvoir le leadership des gouvernements en matière d’espace civique, en complément de l’excellent travail accompli par la société civile pour attirer l’attention sur ce problème.

Deuxièmement, OGP est un membre fondateur de la Forum international sur l'information et la démocratie. Organisé par Reporters sans frontières, le Forum a pour objectif de développer des normes et des standards visant à renforcer les garanties démocratiques en matière d’information. Les outils numériques offrent un potentiel énorme pour renforcer la participation des citoyens et les services publics, mais trop souvent, les règles régissant notre utilisation des nouvelles technologies sont définies dans des centres technologiques tels que la Silicon Valley ou Beijing. Notre défi est de démocratiser la gouvernance de ces outils numériques ou des nouvelles technologies, que ce soit pour promouvoir l’utilisation transparente et responsable des algorithmes par l’État (comme France et Canada réalisent par le biais de leurs plans d’action OGP) ou avec des activistes de la protection de la vie privée afin de garantir que les droits des données sont développés et appliqués. Les principes de gouvernement ouvert offrent une grande valeur pour aborder les frontières de la gouvernance numérique, et nous sommes impatients de les faire progresser avec les gouvernements et la société civile par le biais de ce nouveau forum.

Afin de construire des sociétés justes et pacifiques, nous devons créer des coalitions intersectorielles pour ouvrir le gouvernement et renforcer la démocratie au-delà des urnes. Cela ne peut être réalisé que si nous garantissons un espace sûr à la société civile, aux journalistes et aux citoyens ordinaires pour qu'ils puissent exprimer leurs besoins et demander des comptes à leurs gouvernements.

Pas encore de commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

contenu similaire

Vignette pour onze organisations de la société civile Créer le forum sur l'information et la démocratie

Onze organisations de la société civile créent le forum sur l'information et la démocratie

Le Forum sur l'information et la démocratie lancé lors du Forum de la paix à Paris pour émettre des recommandations en matière de normes afin d'encourager la régulation et l'autorégulation de l'espace d'information…

Portrait de Mary Robinson - Brisez les rôles

Portrait de Mary Robinson - Brisez les rôles

NE PAS suivre ce lien ou vous serez interdit sur le site!